Soutenance de thèse: Orner pour une plus grande gloire de Dieu : le décor intérieur des églises jésuites en France et dans les anciens Pays-Bas aux XVIIe et XVIIIe siècles (Antonin Liatard, 3/06/2024, Paris)

Dynastie des Besand (attr.), Retable-baldaquin du maître-autel de l’église Saint-Joseph à Besançon (aujourd’hui Saint-François-Xavier), 1719

 

M. Antonin Liatard soutiendra sa thèse de doctorat en histoire de l’art le lundi 3 juin 2024 en Galerie Colbert/INHA (salle Vasari) devant un jury composé de:

M. Olivier BONFAIT , professeur d’histoire de l’art moderne à l’université de Bourgogne, co-directeur de thèse

M. Ralph DEKONINCK, professeur d’histoire de l’art moderne à l’université catholique de Louvain, co-directeur de thèse

M. Maarten DELBEKE, professeur d’histoire et théorie de l’architecture à l’Eidgenössische Technische Hochschule de Zurich,

Mme Chiara FRANCESCHINI, professeure d’histoire de l’art moderne à la Ludwig Maximilian Universität de Munich,

Mme Caroline HEERING, professeure d’histoire de l’art moderne à l’université catholique de Louvain.

Mme Cécile VINCENT-CASSY , professeure d’histoire de l’art moderne à CY Cergy Paris Université

Position de thèse: Les églises de la Compagnie de Jésus furent un lieu primordial d’interaction entre les Jésuites et la population des villes où ils s’établirent. Considérant les mots « décor » et « ornement » dans leur acception la plus large, cette thèse explore les multiples aspects de l’embellissement de ces édifices, du discours à la pratique, du permanent à l’éphémère, du parcours à la scénographie, de l’image à l’artifice, en s’attachant moins aux questions de style et de typologie qu’à l’effet sensible recherché. L’étude se situe moins du côté des acteurs du décor que de ses destinataires religieux et laïcs, soulignant ses interactions avec les pratiques liturgiques et dévotionnelles des usagers de l’espace ecclésial. Au-delà des efforts fournis dans le but de restituer l’aménagement originel des églises à partir de multiples sources iconographiques et archivistiques, nous avons cherché à retrouver le réseau intelligible associant signes et images, ainsi que les procédés décoratifs permettant d’articuler entre elles les différentes parties du décor sans perdre de vue son organicité. Le cadre chronologique correspond à la période la plus riche de l’activité ornementale de la Compagnie sous l’Ancien Régime, et le cadre géographique à un territoire peu exploré par les chercheurs en comparaison de l’espace germanique et de la péninsule italienne. Les églises des six provinces jésuites concernées ont rarement été considérées en dehors de leur architecture et encore moins en suivant une démarche comparative susceptible de révéler la capacité d’adaptation des Jésuites grâce au transfert et à l’appropriation de modèles plastiques et iconographiques, mais aussi d’idées et de valeurs. En se fondant sur un corpus d’étude restreint, cette thèse a pour objectif d’éclairer le rapport à l’environnement visuel de la part d’un ordre religieux particulièrement attentif à la dimension matérielle et symbolique de l’ornement, comme la nature d’un de ses moyens d’interaction les plus efficaces avec ses membres et avec la société extérieure.

Antonin Liatard est doctorant en histoire de l’art à l’université de Bourgogne et à l’université catholique de Louvain-la-Neuve, ainsi qu’ancien chargé d’études et de recherche à l’INHA (2018-2023). Il a co-organisé avec Cécile Vincent-Cassy et Ralph Dekoninck les journées d’étude A Jesuit Aesthetic ? (Charenton-le-Pont, 30 novembre-1er décembre 2023) et publié récemment un ouvrage sur le décor de la chapelle de la Sainte-Trinité au château de Fontainebleau (PUR, 2024), ainsi qu’un article sur les autels à tableaux multiples dans les églises catholiques d’Europe occidentale à l’époque moderne (XVIIe siècle, n° 302, 2024, p. 29-54).



Citer ce billet
Maël Tauziède-Espariat (2024, 30 avril). Soutenance de thèse: Orner pour une plus grande gloire de Dieu : le décor intérieur des églises jésuites en France et dans les anciens Pays-Bas aux XVIIe et XVIIIe siècles (Antonin Liatard, 3/06/2024, Paris). Groupe de Recherche en Histoire de l'Art Moderne. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10sc0

Maël Tauziède-Espariat

Docteur en histoire de l'art

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search