« Fragonard amoureux. Galant et libertin » au Musée du Luxembourg

Pierre-Antoine Baudouin, La soirée des Tuileries, 1763-1769, gouache sur papier, 29,2 x 22,6 cm, Collection particulière.

Pierre-Antoine Baudouin, La soirée des Tuileries, 1763-1769, gouache sur papier, 29,2 x 22,6 cm, Collection particulière.

Le GRHAM s’est rendu lundi 14 décembre à l’exposition Fragonard amoureux. Galant et libertin au Musée du Luxembourg, afin de suivre une visite commentée par son commissaire Guillaume Faroult, conservateur en chef en charge des peintures françaises du XVIIIe siècle et des peintures britanniques et américaines au musée du Louvre.

Jean-Honoré Fragonard, Jeux de satyres. La Famille du satyre, vers 1763, eau-forte, 14 x 21 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie.

Jean-Honoré Fragonard, Jeux de satyres. La Famille du satyre, vers 1763, eau-forte, 14 x 21 cm, Paris, BnF.

Jean-Honoré Fragonard est bien connu pour ses scènes de genre galantes et représentations amoureuses à la fois intimes et intimistes. À travers une centaine de peintures, dessins, gravures et illustrations, l’exposition apporte une nouvelle lecture de ces œuvres, dévoilant non seulement la sensibilité littéraire de l’artiste, mais également les influences artistiques et sociales qui ont jalonné sa carrière.

L’ensemble de cet œuvre est abordé à travers les thèmes de l’idéal galant, des fables mythologiques, des amours pastorales et populaires, passant de la littérature érotique pour revenir ensuite à un amour moralisé, et n’omettant pas les passions héroïque ou allégorique. De sa formation au sein de l’atelier de François Boucher aux commandes réalisées sous Louis XV, en passant par l’émulation profonde de Pierre-Antoine Baudouin avec qui il partagea un atelier au Louvre, le parcours de Fragonard est mis en lumière par une analyse du rapport aux écrits qui ont contribué à l’évolution des mœurs en cette seconde moitié du XVIIIe siècle.

Jean-Honoré Fragonard, Le sacrifice de Callirhoé, 1765, huile sur toile, 129 x 188,5 cm, Angers, musée des Beaux-arts.

Jean-Honoré Fragonard, Le sacrifice de Callirhoé, 1765, huile sur toile, 129 x 188,5 cm, Angers, musée des Beaux-arts.

Si le « Divin Frago » n’apparaît pas comme un « homme de fer » contrairement à certains de ses contemporains tels que Jacques-Louis David ou Hubert Robert, il n’en a pas moins marqué l’histoire de l’art et plus particulièrement les genres de la pastorale et de la peinture galante. Homme certes fragile, peu enclin à soumettre son talent aux codes artistiques admis ainsi qu’à la vie de cour, Jean-Honoré Fragonard offre une production qui a soulevé de nombreuses questions auxquelles Guillaume Faroult apporte son regard et ses interprétations, nous plongeant dans un fourmillement de détails en référence à la littérature amoureuse, libertine ou licencieuse.

Jean-Honoré Fragonard, L’Enjeu perdu ou Le Baiser gagné, vers 1759-1760, huile sur toile, 48,3 x 63,5 cm, New York, The Metropolitan Museum.

Jean-Honoré Fragonard, L’Enjeu perdu ou Le Baiser gagné, vers 1759-1760, huile sur toile, 48,3 x 63,5 cm, New York, The Metropolitan Museum.

Grâce à ces sources et à une volonté de valoriser une lecture différente de l’œuvre de Fragonard, le commissaire de l’exposition nous invite à nous arrêter devant une première version du Sacrifice de Callirhoé, émet de nouvelles attributions (Étreinte, toile attribuée à Jean-Baptiste Pater), accorde une place de choix à des thèmes tel que celui de la diffusion de la pratique littéraire dans les cercles féminins du XVIIIe siècle (Le Billet doux ou La Lettre d’amour), propose une relecture des réceptions des œuvres de Fragonard (La Poursuite et La Surprise) et s’interroge : l’artiste suspend-il sa carrière artistique lorsqu’il cesse d’éprouver tout sentiment amoureux ?

Barbara Jouves, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne