Publication : « The Restoration of Paintings in Paris, 1750–1815 : Practice, Discourse, Materiality ».

ETIENNE Noémie, The Restoration of Paintings in Paris, 1750–1815 : Practice, Discourse, Materiality, Los Angeles, Getty Conservation Institute, 2017, 384 p.

ETIENNE Noémie, The Restoration of Paintings in Paris, 1750–1815 : Practice, Discourse, Materiality, Los Angeles, Getty Conservation Institute, 2017, 384 p.

Présentation de l’éditeur :

The decades following the 1973 publication of Alessandro Conti’s Storia del Restauro have seen considerable scholarly interest in the development of restoration in France in the second half of the eighteenth century. A number of technical treatises and biographies of restorers have offered insight into restoration practice. The Restoration of Paintings in Paris, 1750–1815, however, is the first book to situate this work within the broader historical and philosophical contexts of the time. Drawing on previously unpublished primary material from archives in Paris, Berlin, Rome, and Venice, Noemie Etienne combines art history with anthropology and sociology to survey the waning decades of the Ancien Régime and early post- Revolution France. Initial chapters present the diversity of restoration practice, encompassing not only royal institutions and the Louvre museum but also private art dealers, artists, and craftsmen, and examine questions of trade secrecy and the changing role of the restorer. Following chapters address the influence of restoration and exhibition on the aesthetic understanding of paintings as material objects. The book closes with a discussion of the institutional and political uses of restoration, along with an art historical consideration of such key concepts as authenticity, originality, and stability of artworks, emphasizing the multilayered dimension of paintings by such important artists as Titian and Raphael. There is also a useful dictionary of the main restorers active in France between 1750 and 1815.

Noémie Étienne is currently a fellow at the Getty Research Institute. Beginning in September 2016 she will be a Swiss National Science Foundation Professor of Art History at the University of Bern.

Soutenance de thèse: « Les jetons royaux frappés sous les règnes de Louis XIII et de Louis XIV (1610-1661): inventaire et analyse »

Jeton de Louis XIV, 1654, argent, h : 2,7 cm, BnF, Monnaies, médailles et antiques

Jeton de Louis XIV, 1654, argent, h : 2,7 cm, BnF, Monnaies, médailles et antiques

Type : soutenance de thèse.
Date : vendredi 9 décembre 2016 à 9h30.
Lieu : Université Paris Ouest Nanterre La Défense – salle B 015 (René Rémond).

Soutenance de thèse de Sabrina VALIN: « Les jetons royaux frappés sous les règnes de Louis XIII et de Louis XIV (1610-1661):  inventaire et analyse ».

Le jury est composé de:

– Marianne COJANNOT LE BLANC, professeur d’histoire de l’art moderne à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense (directrice de thèse).

– Véronique MEYER, professeur des universités, Université de Poitiers (rapporteur).
– Hendrik ZIEGLER, professeur des universités, Université Reims Champagne Ardennes (rapporteur).
– Anne LE PAS de SECHEVAL, maître de conférences, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense.
– François PLOTON-NICOLLET, professeur, Ecole Nationale des Chartes.

 

Soutenance de thèse: « Jean-Baptiste Monnoyer (Lille 1636 – Londres 1699). Peindre des fleurs et des fruits à l’âge classique »

Jean-Baptiste Monnoyer, Coupe ornée d'un mascaron de satyre remplie de fleurs, posée près d'un paon, peinture à l'huile sur toile, 98 x 137cm, Versailles: châteaux de Versailles et de Trianon, Photo (C) RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Daniel Arnaudet

Jean-Baptiste Monnoyer, Coupe ornée d’un mascaron de satyre remplie de fleurs, posée près d’un paon, peinture à l’huile sur toile, 98 x 137cm, Versailles: châteaux de Versailles et de Trianon, Photo (C) RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Daniel Arnaudet

Type : soutenance de thèse.
Date : vendredi 2 décembre 2016 à 14h.
Lieu : Université Aix-Marseille Université – amphithéâtre de la MMSH, 5 rue du château de l’horloge, Aix-en-Provence.

Soutenance de thèse de Claudia Salvi: « Jean-Baptiste Monnoyer (Lille 1636 – Londres 1699). Peindre des fleurs et des fruits à l’âge classique ».

Le jury est composé de:

Olivier BONFAIT, professeur d’histoire de l’art moderne à l’Université de Bourgogne (directeur de thèse).

Michèle-Caroline HECK, professeur d’histoire de l’art moderne à l’Université Paul Valéry Montpellier (rapporteur).

Pierre ROSENBERG, de l’Académie Française, ancien Président Directeur du musée du Louvre.

Guillaume GLORIEUX, professeur d’histoire de l’art moderne à l’Université Rennes 2 (rapporteur).

Patrick DANDREY, professeur de littérature française du XVIIe siècle à l’Université Paris – Sorbonne.

Mireille NYS, maître de conférences en histoire de l’art moderne à l’Université Aix-Marseille.

Journée d’études : « More Than Meets the Page : Printing Text and Images in Italy, 1570s–1700s ».

Abraham Bosse, L’atelier du graveur au burin et à l’eau-forte, 1643
. © The Trustees of the British Museum.

Abraham Bosse, L’atelier du graveur au burin et à l’eau-forte, 1643
. © The Trustees of the British Museum.

Type : journée d’études.
Date de la manifestation : 4 mars 2017.
Lieu : Warwick, university of Warwick.

For Italy, the ‘long seventeenth century’ was a period of considerable financial challenges. This was especially evident on the book market. Nevertheless, thanks to new techniques and formats that mutually related text and images within the same publication, innovative genres were born that were marketed towards both ends of the audience spectrum, from the learned to the illiterate.

More Than Meets the Page: Printing Text and Images in Italy, 1570s–1700s aims to investigate the ways in which the consolidation of the book and print trade influenced the development of such new book genres from the late sixteenth to the early eighteenth century. The new commercial items, moreover, contributed to the spread of cultural phenomena, for instance the Grand Tour through its souvenir prints that were sometimes incorporated in atlases. This one-day interdisciplinary conference seeks to examine these matters by focusing on the products, audiences, and professionals involved. By doing so, it sets out to lay the foundations for a shared history of printed products and markets in the early modern period. The conference promotes a multidisciplinary perspective, bridging the gaps between art history, history of the book, and other disciplines such as intellectual history and communication studies.

Programme

9.45 Registration and coffee.

10.10 Welcome and introduction.

10.20 Session 1: Understanding Techniques and Genres
Chair: Rosa Salzberg (University of Warwick)
• Angela McShane (RCA/V&A), Keynote Lecture.
• Liz Miller (V&A), Libri et Stampe in Rame’: A Bound Volume of Antonio Lafreri’s Architectural and Ornament Publications.
• Loretta Vandi (Scuola del libro, Urbino), Handy and Cheap: Giovanni Baleni Printer and Seller of Chap-books in Late Sixteenth-Century Florence and Lucca.
• Floriana Giallombardo (University of Palermo), The Venetian Musei by Paolo Boccone (1697): The Illustrated Natural Book and the Social Production of Natural Knowledge. Lire la suite

Appel à communication : « Protestant Images. Faith and self-image works of art ».

Peeter Neefs le vieux, Intérieur d'une église gothique, XVIIe siècle, huile sur toile, 45 x 62 cm, Schwerin, Staatliches Museum, Kunstsammlungen, Schlösser und Gärten.

Peeter Neefs le vieux, Intérieur d’une église gothique, XVIIe siècle, huile sur toile, 45 x 62 cm, Schwerin, Staatliches Museum, Kunstsammlungen, Schlösser und Gärten.

Type : Appel à communication.
Date limite : 8 janvier 2017.
Date de la manifestation : 9 au 10 octobre 2017.
Lieu : Coburg.

Protestant Images. Faith and self-image in printed works of art Organiser: Kunstsammlungen der Veste Coburg and Forum Bild – Druck – Papier in cooperation with Haus der Bayerischen Geschichte.

The 500th anniversary of Luthers’s posting of the 95 theses is celebrated all over the world. Veste Coburg, where Luther spent half a year during the Diet of Augsburg in 1530, will also be the site of a major exhibition by the Haus der Bayerischen Geschichte (Centre of Bavarian history). The international conference is hosted by the Kunstsammlungen der Veste Coburg and the Forum Bild – Druck – Papier in cooperation with the Haus der Bayerischen Geschichte. It takes place on the occasion of the Reformation jubilee and during the exhibition period. The Reformation period is intrinsically linked with the printed portraits of its protagonists. It was the Cranach workshop, first of all, which created works of iconic quality. They defined the public image of Luther and his fellow campaigners. Furthermore, the Reformation period saw the production of an overwhelming amount of polemic and propagandistic illustrated broadsheets. Thus, the Reformation was the first historic turnover which was accompanied and advanced by printed images. In the following centuries the Protestant self-image was likewise expressed in prints, e.g. sheets commemorating the Augsburg Confession or visualizing scenes from the life of Martin Luther. Furthermore, bible illustrations and other biblical images were of great importance. The conference will take a close look at Protestant images from the 16th century to today. The focus is on prints and other works on paper. We welcome papers (20 minutes) on religious and ideological aspects as well as papers focusing on the function and use of such objects. Book illustrations, broadsheets, commemorative sheets and decorative prints are of particular interest here.

Please send an abstract (max. 1 page) plus short CV and publication list to PD Dr. Stefanie Knöll: s.knoell@kunstsammlungen-coburg.de

Appel à communication : « Collecting Raphael ».

Hubert Robert, Projet d'aménagement de la Grande Galerie du Louvre, 1796, huile sur toile, H. 1,12 m x L. 1,43 m, Paris, musée du Louvre.

Hubert Robert, Projet d’aménagement de la Grande Galerie du Louvre, 1796, huile sur toile, H. 1,12 m x L. 1,43 m, Paris, musée du Louvre.

Type : Appel à communication.
Date limite : 31 décembre 2016.
Date de la manifestation : 12 au 14 octobre 2017.
Lieu : Rome, Bibliothèque Hertziana.

Raffaello Sanzio da Urbino in the collections and in the history of collecting In view of the forthcoming 500th anniversary celebration of Raphael’s death (Raffaello Sanzio da Urbino, Urbino 1483 – Rome 1520), an international conference to focus on the reception of Raphael and the history of collections will draw together scholars of collecting and history of taste with curators of the main collections of Raphael’s paintings and drawings in both Italy and abroad. The conference, organised by Sybille Ebert-Schifferer and Claudia La Malfa, will be held at the Bibliotheca Hertziana – Max-Planck-Institut für Kunstgeschichte, in Rome in October 2017. Raphael’s works have enjoyed an uninterrupted fortuna in the history of collecting. His fame has fueled collectors’ passions for centuries, which in turn has contributed to his fortuna, never challenged through the changing cultural and artistic periods. His works were considered symbols of power by those popes, princes and nobles who owned them, eventually becoming the identity matrix of many important European museums in the 19th and 20th centuries. The aim of the conference is to explore the various mechanisms that have contributed to this phenomenon. Suggested topics include: the role of the great collectors of Raphael between the 16th and the 19th centuries, including the Gonzaga and Borghese families, Christina of Sweden, Charles I of England, Louis XIV of France, and the Kings of Spain; the function of antiquarians and art dealers, such as Daniel Nijs, Pierre Crozat, Pierre-Jean Mariette, and John Julius Angerstein, in the diffusion of Raphael’s works and copies in 17th- and 18th-century collections in Italy and abroad; the part played by figures like Filippo Baldinucci for the Uffizi, Everhard Jabach for the Louvre, and Sir Joshua Reynolds for collections in England; the influence of academies in the diffusion of the master’s oeuvre through collections of drawings and reproduction prints in the Age of the Grand Tour; the relationship between art historians and collectors, and the role of early biographers like Johann David Passavant, Bernard Berenson, Oskar Fischel, in the creation of the 19th- and 20th-century museums; the issue of connoisseurship from the 17th century on and the problem of originals, workshop productions, copies and fakes.

Please send an abstract of 250 words and a CV to c.lamalfa(at)aur.edu and to albl(at)biblhertz.it by December 31th 2016.

Colloque : « Images et révoltes dans le livre et l’estampe (XIVe – milieu du XVIIIe siècle) ».

Nicolas Poussin, Le massacre des innocents, ca. 1625, toile, 147 x 171 cm, Chantilly, musée Condé.

Nicolas Poussin, Le massacre des innocents, ca. 1625, toile, 147 x 171 cm, Chantilly, musée Condé.

Type : colloque.
Date et horaire : 13 décembre 2016.
Lieu : Paris, Bibliothèque Mazarine.

Réservation : contact@bibliotheque-mazarine.fr

9h50 : accueil.

10h : Ouverture, par Yann Sordet, directeur de la Bibliothèque Mazarine

10h15 : « Toutes choses sont engendrées par la discorde » : éléments d’introduction
Tiphaine Gaumy (Bibliothèque Mazarine & projet CURR), commissaire de l’exposition Images & révoltes.

10h40 : La révolte médiévale en image
Vincent Challet (Université de Montpellier) & Jelle Haemers (Université de Louvain)

11h10 : Violence et révoltes au Moyen Âge
Christiane Raynaud (Aix-Marseille Université)

11h30 : Se révolter au nom de Dieu. Héroïsation, dérision, allégorie
David El Kenz (Université de Bourgogne)

11h50-12h30 : Synthèse et débat, animé par Philippe Hamon (Université Rennes 2) Lire la suite

Journées d’études : « Académies d’Art et Mondes Sociaux (1740-1805) ».

screen-shot-2016-11-22-at-11-56-47-am

Type : journées d’études.
Date et horaire : 8 et 9 décembre 2016.
Lieu : Paris, Centre allemand d’Histoire de l’art, 45 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Le XVIIIe siècle connaît un mouvement inédit de fondation d’écoles de dessin et d’académies d’art dans toutes les régions en France. Le phénomène émerge à partir des années 1740 à Rouen et à Toulouse puis se déploie sur l’ensemble du territoire. Il est le fait de quelques hommes déterminés, qui s’inscrivent à la suite des grands projets colbertiens de modernisation de l’État. Ils agissent dans un jeu de tension entre pouvoirs municipaux et autorité royale, ambitions personnelles et intérêts communautaires, projet pédagogique et visée commerciale. Comment naissent ces institutions et quel rôle y prend l’individu selon son rang, ses activités, son milieu ? Quelles stratégies sont mises en œuvre pour donner un cadre juridique et une légitimité sociale à ces établissements ? Quelles logiques président à leur fondation, ces écoles étant pensées comme des structures-clef de la formation et des échanges artistiques, mais aussi comme des viviers d’artistes, d’artisans et d’entrepreneurs prêts à développer des centres de production en Europe. De quelle manière le « modèle » de l’Académie royale de peinture et de sculpture est-il utilisé ou, à l’inverse, contourné devant les contraintes et les logiques locales ?

Ces journées d’étude, premier volet d’une série consacrée aux réseaux des académies d’art, seront l’occasion de questionner la genèse des institutions à travers le prisme de l’individu. En prenant l’exemple de quelques figures phare—entendues comme les ego et leurs alter engagés dans des liens aux configurations multiples, notamment familiales, amicales, socio-professionnelles—nous interrogerons l’épaisseur et l’efficacité des relations humaines dans la construction et l’organisation des établissements. Dans un aller-retour permanent entre l’individuel et le collectif, il s’agira aussi de réfléchir à la fonction des structures institutionnelles comme régulateur social. L’objectif est donc d’accompagner une relecture du mouvement académique à l’appui d’outils d’analyse encore peu usités. Les intervenants s’attacheront à la fois à examiner les sources qui documentent l’ouverture des écoles (correspondances, lettres patentes, etc.) et à déterminer les réseaux sociaux activés. Lire la suite

Journée d’études : « Arts et archives — Le siècle des Lesdiguières ».

Anonyme, Portrait de François de Bonne de Lesdiguières, 1597, huile sur toile, 50 x 43 cm, Dijon, musée Magnin.

Anonyme, Portrait de François de Bonne de Lesdiguières, 1597, huile sur toile, 50 x 43 cm, Dijon, musée Magnin.

Type : journée d’études.
Date et horaire : vendredi 2 décembre 2016 à partir de 13h30.
Lieu : Grenoble, université Grenoble Alpes, Bâtiment ARSH, Amphi ARSH1.

Cette journée d’étude « Arts et archives » est la quatrième organisée depuis novembre 2013 par le comité Lesdiguières, dans le cadre du programme « Le siècle des Lesdiguières ».

Co-établies par l’Université Grenoble Alpes et le Conseil général de l’Isère (Archives départementales de l’Isère, Musée de la Révolution française-Domaine de Vizille, Musée Dauphinois, Musée de l’Ancien Evêché de Grenoble, Service du Patrimoine culturel), ces Journées d’étude sont autant de jalons destinés à dresser un état de la question et susciter des recherches nouvelles sur une famille majeure et pourtant mal connue de la grande noblesse française du XVIIe siècle, les Créquy-Lesdiguières.

Comme pour chacune des rencontres précédentes, l’approche se veut ouverte et pluridisciplinaire en associant universitaires, spécialistes du patrimoine et de la culture, et monde associatif. Lire la suite

Publication : « Robert Adam’s London ».

SANDS Frances, Robert Adam’s, Londres, Oxford, Archaeopress, 2017, 142 p.

SANDS Frances, Robert Adam’s London, Oxford, Archaeopress, 2017, 142 p.

Présentation de l’éditeur :

The iconic eighteenth-century architect Robert Adam was based in London for more than half of his life and made more designs for this one city than anywhere else in the world. This book reviews a wide variety of his designs for London, highlighting lesser known buildings as well as familiar ones. Each of Adam’s projects explored in this book is plotted on Horwood’s map of London (1792–99), enabling readers to recognise Adam’s work as they move around the city, as well as to envisage London as if more of his ingenious designs had been executed or survived demolition.

Frances Sands is Curator of Drawings and Books at Sir John Soane’s Museum.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : « GENTILESCHI Artemisia, Carteggio /Correspondance ».

GENTILESCHI Artemisia, Carteggio /Correspondance, introduction, traduction et notes de FIORATO Adelin Charles, préface, édition critique et notes de SOLINAS Francesco, Paris, Les Belles Lettres, 2016, 364 p.

GENTILESCHI Artemisia, Carteggio /Correspondance, introduction, traduction et notes de FIORATO Adelin Charles, préface, édition critique et notes de SOLINAS Francesco, Paris, Les Belles Lettres, 2016, 364 p.

Présentation de l’éditeur :

« J’assure Votre Seigneurie Illustrissime que ce sont là des tableaux qui comportent des figures nues et des femmes, qui coûtent très cher et vous causent de grands casse-tête. Quant à vouloir faire des esquisses et à les envoyer, j’ai fait résolument le vœu de n’envoyer jamais plus d’esquisses de ma main, car j’ai été victime de fort méchants tours ; et en particulier, aujourd’hui même, je me suis trouvée avoir fait une esquisse sur des âmes du Purgatoire pour l’évêque de Sant’Agata, et cette esquisse, pour dépenser moins, on l’a fait exécuter par un autre peintre, lequel peintre travaille à partir des fruits de mon labeur. Si j’avais été un homme, je ne sais comment cela se serait passé. »

Lettre à Antonio Ruffo, 1649

Artemisia Gentileschi a laissé quelques lettres, publiées sporadiquement en Italie, et rassemblées pour la plupart dans un recueil édité par Francesco Solinas, chez l’éditeur De Luca, en 2011. Mais comme le cas socio-professionnel d’Artemisia est particulièrement digne d’attention, sont également publiées dans cet ouvrage une quinzaine de missives écrites et envoyées par des membres de son entourage : son père le peintre Orazio, son mari Paolo Antonio Stiattesi, le plus illustre de ses amants Francesco Maria Maringhi, et d’autres agents s’intéressant à la production picturale d’Artemisia.

Cette correspondance est lacunaire : n’ont survécu que des séries de missives, découvertes au fil du temps dans des archives et des éditions « princeps » partielles. Elles couvrent quatre périodes : 1611-1612, pour les documents concernant le viol ; 1615-1620, pour les lettres adressées à son amant Francesco Maria Maringhi ; 1630-1639, pour la correspondance avec les ducs de Modène et de Toscane, Galilée et d’autres commanditaires ; enfin, une série de douze lettres à Don Antonio Ruffo, écrites entre 1649 et 1651. Lire la suite

Publication : « The Prints of Paul Sandby (1731–1809) : A Catalogue Raisonné ».

GUNN Ann, The Prints of Paul Sandby (1731–1809) : A Catalogue Raisonné, Turnhout, Brepols, 2016, 339 p.

GUNN Ann, The Prints of Paul Sandby (1731–1809) : A Catalogue Raisonné, Turnhout, Brepols, 2016, 339 p.

Présentation de l’éditeur :

Born in Nottingham, Paul Sandby (1731–1809) is best known as a founder member of the Royal Academy and a prominent figure in the development of British watercolour painting. However, he was also one of the most prolific and inventive printmakers in eighteenth-century Britain. From his early years as a draughtsman for the military survey of Scotland, and later from his extensive tours throughout England and Wales, he depicted the people, towns, castles, and landscapes of the nation. He provided the public with images of their country which contributed to the emerging appreciation of native landscape, to antiquarian interests, and to the development of picturesque tours within the British Isles. Although he never travelled abroad, he reproduced the work of fellow artists who had, tapping into the Grand Tour market with prints of Ionian antiquities, Neapolitan landscapes, and the Roman carnival. But his work encompassed more than landscape; he could move from the pastoral humour of illustrations to Allan Ramsay’s poem The Gentle Shepherd, through the urban realism of his Cries of London to the merciless satire of his attacks on William Hogarth. From the 1740s to the 1780s, he made over 380 prints: engravings, etchings, soft ground etchings, and finally aquatints, a medium in which he was a pioneer. Aquatint enabled printmakers to reproduce the effects of watercolour paintings; Sandby gave the process its name and developed varied techniques which allowed the exact reproduction of the artist’s brush strokes, producing some of the most beautiful prints ever made in this medium.

Ann V. Gunn, a lecturer at the University of St Andrews, has worked as Keeper of Art at Nottingham City Museums, Assistant Registrar at Princeton Art Museum, and Registrar of the University of St Andrews Art Collection. She also ran her own gallery, which specialised in contemporary Scottish art. She is Honorary Curator of the University’s Fine Art Collection. She is also Chair of Fife Contemporary Art & Craft and a member of the Fife Committee of the Art Fund. She is the author of The Prints of Wilhelmina Barns-Graham: A Complete Catalogue (2007).

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Conférence du GRHAM : « Aux origines de la normalisation des formats des tableaux à Paris : les « toiles de mesure » du XVIIe siècle », par Pascal Labreuche (Paris, 15 décembre 2016, 19h).

L’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers sous la direction de Denis Diderot et Jean le Rond d’Alembert ©Claude Yvel

L’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers sous la direction de Denis Diderot et Jean le Rond d’Alembert ©Claude Yvel

Type : Conférence (entrée libre)
Date et horaire : jeudi 15 décembre 2016 à 19h
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée)
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Le GRHAM recevra Pascal Labreuche pour une conférence intitulée « Aux origines de la normalisation des formats des tableaux à Paris : les « toiles de mesure » du XVIIe siècle. »

On trouve les premières traces d’une standardisation des formats des toiles à peindre (et des bordures ou cadres), à Paris, dès la deuxième décennie du XVIIe siècle, selon les connaissances actuelles. Un phénomène de normalisation similaire est observable dans d’autres pays d’Europe à la même époque : Italie, Pays-Bas, Angleterre.

Tous ces systèmes nationaux sont différents entre eux et les listes de formats sont généralement associées à des désignations imagées, à l’instar des noms de formats de papiers en France (Petit-Jésus, Soleil, Grand-Aigle, etc.). La France semble constituer un cas unique dans l’histoire de ces différents systèmes de normalisation : à Paris, la nomenclature se fixe une fois pour toutes dès l’origine, et repose non sur des appellations mais sur des numéros (10, 25, 50, etc.) correspondant initialement à des prix fixes, exprimés en sols (sous), livres et écus.

Autre particularité frappante : à de rares ajouts et simplifications près, cette table de formats parisiens, étendue progressivement à l’ensemble du territoire français et largement adoptée comme système international, n’a pas connu de changements depuis l’origine jusqu’à nos jours, ni dans les dimensions ni dans les désignations par numéros. Lire la suite

Restauration d’une Sainte Famille, école de Rubens XVIIe siècle

image1

Vue d’ensemble de la face de l’œuvre avant restauration. ©Marine Andrieux

L’article de Marine Andrieux, étudiante en Master 2 Conservation-restauration des biens culturels, mention « Méthodologie et pratique de la conservation restauration », présente la restauration d’une Sainte Famille attribuée à l’école de Peter Paul Rubens (1577-1640). Ce panneau peint provient du Trésor de la cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille à Lille et a été restauré dans le cadre des enseignements pratiques de la première année de Master CRBC, de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction d’Aurélie Nicolaus, maître de conférences associée et restauratrice de peinture. Les décisions relatives au traitement et au conditionnement de l’œuvre ont été prises en concertation avec Anne Da Rocha, responsable de la Commission diocésaine d’Art Sacré de Lille, et Julie Chantal, Conservateur des Antiquités et Objets d’Art du département du Nord.

Depuis la rentrée universitaire 2014, les étudiants de la spécialité peinture de troisième année de Licence Préservation des biens culturels et de première année de Master Conservation-restauration, sont chargés, individuellement ou en groupe, de la restauration d’une œuvre du diocèse de Lille, dans le cadre d’une convention de prêt instaurée entre les deux institutions.

Restauration d’une Sainte Famille, école de Rubens (XVIIe siècle), trésor de la cathédrale Notre-Dame-de-la Treille, Lille, dans le cadre du Master de Conservation-restauration des biens culturels (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

La Sainte Famille, déposée dans la cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille, est une peinture à l’huile sur bois. La scène s’inscrit dans un format portrait et cintré. Elle représente Joseph, en arrière-plan, la tête bordée par le feuillage, ainsi que Marie et l’Enfant au premier plan de la composition. L’identité du peintre, comme la date de mise en œuvre, sont inconnues. Toutefois, la composition et le traitement stylistique expliquent notamment son rattachement à l’art de la Contre-Réforme des Pays-Bas au début du XVIIe siècle, et plus précisément à l’école de Peter Paul Rubens. Le portrait de Marie présente notamment une forte ressemblance stylistique et morphologique avec certaines œuvres de Peter Paul Rubens, comme La Vierge à la pervenche (inv. 2850, Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles), œuvre collective de Peter Paul Rubens et de Peter Brueghel, pour laquelle l’épouse de Rubens, Hélène Fourment, servit de modèle. Lire la suite

Publication : « The Learned Draftsman : Edme Bouchardon ».

KOPP Édouard, The Learned Draftsman : Edme Bouchardon, Los Angeles, J. Paul Getty Museum, 2017, 336 p.

KOPP Édouard, The Learned Draftsman : Edme Bouchardon, Los Angeles, J. Paul Getty Museum, 2017, 336 p.

Présentation de l’éditeur :

The celebrated French artist Edme Bouchardon (1698–1762) is primarily known as a sculptor today, but his contemporaries widely lauded him as a draftsman as well. Talented, highly innovative, and deeply invested in the medium, Bouchardon made an important contribution to the European art and culture of his time, and in particular to the history of drawing. Around two thousand of his drawings survive—most of which bear no relation, conceptual or practical, to his sculpture—yet, remarkably, little scholarly attention has been paid to this aspect of his oeuvre. This is the first book-length work devoted to the artist’s draftsmanship since 1910. Lire la suite