Compte rendu d’exposition : “Louis XV. Passions d’un roi” (Château de Versailles, 18 octobre 2022 – 19 février 2023)

Ill. 1. affiche de l’exposition

            À la tête du royaume pendant près de 60 ans, Louis XV eut le règne le plus long de l’histoire de France après celui de son illustre arrière-grand-père, Louis XIV. À l’occasion du tricentenaire de son sacre, le château de Versailles rend hommage à cette longévité en consacrant une vaste exposition au monarque « Bien-Aimé ». Réunies sous le commissariat d’Hélène Delalex et d’Yves Carlier, plus de 400 œuvres évoquent les « passions d’un roi » et invitent les spectateurs à découvrir les multiples facettes de sa personnalité complexe (ill.1). La recherche ayant beaucoup progressé depuis la célèbre exposition de 1974 sobrement intitulée « Louis XV. Un moment de perfection de l’art français », il était nécessaire selon la conservatrice Hélène Delalex de « faire le point » sur l’homme derrière le souverain.

            Si cet objectif affiché est parfaitement rempli, on ressort de l’exposition séduits par la qualité des objets sélectionnés, plus que par l’audace des questionnements relatifs aux intérêts culturels et artistiques de Louis XV. Surtout, l’exposition peine à expliquer comment les « passions » du roi marquèrent la politique culturelle française du XVIIIe siècle. Partant, quel rôle joua vraiment le souverain dans la constitution de ce qu’on appelle communément le « style Louis XV » ? Le parcours muséal s’organise autour de trois axes éclairant respectivement la vie privée du roi (enfance, famille, entourage), ses passions dans des domaines déjà bien connus (sciences, chasse, architecture) et les arts de son temps. Mais tout au long de ce parcours, les liens entre l’homme privé,  l’homme politique et le goût de l’époque restent assez évanescents. Et pour cause, le roi ne fut pas l’instigateur d’un style ; il se contenta d’épouser la tendance de ses contemporains. Ce n’est que le XIXe siècle qui associera son nom à une production artistique.

            La visite réserve de belles découvertes : la muséographie est souvent spectaculaire et les objets exposés sont remarquables. L’exposition est ainsi rythmée par une grande variété d’œuvres qui reflètent les goûts d’un roi (ou plutôt d’une époque ?) pour des formes souples, des couleurs éblouissantes, des matériaux précieux et des mécanismes ingénieux. Louis XV s’étant peu intéressé à la peinture et à la sculpture – nous renvoyons ici à l’essai de Gwenola Firmin dans le catalogue d’exposition qui pose la question : « Louis XV aimait-il la peinture, et laquelle ? » -, l’exposition devait nécessairement s’extirper d’un biais ordinaire à l’histoire de l’art qui se focalise trop souvent sur ces deux arts. Précédemment, les expositions Madame du Barry ; de Versailles à Louveciennes (1992) et Madame de Pompadour et les Arts (2002) avaient contourné le faible intérêt de Louis XV pour la peinture et la sculpture en montrant qu’à défaut d’être un grand mécène, il avait su s’entourer de favorites qui jouèrent brillamment ce rôle. Cette fois-ci, la gageure est tenue par un autre moyen : l’exposition assume ce faible intérêt du souverain pour les beaux-arts traditionnels et met en avant son goût pour des choses utiles tels que les arts de la table, le costume, la mécanique, l’astronomie, la botanique, le mobilier ou encore l’architecture. Cet éclectisme, particulièrement efficace pour exprimer les centres d’intérêts d’un souverain des Lumières, avait déjà fait le succès de l’exposition Les Animaux du Roi (Château de Versailles, 2021-2022).

Ill.2: salle d’exposition avec la commode de Gaudreaus

            Chaque salle, avec sa scénographie particulière, est un bel écrin. Jouant sur des ruptures d’échelle entre la dimension des objets et celle des lieux, l’avant-dernière salle présente de façon spectaculaire, et pour la première fois au château, la commode livrée pour la chambre de Louis XV à Versailles (ill.2). Prêt exceptionnel de la Wallace Collection et restaurée pour l’occasion, elle résulte de la collaboration de l’ébéniste Antoine-Robert Gaudreaus (1680-1746) et du « sculpteur, fondeur et ciseleur du roi » Jacques Caffieri (1678-1755) d’après un dessin de Sébastien-Antoine Slodtz (1695-1754). La commode fait d’ailleurs l’objet d’une autre actualité puisqu’elle illustre la première de couverture de la toute récente monographie consacrée à Gaudreaus par Daniel Alcouffe, Elisabeth Grall et Jean Perfettini aux éditions Faton. Une imposante installation contemporaine (Après nous, le déluge) commandée au collectif Lignereux occupe la même salle, sans doute pour accrocher l’œil du curieux en lui faisant prendre conscience de la modernité des formes élaborées sous le règne de Louis XV. Il n’est pas sûr que l’idée d’un dialogue entre le passé et le présent atteigne toujours son but. L’œuvre n’en constitue pas moins un point d’orgue qui satisfait, du même coup, l’appétit des candidats au cliché instagrammable. 

Ill.3: Jean-Baptiste Oudry, Un ananas dans un pot, posé sur une plinthe de pierre, huile sur toile, 1733, Versailles, musées des châteaux de Versailles et de Trianon

            Malheureusement, la volonté de créer des ambiances sensationnelles nuit parfois à la lisibilité du parcours. Ainsi, la salle consacrée au crime de lèse-majesté commis par Robert-François Damiens en 1757 plonge le visiteur dans une ambiance lugubre tout à fait convaincante, mais elle n’entretient aucun lien avec le propos de l’exposition. L’entremêlement des pièces à conviction du procès et les descriptions de l’insoutenable exécution (le dernier supplice public en France précise le cartel) participent d’une quête de sensationnel au détriment du traitement historique. On comprend que l’événement laissa d’indélébiles séquelles chez Louis XV et passionna la France entière mais sans cartels explicatifs, on a du mal à cerner ce qu’apportent aux « passions d’un roi » le mystérieux gant exposé ou encore les quatre couteaux de cuisine saisis dans la famille de Damiens.
            Ailleurs, la présentation d’objets du quotidien de Louis XV et de documents rédigés dans l’intimité renoue plus efficacement avec le propos de l’exposition : rendre sensible la figure de l’homme privé. C’est le cas de ses cahiers d’écoles, dont l’écriture de moins en moins maladroite laisse imaginer les longues heures de leçon. Face à ceux-ci, un mur d’estampes sur le thème des cérémonies funéraires de la Maison de France témoigne de l’atmosphère sombre qui plana sur une enfance marquée par le deuil. Là encore, une riche vitrine prenant la forme d’un autel privé permet d’évoquer les pieuses inquiétudes du Très-Chrétien. Dans un registre plus plaisant, une nature morte de Jean-Baptiste Oudry (1686-1755), Un ananas dans un pot, commémore l’un des cadeaux de Noël de Louis XV (ill.3).  La fructification d’un plan venu des Caraïbes dans les serres de Versailles en 1733 était alors un véritable exploit. Et quoi de plus évident que d’offrir le « roi des fruits » à Sa Majesté, un roi jardinier passionné de botanique.

Ill.4: Présentation de la pendule astronomique de Passemant

            L’exposition exploite par ailleurs pleinement les grands espaces offerts par les salles d’Afrique et de Crimée. Afin de concentrer l’attention du visiteur, une scénographie légère et aérée a été retenue. Elle rendrait très certainement la déambulation agréable si cette dernière n’était pas gênée par la densité des visiteurs. En effet, les salles d’exposition temporaire ne sont pas séparées du parcours permanent : des touristes, souvent perdus, cherchent un accès aux appartements du Roi-Soleil et embouteillent les salles de l’exposition temporaire dont ils regardent à peine les œuvres. La surexploitation du château de Versailles n’est pas nouvelle et on y assiste impuissants. La catastrophe n’est jamais loin. Alors que nous regardions un Portrait du Régent par Jean-Baptiste Santerre (1651-1717), un enfant a accroché avec son sac le cadre du tableau : dans l’indifférence générale, le malheureux portrait a accusé un mouvement pendulaire comparable à celui du balancier de la pendule astronomique de Claude-Siméon Passemant (1702-1769) présentée dans la section précédente (ill.4).

            Employées à bon escient, les tablettes numériques dévoilent les subtils et inattendus effets de certaines œuvres. On pense ici aux mécanismes d’un rarissime tableau mouvant représentant les différents épisodes de l’Éducation de Louis XV attribué au père Sébastien Truchet (1657-1729) : un bouton poussoir permet à quatre huiles peintes sur cuivre de se diviser pour se révéler les unes après les autres. On découvre encore, grâce à une animation informatique, un remarquable Portrait allégorique de Louis XV peint par Charles-Amédée van Loo (1719-1795) conçu pour être vu en anamorphose : observées à travers une lunette à facettes, toutes les allégories de la Vertu concourent à former le visage du Roi (ill.5).

Ill.5: Charles-Amédée van Loo, Portrait allégorique du roi Louis XV, 1762, huile sur toile, Versailles, musées des châteaux de Versailles et de Trianon

            La reconstitution du cycle des chasses exotiques, réalisée pour la Petite Galerie du Roi de ses petits appartements de Versailles entre 1735 et 1739, est une vraie réussite. Le cycle permet de concilier la chasse, qui était l’une des principales passions du souverain, avec une curiosité pour des terres lointaines et souvent fantasmées. Louis XV apprécia vraisemblablement ce décor puisqu’il le conserva dans ses petits appartements, qu’il faisait pourtant régulièrement réaménager, jusqu’en 1767. La galerie comprend les neuf tableaux de grand format commandés aux plus célèbres peintres de l’Académie royale ; ces œuvres constituent une vitrine du savoir-faire de l’« école française » en termes de coloris, de mouvement et d’exotisme. Pour l’occasion, elles ont été décrochées des cimaises du musée d’Amiens où elles ont été remplacées par six peintures de la chambre de Louis XIV à Versailles qui sont ordinairement placées à 10 mètres du sol et difficiles à voir.  La galerie des chasses exotiques est précédée d’une antichambre qui permet de redécouvrir deux majestueux tableaux plus tardifs de Jean-Jacques Bachelier (1724-1806) – Un lion d’Afrique et Un ours de Pologne combattu par des dogues – qui montrent combien la passion cynégétique du souverain entraîna une production de qualité dans le genre de la peinture animalière.

            En privilégiant le didactisme et la pureté muséographique, les commissaires tentent de concilier belle forme et fond synthétique. Toutefois, c’est une image finalement assez scolaire et peu innovante du souverain qui se dégage de l’ensemble. La scénographie est grandiose, l’exposition offre aux visiteurs des points de repères certains mais, sur le plan des idées, elle pourra frustrer un public plus averti. Ceux-ci pourront néanmoins se reporter à l’imposant catalogue qui foisonne d’essais fouillés. Seule l’accumulation pertinente des objets permet d’ébaucher par petites touches les centres d’intérêt du monarque, mais sans faire de lui un mécène équivalent à Catherine II. Cette affirmation de la forme au détriment du fond permet sans doute de répondre aux attentes d’un certain public mais la valorisation des collections publiques ne devrait-elle pas aller un peu plus loin ?

Maxime BRAY et Maël TAUZIÈDE-ESPARIAT



Citer ce billet
Maël Tauziède-Espariat (2023, 20 février). Compte rendu d’exposition : “Louis XV. Passions d’un roi” (Château de Versailles, 18 octobre 2022 – 19 février 2023). Groupe de Recherche en Histoire de l'Art Moderne. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p74v

Maël Tauziède-Espariat

Docteur en histoire de l'art

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search