Appel à communication : « Décor et architecture : entre union et séparation des arts (XVIe-XVIIe siècle) » (Lausanne, 16-17 novembre 2017)

Giulio Romano, La chambre des Géants (paroi nord), 1532-1535, Mantoue, Palais Te

Le décor à la période moderne est considéré comme l’une des parties constitutives de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Or dans l’historiographie, décor et architecture sont souvent étudiés de manière séparée, ce qui institue de fait une rupture entre ces deux champs, susceptible de biaiser notre compréhension de la production artistique.

Continuer la lecture

Journée d’étude : « Restauration et remploi »

Main Guard, achevé en 1674, Clonmel (Ireland) (exemple de remplois d’éléments romans dans des édifices élevés au XVIIe siècle en Ireland selon la recherche menée par Rachel Moss)

Type : Journée d’étude
Date : mercredi 24 mai 2017
Lieu : Ecole nationale des chartes, salle L. Delisle

Journée d’étude des doctorants du centre Jean-Mabillon (École nationale des chartes) en collaboration avec l’École pratique des hautes études.

Le centre Jean-Mabillon (École nationale des chartes) organise, en partenariat avec l’École pratique des hautes études, une journée des doctorants le 24 mai 2017. Cette journée est destinée à rassembler des doctorants français et étrangers afin qu’ils partagent leurs idées et leurs recherches autour d’un thème général qui sera, cette année, « Restauration et remploi ».

Présentation

Arnold Esch a proposé en 1998, dans un article consacré au reimpiego, de distinguer dans les objets archéologiques l’Überleben, la simple survie matérielle d’un objet, d’une ruine, et la Nachleben, véritable vie après la vie « par transformation continuée »[1] des vestiges du passé. Ces notions sont probablement importables – moyennant quelques adaptations – dans l’ensemble des disciplines historiques qui s’intéressent aux enjeux et aux formes de la mémoire : que ce soit l’histoire (politique, des idées, etc.), l’histoire de l’art et l’archéologie, ou la philologie et la littérature.

Dans la vie et la survie des objets, des documents, des idées, des œuvres du passé, on peut distinguer deux types d’intervention humaine. D’une part, l’homme a tenté, à plusieurs moments de son histoire, de retrouver et sauver les traces du passé qui subsistaient, que ce soit par des « fouilles archéologiques » ou par l’exploration d’archives, de manuscrits, de bibliothèques. Au sein de ces manœuvres de « sauvetage » des vestiges du passé, les opérations de restauration constituent un moment important et délicat, tant d’un point de vue technique que d’un point de vue déontologique. Il n’en reste pas moins que la restauration a participé, dans la majeure partie des cas, à la survie, l’Überleben des objets du passé. D’autre part, nombreuses sont les traces (matérielles ou textuelles) du passé qui ont trouvé une nouvelle vie (une Nachleben) au cours de leur voyage à travers le temps, notamment grâce à la pratique du remploi. Bon nombre d’édifices anciens ont pu servir de « carrière de pierres » aux époques ultérieures. Il ne manque pas dans les écrits historiographiques d’exemples d’intégration de matière plus ancienne (servant quelques fois à la réécriture de l’histoire). Enfin, on ne connaît pas de littérature qui ne soit faite de remplois (qu’il s’agisse de citations, de plagiats, de réécritures, etc.).

Au cours de cette journée d’étude, nous aimerions réunir des doctorants de domaines différents (archéologues, historiens de l’art, historiens, philologues, littéraires) autour d’une réflexion concernant ces deux pratiques, restauration et remploi, et les produits qu’elles ont pu engendrer jusqu’à nos jours.

Continuer la lecture

Les changements de dimensions des tableaux de la collection du cabinet du Roi Louis XIV (1683-1709)

Les changements de dimensions des tableaux de la collection du cabinet du Roi Louis XIV (1683-1709)

Franciabigio, Portrait d’homme, Huile sur peuplier, Paris, musée du Louvre (INV. 517). Lumière réfléchie ©C2RMF

En octobre 1913, l’historien d’art italien Gustave Frizzoni corrobore la critique d’André-Charles Coppier, peintre et écrivain d’art :

« Ainsi, M. Coppier a très bien fait de signaler ces déplorables remaniements dans un des plus importants musées du monde, et il est à souhaiter vivement que la direction du Louvre, en tenant compte de ces observations, prenne à cœur la révision complète de tout ce qui a pu être altéré de cette manière et de rendre à ses toiles leurs justes proportions »[1].

L’auteur fait ici référence aux changements de dimensions de tableaux, réalisés par des peintres depuis leur création jusqu’au XIXe siècle, afin de répondre aux desiderata de leurs propriétaires. Ces modifications du format initial de l’œuvre – agrandissement, réduction ou changement de forme – peuvent intervenir à tout moment : pendant le temps de la création de l’œuvre, elles sont alors réalisées – ou du moins souhaitées – par l’artiste ; au cours de son parcours patrimonial, elles sont le fait alors de son propriétaire ou de son responsable juridique.

Nous nous intéresserons ici plus particulièrement aux changements de dimension des tableaux de la collection du Cabinet du Roi Louis XIV entre 1683 et 1709, dates auxquelles les inventaires des collections sont dressés par Charles Le Brun et Nicolas Bailly. Ces inventaires mentionnent le détail des œuvres composant la collection du Roi, accompagné des attributions et de leur format. Le travail de thèse d’Arnauld Brejon de Lavergnée sur l’Inventaire de Le Brun permet d’ajouter à ces informations la provenance, le lieu de conservation, et les dimensions actuelles des tableaux recensés[2]. L’interprétation des différences de dimensions d’un même tableau rapportées d’un inventaire à l’autre permet notamment de supposer un changement de format. Cependant, quantité de tableaux sont signalés « dans [leur] bordure dorée » dans chacun des deux inventaires. Restons donc prudents : d’autres explications à ces différences de format peuvent être avancées, comme la mesure du tableau avec ou sans son cadre, source d’erreurs dans l’appréciation des changements de dimensions. Continuer la lecture

Appel à communication : Die Kuenste in Berninis Rom

Gian Lorenzo Bernini, Auto-portrait, vers 1623, huile sur toile, 38 x 30 cm, Rome, Galerie Borghèse.

Type : Appel à communication

Date limite de l’appel à candidature : 17 mars 2017

Date de la manifestation : du 29 novembre au 1er décembre 2017

Lieu : Rome, Bibliothèque Hertziana Continuer la lecture

Appel à communication : The Role of Religious Confraternities in Art

Paroisse de Saint-Sulpice, XVIIe siècle, gravure, marché de l’art.

Type : Appel à communication

Date limite de l’appel à candidature : 10 mars 2017

Date de la manifestation : du 11 au 13 mai 2017

Lieu : Slovénie, Ljubljana, France Stele Institute of Art History Continuer la lecture

Conférence : Kaiserin Maria Theresia (1717-1780). Repräsentation und visuelle Kommunikation

Martin van Meytens, L’Impératrice Marie-Thérèse d’Autriche, 1759, huile sur toile, Vienne, Académie des Beaux-Arts.

Type : Conférence

Date : 31 mars 2017

Lieu : Vienne, Österreichische Akademie der Wissenschaften / Kunsthistorisches Museum

Am 13. Mai 2017 jährt sich die Geburt von Maria Theresia zum 300. Mal.

Als « Österreichs starke Frau » prägen ihre Person und ihre Bildnisse das kulturelle und politische Erbe der Habsburgermonarchie bis heute. Die mit ihr in Verbindung stehenden Mythen sind nicht nur historische Nachwehen eines vermeintlichen « österreichischen Heldenzeitalters », sondern auch Produkte einer erfolgreichen Inszenierung ihrer Herrschaft, deren Mechanismen und Strategien im laufenden FWF-Forschungsprojekt « Herrscherrepräsentation und Geschichtskultur unter Maria Theresia (1740–1780) » an der Österreichischen Akademie der Wissenschaften (ÖAW) entschlüsselt werden. Das Projekt, das gemeinsam vom Institut für kunst- und musikhistorische Forschungen der ÖAW (Abteilung Kunstgeschichte) und dem Münzkabinett des Kunsthistorischen Museums Wien durchgeführt wird, veranstaltet anlässlich dieses Jubiläumsjahres vom 29. bis zum 31. März 2017 eine internationale und interdisziplinäre Tagung, die sich der Selbst- und Fremdinszenierung Maria Theresias aus kunsthistorischer, numismatischer und historischer Perspektive nähert. Continuer la lecture

Soutenance de thèse : « Jean-Baptiste Lemoyne (1704-1778). Un sculpteur du roi au temps des Lumières ».

 

Jean-Baptiste Lemoyne, Portrait de Mademoiselle Clairon, 1761, marbre, Paris, Comédie-Française.

Type : soutenance de thèse.
Date : samedi 11 mars 2017 à 14h.
Lieu : Institut national d’histoire de l’art (INHA), 4-6 rue des Petits-Champs, 75002 Paris (Entrée par la Galerie Colbert) Salle Ingres, 2e étage.

Cécilie CHAMPY-VINAS, archivisite-paléographe et conservateur du patrimoine, soutiendra sa thèse de doctorat sur « Jean-Baptiste Lemoyne (1704-1778) : Un sculpteur du roi au temps des Lumières » le samedi 11 mars 2017 à 14h.

Le jury sera composé de :

Madame Marion Boudon-Machuel, professeur à l’Université François Rabelais de Tours

Monsieur Alain Mérot, professeur à l’Université Paris-Sorbonne

Monsieur Patrick Michel, professeur à l’Université Lille 3 – Charles de Gaulle

Monsieur Guilhem Scherf, conservateur général au Musée du Louvre, département des Sculptures

Résumé :

Issu d’une dynastie de sculpteurs parisiens, formé sous la Régence, en plein triomphe du style « rocaille », Jean-Baptiste Lemoyne (1704-1778) construit sa renommée sur la faveur que lui accorde Louis XV. Des années 1730 aux années 1750 Lemoyne s’illustre dans le genre colossal. À moins de dix ans d’intervalle, en 1743 et 1754, le sculpteur inaugure à Bordeaux puis à Rennes deux monuments à la gloire de Louis XV, prouesse artistique et technologique jamais égalée jusqu’alors. À partir des années 1750, le sculpteur recentre sa production sur l’art du portrait, devenant, avant Houdon, le sculpteur des grands hommes. Célébré de son vivant, Lemoyne connut une destinée posthume tragique : la plupart de ses monuments religieux et royaux furent détruits sous la Révolution et le sculpteur tomba dans l’oubli, victime du mépris de la génération néoclassique. L’artiste est demeuré longtemps méconnu, éclipsé par la renommée de Bouchardon puis de Houdon. Cette étude se propose de reconsidérer l’une des figures majeures de la sculpture française du XVIIIsiècle, en mettant l’accent sur son héritage familial et esthétique, l’influence de son atelier et le rôle que la « sociabilité » des Lumières a joué dans la réussite de sa carrière et le succès de ses portraits. Continuer la lecture

Appel à communication : « The Saints of Rome : Diffusion and Reception from late Antiquity to the Early Modern Period ».

Mattia Pretti, Le voile de Sainte Véronique, ca. 1655-1660, toile, 100×749 cm, Los Angeles, Los Angeles County Museum (LACMA).

Type : Appel à communication.
Date limite appel à candidature : 15 mars 2017.
Date de la manifestation : du 04 au 06 octobre 2017.
Lieu : Accademia d’Ungheria in Roma, Palazzo Falconieri, Via Giulia 1, Rome.

The saints of Rome have always been among the most venerated and the most popular heavenly patrons in Christendom, grafting the noble air of universality and integration onto emerging Christian cultures. From the apostles and Early Christian martyrs through the Early Modern period and beyond, the textual and material dissemination of Roman saints made a significant impact on the rise of the cult of the saints. Saints living in Rome (from Bridget of Sweden to Catherine of Siena and from Francesca Ponziani to Filippo Neri) were role models all over the Christian world. Post-Tridentine Roman cults spread by the Society of Jesus and the revival of catacomb cults brought a new wave in the world-wide cult of the saints of Rome in the early modern period.

What strategies, mechanisms and considerations informed the spread of the cult of the saints of Rome? Who were the actors: Roman ecclesiastical hierarchy or local communities? How did these cults transform through local reception in diverse local contexts? How did pilgrimages and Jubilees promote the cults of Roman saints? Did « Romanness » assure efficacious links with the centre of Christendom or possess a symbolical meaning? In what ways did the saints of Rome impact local saints’ cults ? Continuer la lecture

Colloque : « Contre le luxe – XVIIe et XVIIIe siècles ».

Atelier d’Etienne Le Blond d’après Charles Le Brun, Visite de Louis XIV à la Manufacture des Gobelins, le 15 octobre 1667, début XVIIIe siècle, tapisserie à fil d’or en basse lisse, 375 x 580 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : colloque.
Date : jeudi 23 et vendredi 24 mars 2017.
Lieu : Librairie Mollat – Station Ausone (8 rue de la Vieille Tour, 33000 Bordeaux) et Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, salle Jean Borde (Université Bordeaux Montaigne, domaine universitaire, 33607 Pessac).

Programme :

mercredi 22 mars 2017
Lieu : Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine
salle Jean Borde (Université Bordeaux Montaigne, domaine universitaire, 33607 Pessac)

13h30-13h45 Accueil des participants par Danièle James-Raoul et Pierre Sauvanet (Université Bordeaux Montaigne), directeurs du CLARE (Cultures, Littératures, Arts, Représentations, Esthétiques, UR 4593) et Myriam Tsimbidy, directrice du CEREC (Centre de Recherche sur l’Europe Classique).

13h45-14h Introduction du colloque

Première session : Luxe et magnificence au XVIIe siècle.
Président de séance – Pierre Ronzeaud (Aix-Marseille Université)

14h-14h30 : Melaine Folliard (Aix-Marseille Université), « Poésie et dénuement : la tentation de l’aridité chez Théophile de Viau ».
14h30-15h : Camille Venner (Université de Lorraine), « Pompe du langage et condamnation du luxe dans l’œuvre poétique et pastorale d’Antoine Godeau ».
15h-15h30 : Michèle Rosellini (ENS de Lyon), « La critique du luxe comme nostalgie de la magnificence au tournant du siècle ». Continuer la lecture

Sotheby’s en Janvier 2017.

François-Pierre Peyron (1744 – 1814), Bélisaire recevant l’hospitalité d’un paysan, 1811, huile sur toile, 49,3 x 62,3 cm.

Plusieurs ventes ont eu lieu à New York du 25 au 27 janvier, dont nous relevons quelques objets qui ont trouvé preneur … ou pas.

Lors de la vente de 27 janvier à 10h00, le lot 445 n’a pas trouvé preneur. Il s’agit d’un tableau de Jean-François-Pierre Peyron (1744 – 1814), Bélisaire recevant l’hospitalité d’un paysan, qui est la répétition de la commande passée par l’abbé François de Bernis, qui deviendra par la suite archevêque de Rouen. Ce dernier, alors en poste à Rome, expose l’original au Palais Mancini avant de le ramener à Albi, avec son pendant, Cornélia, mère des Gracques. Le tableau original, daté de 1779, est aujourd’hui conservé au Musée des Augustins de Toulouse. Les copies autographes de ce tableau (outre celle présentée par Sotheby’s, une autre composition du même artiste est conservée à la National Gallery de Londres) témoignent du durable succès populaire que remporte la nouvelle de Marmontel écrite en 1767, Bélisaire. Peyron se pose ici en rival de Jacques-Louis David qui donne sa version du même sujet en 1780, Bélisaire demandant l’aumône, conservé au Palais des beaux-arts de Lille. Continuer la lecture

Colloque : « 7e Journées professionnelles : Innover pour conserver »

Type : Colloque
Date de la manifestation : 23-24 mars 2017
Lieu : Paris, Cité de l’architecture et du patrimoine, Auditorium

Innover pour conserver. Recherche et développement en conservation-restauration des biens culturels

La direction générale des Patrimoines du ministère de la Culture et de la Communication organise en partenariat avec l’Institut national du patrimoine et la Cité de l’architecture et du patrimoine les septièmes journées professionnelles de la conservation-restauration.

Centrées sur des « retours d’expérience », ces journées s’adressent à tous les professionnels de la conservation-restauration des biens culturels sur l’ensemble des champs patrimoniaux : archives, musées, bibliothèques, archéologie, monuments historiques…

Les journées 2017 ont pour objectif de mettre en lumière les principales thématiques de recherche en cours et les innovations récentes dans le domaine de la conservation-restauration.  Continuer la lecture

Colloque : « La reconquête par le livre et l’image. Au cœur de la réforme catholique dans les Pays-Bas (XVIe-XVIIes.) / Winning Back with Books and Prints. At the Heart of the Catholic Reformationin the Low Countries (16th-17th c.) ».

Peeter Neefs le vieux, Intérieur d’une église gothique, XVIIe siècle, huile sur toile, 45 x 62 cm, Schwerin, Staatliches Museum, Kunstsammlungen, Schlösser und Gärten.

Type : colloque.
Date : 23 et 24 février 2017.
Lieu : Liège, Université de Liège, Salle des Professeurs, A1-Bâtiment central – Place du 20 Août.

Programme :

Jeudi 23 février 2017 :

8.45. Welcome coffee, registration /Accueil et inscription.

9.15. Presentation.

Session I 09.30-11.00

Heleen WYFFELS (KU Leuven) Assessing survival rates of widow-printers’businesses in sixteenth-century Antwerp.

Rosa DE MARCO (ULg/Transitions) Les sources emblématiques des marques d’imprimeurs dans les Pays-Bas méridionaux (1561-1640).

Renaud ADAM (F.R.S./FNRS–ULg/Transitions) L’imprimerie à Bruxelles sous les archiducs Albert et Isabelle (1598-1633).

Pause.

Session II 11.30-12.30

DirkI MHOF (Plantin-Moretus Museum) A lucrative illustrated prayer book for decades: Canisius’s Manuale catholicorum published by the Plantin Press.

Renaud MILAZZO (Paris Saclay/Univ. Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) Les ventes internationales des livres d’emblèmes jésuites par l’officine plantinienne: l’exemple du Père Joannes David au début du XVIIe siècle. Continuer la lecture

Tables rondes : « Le métier d’architecte au XVIIIe siècle ».

Hubert Robert, Un temple circulaire jadis dédié à Janus, 1789, huile sur toile, 98 x 107 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Tables rondes.
Date de la manifestation : du 24 février au 28 avril 2017.
Lieu : Nanterre, Université de Paris-Nanterre, Bâtiment E – Salle E302 (3e étage).

« Un sujet comme le nôtre est inépuisable et chaque génération pose sur le passé des interrogations nouvelles. Beaucoup de questions restent en suspens et attendent la réponse des chercheurs à venir » [1], Michel Gallet.

Depuis la fin des années 1970, plusieurs études monographiques ainsi que des actes de colloques ont permis de mettre en lumière la vie et la carrière de quelques architectes du XVIIIe siècle : Charles de Wailly (1979), Claude-Nicolas Ledoux (1980, 1990, 2000), Jacques-Germain Soufflot (1980, 2004, 2015), Alexandre-Théodore Brongniart (1986), Germain Boffrand (1986), la famille Gabriel (2004), Victor Louis (2009) ou encore Jean-François-Thérèse Chalgrin (2016). En 2006, Claude Mignot observait que ces études permettaient désormais de mener des « enquêtes de plus en plus précises sur la formation des architectes, leurs bibliothèques, les processus d’invention, leurs relations avec les commanditaires d’un côté, les entrepreneurs et ouvriers de l’autre » [2].

Le chantier et le milieu de la construction constituent en effet deux sujets dont les historiens des techniques et du droit se sont emparés depuis quelques années. Leurs recherches ont déjà donné des résultats en ce qui concerne la période médiévale, notamment les travaux d’Odette Chapelot, parmi lesquels on peut citer le colloque « Du projet au chantier. Maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre aux XIVe – XVIe siècles » organisé à Vincennes en 1998. Pour la période moderne et contemporaine, les deux premiers congrès de l’Association Francophone d’Histoire de la Construction, organisés à Paris (2008) et à Lyon (2014), ont eux aussi permis d’explorer de nombreuses thématiques liées à l’univers professionnel de l’architecte (matériaux, processus de construction, chantier, droit et économie, métiers et acteurs, circulation des savoirs…). Continuer la lecture

Publication : « City of Refuge : Separatists and Utopian Town Planning ».

LEWIS Michael, City of Refuge : Separatists and Utopian Town Planning, Princeton, Princeton University Press, 2016, 256 p.

Présentation de l’éditeur :

The vision of Utopia obsessed the nineteenth-century mind, shaping art, literature, and especially town planning. In City of Refuge, Michael Lewis takes readers across centuries and continents to show how Utopian town planning produced a distinctive type of settlement characterized by its square plan, collective ownership of properties, and communal dormitories. Some of these settlements were sanctuaries from religious persecution, like those of the German Rappites, French Huguenots, and American Shakers, while others were sanctuaries from the Industrial Revolution, like those imagined by Charles Fourier, Robert Owen, and other Utopian visionaries.

Because of their differences in ideology and theology, these settlements have traditionally been viewed separately, but Lewis shows how they are part of a continuous intellectual tradition that stretches from the early Protestant Reformation into modern times. Through close readings of architectural plans and archival documents, many previously unpublished, he shows the network of connections between these seemingly disparate Utopian settlements—including even such well-known town plans as those of New Haven and Philadelphia. Continuer la lecture