Soutenance de thèse: La “partie des spectateurs” : l’intérieur des salles de spectacles en France au XVIIIe siècle par Hadrien Volle

Bralle et Mannessier (?), Coupe intérieure de la salle de spectacle d’Amiens, c. 1780, dessin à la plume, lavis et aquarelle, Arras, Archives Municipales.

Type : Soutenance de thèse.

Date : Samedi 19 février 2022 à 15h.

Modalités : Soutenance en visioconférence (Zoom).

Inscription : hadrien.volle@gmail.com

M. Hadrien Volle soutiendra sa thèse en histoire de l’art intitulée:

La “partie des spectateurs” : l’intérieur des salles de spectacles en France au XVIIIe siècle

Devant un jury composé de :

M. Philippe Bourdin, professeur, Université Clermont-Auvergne
Mme Lauren R. Clay, associate professor, Vanderbilt University
Mme Sara Harvey, associate professor, University of Victoria
M. Jean-Philippe Garric, professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
M. Étienne Jollet, professeur et directeur de thèse, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Résumé

“Qui va à Paris sans voir l’Opéra est comme celui qui va à Rome sans voir le pape”, cette comparaison écrite par le voyageur Nicolaï Karamzine en 1790 met en lumière l’importance du rapport tissé entre la société lettrée du XVIIIe siècle et les salles de spectacles dans lesquelles elle se rassemble. En effet, à partir des années 1750 la France est en pleine « théâtromanie » et de nombreux édifices de loisirs sont élevés partout sur le territoire, en même temps que ceux-ci connaissent une importante transformation dans leur structure. Après les travaux de D. Rabreau (1978), concentrés sur les rapports entre théâtres et urbanisme, et de M. Sajous d’Oria (2001) sur l’évolution de la relation entre salle et scène, cette thèse s’interroge sur un autre aspect du problème : en quoi la salle de spectacles, par sa forme et par sa décoration, constitue un lieu clos visant à répondre aux attentes du public en matière de représentation sociale ? A travers l’étude de documents d’archives conservés sur l’ensemble du territoire à propos des chantiers, ainsi qu’un corpus composé principalement de dessins d’architectures concernant environ une centaine de salles, cette thèse analyse du point de vue de l’histoire de l’art et de l’histoire de l’architecture, la « partie des spectateurs », à savoir l’espace dédié au public dans le bâtiment. Il est d’abord question de la structure des salles et de son évolution entre la fin du XVIIe siècle et le Premier Empire, puis des changements et de la permanence dans la façon dont ces salles sont décorées. Enfin, il s’agit de mettre en évidence les rapports entre l’espace défini et les spectateurs qui l’occupent de façon presque quotidienne et où prennent place les jeux de sociabilité. Cette étude est apparue comme nécessaire tant les réponses qu’elle apporte avaient été abordées jusque-là de façon peu approfondie et elle apporte ainsi un regard nouveau sur cette partie du bâtiment généralement ignorée par la discipline alors même qu’au XVIIIe siècle, l’intérêt d’une salle de spectacles est d’offrir de bonnes conditions d’écoute au public, mais aussi de faciliter les jeux sociaux et la circulation des idées entre les spectateurs.

Sur Zoom le samedi 19 février à 15h.