Compte rendu d’exposition : “Les Choses. Une histoire de la nature morte” (Paris, musée du Louvre, 12 octobre 2022 – 23 janvier 2023)

Du 12 octobre 2022 au 23 janvier 2023, le musée du Louvre présente une grande exposition intitulée « Les Choses. Une histoire de la nature morte ». Mise en œuvre par Laurence Bertrand Dorléac, professeure d’histoire de l’art à l’Institut d’Études Politiques (IEP) de Paris, avec l’aide de collaborateurs (notamment Thibault Boulvain et Dimitri Salmon), cette carte blanche invite à réfléchir à la place des « choses », non seulement dans la culture visuelle, mais encore dans les sociétés qui les ont appréhendées.

Soixante-dix ans après la mémorable rétrospective de Charles Sterling (Musée de l’Orangerie, 1952), cette exposition déconstruit le genre de la nature morte, né dans l’Europe de la Renaissance et qui a commencé à être théorisé en France au XVIIe siècle. En 1667, dans sa préface des Conférences de l’Académie royale des Peinture et de Sculpture, Félibien se réfère aux « choses mortes et sans mouvement » pour placer au bas de sa hiérarchie les peintres qui en ont fait leur objet d’étude.  L’intérêt que Diderot porte, dans ses Salons, à la peinture de « nature inanimée » telle que la représente Chardin, contribue à reconsidérer le genre. En 1756 apparaît le terme de nature morte qui est préféré aux termes hollandais et anglais de still-leven et de still-life. Cette notion de nature morte est volontairement abandonnée par Laurence Bertrand Dorléac au profit de celle – plus moderne et universelle – de choses qui met l’accent sur les visées anthropologiques d’une peinture consacrée aux natures mortes. Toutefois, l’exposition limite son propos à la représentation des « choses » en majesté. Elle ne présente pas les objets eux-mêmes et ne s’intéresse qu’aux représentations d’objets et d’animaux qui revendiquent un statut d’œuvre d’art (les dernières salles de l’exposition donnent d’ailleurs à réfléchir sur la valeur de ce statut dans la création actuelle). Au total, l’exposition réunit 170 œuvres prêtées par plus de 70 institutions et collections privées. Parmi elles, les œuvres du Louvre sont majoritaires. Était-il nécessaire de déplacer de quelques mètres des œuvres connues et aisément accessibles alors que tant d’œuvres provenant de collections moins célèbres auraient gagné à être redécouvertes et réévaluées? 

Le parcours, rythmé en 15 séquences chronologiques et thématiques, offre une plongée dans l’histoire des civilisations (notamment occidentales) depuis la Préhistoire jusqu’à aujourd’hui. Les représentations des choses nous éclairent ainsi sur les croyances dont elles étaient, ou sont encore, investies ; elles traduisent une conscience diversifiée des choses, un intérêt pour leur présence, leurs formes, leurs significations et leurs pouvoirs.

À défaut de présenter toute l’exposition (qu’il faut aller voir), ce compte rendu voudrait mettre en avant deux aspects – politique et muséographique – qui méritent d’être soulignés. L’exposition part des sensibilités actuelles sur les choses (consumérisme, matérialisme, capitalisme, frugalisme, pauvreté, souffrance animale…) pour réfléchir à d’autres croyances, antérieures ou extérieures. Le parcours muséal (regroupement des œuvres, cartels, citations) se garde d’interpréter les œuvres du passé avec les idées d’aujourd’hui ; au contraire, il échappe à la séduction de l’illusion rétrospective. Pour autant, on aurait souhaité d’une exposition conçue par la présidente de la Fondation nationale des sciences politiques qu’elle questionne, dans un temps long, les phénomènes de continuité ou de rupture afin de proposer une histoire plus nuancée du rapport aux choses selon leurs fonctions, formes et valeurs (mercantiles, plastiques ou symboliques), ainsi que leurs correspondances possibles avec le présent. La menace de l’illusion rétrospective ne nous semble pas justifier l’économie d’une telle discussion. 

De fait, l’exposition est avant tout un assemblage réussi de chefs-d’œuvre où les xenia antiques et les compositions de Manet et Cézanne rivalisent de beauté avec les natures mortes hollandaises, françaises et espagnoles de la période moderne. L’originalité de l’exposition tient d’abord au mélange des œuvres anciennes, modernes et actuelles au musée du Louvre. Ce dialogue entre les œuvres permet de décloisonner les géographies et les époques pour souligner la permanence – au moins formelle – de certaines choses. Ainsi, les citations de José de Ribera par Bernard Buffet, d’Arcimboldo par Witkin, ou encore de Jan Davidsz de Heem par Matisse constituent de remarquables exemples de la fascination qu’exerce la nature morte jusqu’à la période contemporaine. Habilement, les œuvres contemporaines permettent au grand public de mieux apprécier et comprendre les œuvres du passé. À la suite de Laurence Bertrand Dorléac, nous espérons qu’à l’avenir les expositions d’art contemporain se fonderont sur cet exemple louable en convoquant plus souvent des œuvres anciennes pour engager un dialogue entre présent et passé. L’originalité de l’exposition tient ensuite à la variété des médiums. À cet égard, l’exposition du Louvre est tout aussi audacieuse : elle réunit avec une équité peu commune des peintures, sculptures, dessins, objets, photographies, œuvres cinématographiques et numériques (dont le premier herbier conçu à l’aide de l’intelligence artificielle).

En conclusion, l’exposition est plus audacieuse dans sa muséographie que dans son discours. À l’instar de son titre – Les Choses –, l’exposition formule un discours assez flou. Certes, cette conception épistémologique fluide et décloisonnée est vertueuse, mais il aurait été intéressant de poser davantage de repères, de problèmes et d’interprétations afin d’ancrer ces choses dans une histoire. En ouvrant à l’infini le champ des possibles, l’exposition traduit la finesse de ses concepteurs mais prive le visiteur d’une confrontation critique – d’un dialogue – qui aurait pu susciter des questionnements esthétiques, anthropologiques et sociétaux plus poussés. À l’heure où disparaissait Bruno Latour, autre figure importante de l’IEP de Paris, l’exposition aurait pu, par exemple, poser la question de l’écologie des choses  dans le monde actuel.