Compte rendu de la conférence de Guillaume Kazerouni (3 novembre 2015) : « Les tableaux de l’abbé Desjardins, une exposition impossible ? »

Simon Vouet, Saint François de Paule ressuscitant l'enfant de sa sœur, 1648, huile sur toile, Québec, église Saint-Henri-de-Lévis.

Simon Vouet, Saint François de Paule ressuscitant l’enfant de sa sœur, 1648, huile sur toile, Québec, église Saint-Henri-de-Lévis.

Dans le cadre d’une conférence qui s’est déroulée le 3 novembre 2015 à l’INHA, Guillaume Kazerouni a présenté le projet d’une exposition préparée par le Musée des Beaux-Arts de Rennes (MBAR), dont il est le responsable des collections anciennes, en partenariat avec le Musée National des Beaux-Arts du Québec (MNBAQ). Placé dans la continuité de l’exposition qu’il a consacré aux peintures des églises de Paris au XVIIe siècle (Musée Carnavalet, 2012-2013) [1], ce nouveau volet a pour but de révéler l’histoire et la composition d’un ensemble important de peintures provenant des églises parisiennes, peu à peu oublié depuis son transfert au Québec sous la Restauration par l’abbé Philippe-Jean-Louis Desjardins (1753-1833).

Après avoir exposé quatre-vingt tableaux issus de cet ensemble, il est prévu que le MNBAQ confie quarante peintures originales au MBAR dans le cadre de son exposition consacrée aux tableaux de l’abbé Desjardins entre juin et septembre 2017 à Rennes. En lien avec ce partenariat international dédié à la  peinture d’église, deux autres projets muséaux sont en cours de préparation. Tout d’abord, le musée du Petit Palais et sept églises parisiennes devraient présenter au cours du printemps 2017 des œuvres peintes au XVIIIe siècle pour des édifices religieux de Paris. Ensuite, la chapelle Saint-Sauveur à Saint-Malo pourrait recueillir au même moment une trentaine de peintures des XVIIe et XVIIIe siècle provenant des églises de Bretagne. Ces expositions bretonnes et parisiennes seraient alors complétées par des colloques[2].

Ce programme d’une grande ampleur est favorisé par la redécouverte de l’entreprise pédagogique et mercantile de l’abbé Desjardins[3]. Ayant émigré au Québec durant la Révolution française, il constate une carence d’images pieuses dans ce territoire. À son retour en France, il achète cent-quatre-vingt tableaux d’église saisis comme biens nationaux et les revend aux églises canadiennes ou à des particuliers. Cet événement, dont l’exposition célèbre précisément le bicentenaire, marque le début d’un intérêt pour la « peinture européenne » au Canada. Dès lors, des peintres sont formés pour restaurer et copier les œuvres anciennes ; des amateurs en font l’étude, comme le peintre Joseph Légaré (1795-1855) dont la collection de tableaux constitue le premier musée du Québec (aujourd’hui au Musée de l’Amérique francophone).

Cette opération outre-Atlantique conduit aussi à la dispersion des peintures, à la détérioration des supports, voire même à la modification des compositions pour les adapter au saint patron  du lieu. Par exemple, Guillaume Kazerouni vient de déceler le saint Antoine peint par Simon Vouet (1590-1649) pour la chapelle du château de Chilly, oublié depuis trois siècles et que les Québécois avaient transformé en saint Roch.

Malgré les dispersions et les incendies (fréquents), une centaine de peintures – soit soixante-dix originaux et une trentaine de copies anciennes – de l’abbé Desjardins sont localisées. Ce fonds à peu près inédit est d’un intérêt exceptionnel pour la recherche scientifique. Dans une démarche historienne, il appelle notamment des éclaircissements sur le fonctionnement du marché de l’art, ou encore sur le goût au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. Ainsi, l’exportation des peintures dénote un certain désintérêt des musées français et des amateurs de l’époque. Dans une perspective attributionniste, le fonds vient compléter le catalogue de peintres célèbres (Simon Vouet ; Claude Vignon ; Philippe de Champaigne ; Nicolas Loir ; frère Luc ; Pierre-Jacques Cazes ; Pierre Dulin ; Charles-Michel-Ange Challe ; Jean-Jacques Lagrenée ; François-Guillaume Ménageot etc.) et d’autres moins connus dont l’historiographie reste à écrire.

——————————————

[1] Guillaume KAZEROUNI (dir.), Les couleurs du ciel : peintures des églises de Paris au XVIIe siècle, catalogue de l’exposition présentée au Musée Carnavalet du 4 octobre 2012 au 24 février 2013, Paris-Musées, 2012, 371 p.

[2] Organisés sous la direction de Guillaume Glorieux (Université de Rennes) et Laurier Lacroix (Université de Montréal) pour Rennes et de Marie Montfort (Conservation des Œuvres d’Art Religieuses et Civiles) et Christophe Leribault (Petit Palais) pour Paris.

[3] Laurier Lacroix, professeur d’histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal, est le spécialiste de l’abbé Desjardins et de son frère Louis-Joseph Desjardins (1766-1848), ecclésiastique français puis canadien qui a également favorisé la répartition des tableaux parisiens au Québec.