Conférence filmée : Qu’apporte le discours historique à l’appréhension de l’oeuvre d’art ?

 

Le Dominiquin (dit), Domenico Zampieri, La Dernière Communion de saint Jérôme, 1614, huile sur toile, 419 x 256 cm, cité du Vatican, musées du Vatican.

Christian Michel[1], professeur ordinaire à l’Université de Lausanne, a été invité à donner une conférence au Collège de France par Antoine Compagon[2].

Captée le 4 février 2015[3], cette communication se propose de restituer les objectifs, les apports, mais également les limites du discours de l’historien de l’art. En s’interrogeant sur les enjeux de sa discipline, Christian Michel questionne l’écart existant entre l’horizon d’attente[4] de la majorité des spectateurs vis-à-vis de celui d’une minorité plus ou moins marginale de spécialistes. Par certains égards, cette interrogation sur la structuration du temps historique et du rapport à l’objet évoque la pensée développée par George Kubler dans Formes du temps, remarques sur l’histoire des choses[5].

Voir ou télécharger la vidéo sur le site du Collège de France

[1] Christian Michel est spécialiste de la théorie de l’art et du rapport à l’antique à l’époque moderne. Il a publié plusieurs ouvrages sur Charles-Nicolas Cochin (1987, 1991 et 1993), Jean-Antoine Watteau (2007), et sur l’Académie royale de Peinture et de Sculpture (2014).

[2] Professeur au Collège de France, Antoine Compagnon est titulaire de la Chaire de Littérature française moderne et contemporaine.
[3] Conférence donnée le mercredi 4 février 2015 à 16h dans l’amphitéâtre Maurice Halbwachs – Marcelin Berthelot. Le Pr Christian Michel est présenté et introduit par le Pr Marc Fumaroli de l’Académie française.
[4] Traduction française du concept allemand d’Erwartungshorizont. Principalement développé et popularisé par Hans-Robert Jauss (1921-1997), cet outil conceptuel est également utilisé par Edmund Husserl, Hans-Georg Gadamer et par les divers tenants de l’Ecole de Constance. Voir Hans-Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, préf. de Jean Starobinski, Paris, Gallimard, 1990, 305 p. (éd. originale de plusieurs textes de Jauss dont « Kleine Apologie der ästhetischen Erfahrung », dans Konstanzer Universitätsreden, n° 59, Constance, Universitätsverlag, 1972).
[5] Une grande partie de l’argumentaire développé par Christian Michel résulte de ce que George Kubler définit comme l’effet Eliot. Selon cet éminent spécialiste de l’art précolombien, la relation entre le présent et le passé n’est pas unilatérale ce qui implique que toute œuvre importante conduit à une réévaluation des œuvres précédentes. Il exemplifie cette théorie en démontrant que l’avènement de Rodin modifie sensiblement l’identité de Michel Ange. Voir George Kubler, Formes du temps, remarques sur l’histoire des choses, préf. d’Andrei Boris Nakov, Paris, Editions Champ Libre, 1973, 185 p. (éd. originale, The shape of time : remarks on the history of things, New Haven, Yale university press, 1963).