Cycle de conférences: “Le goût du XVIIIe siècle” (musée Cognac-Jay, du 20 avril au 22 juin 2023)

 

Étienne Jeaurat (1699-1789). “Le Marchand d’Orviétan ou l’opérateur Bari”. Huile sur toile, vers 1743. Paris, musée Cognacq-Jay.

Type : cycle de conférences.
Date et horaire : les jeudis (18h-19h15).
Lieu : Musée Cognacq-Jay, 8 Rue Elzevir, 75003 Paris, salle des conférences. Entrée libre, dans la limite des places disponibles. Inscription obligatoire pour suivre la conférence sur Zoom.
Contact : gis.sociabilites@gmail.com.

Chaque conférence sera précédée à 17h30 d’une visite flash par une conférencière du musée explorant la thématique du jour dans leurs collections.
Visite gratuite sur inscription : reservation.cognacqjay@paris.fr.

Programme

https://www.museecognacqjay.paris.fr/le-musee/ne-pas-manquer/cycle-de-conferences

  • Séance 1 : Jeudi 20 avril 2023

Claire Ollagnier (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : ‘À l’intérieur. La demeure comme miroir de l’intime’.

Sigmund Freudeberg (1745-1801). “La Marchande de rubans”. Huile sur bois. Paris, musée Cognacq-Jay.

 Résumé :
À la fin du XVIIe siècle, l’intime n’étant pas un constituant majeur de la vie des hommes et des femmes, il n’est pas mis en œuvre dans la demeure. Il est rare à cette époque que les pièces soient affectées à un usage unique, la chambre elle-même revêt une double fonction : recevoir et dormir. Un siècle plus tard, les pratiques sociales ont changé et l’on n’habite plus l’espace domestique de la même manière. Les pièces se sont multipliées et diversifiées (cabinets de toilette, garde-robes, boudoirs, chambres…) ; elles ne sont plus ouvertes à tous et abritent désormais une sociabilité choisie. Cette conférence propose une exploration de la demeure au fil du XVIIIe siècle, une promenade visant à montrer les évolutions à la fois architecturales et sociales qui conduisent à l’émergence progressive de la notion d’intimité.

Claire Ollagnier est historienne de l’art, diplômée de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, spécialiste de l’architecture et de la culture urbaine du XVIIIe siècle. Elle a publié sa thèse de doctorat aux éditions Mardaga en 2016. Elle a enseigné dans plusieurs universités françaises et participé à de nombreux ouvrages scientifiques et actes de colloques. En 2021 elle co-édite avec Alexia Lebeurre, François-Joseph Bélanger, artiste architecte (1744-1818), un ouvrage collectif dévoilant l’état de la connaissance sur l’un des architectes les plus talentueux de son temps. Parallèlement à ses travaux académiques, Claire Ollagnier a souhaité mettre son savoir scientifique au service d’un plus large public. Elle est notamment l’autrice de La Chambre et l’intime, un récit historique offrant un éclairage inédit sur l’évolution des usages liés à la chambre à coucher.

  • Séance 2 : Jeudi 1er juin 2023

Jan Synowiecki (Université de Caen Normandie) : ‘Se divertir sous les frondaisons des arbres : vauxhalls et jardins-spectacles à Paris dans la seconde moitié du XVIIIe siècle’.

Watteau de Lille (Louis-Joseph Watteau, dit). “Assemblée dans un parc”. Huile sur toile, vers 1785. Paris, musée Cognacq-Jay.

Résumé :
Le XVIIIe siècle a vu fleurir de nouvelles formes de divertissements, et la multiplication des jardins-spectacles – mieux connus sous le terme de vauxhalls – à Paris capitalisait précisément sur l’élargissement des modes de consommation. Ainsi, des entrepreneurs audacieux redoublaient d’inventivité pour attirer un public toujours plus nombreux et exigeant. Indissociables de l’épanouissement de la vie et des sociabilités urbaines, les premiers vauxhalls ont marqué de leur sceau l’histoire des pratiques de loisirs parisiens. Ces édens de l’otium proposaient à un large public, spectacles, récréations et fêtes en tous genres. C’est probablement la fondation du Colisée en 1769 qui témoignait le plus de cette ambition. Répondant à la nécessité de rivaliser avec Londres, cette entreprise périlleuse et coûteuse, qui devait accueillir des réjouissances monarchiques, remettait en question les traditionnels monopoles sur la production des spectacles. Nous verrons notamment comment cette affaire, qui mobilisa l’opinion publique, témoignait de la réarticulation entre État, institutions de production des spectacles et entreprises de loisirs.


Jan Synowiecki est maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Caen Normandie (HisTeMé – UR 7455). Spécialiste de l’histoire urbaine et environnementale des Lumières, il a notamment publié Paris en ses jardins. Nature et culture urbaines au XVIIIe siècle (Champ Vallon, 2021) et, avec Guillaume Lancereau et Suzanne Rochefort, Échos des Lumières. Un XVIIIe siècle pour aujourd’hui (Nouveau Monde Éditions, 2022).

 

  • Séance 3 : Jeudi 22 juin 2023

Pierre-Yves Beaurepaire (Université Côte d’Azur / IUF) : ‘La familiarité du lointain. Voyager, explorer, collectionner au siècle des Lumières’.

Johann-Joachim Kaendler et Peter Reinicke. “Eléphant portant un pot-pourri (vue de côté)”. Paris, musée Cognacq-Jay.

Résumé :
« Diaspora des objets », « artefacts de la rencontre », l’objet est au cœur des recherches actuelles sur l’épreuve du lointain et de l’altérité vécue par les explorateurs du Grand Océan (le Pacifique) mais aussi les consuls « antiquaires » au Levant, les naturalistes à travers Europe et Méditerranée. Experts reconnus ou amateurs, tous collectent, inventorient, dessinent, publient. Leurs découvertes et les objets qu’ils ont rapportés rejoignent les collections particulières des mécènes de ces expéditions, et bientôt les musées. Ils inspirent aussi graveurs, peintres et dessinateurs, permettant à un public élargi d’y avoir accès et de se familiariser avec le lointain jusque dans les espaces de sociabilité.


Pierre-Yves Beaurepaire est professeur d’histoire moderne à l’université Côte d’Azur et membre senior de l’Institut Universitaire de France. Spécialiste de l’Europe et du monde des Lumières, Il a publié une vingtaine d’ouvrages parmi lesquels La France des Lumières 1715-1789 (Gallimard, Folio Histoire, 2022), Les Lumières et le Monde. Voyager, explorer, collectionner (Belin, 2019), Atlas de l’Europe moderne de la Renaissance aux Lumières (Autrement, 2019), Les Illuminati. De la société secrète aux théories du complot (Tallandier, 2022).

 

 



Citer ce billet
Maël Tauziède-Espariat (2023, 16 mars). Cycle de conférences: “Le goût du XVIIIe siècle” (musée Cognac-Jay, du 20 avril au 22 juin 2023). Groupe de Recherche en Histoire de l'Art Moderne. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p750

Maël Tauziède-Espariat

Docteur en histoire de l'art

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search