Journée d’étude : Inventorier le patrimoine artistique sous la Révolution : méthodes et enjeux.

Jean-Lubin Vauzelle, La salle d'introduction du musée des Monuments français, 1804, huile sur toile, Paris, musée Carnavalet.

Jean-Lubin Vauzelle, La salle d’introduction du musée des Monuments français, 1804, huile sur toile, Paris, musée Carnavalet.

Type : Journée d’étude.
Date : 19-20 novembre 2015.
Lieu de la journée d’étude : salle 337, université de Bourgogne, Dijon.


Avant même la création du musée et le nouveau régime d’œuvre d’art qu’il entraine, la Révolution avait suscité un nouveau regard sur les œuvres par un immense travail de recensement des objets. Le 16 septembre 1792, l’Assemblée législative vote la conservation des « chefs-d’œuvre des arts » menacés. A coté de la commission chargée de mettre en place le Museum, en province et à Paris, des artistes ou des antiquaires, souvent liés aux académies ou aux écoles de dessin, s’affairent à décrire les peintures et les sculptures qui étaient devenues la propriété de l’Etat par la mise à la disposition de l’Etat des biens du clergé (2 novembre 1789) ou les saisies des biens d’émigrés. Il en résulte un nombre élevé d’inventaires recensant le patrimoine artistique des grandes villes, effectués dans des conditions très diverses, mais instaurant souvent déjà un processus de sélection, et procédant à des choix pour le destin de ces objets.

Ces journées d’études, organisées en lien avec une thèse universitaire sur l’inventaire fait par François Devosge du patrimoine dijonnais, souhaitent faire un premier bilan des recherches effectuées sur ces inventaires, sur la diversité des situations de leur rédaction, de leur méthode d’élaboration. Elles portent donc bien sur l’inventaire et ses processus, et non sur les objets recensés.

Programme :

Jeudi 19 novembre :

13h : Olivier Bonfait (Université de Bourgogne, Centre Chevrier) : introduction

– 13h15 : Cécile Robin (Archives Nationales, Biblissima) :

Recenser les richesses de la nation : les inventaires révolutionnaires.

L’inventaire Devosge : les œuvres d’art saisies et inventoriées à Dijon

– 14h : Katherin Landais (Université de Bourgogne, Centre Chevrier)

De la saisie à l’inventaire : l’inventaire Devosge.

– 14h45 : Annie Haïk (Université de Bourgogne)

Un exemple de gestion exceptionnelle des saisies révolutionnaires à Dijon, la bibliothèque et la collection d’estampes Jehannin de Chamblanc.

– 15h30 : pause.

– 15h45 : Kathrin Landais

L’inventaire Devosge : les œuvres d’art saisies à la chartreuse de Champmol.

– 16h : Matthieu Gilles (Musée des Beaux-Arts de Dijon)

Patrimoine inventorié, patrimoine retrouvé : études de cas.

– 17h15 : Archives municipales de Dijon, présentation de l’inventaire Devosge, par Eliane Lochot, Directrice des archives municipales ( visite réservée aux intervenants ).

Vendredi 20 novembre :

Saisie et inventaire du patrimoine artistique en France à la fin du XVIIIe siècle

– 9h30 : Aude Gobet (Musée du Louvre, Paris)

Ecole de dessin et patrimoine : les inventaires révolutionnaires à Rouen.

– 10h15 : Sébastien Bontemps (Ecole du Louvre, Paris)

Valeur artistique ou valeur mercantile : l’inventaire, la conservation et la destruction du mobilier des églises parisiennes sous la Révolution.

– 11h : pause.

– 11h15 : Laurent Thurnherr (Musées départementaux, Moselle)

Les inventaires du département de la Moselle et la présence de Georges de La Tour.

– 12h : Guennola Thivolle (Université de Clermont-Ferrand II)

Inventorier le patrimoine de l’Allier sous la Révolution : le rôle de Claude Henri Dufour.