Petite annonce : « Pour une archéologie de l’imagerie pornographique en Europe (1500-1840) »

Anonyme, Boîte à double fond (miniature du 2e fond): triolisme et masturbation, fin XVIIIe-début XIXe siècles, peinture sur bois, diam. 9 cm, Paris, musée de Cluny, Photo (C) RMN-Grand Palais (musée de Cluny – musée national du Moyen Âge) / Franck Raux

English Abstract

For an archaeology of pornographic imagery in Europe (1500-1840): as part of my post-doctoral project on the origins of pornography, I am looking for European visual representations made between 1500 and 1840 with the aim of provoking sexual excitement. Thank you for your help. Discretion guaranteed.


Les représentations visuelles destinées à susciter une excitation sexuelle se sont répandues depuis deux siècles avec le développement de la société de consommation et des nouvelles technologies (photographie, cinéma, internet, réseaux sociaux…). En raison des enjeux socio-culturels et économiques attachés à ce phénomène de masse, la pornographie mobilise désormais l’attention des différents observateurs de la vie publique. Néanmoins, les origines de ce phénomène dans l’Europe des Temps modernes (1500-1840) méritent d’être étudiées attentivement.

Mon projet de recherche post-doctoral a pour but de questionner le statut, la fonction et la valeur des représentations visuelles émoustillantes. L’obscénité d’hier n’est pas exactement la pornographie d’aujourd’hui, mais la permanence de certains motifs et modes de consommation invite à analyser ce phénomène culturel dans un temps long.

La caractérisation de l’image obscène est complexe car elle pouvait varier en fonction des lieux, des époques et de la sensibilité de chaque regardeur. Afin de constituer un corpus iconographique représentatif, je suis à la recherche de tout type de représentations visuelles (peinture, dessin, estampe, sculpture, objet…) ayant un caractère sexuel explicite. Les figures dévêtues et en action sont privilégiées, mais il peut aussi s’agir de figures voilées répondant à la même intention ou d’images médicales ayant pu être détournées.

Il y a 240 ans, le baron d’Hancarville voulut publier les erotica découverts lors des récentes fouilles archéologiques en Italie pour préserver une partie du savoir gréco-romain dans ce domaine, mais la pudeur des collectionneurs limita d’abord son projet. Cependant, « […] la promesse solennelle que je leur fis de cacher à jamais la source d’où je les avois tiré, me procura enfin la permission d’en faire l’usage » (Monument de la vie privée des douze Césars d’après une suite de pierres gravées sous leur règne, 1780, p. IV). À l’instar de cet initiateur, j’assure de mon entière discrétion les personnes qui voudront bien me communiquer des reproductions de leurs erotica.

Merci par avance de votre aide.

Maël TAUZIÈDE, docteur en histoire de l’art

Contact: tauziede.erotica@gmail.com