« Le Rembrandt français » Jean-Jacques de Boissieu (1736 – 1810)

Jean-Jacques de Boissieu, Autoportrait, 1796, gravure, 26,8 x 23,6 cm, Luxembourg, Villa Vauban.

Jean-Jacques de Boissieu, Autoportrait, 1796, eau-forte, pointe sèche, burin et roulette, 26,8 x 23,6 cm, Graphische Sammlung des Fachs Kunstgeschichte der Universität Trier.

La Villa Vauban, musée d’art de la Ville de Luxembourg, présente actuellement (et jusqu’au 10 avril 2016) une exposition[1] sur le dessinateur et graveur français Jean-Jacques de Boissieu (1736 – 1810) que l’on peut redécouvrir au travers d’une centaine d’estampes. Cette exposition qui permet de découvrir une partie des richesses des fonds de l’Université de Trêves en matière de dessins et gravures sera ensuite présentée au Georgium de Dessau (Saxe-Anhalt).

Jean-Jacques de Boissieu, Tête de vieillard, de profil vers la gauche, dessin, 23,5 x 18,5 cm, Paris, musée du Louvre.

Jean-Jacques de Boissieu, Tête de vieillard, de profil vers la gauche, dessin, 23,5 x 18,5 cm, Paris, musée du Louvre.

Aujourd’hui largement méconnu, Jean-Jacques de Boissieu bénéficia, de son vivant, de l’estime des collectionneurs et du public européens grâce à ses grandes qualités d’aquafortiste ainsi qu’à sa parfaite maîtrise du chiaroscuro qui lui valut d’être comparé à Rembrandt. Peintre sur soie lyonnais, Boissieu vient parfaire son éducation artistique à Paris de 1761 à 1764. Il y rencontre le graveur Jean-Georges Wille (1715 – 1808), l’architecte Jacques-Germain Soufflot (1713 – 1780), ainsi que les peintres Claude Joseph Vernet (1714 – 1789), Jean-Baptiste Greuze (1725 – 1805) et Claude-Henri Watelet (1718 – 1786). Ente 1765 et 1766 il effectue son Grand Tour en compagnie du duc de la Rochefoucauld, puis rentre à Lyon où il est reçu à l’Académie des sciences, belles-lettres et arts en 1780. Exerçant, par ailleurs, diverses fonctions administratives, il ne sera pas inquiété durant la Révolution (ses plaques de cuivre seront même protégées par décret) grâce à l’amitié de Jacques-Louis David et il finira sa carrière en tant que maire de Lentilly.

pont

jean-Jacques de Boissieu, Le grand pont de pierre, 1799, eau-forte, pointe sèche et roulette, 31,1 x 41,9 cm, Trêves, Graphische Sammlung des Fachs Kunstgeschichte des Universität Trier.

L’exposition insiste plus particulièrement sur ses paysages et ses études attentives de l’homme. Comme ses contemporains, Boissieu bénéficie d’une connaissance approfondie des peintures de paysages de l’Age d’or de la peinture hollandaise grâce aux relations qu’il entretient avec de nombreux collectionneurs. Il revisite les œuvres d’artistes comme Nicolaes Berchem, Karel Dujardins ou Jacob van Ruisdael tout en les faisant siennes : il ajoute ou retranche certains groupes de personnages et, surtout, se distingue par son traitement particulier de l’ombre et de la lumière. Les paysages réalisés par Boissieu dans les alentours de sa ville natale de Lyon semblent faits pour les rêveries du promeneur solitaire qu’est, à la même époque, Jean-Jacques Rousseau, donnant à voir le caractère sublime et éphémère d’une nature où paysans et bergers se reposent ou vaquent paisiblement à leurs activités quotidiennes.

Jean-Jacques de Boissieu, Les grands tonneliers, 1790, eau-forte, 30 x 42 cm, marché de l’art.

Jean-Jacques de Boissieu, Les grands Tonneliers, 1790, eau-forte, pointe sèche et roulette, 26,0 x 39,7 cm, Trêves, Graphische Sammlung des Fachs Kunstgeschichte des Universität Trier.

Au travers de ses différentes études de têtes, portraits ou scènes de genre, Boissieu livre de la figure humaine une vision attentive et sans concession de par son trait acéré et parfois un peu sec.

Bulles de savon, 1790

Jean-Jacques de Boissieu, Les Bulles de savon, 1799, eau-forte, pointe sèche et roulette, 26,7 x 37,5 cm,Trêves, Graphische Sammlung des Fachs Kunstgeschichte des Universität Trier.

Les eaux-fortes de Boissieu – en particulier celles avec des effets de clair-obscur dans le style de Rembrandt – sont très recherchées des amateurs et collectionneurs éclairés, dont Ignace-Joseph de Claussin (1795 – 1844). Leurs qualités intrinsèques en font de bons objets d’étude de l’art de l’eau-forte, voire des modèles à part entière : à ce titre Boissieu est particulièrement apprécié du peintre Adolph von Menzel (1815 – 1905).

Feuille d'étude, Quatre têtes, 1770

Jean-Jacques de Boissieu, Feuille d’étude. Quatre têtes, 1770, eau-forte, 23,5 x 18,8 cm, Trêves, Graphische Sammlung des Fachs Kunstgeschichte des Universität Trier.

En 1810, dans l’Hommage rendu à la mémoire de Jean-Jacques Boissieu, le Conseil du Conservatoire des Arts de Lyon note : « Il choisissait pour objet de ses imitations, non ces sites effrayans, ces convulsions de la nature, où les éléments semblent se combattre, mais des rivages fleuris, l’ombrage des bois, les travaux champêtres, la gaieté villageoise, les jeux innocens du coin du feu : Son imagination, pleine de sensibilité, lui représentait ces scènes paisibles sous les couleurs les plus aimables.[2] ».

Portrait du centenaire de Lyon, eau forte, pointe sèche.

Jean-Jacques de Boissieu, Portrait du centenaire de Lyon, 1780, eau forte et pointe sèche, 26,4 x 33,3 cm, Trêves, Graphische Sammlung des Fachs Kunstgeschichte des Universität Trier.

Florence Fesneau

————————————————————————————————————————————-

[1] L’exposition a été conçue en collaboration avec la Graphische Sammlung des Fachs Kunstgeschichte der Universität Trier et placée sous le patronage de l’Institut français du Luxembourg. La direction générale est assurée par Danièle Wagner et le commissariat d’exposition et scénographie par Stephan Brakensiek, Gabriele D. Grawe, Angelika Glesius. Un catalogue, en langue allemande, a été publié : Jean-Jacques de Boissieu (1736 – 1810) Le Rembrandt français, Hrsg von Stephan Brakensiek und Danièle Wagener. Mit Beiträgen von Stephan Brakensiek, Natacha Erpelding, Sarah Haxhiu, Raymond Keller, Claudia Stafanie Klein, Claas Dennis Mark, Manuela Rausch, Selina Wernstedt, Luxembourg 2015.

[2] Hommage rendu à la mémoire de Mr. Jean-Jacques Boissieu Par le Conseil du Conservatoire des Arts de Lyon Dans la Séance du 9 Mars 1810, Lyon, Cutty, 1810, p. 22.