Soutenance de thèse: “La peinture à Paris sous le règne d’Henri IV et la régence de Marie de Médicis (1594-1620 ca.)” (Vladimir Nestorov, 18 juin 2022)

Philippe Millereau, Le Sacrifice d’Iphigénie, vers 1600-1610, huile sur bois, 81 x 92,5 cm, Fontainebleau, musée national du château (inv. F 2910 C)

Type : Soutenance de thèse.
Date :  18 juin 2022.
Lieu : Paris, INHA.
 
M. Vladimir Nestorov (Université de Bourgogne), a soutenu le 18 juin sa thèse en histoire de l’art intitulée : 
 
La peinture à Paris sous le règne d’Henri IV et la régence de Marie de Médicis (1594-1620 ca.)
 
Devant un jury composé de :
Olivier Bonfait, professeur à l’Université de Bourgogne, directeur;
Marianne Cojannot-Le Blanc, professeur à l’Université Paris Nanterre, présidente du jury;
Marion Boudon-Machuel, professeur à l’Université de Tours, rapporteur;
Jan Blanc, professeur à l’Université de Genève, rapporteur;
Nicolas Le Roux, professeur à Sorbonne Université, examinateur;
Cécile Scailliérez, conservateur général du patrimoine au musée du Louvre, examinateur.

Résumé :
Le début du XVIIe siècle à Paris – période longtemps négligée de l’histoire de l’art en France – est marqué par le retour de la paix civile et l’émergence d’une nouvelle dynastie menant une ambitieuse politique de reconstruction, où l’image peinte tient un rôle central. Première ville de la chrétienté, Paris connaît une période d’embellie et de constructions sans précédents, où les peintres développent un marché fructueux au service des élites urbaines. Palais royaux, églises, hôtels particuliers et espaces publics, deviennent un terrain d’émulation au sein d’une communauté de peintres en pleine expansion : d’une centaine vers 1600, leur population double en dix ans, signe de la genèse d’un foyer pictural dynamique. Dans le domaine du décor religieux, du petit tableau de chevalet, du carton de tapisserie, ou du portrait, les peintres parisiens acquièrent bientôt une solide réputation et suscitent l’intérêt des amateurs. Malgré le dynamisme du foyer parisien, la capitale reste attachée à des styles traditionnels, aujourd’hui qualifiés de « maniérisme tardif », qui la tiennent éloignée des principales innovations du « Grand Siècle ». Moins tranché qu’il n’y paraît, ce conservatisme formel – allié à d’importantes destructions – a longtemps entretenu un « impensé » historiographique et appelle à être apprécié à l’aune d’une lecture attentive des sources et des œuvres.