Prochaine vente de peintures et arts graphiques chez Artcurial (Paris, 13 novembre 2015)

Parallèlement au salon Paris Tableau qui vient d’ouvrir ses portes, Artcurial expose un important ensemble de peintures des XVIIe et XVIIIe siècles en attendant la mise aux enchères qui se déroulera sous la direction du commissaire-priseur Matthieu Fournier le vendredi 13 novembre à 14h30 dans les locaux parisiens de la maison de vente. La centaine de lots en lien avec la période moderne n’a pas l’homogénéité et la qualité de la collection Grandchamp des Raux dispersée par ses soins le 26 mars dernier.  En outre, le catalogue peine à concilier une présentation thématique tout en préservant l’intégrité des collections particulières mises en vente[1]. En dépit de cet enchevêtrement – parfois nécessaire au marché de l’art -, le catalogue comprend un index appréciable. Surtout, quelques œuvres exceptionnelles sont à signaler, notamment dans le genre de la peinture d’histoire, des marines et de la nature morte. Bien que la cotation mercantile reflète, dès le XVIIIe siècle, un système de valeur fondé sur le goût du public, la présentation des lots remarquables s’organise ici d’après la hiérarchie des genres académiques établie au Grand Siècle par André Félibien (1619-1695).

Louis Finson, Madeleine en extase, 1613, hst, 112,50 x 88,50cm

Louis Finson, Madeleine en extase, 1613, hst, 112,50 x 88,50 cm

Dans le domaine de la peinture d’histoire, une œuvre présentée par Artcurial ne manquera pas de se trouver au cœur d’un débat caravagesque. Il s’agit de la Madeleine en extase (1613) portant la signature de Louis Finson (1585-1617), estimée 30 000 à 40 000 € (lot 1). C’est l’une des nombreuses copies d’un tableau de Caravage aujourd’hui perdu, et derrières lesquelles des spécialistes cherchaient encore l’original en 2014[2] : un cartel fait apparaître le nom de Finson, mais le tableau diffère légèrement de celui attribué au même artiste par le musée des Musée des Beaux-Arts de Marseille.

Jean-François de Troy, Vénus et l'Amour, hst, 111 x 144 cm

Jean-François de Troy, Vénus et l’Amour, hst, 111 x 144 cm

Concernant le XVIIIe siècle, l’exposition comprend un ancien dessus-de-porte inédit de Jean-François de Troy (1679-1752) mettant en scène Vénus et l’Amour, estimé 30 000 à 40 000 € (lot 7), ainsi que Sarah présentant Agar à Abraham (1749) de Joseph-Marie Vien (1716-1809), estimé entre 150 000 et 200 000 € (lot 27). Par ailleurs, les amateurs peuvent aiguiser leur connoisseurship sur une dizaine d’œuvres non attribuées, en particulier deux esquisses de l’école française (ca. 1760) représentant Énée abandonné par Vénus (lot 89) et La naissance de la Vierge (93), toutes deux estimées en deçà de 6000 €.

La scène de genre est faiblement représentée, mais il convient de signaler une Famille jouant aux cartes dans un intérieur rustique d’Antoine de Favray (1706-1798), estimée 20 000 à 30 000 € (lot 8) et une gouache (lot 21) de Nicolas Lavreince (1737-1807). Parmi les onze peintures hollandaises de la « collection d’un amateur parisien » se trouve en particulier des Buveurs et fumeurs dans un intérieur d’Adriaen van Ostade (1610-1685), estimé 15 000 à 20 000 € (lot 51).

Jean-Baptiste Oudry, Portrait d'homme en chasseur, hst, 146 x 112 cm

Jean-Baptiste Oudry, Portrait d’homme en chasseur, hst, 146 x 112 cm

Outre des têtes d’expression, l’Héraclite (lot 30) d’Étienne Parrocel (1696-1775) et l’impressionnant Portrait d’homme en chasseur (1725) de Jean-Baptiste Oudry (1686-1755), estimé 250 000 à 300 000 € (lot 29), la vente comprend deux portraits au pastel. Le premier est à signaler en raison de l’actualité artistique et de l’identité hypothétique du modèle : il s’agit d’un Portrait présumé de Madame Geoffrin (lot 10) peint par Louis Vigée (1715-1767), père d’Élisabeth Vigée-Lebrun dont les portraits sont actuellement exposés au Grand Palais. Le second est un Autoportrait à l’âge de vingt-cinq ans qui permet de redécouvrir le talent d’un artiste bourguignon, Claude Hoin (1750-1817).

Charles-François Lacroix de Marseille, Port animé de personnages, hst, 39 x 54 cm

Charles-François Lacroix de Marseille, Port animé de personnages, hst, 39 x 54 cm

Dans le genre du paysage, signalons un beau tableau de Gaspard Dughet (1615-1675), estimé 40 000 à 60 000 € (lot 79), un Paysage rocheux d’Hubert Robert (1733-1808), estimé 60 000 à 80 000 € (lot 9), ainsi que plusieurs marines mises en scène dans le goût de Joseph Vernet, à savoir deux Lacroix de Marseille (lots 14 et 32), un Jean-Baptiste Lallemand (lot 31) et un Alexandre-Jean Noël (lot 23).

Dans le domaine de la peinture animalière, Jean-Baptiste Oudry est l’auteur d’une Chienne blanche à l’arrêt devant un lapin et un colvert (1742) qui servait probablement de dessus-de-porte au château de Choisy. Elle est estimée 200 000 à 300 000 € (lot 28).

Compte tenu des attentes du marché, Artcurial réunit une majorité de natures mortes (une vingtaine sur environ cent lots). Des œuvres de Paul Dorival (1604-1684), François Garnier (ca. 1600-ca. 1658), Nicola van Houbraken (1660-1723) forment un écrin autour de la luxuriante Marchande de fruits de Louyse Moillon (1610-1696), estimée 150 000 à 200 000 € (lot 39). À noter aussi, les œuvres raffinées de Jacob van Hulsdonck (1582-1647) et Isaac Soreau (1604-1644), estimées respectivement 250 000 à 350 000 € (lot 44) et 100 000 à 150 000 € (lot 45).

Jacob van Hulsdonck, Pêches, prunes et raisins dans une coupe en porcelaine bleue de Chine, hst, 48 x 64 cm

Jacob van Hulsdonck, Pêches, prunes et raisins dans une coupe en porcelaine bleue de Chine, hst, 48 x 64 cm

Outre ces peintures, la vente comprend notamment des dessins de Jacopo Confortini (lot 81), Pietro Liberi (lot 84), Hubert Robert (lot 17), Jean-Baptiste Regnault (lot 12), Constantin d’Aix (lot 15) et une curieuse étude pour Les antiquaires de Louis-Léopold Boilly (lot 22).

—————————-

[1] L’organisation et l’enchaînement des thèmes du catalogue manquent de clarté : par exemple ; après des chapitres intitulés « Les XVIIe et XVIIIe siècles français » et « Invitation à la vie silencieuse », la partie consacrée aux écoles nordiques n’est pas annoncée (la transition est peut-être suggérée par le fait que les peintres hollandais se sont illustrés dans le genre de la nature morte). S’ensuivent des « Voyages en Italie », des « Anonymes en quête d’attribution » et « Les débuts du XIXe siècle ». Dans ce premier classement sont intercalées deux collections particulières, à savoir, pour des peintures principalement françaises, « rue Galliera – collection d’un couple d’amateurs » (lots 27-35), et la « collection d’un amateur parisien », consacrée à l’art hollandais (lots 44-55).

[2] Dario Pappalardo, « “E’ lei la vera Maddalena”. Svelato il mistero di Caravaggio », dans La Reppublica, 24/10/2014.