Compte rendu d’exposition : “Evaristo Baschenis (1617 – 1677). Le triomphe des instruments de musique dans la peinture du XVIIe siècle” (Paris, galerie Canesso, du 6 octobre au 10 décembre 2022)

Ill. 1. Evaristo Baschenis, Nature morte aux instruments de musique, hst, 115 x 163 cm, signature sur le pied gauche de la table “EVARISTUS/BASCHENIS/B”, collection particulière

La galerie Canesso vient de consacrer une exposition à Evaristo Baschenis (1617-1677), le prêtre-peintre, actif à Bergame au milieu du XVIIe siècle, célèbre déjà en son temps pour ces natures mortes d’instruments de musique. Cette initiative, inspirée au marchand d’art parisien par l’étude récente que l’historienne de l’art Ornat Lev-er dédie à Baschenis, lui permettait par la même occasion d’offrir la première exposition monographique en France sur le maître de Bergame[1]. Cette exposition vient compléter la série d’événements que la galerie a dévolu au genre de la « nature morte » depuis plusieurs années[2].

L’initiative de Maurizio Canesso s’inscrivait par ailleurs dans un mouvement de regain d’intérêt pour l’objet « nature morte » dont témoignent les travaux de Sybille Ebert-Schifferer[3], d’Étienne Jollet[4], puis plus récemment de Jan Blanc[5], de Laurence Bertrand Dorléac[6] et finalement de l’exposition Les Choses que vient de lui consacrer le musée du Louvre[7]. Ainsi, l’entreprise de la galerie Canesso offrait l’occasion d’expérimenter l’une des thèses de Charles Sterling[8], rappelée dans le cadre de l’exposition Les Choses, soulignant l’importance des tarsie lignee (panneaux de marqueterie) en tant que prodromes de l’éclosion de la nature morte moderne au XVIIe siècle[9]. Cette thèse s’intègre dans une spécificité italienne que l’œuvre de Baschenis illustre par le potentiel stéréométrique des objets représentés : luths, luths-théorbes, violones, guitares et violons.

 Le luth en effet, en tant qu’objet dont les proportions sont difficiles à restituer, apparaît dans tous les traités de perspective, et ceci dès le De Perspectiva pingendi (ca. 1460-80) de Piero della Francesca ; il est par conséquent très souvent représenté dans les tarsie lignee qui sont l’une de ses applications artistiques. C’est, en effet, à l’usage des peintres et marqueteurs que les théoriciens ou les peintres théoriciens élaborèrent des procédés perspectifs empiriques et mécaniques qui étaient eux-mêmes issus des pratiques d’atelier, comme l’a suggéré la critique contemporaine[10].

Baschenis utilise des « dessins à reliefs » ou cartons qu’il emploie pour calquer et reporter les différentes figures sur la toile. Ce procédé a permis de comprendre comment le prêtre-peintre parvenait à varier ses compositions extraordinairement calibrées par blocs stéréométriques. C’est grâce à ce procédé que son célèbre atelier put produire des compositions aux sujets semblables mais aux formes toujours différentes. Par ailleurs, la diffusion et l’utilisation des « dessins à relief », légués par le prêtre-peintre à sa mort à l’un de ses aides donna lieu, au sein d’autres ateliers, à la naissance d’un style nommé manière bergamasca qui perdure jusqu’au XIXe siècle avancé.  

L’exposition présentait neuf tableaux, dont deux provenaient de l’Accademia Carrara de Bergame et un du Museo teatrale alla Scala de Milan. On pouvait admirer, en outre, des instruments baroques en écho aux objets peints provenant de la prestigieuse collection Giovanni Accornero de Lugano. L’accrochage faisait ainsi rêver au cycle, perdu, de huit natures mortes d’inspirations musicales : « son œuvre sans doute la plus prestigieuse[11] » que Baschenis réalise en 1675 pour le couvent bénédictin de San Giorgio à Venise.

Ill. 2. Evaristo Baschenis, Académie de musique d’Evaristo Baschenis et Ottavio Agliardi, hst, 115 x 163 cm, signature sur le bord de l’épinette “EVARISTUS / BASCHENIS / BERGOMI / P.”, collection particulière

L’exposition offrait tout particulièrement la possibilité de contempler l’extraordinaire triptyque Agliardi (dans la collection des commanditaires ab antiquo). L’un des trois tableaux du triptyque nous montrait, entre les bras d’Alessandro Agliardi, une précieuse guitare du célèbre luthier Giorgio Sellas de Füssen, installé à Venise dans la première moitié du XVIIe siècle, tandis qu’une semblable guitare issue de ce même atelier, était exposée dans la pièce à côté. Le tableau central offrait quant à lui l’unicum, dans l’œuvre du maître, d’une mouche posée sur une tablature italienne pour luth qui a inspiré à Gian Casper Bott l’un des textes les plus savoureux de la littérature sur Baschenis (qu’il faut s’empresser de relire)[12]. Le chercheur y convoque tour à tour la fable antique et la figure ingénieuse ; la tromperie et la désillusion ; les jeux linguistiques et Leon Battista Alberti ; Emanuele Tesauro et Pythagore, pour in fine insister sur la multiplicité de sens caractéristique de la poétique baroque et des toiles de Baschenis en particulier (ill. 1). Dans le troisième tableau du triptyque le peintre apparaît à l’épinette. Il semble fixer le spectateur, les lèvres serrées, les yeux souriant à la place des lèvres. On est surpris de songer au peintre abstrait Martin Barré (1924 – 1993) en scrutant ces grandes plages de couleurs unies si on les considère de loin, tandis que de près ce sont des essences où la couleur tantôt blêmit, tantôt miroite. Les couches de peinture sont parfois si minces que, plus infimes encore que la poussière, on y décèle le gras de la peau à jamais imprimé sur la caisse du violone qui prend place le long d’une diagonale qui fend l’espace d’où tout un phrasé se déroule (ill. 2).

Les notations musicales peintes dans les toiles du prêtre-peintre sont d’une façon générale purement décoratives. Toutefois, dans le cadre de cette exposition, l’examen rapproché d’un tableau a permis de déchiffrer la partition ouverte sur l’épinette (ill. 3). Lorenzo Girodo a en effet démontré qu’il s’agissait d’un extrait tiré du Second Livre de Madrigaux à cinq voix de Roland de Lassus dans l’édition vénitienne de 1568 publiée par Antonio Gardano et peinte probablement à l’instigation du commanditaire. Cette découverte reliait soudainement ce tableau à la seule autre toile du maître où une feuille intitulée Recercada Quinta est également déchiffrable. Le tableau concerné par cette feuille a été légué en 1908 par un particulier aux Musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles avec une attribution à Francesco Maltese. Il était classé parmi les anonymes hollandais du XVIIe siècle jusqu’au discernement de la signature « EVARISTUS BASCHENIS F. » à la faveur d’une restauration. La redécouverte, après deux siècles d’oubli, du maître de Bergame eut donc lieu concomitamment à la première grande exposition consacrée aux peintres de natures mortes du XVIIe siècle au Rotterdamsche Kunstkring de Rotterdam (Duth Still-life 1909). Peu après, lorsque en 1912 Michele Biancale consacra une première étude à Baschenis[13], Pablo Picasso, Georges Braque et Juan Gris peignirent des natures mortes aux instruments de musique où la vision perspective classique était abolie et où l’on pouvait penser que la réapparition des œuvres du maître de Bergame avait pu avoir une quelque incidence[14].

Ill. 3. Evaristo Baschenis, Nature morte aux instruments de musique, hst, 79 x 98 cm, collection particulière

En guise de conclusion, on ne peut que remercier la galerie Canesso de nous avoir conviés à ce voyage à Bergame, où autour de la Chapelle de la Basilique Santa Maria Maggiore, la ville s’offre, au XVIIe siècle une vie musicalement intense, variée, au sein d’une région riche d’échanges avec les villes environnantes gravitant autour de Venise[15]. C’est là, dans ce milieu propice, qu’Evaristo Baschenis invente une façon de peindre les instruments de musique qui, par les jeux de rotation des « dessins à reliefs » à la manière des tarsie lignee des XVe et XVIe siècles, parvient à restituer quelque chose du langage propre à la musique elle-même.

 

Claudia SALVI, docteure en histoire de l’art & experte en peinture ancienne.


[1] Ornat Lev-er, Still-Life as a Portait in Early Modern Italy. Baschenis, Bettera and the Painting of Cultural Identity, Amsterdam, 2019. Les études et les expositions sur Baschénis depuis le livre de Marco Rosci, Baschenis, Bettera & Co. Produzione e mercato della natura morta del Seicento, Milan, 1971 ce sont multipliées. Citons parmi les plus importantes : F. Rossi (sous la dir.), Evaristo Baschenis e la natura morta in Europa, Bergame, Galleria d’Arte Moderna e Contemporanea, 4 octbre 1996 – 12 janvier 1997, Milan, 1996. Citons aussi : A. Bayer (sous la dir.) The Still Lifes of Evaristo baschenis. The Music of Silence, New York, The Metropolitan Museum of Art, 17 novembre 2000 – 4 mars 2001, Milan-New York, 2000.

[2] L’œil gourmand, Paris, galerie Canesso, 26 septembre 2007 – 27 octobre 2007, cat. expo. sous la direction de Véronique Damian ; Se régaler avec les maîtres anciens, Paris, galerie Canesso, 3 février 2021 30 juillet 2021 ; L’amour dans l’art, Paris, galerie Canesso, 1er octobre 2020 – 20 novembre 2021.

[3] Sybille Ebert-Schifferer, Natures mortes, Paris, 1999.

[4] Etienne Jollet, La nature morte ou la place des choses, Paris, 2007.

[5] Jan Blanc, Stilleven. Peindre les choses au XVIIe siècle, Paris, 2020.

[6] Laurence Bertrand Dorléac, Pour en finir avec la nature morte, Paris, 2020.

[7] Les choses. Une histoire de la nature morte, sous la direction de Laurence Bertrand Dorléac, Paris, musée du Louvre, 12 octobre 2022 – 23 janvier 2023. Voir le compte rendu par Maël Tauziede-Espariat ici même.

[8] Charles Sterling, La nature morte de l’antiquité à nos jours, catalogue de l’exposition, Paris, Orangerie des Tuileris, 1952 ; voir également l’ouvrage de synthèse, édité de nombreuses fois et en plusieurs langues et ayant le même titre que l’exposition.

[9] Dans l’exposition Les Choses ont pouvait voir deux panneaux de marqueterie de Fra Vincenzo dalle Vacche, dit Vincenzo da Verona (1446?-1531/32). Ces deux panneaux sont conservés au département des objets d’art du musée du Louvre (inv. OA7822 et OA7823).

[10] Marisa Dalai Emiliani, « Materiali e congetture per il laboratorio prospettico di Baschenis », in F. Rossi (sous la dir.), Evaristo Baschenis e la natura morta in Europa, catalogue d’exposition, Bergame, Galleria d’Arte Moderna e Contemporanea, 4 oct. 1996 – 12 jan. 1997, Milan, 1996, p. 105-111.

[11] Enrico De Pascale, « Evaristo Baschenis (Bergame, 1617 – 1677) un peintre-musicien-prêtre-marchand », dans E. De Pascale (sous la dir.), Evaristo Baschenis (1617-1667), Le triomphe des instruments de musique dans la peinture du XVIIe siècle, Paris, 2022, catalogue de l’exposition, Paris Galerie Canesso, 6 octobre – 10 décembre 2022, p. 24.

[12] Gian Casper Bott, « La mosca, le mele, la polvere : la musica dipinta in un quadro di Evaristo Baschenis », dans F. Rossi (sous la dir.), Evaristo Baschenis e la natura morta in Europa, Bergame, Galleria d’Arte Moderna e Contemporanea, 4 octbre 1996 – 12 janvier 1997, Milan, 1996, p. 117-123 ; Voir également du même auteur, Der Klang im Bild : Evaristo Baschenis und die Erfindung des Musikstillebens, Berlin, 1997.

[13] Michele Biancale, « Evaristo Baschenis, Bergamasco, dipintore degli antichi liuti italiani”, L’Arte, XV, n° 41, octobre 1912, p. 321-344.

[14] N. Worms de Romilly, Braque, le cubisme : fin 1907-1914, Paris, 1982, p. 306-308 ; F.C. Legrand, « Baschenis et l’amour des formes », Les Arts plastiques, 1953, p. 375-381.

[15] M. Eynard, « La musique à Bergame au XVIIe siècle », dans E. De Pascale (sous la dir.), Evaristo Baschenis (1617-1667), Le triomphe des instruments de musique dans la peinture du XVIIe siècle, Paris, 2022, catalogue de l’exposition, Paris Galerie Canesso, 6 octobre – 10 décembre 2022, p. 26-31.



Citer ce billet
guestgrham (2023, 6 mars). Compte rendu d’exposition : “Evaristo Baschenis (1617 – 1677). Le triomphe des instruments de musique dans la peinture du XVIIe siècle” (Paris, galerie Canesso, du 6 octobre au 10 décembre 2022). Groupe de Recherche en Histoire de l'Art Moderne. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p74y

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search