Publication : « Eclairage, chauffage et eau sous l’Ancien Régime ».

CASTELLUCCIO Stéphane, Eclairage, chauffage et eau sous l'Ancien Régime, Montreuil, Gourcuff Gradenigo, 2016, 240 p.

CASTELLUCCIO Stéphane, Eclairage, chauffage et eau sous l’Ancien Régime, Montreuil, Gourcuff Gradenigo, 2016, 240 p.

Présentation de l’éditeur :

Spécialiste du XVIIe et XVIIIe siècles, Stéphane Castelluccio explore dans cet ouvrage l’usage de l’éclairage (lampes à huile, chandelles et bougies), du chauffage (bois et charbon), et de l’eau, dans les intérieurs parisiens aux XVIIe et XVIIIe siècles.
L’auteur y détaille les techniques de fabrication des chandelles et des bougies, les circuits commerciaux qui acheminaient à Paris suif, cire, bois, charbons et eau ainsi que leur livraison et leur stockage chez les particuliers.
Il étudie également l’influence du chauffage et de l’éclairage dans le décor et l’ameublement et tous les usage pratiques et quotidiens qui en découlent : niveaux d’éclairage au quotidien, ou lors d’une fête, horaires d’allumage, services chargés de fournir les bougies à la cour et usage symbolique de la lumière chez le roi. Le niveau d’éclairage des résidences royales reflétant bien une certaine conception de la fonction monarchique.
La consommation, les coûts et l’influence sur la vie sociale sont également abordés avec l’évocation des règles de civilité autour de la cheminée par exemple, ou bien autour des points de lumière dans les maisons. Pour l’eau, la mise en place des salles de bains, des lieux à l’anglaise et des glacières est également évoquée.
L’étude de la mise en œuvre de l’éclairage (mise en place, allumage, mouchage et remplacement), du chauffage (usage des bûches, feux, évacuation des cendres), et de l’eau (quête à la fontaine, surveillance des réservoirs), montre à quel point ces usages domestiques était coûteux, lourds et contraignants pour l’ensemble de la société. Ce n’est qu’à partir des années 1950 qu’ils sont devenus disponibles à domicile, en abondance et pour un coût raisonnable.
L’ouvrage est organisé de façon simple en trois parties : l’éclairage, le chauffage et l’eau.
Il est nourri d’une documentation inédite : archives de la Maison du Roi, inventaires après décès, mémoires de contemporains, dictionnaires et traités techniques et d’architecture… Richement illustré, l’ouvrage n’est pas seulement un livre de référence sur le sujet, mais également un beau livre, élégant et très évocateur de la façon dont vivaient nos aïeux.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.


Cette entrée a été publiée dans Actualités, Publications le par .

À propos Maxime Georges Métraux

Doctorant en Histoire de l'art moderne (Université Paris IV –Sorbonne, Centre André Chastel – UMR 8150). Expert pour la galerie Hubert Duchemin et chargé d’enseignement à l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Commissaire scientifique de l’exposition "Chic Emprise : Cultures, usages et sociabilités du tabac du XVIe au XVIIIe siècle" (22 juin - 23 septembre 2019) au musée du Nouveau Monde de La Rochelle.