Soutenance de thèse : “Le sommeil des Lumières (1699-1789)” par Florence Fesneau.

Jean-Frédéric Schall, L’Amour frivole, 1780-1789, huile sur bois, 66 x 56 cm, Paris, musée Cognac-Jay.

Type : Soutenance de thèse.

Date : Samedi 12 février 2022 à 14h.

Lieu : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, Salle Jullian (1er étage).

 

Florence Fesneau soutiendra sa thèse de doctorat en Histoire de l’Art, intitulée :

« Le sommeil des Lumières (1699-1789) »

devant un jury composé de :

  1. Mme Susanna Caviglia, Associate Professor of Art, Art History & Visual Studies, Duke University, Durham
  2. Guillaume Faroult, Conservateur en chef, en charge des peintures françaises du XVIIIe siècle et des peintures britanniques et américaines au musée du Louvre
  3. Martial Guédron, Professeur d’histoire de l’art moderne à l’Université de Strasbourg, rapporteur
  4. Étienne Jollet, Professeur d’histoire de l’art moderne à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de thèse
  5. Christophe Martin, Professeur de littérature française du XVIIIe siècle à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, rapporteur

le samedi 12 février à 14h, Galerie Colbert, Salle Jullian.

Résumé

Si la déesse vénusienne endormie au sein de la nature s’impose immédiatement à l’esprit quand il s’agit d’évoquer l’image du sommeil, elle ne saurait rendre compte de la richesse du sujet. Au travers de ses productions artistiques – peintures, sculptures mais aussi gravures – le XVIIIe siècle français permet de conduire, sur le sommeil, une enquête d’autant plus passionnante que la philosophie sensualiste invite à poser un regard nouveau sur le corps qui dort. Devant celui-ci, le satyre se transforme en un voyeur libertin qui pénètre dans les boudoirs et les chambres. Ce voyeur questionne – de manière moqueuse, voire irrévérencieuse – le respect des règles de bienséance tout en mettant en relief les exigences d’une société hédoniste qui préfère gazer les images de viol et de meurtre. Plus encore, la représentation du sommeil permet de rendre compte de la formation de nouvelles mythologies profanes qui s’intéressent au sommeil des petites gens et promeuvent les nouvelles valeurs bourgeoises d’une famille rassemblée autour du nouveau-né. Elle est aussi un moyen d’interroger l’identité du dormeur tout autant que la place du spectateur tandis que se forme l’opinion publique et que naît la critique d’art. Dans le face à face contemplatif entre regardant et regardé, s’instaure les prémisses d’une réflexion sur l’autonomie de l’œuvre, cet objet endormi que le regard éveille. Ultimement, la représentation de cet état énigmatique qu’est le sommeil conduit à la reconnaissance de l’importance des rêves dans la construction du rapport de l’individu au monde.

Mots-clés : Sommeil, dormeur, repos, sensualisme, érotisme, libertinage, voyeurisme, absorbement, imagination, inspiration, rêve

Summary: Sleep in the Age of Enlightenment (1699-1789)

While the Venusian goddess asleep in nature immediately and forcefully comes to mind when one evokes the image of sleep, she cannot account for the richness of the subject. Through its artistic productions – paintings, sculptures but also engravings – the French eighteenth century makes it possible to conduct an investigation of sleep that is all the more fascinating since the sensualist philosophy invites us to take a renewed look at the sleeping person. Faced to the sleeper, the satyr turns into a libertine voyeur who enters boudoirs and bedrooms. In a mocking, even irreverent way, this voyeur challenges the rules of good behavior while highlighting the demands of a hedonistic society that prefers to veil images of rape and murder. The representation of sleep allows for an account of the formation of new secular mythologies which are interested in the sleep of the common people and promote the new bourgeois values ​​of a family gathered around the newborn. Moreover, it questions the sleeper’s identity and the spectator’s place as public opinion and art criticism emerge. In the contemplative face-to-face between the one looking and the one being watched, premises are established for a reflection on the autonomy of the work of art, which can be defined as a sleeping object awakened by a gaze. Ultimately, the representation of this enigmatic sleeping state leads to the recognition of the importance of dreams in the construction of the individual’s relation to the world.

Keywords : Sleep – sleeper – rest – sensualism – eroticism – libertinism – voyeurism – absorption – imagination – inspiration – dream