Appel à communication (colloque du GRHAM): La culture du flacon : usages et représentations visuelles des boissons alcoolisées aux XVIIe et XVIIIe siècles (Paris, Galerie Colbert, 13 & 14/06/2024; propositions à renvoyer avant le 31/03/2024)

Jean-François de Troy, Le Déjeuner d’huîtres,
1735, huile sur toile, 180 x 126 cm, Chantilly, musée Condé.

Type : Appel à communication / colloque annuel du GRHAM
Date de rendu des propositions : avant le 31 mars 2024.
Date et lieu de l’événement: les 13 & 14 juin 2024, salle Jullian, Galerie Colbert (Université Paris 1 / INHA), 2 rue Vivienne, 75002 Paris.

Contact : asso.grham@gmail.com

La culture du flacon : usages et représentations visuelles des boissons alcoolisées aux XVIIe et XVIIIe siècles

THE CULTURE OF THE BOTTLE. USES AND VISUAL REPRESENTATIONS OF ALCOHOLIC DRINKS IN THE 17th AND 18th CENTURIES

Appel à communication téléchargeable (french & english): 2024_CFP_GRHAM

Appel à communication

La thématique des boissons alcoolisées (vins, bières, liqueurs…) à l’époque moderne a été prise en compte par le monde muséal qui y trouve un sujet de société plaisant et intrigant à même d’attirer les publics. Ces vingt dernières années, des historiens modernistes se sont aussi saisis du sujet avec des travaux important sur l’ivresse (Lecoutre, 2007, 2011 & 2017) et sur le vin (Figeac-Monthus & Lachaud-Martin, 2021).

Malgré tout, si le vin – et, dans une moindre mesure, la bière – ont donné lieu à des publications scientifiques, le cas des autres boissons alcooliques comme l’armagnac pour la France, le schnaps pour l’Empire germanique, le gin pour la Grande-Bretagne, ou encore le rhum et le saké pour des contrées plus lointaines reste sous-exploité. L’histoire de l’art a souvent multiplié les études sur les bacchanales, les bambochades hollandaises ou romaines et les œuvres des frères Le Nain, mais elle a négligé d’autres types de représentations ainsi que les objets associés à la consommation. Surtout, les lieux de l’alcool (terrains agricoles, chais, brasseries, tavernes ou auberges, banquets…) sont les grands absents de cette historiographie. Des études de cas mobilisant l’histoire culturelle, l’histoire de l’art et l’histoire matérielle sont donc attendues pour combler ces lacunes et ébaucher une grande synthèse sur la production, la consommation et la représentation des boissons alcoolisées aux XVIIe et XVIIIe siècles.

En faisant dialoguer les chercheurs engagés dans l’exploration de ce thème enivrant et interdisciplinaire, le colloque annuel du GRHAM souhaite questionner la notion de « boisson alcoolisée » en France, en Europe et dans le reste monde afin de mieux comprendre les modalités et les enjeux relatifs à sa représentation. Une approche globale des échanges et des consommations dans le monde pourrait éclairer un regard trop souvent centré sur l’Europe. D’autant plus que différents troubles (conflits armés, sécheresses, inondations…) bousculèrent ponctuellement les habitudes des consommateurs européens.

Le détour lexicographique est éclairant pour identifier la typologie des boissons et des consommateurs. Il permet aussi de mettre à distance une rhétorique parfois simplificatrice et moralisatrice. Au XVIIIe siècle par exemple, l’Encyclopédie définit la « boisson » comme un « aliment liquide destiné à réparer nos forces » avant de distinguer l’eau froide (recommandée comme étant la plus saine) de « la bierre, [du] vin, & [des] autres liqueurs fortes [qu’il faudrait réserver] pour les occasions où il s’agit d’échauffer, de donner du mouvement, d’irriter, d’atténuer ». Le buveur est « un homme qui boit du vin, & qui en boit beaucoup », on dit d’une personne ivre qu’elle a le « cerveau troublé par les fumées & par les vapeurs du vin, ou de quelque autre boisson », tandis que l’« ivrogne » est celui « qui a l’habitude de s’enivrer ou de boire avec excès » (Dictionnaire de l’Académie française, 1762). On trouve aussi, dès l’édition de 1718, l’ivrognesse qui est une femme « sujette à s’enyvrer & à boire avec excés. C’est une yvrognesse. Une vieille yvrognesse ». On les oppose alors à l’individu « sobre », c’est-à-dire « Tempérant dans le boire & dans le manger, qui boit & qui mange peu » (Dictionnaire de l’Académie française, 1762). Qu’en est-il dans d’autres langues ? Et dans d’autres cultures ? Quelles boissons plus ou moins communes et plus ou moins fortes buvait-on aux XVIIe et XVIIIe siècles ?

Marqueur de pratiques quotidiennes, souvent attachées à un espace géographique, l’alcool participe également à des dynamiques de distinction sociale et de consommation ostentatoire : la cohabitation des domestiques affairés et des maîtres joyeux qui s’agitent autour du Déjeuner d’huîtres en offrent une illustration riche d’enseignement. Contrairement au champagne effervescent, nous savons que la bière était une « boisson fort commune » élaborée avec du blé, de l’orge ou du houblon dans la France du XVIIIe siècle (Dictionnaire de l’Académie française, 1762). L’Encyclopédie ne consacre pourtant aucune entrée à cette boisson. En revanche, le vin donne lieu à une passionnante histoire du goût mettant en avant les caractéristiques de ce breuvage ainsi que les régions viticoles les plus importantes de l’époque. Comment les discours et les images appréhendent-ils les boissons et les consommateurs (alcooliques ou sobres) dans la société des Temps modernes ? Quels sont les moments et les fonctions (festives, médicales, religieuses, etc.), les espaces et les objets (typologie des contenants à boire et à servir) associés à cette pratique ?

Le premier axe de ce colloque souhaite analyser les pratiques et les sociabilités artistiques autour de l’alcool. Les tavernes sont un lieu de rencontre incontournable pour les artistes locaux et étrangers : quelle est la place de cet espace dans les sociabilités artistiques (rencontres professionnelles, amicales et affectives ; lieux de travail ; activités ludiques et commerciales…) ? Dans quelle mesure la rencontre autour d’un verre de bière a-t-elle dynamisé ou bien nui à l’activité artistique ? Rappelons entre autres que les nouveaux membres des Bentvueghels à Rome étaient soumis à un rite d’initiation consistant à recevoir le baptême du vin. Des peintres tels que Valentin de Boulogne, Alexis Grimou, ou encore Gabriel de Saint-Aubin étaient connus pour leur consommation jugée excessive ; qu’en était-il d’architectes, de sculpteurs ou de graveurs moins connus ? Il n’est pas rare que l’inventaire après décès d’un artiste laisse entrevoir une cave bien fournie. L’alcool fut-il une source d’inspiration et/ou d’échec ? Fut-il aussi une facteur de sociabilité et/ou d’exclusion sociale ?

Le deuxième axe voudrait analyser l’iconographie des boissons alcoolisées et des buveurs : comment les artistes ont-ils représenté le liquide alcoolique et son contenant dans leurs œuvres ? Le moralisme des écrits est-il aussi fort dans les représentations visuelles ? La représentation du liquide est un motif récurrent dans la nature morte, dans les scènes de genre nordiques et caravagesques ou encore dans les bambochades italiennes. Partant, ces thématiques se diffusèrent, notamment par la gravure, tout au long du XVIIIe siècle. L’alcool nourrit une iconographie variée qui alimente des thématiques festives, religieuses et politiques, avec souvent des dimensions morales ou provocatrices qu’il est utile de mettre en perspective.

L’ivresse, la fête, la fertilité, ainsi que la sexualité sont des notions intimement liées à la représentation de l’alcool : il suffit de penser aux images des bacchanales, des défilés carnavalesques, des banquets, des scènes dionysiaques ou des rendez-vous galants. À cet égard, l’ivresse peut servir de prétexte pour représenter un dépassement des normes imposées par la civilité. L’alcool est aussi traité comme un symbole important dans l’iconographie religieuse et politique. De ce point de vue, le vin est investi d’une forte dimension spirituelle et liturgique dans l’Europe chrétienne, tandis que la représentation des opposants (politiques, religieux, etc.) en buveurs devient un moyen de les discréditer, par exemple dans l’estampe contre-révolutionnaire. Inversement, une véritable scénographie de l’alcool peut marquer certaines réjouissances politiques : les édifications de fontaines à vin accompagnent régulièrement les succès militaires et les entrées royales. Des études plus fines pourraient également révéler d’autres significations en lien avec la représentation de l’alcool. Ainsi, l’allégorie de la joie est souvent associée au verre de vin, de même que les serments de loyauté ou bien, au contraire, de vengeance. Plus largement, on se demandera comment les représentations de l’alcool furent utilisées pour exprimer des commentaires sociaux et politiques. Furent-elles affectées par les réponses réglementaires et répressives apportées à la licence des mœurs et à la consommation déviante de l’alcool ?

Enfin, les divers contenants des alcools (verres gravés, bouteilles, services, etc.) et les accessoires des amateurs de boisson, supports à toutes ces iconographiques, devront être interrogés : comment les artisans et les artistes-décorateurs interprétèrent et reprirent des motifs largement diffusés par la gravure ?

Le troisième et dernier axe souhaite se pencher sur la représentation du travail du brasseur, du viticulteur et des intermédiaires qui acheminent l’alcool jusqu’à la table du consommateur. En d’autres termes, comment ces images peuvent-elles renseigner sur la production, la commercialisation et le service des boissons alcoolisées ? Il s’agira d’analyser l’illustration des champs de vignes et leur topographie, celle des instruments qui permettent la réalisation des boissons, ou encore d’étudier l’architecture des lieux de production, des magasins construits à Paris par les fournisseurs de la Cour de France, ou encore les outils publicitaires des marchands (enseignes, affiches, étiquettes…).

Les participants sont encouragés à examiner les travaux existants, à identifier les lacunes dans la recherche actuelle, à discuter des approches méthodologiques et à en proposer de nouvelles (méthodes quantitatives, mobilisation des humanités numériques…). Nous accueillons des analyses critiques, des réflexions sur les méthodes de recherche, ainsi que des propositions novatrices pour la compréhension de la présence et de la signification de l’alcool dans l’art (et l’histoire) des XVIIe et XVIIIe siècles.

Propositions de communication

Les propositions de communication, en français ou en anglais, d’environ 500 mots, pourront prendre la forme de propos généraux ou d’études de cas. Les candidats sont priés de joindre un curriculum vitae.

Date limite d’envoi des propositions : 31 mars 2022.
Envoi des propositions et contacts : asso.grham@gmail.com

Comité organisateur

Élisa Bérard (doctorante, Sorbonne Université), Maxime Bray (doctorant, Sorbonne Université), Justine Cardoletti (doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Florence Fesneau (docteure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Barbara Jouves-Hann (docteure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Alysée Le Druillenec (doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne & Université Catholique de Louvain), Maxime-Georges Métraux (Galerie H. Duchemin / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Alice Ottazzi (docteure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Marine Roberton (docteure, Université de Bourgogne), Maël Tauziède-Espariat (docteur, Université de Bourgogne), membres du bureau du Groupe de Recherche en Histoire de l’art moderne (GRHAM) avec Ludovic Jouvet (docteur, Institut archéologique d’Autriche – Académie des Sciences d’Autriche).

Bibliographie sélective

Brennan Thomas Edward, Public Drinking and Popular Culture in Eighteenth-Century Paris, Princeton, Princeton University Press, 1988.

Chayette Hervé et Arthur José, Le vin à travers la peinture, Paris, ACR Édition, 1997.

Cornette Joël, Le Repas des paysans des frères Le Nain, Paris, Armand Colin, 2008.

Dion Roger, Histoire de la vigne et du vin en France ; des origines au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 1990.

Figeac Michel et Bouneau Christophe (dir.), Le verre et le vin de la cave à la table du XVIIe siècle à nos jours, Pessac, MSHA, 2007.

Figeac-Monthus Marguerite et Lachaud-Martin Stéphanie (dir.), Ville et vin en France et en Europe : du XVe siècle à nos jours, La Crèche, Presses universitaires de Nouvelle-Aquitaine, 2021.

Figeac-Monthus Marguerite, Châteaureynaud Marie-Anne, Dávila Pauli et alii (dir.), Vigne, vin et éducation du XVIIIe siècle à nos jours, La Crèche, Presses universitaires de Nouvelle-Aquitaine, 2022.

Fournier Dominique et D’Onofrio Salvatore (dir.), Le ferment divin, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1991.

Gilbert Garrier (dir.), Boire et manger au XVIIe siècle au temps de la Marquise de Sévigné, Actes du IIe symposium Vin et histoire, Suze-La-Rousse, Université du Vin, 1998.

Lecoutre Matthieu, « Normes juridiques et pratiques judiciaires à propos de l’ivresse et de l’ivrognerie en France du XVIe au XVIIIe siècle » dans Garnot Benoît (dir.), Normes juridiques et pratiques judiciaires du Moyen Âge à l’époque contemporaine, 2007, p. 113-121.

Lecoutre Matthieu, Ivresse et ivrognerie dans la France moderne, Rennes/Tours, Presses universitaires de Rennes/Presses universitaires François Rabelais, 2011.

Lecoutre Matthieu, Le goût de l’ivresse. Boire en France depuis le Moyen Âge (Ve-XXIe siècles), Paris, Belin, 2017.

Loetscher Hugo, Kunst für Weinfreunde, Wein für Kunstfreunde, Munich, Verena und Mark Füllemann, 2004.

Miret i Nin Montserrat, Le Vin dans l’Art, Grenoble, Glénat, 2005.

Morel Philippe, Renaissance dionysiaque : inspiration bachique, imaginaire du vin et de la vigne dans l’art européen, 1430-1630, Paris, Felin, 2015.

Nahoum-Grappe Véronique, « Le boire et l’ivresse dans la pensée sociale sous l’Ancien Régime en France (XVIe-XVIIIe siècles) », dans Histoire et Alcool, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 15-100.

Nahoum-Grappe Véronique, La culture de l’ivresse. Essai de phénoménologie historique, Paris, Quai Voltaire, 1991.

Nourrisson Didier, Crus et cuites : histoire du buveur, Paris, Perrin, 2013.

Schmidt D. Eike, Fruits of Desire. A Seventeenth-Century Carved Ivory Cup, Los Angeles, Getty Publications, 2009.

Seddon B. Geoffrey, The Jacobites and Their Drinking Glasses, Antique Collectors’ Club, 2015.

Selvaggi Cesare, Art Tastings: Mythological, Symbolic, Spiritual and Metaphysical Wine Culture in Rome’s Public Collections, Rome, Gebart, 2003.

Skelly Julia, Addiction and British Visual Culture, 1715-1919, Farnham (Surrey), Ashgate, 2014.

Wittkower Margot et Rudolf, Les Enfants de Saturne. Psychologie et comportement des artistes de l’Antiquité à la Révolution française, Paris, Éditions Macula, 2016.

Catalogues d’exposition

Gétreau Florence (dir.), Le vin et la musique. Accords et désaccords, cat. expo. (Bordeaux, Cité du Vin, 23 mars-24 juin 2018), Paris-Bordeaux, Gallimard-La Cité du Vin, 2018.

Milovanovic Nicolas et Piralla-Heng Vong Luc (dir.), Le Mystère Le Nain, cat. expo. (Lens, musée du Louvre-Lens, 22 mars-26 juin 2017), Paris, musée du Louvre-Lens et Liénart éditions, 2017.

Scarpa Annalisa et Spinosa Nicola (dir.), Arte e vino, cat. expo. (Vérone, Palazzo della Grand Guardia, 11 avr.-16 août 2015), Milan, Skira, 2015.

Cappelletti Francesca et Lemoine Annick (dir.), Les Bas-fonds du baroque. La Rome du vice et de la misère, cat. expo. (Rome, Villa Médicis, 7 oct. 2014-18 janv. 2015 et Paris, Petit Palais, 24 fév.-24 mai 2015), Milan, Officina Libraria, 2014.

Un museo… tutto da bere : arte e vino, cat. expo. (Naples, Museo Duca di Marina, 21 déc. 2011-15 avr. 2012), Naples, Artem, 2012.

Les Arts de l’effervescence : Champagne !, cat. expo. (Reims, Musée des Beaux-Arts, 13 déc. 2012-26 mai 2013), Reims et Paris, Musée des Beaux-Arts de Reims et Somogy éditions d’Art, 2012.

Sicilia Francesco et Cavarra Angela Adriana (dir.), Il vino tra sacro e profano : vite e vino nelle raccolte casanatensi, cat. expo. (Rome, Biblioteca Casanatense, 21 oct. 1999-29 janv. 2000), Rome Aisthesis, 1999.

Vins, vignes, vignerons dans la peinture française, cat. expo. (Narbonne, Musée d’art et d’histoire, juillet-septembre 1996 et Nice, Musée des Beaux-Arts, octobre 1996-janvier 1997), Narbonne, Musée d’art et d’histoire de Narbonne, 1996.

Grewenig Meinrad Maria (dir.), Mysterium Wein : die Götter, der Wein und die Kunst, cat. expo. (Spire, Historischen Museums der Pfals Speyer, 1996), Spire, Hatje Cantz Verlag 1996.

Buttet Patrick de (dir.), La vigne, le vin, ivresse de l’art, cat. expo. (Paris, le Louvre des Antiquaires, 13 oct. 1993-9 janv. 1994), Paris, Le Louvre des antiquaires, 1993.

Exposition rétrospective de la vigne et le vin dans l’art, cat. expo. (Paris, Musée des Arts décoratifs, mai-juillet 1936), Paris, Musée des Arts décoratifs, 1936.



Citer ce billet
Maël Tauziède-Espariat (2024, 6 février). Appel à communication (colloque du GRHAM): La culture du flacon : usages et représentations visuelles des boissons alcoolisées aux XVIIe et XVIIIe siècles (Paris, Galerie Colbert, 13 & 14/06/2024; propositions à renvoyer avant le 31/03/2024). Groupe de Recherche en Histoire de l'Art Moderne. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vrlk

Maël Tauziède-Espariat

Docteur en histoire de l'art

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search