Soutenance de thèse : ” Louis Galloche (1670-1761). L’ordre de la peinture” par Marine Roberton

Louis Galloche, Hercule rendant Alceste à Admète, 1711, huile sur toile, 161 x 193 cm, Paris, Beaux-Arts de Paris.

 

Type : Soutenance de thèse

Date : 16 décembre 2022 à 12h30

Lieu : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, Salle  Fabri de Peiresc

 

L’ED 441 a le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse de Marine ROBERTON, préparée sous la direction du professeur Étienne Jollet.

Louis Galloche (1670-1761). L’ordre de la peinture

Le 16 décembre 2022

À 12h30, salle Fabri de Peiresc, Galerie Colbert.

Membres du jury

Mme Susanna CAVIGLIA-BRUNEL, Associate Professor of Art, Duke university, Examinatrice

Mme Christine GOUZI, Professeure des universités, Sorbonne Université, Examinatrice 

M. Martial GUÉDRON, Professeur des universités, Université de Strasbourg, rapporteur

Étienne JOLLET, Professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur de thèse

Mme Sophie RAUX, Professeure des universités, Université Lyon 2, Rapporteuse

Résumé 

Né au sein d’une famille de marchands, Louis Galloche appartient à la petite bourgeoisie parisienne. Son père, qui nourrit pour lui de grandes ambitions, confie son éducation aux Jésuites dans l’espoir de le voir un jour accéder à des fonctions importantes, mais sa scolarité révèle surtout sa grande dévotion. Un moment tenté par les ordres, il renonce au monde des offices afin de se consacrer à la peinture, sa vocation. Le choix de ce métier, qui lui permet de vivre ses convictions religieuses tout en donnant libre cours à ses appétences artistiques, est tout à fait révélateur de sa personnalité. Louis Galloche est en effet un homme de la synthèse. Formé au métier de peintre dans l’atelier de Louis de Boullogne le Jeune, il élabore une esthétique qui mêle les leçons de son maître à celles des Jésuites et qui trahit son très haut degré d’éducation. De retour de Rome, il travaille pour les églises et les couvents parisiens et fonde une « école » au sein de laquelle il forme notamment François Lemoyne et Charles-Joseph Natoire. Agréé à l’Académie royale de Peinture et de Sculpture en 1703, il en gravit tous les échelons et accède ainsi au grade de chancelier en 1754. Compte tenu de son statut, il contribue activement à la mise en œuvre des différentes politiques de cette institution. Il participe aux concours de 1727 et de 1747. Il expose aux Salons et reçoit plusieurs commandes royales entre 1720 et 1750. Lorsque Charles-Antoine Coypel est nommé directeur de l’Académie, Louis Galloche adhère sans réserve à ses réformes. C’est notamment dans ce contexte qu’il écrit et qu’il lit, au cours de quatre conférences, entre 1750 et 1753, son Traité de peinture.

Mots-clés : Louis Galloche, Jésuites, Peinture, Peinture religieuse, Théorie de l’art, Académie royale de Peinture et de Sculpture, Ancien Régime, XVIIIe siècle.



Citer ce billet
Florence Fesneau (2022, 10 décembre). Soutenance de thèse : ” Louis Galloche (1670-1761). L’ordre de la peinture” par Marine Roberton. Groupe de Recherche en Histoire de l'Art Moderne. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p74m

Florence Fesneau

Docteur en Histoire de l'art moderne (Université Paris I - Panthéon Sorbonne)

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search