Publication : Chefs-d’œuvre des paravents nanban. Portugal-Japon XVIe-XVIIe siècles.

CURVELO Alexandra (dir.), Chefs-d'œuvre des paravents nanban. Portugal-Japon XVIe-XVIIe siècles, Paris, Chandeigne, 2015, 176 p.

CURVELO Alexandra (dir.), Chefs-d’œuvre des paravents nanban. Portugal-Japon XVIe-XVIIe siècles, Paris, Chandeigne, 2015, 176 p.

Présentation de l’éditeur :

Dès 1543 – date de l’arrivée des Portugais en terre nippone –, les Japonais entrèrent en contact régulier avec les nanban-jin (« barbares du Sud »), et ce jusqu’à la fermeture durable du pays à partir des années 1640. Ces commerçants et ces missionnaires, en provenance majoritairement du Portugal, furent à l’origine d’une thématique de l’art japonais aux XVIe et XVIIe siècles.
Les peintures qui ornent les byobu (paravents) nanban décrivent une extraordinaire confrontation de civilisations et sont saisissantes par leur beauté.
L’histoire de l’arrivée des Européens, du point de vue oriental, s’y déroule sous nos yeux, notamment dans les oeuvres des peintres de l’école Kano. Tantôt critiques, tantôt festifs et joyeux, les byobu mettent en images les prémices de l’occidentalisation de l’Asie.
Chefs-d’œuvre des paravents nanban présente treize de ces byobu. Ils sont accompagnés d’un texte sur la passionnante histoire de la rencontre – commerciale, religieuse et culturelle – entre l’Europe et le Japon à cette époque.
Nous avons réuni dans cet ouvrage des paravents du musée Nanban Bunkakan d’Osaka, du Musée municipal de Kobe et du musée national d’Art ancien de Lisbonne – où se trouvent les plus importantes collections d’art nanban –, mais également du Victoria & Albert Museum de Londres, du Rijksmuseum d’Amsterdam, du musée Guimet de Paris, du musée de Soares dos Reis à Porto, du musée d’histoire et de culture de Nagasaki et du musée Idemitsu de Tokyo, ainsi qu’un paravent provenant d’une collection privée aux États-Unis.

———————————————————————————————————

Between 1543 – when Europeans arrived in Japan – and the 1640s when the country was closed to foreigners, the Japanese had regular contacts with the nanban-jin (Barbarians from the South). These merchants and missionaries, mainly from Portugal, were the source of a theme in Japonese art in the XVIth and XVIIth centuries.

The paintings that decorated the nanban byobu (folding screens) depicted an extraordinary confrontation of civilizations ans its beauti is captivating. Through paintinf primarily done buy the Kano school, the history of Portuguese arrival in Japan unfolds beofre our eyes. Sometimes critical, sometimes joyful and festival, the byobu reveal the beginning of Asia’s Westernization.

Nanban Folding Screen Masterpieces presents thirteen of these byobu accompanied by text about the fascinating history of the commercial, religious, and cultural encounters between Europe and Japan in this era.

The book brings together folding screens from the Nanban Bunkakan Museum of Osaka, the Municipal Museum of Kobe and Museu Nacional de Arte Antiga de Lisboa – where the most important collections of nanban art are found-, as well as the Victoria & Albert Museum of London, the Rijksmuseum of Amsterdam, Musée Guimet of Paris, Museu Soares dos Reis in Porto, the Museum of History and Culture of Nagazaki, and the Idemitsu Museum of Tokyo, as well as a folding screen from a private American collection.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.