Publication : « The Paper Museum of Cassiano dal Pozzo : Birds, Other Animals and Natural Curiosities ».

Collectif, The Paper Museum of Cassiano dal Pozzo : Birds, Other Animals and Natural Curiosities, Turnhout, Brepols, 2017, 864 p.

Collectif, The Paper Museum of Cassiano dal Pozzo : Birds, Other Animals and Natural Curiosities, Turnhout, Brepols, 2017, 864 p.

Présentation de l’éditeur :

This catalogue brings together some of the finest natural history drawings executed for Cassiano, including 251 coloured drawings of fauna, and 63 of gems, marbles, fossils and other natural curiosities. Cassiano had a particular interest in ornithology, and birds are thus the best-represented members of the animal kingdom in this group, with more than 200 drawings of both native and exotic species. Other drawings of fauna catalogued here include mammals, fishes and crustaceans. Like the bird drawings, many are drawn with painstaking attention to detail and scale, a complete specimen drawn on a reduced scale to fit the sheet, with anatomical details depicted life size. The drawings of mineral specimens and other natural curiosities depict the sort of item commonly found in seventeenth-century collectors’ cabinets: gemstones, bezoars, marbles, corals, ‘Lucifer’ stones, fossils, exotic seeds and beans, as well as scientific instruments.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Appel à communication : « Fashion and Textiles between France and England ».

François Boucher, La modiste, ca. 1746, huile sur toile, 63 x 51 cm, Londres, Wallace collection.

Studio de François Boucher, La modiste, ca. 1746, huile sur toile, 63 x 51 cm, Londres, Wallace Collection. 

Type : Appel à communication.
Date limite appel à candidature : 28 février 2017.
Date de la manifestation : 13 et 14 octobre 2017.
Lieu : Paris.

The Séminaire Histoire de la mode (IHTP/CNRS) and the LARCA (Université Paris Diderot) are organizing a joint international conference in Paris, 13–14 October 2017: Moving Beyond Paris-London: Circulation and Exchange in Fashion and Textiles between France and England, 1700–1914. This conference is the latest in a series on cultural exchanges in fashion, which have included Haute Couture: Fashion and Consumption, France and England, 1947–1957 (11 April 2014), Franco-American Exchanges in Fashion (15 April 2016), and Franco-German Exchanges in Fashion (10–12 October 2016).

By looking closely at the relationship—at times friendly, at times not—between France and England through fashion and textiles between 1700 and 1914, this conference will touch on a number of topics, including: the circulation (lawful or illicit) of knowledge, individuals, and objects; the diffusion—and cross-fertilization—of design models between the two countries via press, engravings, or fashion dolls; the importation of textiles and clothing; the phenomena of copying, espionage, and counterfeits; the pursuit of protectionist policies which aimed to limit imports from the rival nation. Particular attention will be given to the different temporalities of industrialization of the two countries as a way to understand innovation and the progressive organization of professions in each. The comparison between the evolution of the two countries will also take into account examples of transfers across them such as with Charles Frederick Worth, the British designer who came to France in 1858 to open a couture house that rapidly became the symbol of haute couture in Paris. Lire la suite

Journée d’études : « La copia pittorica a Napoli tra 500 e 600. Produzione, collezionismo, esportazione ».

Luca Giordano, Persée transformant les disciples de Phinée en pierre, vers 1680, huile sur toile, 285 x 366 cm, Londres, The National Gallery.

Luca Giordano, Persée transformant les disciples de Phinée en pierre, vers 1680, huile sur toile, 285 x 366 cm, Londres, The National Gallery.

Type : Journée d’études.
Date : lundi 23 janvier 2017.
Lieu : Naples, Gallerie d’Italia / Palazzo Zevallos Stigliano.

Anche se fu un elemento molto rappresentativo della cultura artistica napoletana di età moderna, il fenomeno della copia pittorica ha finora ricevuto scarsa attenzione negli studi. Il progetto internazionale Copimonarch. La copia pittorica nella Monarchia Ispanica, secoli XVI-XVIII finanziato dal Governo spagnolo (HAR2014-52061-P, Ministero di Economía y Competitividad, Gobierno de España), intende riconsiderare il fenomeno alla luce della più attuale storiografia, focalizzando l’attenzione sui grandi centri artistici della Penisola Iberica, ma anche sui territori legati in passato al potere spagnolo. Uno di questi è il regno di Napoli, la cui capitale fu il principale centro artistico del Sud d’Italia e la più popolosa città dell’impero ispanico tra XVI e XVII secolo. Napoli fu anche un grande centro di produzione e diffusione di copie pittoriche, che molto spesso servirono a diffondere le creazioni di artisti come Caravaggio, Ribera e Luca Giordano. Dalla città, non poche di quelle copie passarono al territorio iberico, rinsaldando i legami artistici e culturali con la Spagna. 

Questa giornata di studio, grazie alla partecipazione di riconosciuti studiosi italiani e spagnoli, intende rivolgere per la prima volta uno sguardo approfondito alle copie pittoriche della scuola napoletana e alla loro circolazione. Lire la suite

Publication : « A Taste for Luxury in Early Modern Europe : Display, Acquisition, and Boundaries ».

STOBART Jon (dirs.) et ILMAKUNNAS Johanna (dirs.), A Taste for Luxury in Early Modern Europe : Display, Acquisition, and Boundaries, Londres, Bloomsbury Academic, 2017, 304 p.

STOBART Jon (dirs.) et ILMAKUNNAS Johanna (dirs.), A Taste for Luxury in Early Modern Europe : Display, Acquisition, and Boundaries, Londres, Bloomsbury Academic, 2017, 304 p.

Présentation de l’éditeur :

Jon Stobart and Johanna Ilmakunnas bring together a range of scholars from across mainland Europe and the UK to examine luxury and taste in early modern Europe.

In the 18th century, debates raged about the economic, social and moral impacts of luxury, whilst taste was viewed as a refining influence and a marker of rank and status. This book takes a fresh, comparative approach to these ideas, drawing together new scholarship to examine three related areas in a wide variety of European contexts. Firstly, the deployment of luxury goods in displays of status and how these practices varied across space and time. Secondly, the processes of communicating and acquiring taste and luxury: how did people obtain tasteful and luxurious goods, and how did they recognise them as such? Thirdly, the ways in which ideas of taste and luxury crossed national, political and economic boundaries: what happened to established ideas of luxury and taste as goods moved from one country to another, and during times of political transformation?

Through the analysis of case studies looking at consumption practices, material culture, political economy and retail marketing, A Taste for Luxury in Early Modern Europe challenges established readings of luxury and taste. This is a crucial volume for any historian seeking a more nuanced understanding of material culture, consumption and luxury in early modern Europe.  Lire la suite

Appel à publication : « Fabrique et usages du jardin du XIVe au XVIIIe siècle. Dessin, techniques, botanique ».

fig. 7. Hubert Robert, Jardin d’une villa italienne, 1764, huile sur toile, 99 x 133 cm, Ottawa, musée des Beaux-Arts du Canada

Hubert Robert, Jardin d’une villa italienne, 1764, huile sur toile, 99 x 133 cm, Ottawa, musée des Beaux-Arts du Canada

Type : Appel à publication.

Le Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance à Tours cherche des articles à publier pour un ouvrage intitulé « Fabrique et usages du jardin du XIVe au XVIIIe siècle. Dessin, techniques, botanique ». Il s’agit de s’inscrire dans les axes développés lors du colloque Fabrique et usages du jardin tenu en 2010 (Alain Salamagne et Pascal Liévaux dir.), qui ont toutefois été étendus au XVIIIe s.

« Les jardins de la Renaissance sont liés depuis le XIVe siècle à l’idée de nature et de plaisance ; le colloque Fabrique et usages du jardin du XIVe au XVIIe siècle en étudiera divers aspects : mise en œuvre du végétal, aménagements hydrauliques, usages et parcours, restauration…

Aborder le thème du jardin à la Renaissance, et ne poser d’abord que l’éventuelle influence de l’Italie dans la transmission de modèles et leur réception outre-monts, procéderait d’une vision erronée. Si Louis XII confie l’aménagement des jardins au napolitain Pacello da Mercogliano, ceux-ci allaient faire l’admiration des Italiens : en 1512, appelé par le marquis François Gonzague pour travailler à la création d’un jardin près de Mantoue le jardinier Giulio Cesare Martinengo se proposait de s’inspirer de ceux de Blois. Croisements d’influences, circulation des hommes et des modèles, diffusion des livres imprimés, le jardin devient bien au XVIe siècle un topos du discours, qui s’enrichit aussi d’une pratique dont la redécouverte des sciences ou des conditions de nature ordonne la composition. Lire la suite

Appel à communication : « D’autres regards sur les Le Nain ».

Louis ou Antoine Le Nain, Famille de paysans dans un intérieur, vers 1642, huile sur toile, 113 x 159 cm, Paris, musée du Louvre.

Louis ou Antoine Le Nain, Famille de paysans dans un intérieur, vers 1642, huile sur toile, 113 x 159 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Appel à communication.
Date limite appel à candidature : 15 février 2017.
Date de la manifestation : 5 et 6 mai 2017.
Lieu : Lens, musée du Louvre-Lens. 

Depuis leur redécouverte il y a plus d’un siècle, l’œuvre des Le Nain a fasciné l’histoire de l’art française, de Champfleury à Jacques Thuillier en passant par Paul Jamot. Cette fascination a permis de ne pas limiter leur création à la peinture de genre, comme à l’élaboration de catalogues raisonnés avec distinction des trois frères, mais elle laisse de côté certains domaines : les liens avec le nord ont été rapidement négligés, le dialogue avec les historiens, en vue de d’une meilleure compréhension culturelle de leurs œuvres, ne s’est pas vraiment établi.

Profitant que l’exposition sur les Le Nain soit présentée dans la région des Hauts-de-France au Louvre-Lens du 22 mars au 26 juin (après une première rétrospective aux Etats-Unis), et que ses deux commissaires proposent d’attribuer la célèbre Académie d’hommes à un peintre nordique, ces journées d’études voudraient susciter d’autres regards sur les Le Nain, faire naitre de nouveaux questionnements sur leurs œuvres, en les rapprochant notamment de la culture nordique, avec laquelle ils avaient pu rester en contact dans le milieu de la foire de Saint-Germain-des-Prés. Lire la suite

Publication : « Versailles ou la disgrâce d’Apollon ».

SABATIER Gérard, Versailles ou la disgrâce d’Apollon, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, 362 p.

SABATIER Gérard, Versailles ou la disgrâce d’Apollon, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, 362 p.

Présentation de l’éditeur :

Ce livre entend briser l’image convenue mais fausse de Versailles, palais du Soleil, ce qu’il n’a jamais été. Gérard Sabatier analyse la globalité d’un processus créateur, mettant face à face un Versailles effectif – expression de la rhétorique du roi – et les Versailles imaginaires élaborés par ses usagers. La disgrâce d’Apollon devient alors celle du roi, d’une forme de la monarchie devenue obsolète à l’instar de son château-manifeste.

Sommaire :

  • Le palais du Soleil.
  • Les appartements, ou les vertus du roi.
  • L’escalier des Ambassadeurs ou le triomphe romain.
  • La galerie des Glaces, genèse et enjeux.
  • « Une éloquence de montre. » Explication des tableaux de la galerie de Versailles et de ses deux salons.
  • Politique de la galerie.
  • Louis-Auguste.
  • Publier la puissance de Louis.
  • Pour le plaisir du public.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Appel à communication : « Water and Gods in the Iconography of Power »

Andrea Cornely, d'après Ciro Ferri, Dessin pour un carrosse, gravure,  c. 1687, Londres, V&A V&A 19393.

Andrea Cornely, d’après Ciro Ferri, Dessin pour un carrosse, gravure, c. 1687, Londres, V&A V&A 19393.

Type : Appel à communication.
Date limite appel à candidature : 1er février 2017.
Date de la manifestation : 12-15 juillet 2017.
Lieu : Lisbonne (Portugal).

Since Antiquity, the personification of water, as rivers or seas, is one of the recurrent elements in the iconography related to power. From Tigris to Ganges, from the Mare Nostrum to the Atlantic Sea, water seems to be an essential element in the visual display of powerful monarchies and empires. After the American epopee, oceans started to play an extraordinary role in the allegorical representation of the two main Empires involved, so to speak, Spain and Portugal, but not solely.

This panel seeks to approach water iconography, with special attention to Oceans, as a mode of representation of power throughout modern Era and deals with its role in politics and culture. We are interested in arts, music, and literature, and how they relate to the iconography of water and its relation with power. Especially welcome are cross-disciplinary contributions, proposals that address different cases studies in a comparative way and studies focused in ephemeral
architecture and theatrical context.

Topics may include, but are not limited to:

  • Ephemeral art: celebrations of victories, king’s birthdays or even religious events were the perfect context for the representation of water as the image of rulers.
  • Prints, emblems and propaganda: How the topic relates to the rulers propaganda.
  • European powers and the new Geography: How monarchies and sovereigns assumed the discoveries into their own image of power.
  • Odes, poetry and epic: How literature used the image of Oceans and Rivers to glorify the rulers and how it related to the visual arts.

Modalité de soumission :

Please submit your proposal by 1st February 2017:
http://www.nomadit.co.uk/cham/cham2017/panels.php5?PanelID=5517

Do not hesitate to write us to diezdelcorralcorredoira@tu-berlin.de regarding any question you have related to your proposal. We will be happy to discuss the details with you.

Symposium : « Le Sacré dans la ville ».

Jacob Duck, Le Dépôt du butin : intérieur d'un corps de garde dans une ancienne église romane, XVIIe siècle, huile sur toile, 55 x 84 cm, Paris, musée du Louvre.

Jacob Duck, Le Dépôt du butin : intérieur d’un corps de garde dans une ancienne église romane, XVIIe siècle, huile sur toile, 55 x 84 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Symposium.
Date : 9 février 2017.
Lieu : Salle des fêtes de la Mairie du 11e arrondissement, Paris.

Au terme d’une longue histoire urbaine dominée par l’architecture ecclésiastique on trouve ce paradoxe : le sacré est encore plus présent dans la ville occidentale du début du XXIe siècle qu’il ne l’était à la fin de l’Ancien Régime, à l’aube de la Révolution. L’emprise des institutions religieuses et des puissantes congrégations s’est bien sûr effacée, ainsi que leur poids sur les consciences. Mais les nouveaux régimes (empires, monarchies restaurées et républiques), les cultes nouvellement autorisés ainsi que l’importance accrue des solidarités civiles (franc-maçonneries, syndicats, entreprises) ont transformé la ville contemporaine en une métropole de la mémoire vive. Avec le choc des événements (émeutes, révoltes, guerres, révolutions, attentas), chaque lieu suggère désormais un sentiment d’attraction mêlant le respect et l’effroi. Au cours de la journée du jeudi 9 février, le symposium de la mairie du 11 explorera en deux temps l’émergence historique de ce réseau très dense de la sacralisation urbaine. La matinée sera consacrée au sacré dans la ville royale et révolutionnaire, du Moyen Âge à la Révolution ; l’aprèsmidi au sacré dans la ville industrielle et contemporaine. Comme à son habitude le symposium confrontera les points de vue d’historiens de la ville, de l’architecture et de l’art dans une suite de présentations courtes alternant avec la parole du public.
Lire la suite

Journée d’étude : « Des mots pour la théorie, des mots pour la pratique. Lexicographie artistique : formes, usages et enjeux »

lexartjournetude-25-janv-web-compressed-copie

Type : colloque.
Date  : 25 janvier 2017.
Lieu : salle Vasari, INHA, Paris.

Dans la continuité du colloque Des mots pour la théorie, des mots pour la pratique. Lexicographie artistique : formes, usages et enjeux, qui s’est tenu au mois de juin dernier à Montpellier, le projet LexArt organise une journée d’étude consacrée cette fois à des communications de l’équipe et du comité scientifique du projet. Cette manifestation aura lieu le mercredi 25 janvier 2017 à l’Institut National d’Histoire de l’Art (salle Vasari – 9h30).

Dans une perspective de circulation des concepts et des pratiques, et de perméabilité des frontières artistiques, le projet LexArt : Words for art. The rise of a terminology (1600-1750) qui a débuté en avril 2013, se propose d’étudier le vocabulaire artistique tel qu’il s’élabore au XVIIe siècle à partir des textes fondateurs italiens, se diffuse au Nord des Alpes et se transforme au début du XVIIIe siècle en relation avec les pratiques artistiques en France, en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas et dans les pays germaniques. Lire la suite

Table ronde : « Les femmes artistes aux XVIIIe et XIXe siècles : nouvelles perspectives ».

Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Portrait de la duchesse d'Orléans, née Marie-Adélaïde de Bourbon-Penthièvre, 1789, huile sur panneau, 110 x 84 cm

Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Portrait de la duchesse d’Orléans, née Marie-Adélaïde de Bourbon-Penthièvre, 1789, huile sur panneau, 110 x 84 cm

Type : table ronde.
Date et horaire : 26 janvier 2017.
Lieu : Columbia Global Centers, 4 rue de Chevreuse, 75006 Paris.

Table ronde animée par Anne Lafont (INHA/LEGS/CNRS) avec Charlotte Foucher-Zarmanian et Séverine Sofio.

Deux monographies viennent de paraître sur la question des femmes artistes et/ou des artistes femmes dans les mondes de l’art français des XVIIIe, XIXe et XXe siècles. Écrits par deux historiennes de l’art et chercheuses au CNRS : Charlotte Foucher-Zarmanian et Séverine Sofio, ces livres, forts d’une historiographie artistique abondante et conflictuelle, reposent, de manière inédite et dans un débat en français, la question de l’histoire des femmes, des études de genre, des approches quantitatives, de l’interprétation des imaginaires, mais aussi du statut social et professionnel dans le milieu de l’art. Lire la suite

Colloque : « Mazarin, Rome & l’Italie ».

Pierre Mignard, Portrait du cardinal Mazarin, 1661, huile sur toile, 65 x 55 cm, Chantilly, musée Condé.

Pierre Mignard, Portrait du cardinal Mazarin, 1661, huile sur toile, 65 x 55 cm, Chantilly, musée Condé.

Type : colloque.
Date et horaire : du 11 au 13 mai 2017.
Lieu : Bibliothèque Mazarine et Ecole des chartes, Paris.

Ce colloque, qui prend la suite du colloque Mazarin, les lettres et les arts (Institut de France, décembre 2002, actes publiés en 2006), portera sur les liens de Mazarin avec Rome et l’Italie, pendant sa période romaine, jusqu’en 1643, puis pendant son ministériat en France. Dans une double perspective, celle de l’histoire et celle de l’histoire des arts, on y étudiera ses réseaux (diplomatiques, politiques, religieux, familiaux, de renseignement, les uns et les autres étant souvent mêlés), son collectionnisme, son mécénat, sa propagande.

Programme :

Jeudi 11 mai 2017 – Bibliothèque Mazarine

HISTOIRE DES ARTS. Président de séance : Yann SORDET (Directeur de la Bibliothèque Mazarine)

14h-Accueil
14h15-14h55 : Patrick MICHEL (Professeur, Université de Lille 3-Charles de Gaulle), « La succession de Mazarin à Rome et en France ».
14h55-15h35 : Yvan LOSKOUTOFF (Professeur, Université du Havre, Académie des Jeux floraux), « Anne et Jules, ou la symbolique partagée : un portrait de la reine par Jean Valdor et ses sources chez les Barberini ».
15h35-16h15 ; Delphine CARRANGEOT (Maître de conférences, Université de Versailles-Saint-Quentin), « Mazarin et la collection dispersée des Gonzague de Mantoue : enjeux politiques et diplomatiques d’une affaire artistique internationale ».
Pause
16h30-17h10 : Sonia CAVICCHIOLI (Professeur, Université de Bologne), « Une ‘mazarinette’ entre la France et l’Italie. Laura Martinozzi d’Este et son mécénat ».
17h10-17h50 : Simone SIROCCHI (Docteur, Université de Bologne), « Mazarin et la fabrique du portrait à la cour de Francesco Ier d’Este (1610-1658) ».
17h50-18h30 : Fabrizio FEDERICI (Docteur, boursier de la Biblioteca Hertziana), « Un partisan de la France en quête de protection : ce ‘bon vieux’ chevalier Francesco Gualdi et le cardinal Mazarin ».

Lire la suite

Exposition : « Images et révoltes dans le livre et l’estampe » (Bibliothèque Mazarine, Paris)

revolte

Annonce d’exposition :

Révoltes et évènements révolutionnaires ponctuent l’histoire européenne depuis la fin du Moyen Âge. On a longtemps cru que l’analphabétisme qui régnait parmi l’écrasante majorité de la population n’avait laissé aux insurgés que peu de moyens d’expression. Or la diffusion d’images lors des révoltes atteste d’une culture visuelle populaire qui préexiste à la Révolution française. On en décèle les traces les plus évidentes avec les Hussites en Bohême au XVe siècle, et lors de la Guerre des paysans qui ébranla le monde germanique en 1525.

Une iconographie de la révolte se forme et se transmet, sur des supports éphémères mal conservés, mais aussi dans le livre manuscrit, et bientôt grâce aux nouveaux médias. Dans l’estampe et l’imprimé, les rebelles expriment leur vision. En réaction, les pouvoirs contestés endiguent leur diffusion, et affichent, par d’autres images, la légitimité ou le rétablissement de leur autorité. Ces images suscitent bien des interrogations. Quelle part les révoltés ont-ils prise à leur production ? Comment les mutations techniques (l’imprimerie) ou spirituelles
(la Réforme, l’iconoclasme…) ont-elles modifié leur diffusion mais aussi leurs formes et contenus ? Quel degré de confiance l’historien doit-il leur accorder ?

L’exposition présente un large panorama d’images, des rébellions des villes flamandes au XIVe siècle, des jacqueries, des troubles religieux des XVe et XVIe siècles, des soulèvements et révolutions qui marquent le milieu du XVIIe siècle (en France, à Naples, dans les îles britanniques, au Portugal), des contestations jansénistes du XVIIIe siècle… Elles constituent un patrimoine visuel aussi saisissant que méconnu, et un témoignage décisif sur les cultures politiques européennes.

Exposition organisée par la Bibliothèque Mazarine en partenariat avec le projet ANR Culture des révoltes et révolutions.

Commissariat : Tiphaine Gaumy
Direction scientifique : Stéphane Haffemayer, Alain Hugon, Yann Sordet, Christophe Vellet
Le catalogue de l’exposition est coédité par la Bibliothèque Mazarine et les Éditions Les Cendres

Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h
Plus d’informations sur le site de la Bibliothèque Mazarine

Publication : « « Les progrès de l’industrie perfectionnée » : Luxe, arts décoratifs et innovation de la Révolution française au Premier Empire ».

COQUERY Natacha (dirs.), EBELING Jörg (dirs.), PERRIN KHELISSA Anne (dirs.), SÉNÉCHAL Philippe (dirs.), « Les progrès de l’industrie perfectionnée »Luxe, arts décoratifs et innovation de la Révolution française au Premier Empire, Toulouse, Presses universitaire de Toulouse Le Mirail, janvier 2017, 200 p.

COQUERY Natacha (dirs.), EBELING Jörg (dirs.), PERRIN KHELISSA Anne (dirs.), SÉNÉCHAL Philippe (dirs.), « Les progrès de l’industrie perfectionnée »Luxe, arts décoratifs et innovation de la Révolution française au Premier Empire, Toulouse, Presses universitaire de Toulouse Le Mirail, janvier 2017, 200 p.

Présentation de l’éditeur :

À la charnière entre les XVIIIe et XIXe siècles, entre la réunion des États généraux et la fin du Premier Empire, vingt-cinq ans s’écoulent pendant lesquels bouleversements politiques, économiques, sociaux et culturels créent un contexte d’instabilité pour le secteur du luxe et du demi-luxe français. Les ateliers et les manufactures sont confrontés à des conditions matérielles et organisationnelles difficiles. Le manque de matières premières, la détérioration des finances et la diminution du personnel en raison du départ des jeunes hommes aux armées ont un impact négatif sur la production artisanale. L’incertitude générale que représente cette période d’instabilité politique et de conflits armés n’empêche pourtant pas l’émergence de modes. De nouveaux marchés s’ouvrent et offrent de riches opportunités aux artistes et artisans pour diversifier et élargir leurs créations.

Souvent considérée comme un temps de rupture, en particulier dans le domaine du luxe dont elle remet en cause les fondements, la Révolution française apparaît au contraire comme le ferment d’une évolution vers l’innovation et l’industrialisation. Pluridisciplinaire, croisant l’histoire de l’art, l’histoire sociale, l’histoire économique, l’histoire culturelle et l’histoire des techniques, le présent ouvrage explore les conditions du changement et offre une approche plurielle des arts du décor.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : « Enlightened Princesses : Caroline, Augusta, Charlotte, and the Shaping of the Modern World ».

MARSCHNER Joanna (dirs.), BINDMAN David (dirs.) et FORD Lisa (dirs.), Enlightened Princesses : Caroline, Augusta, Charlotte, and the Shaping of the Modern World, New Haven, Yale Center for British Art, 2017, 592 p.

MARSCHNER Joanna (dirs.), BINDMAN David (dirs.) et FORD Lisa (dirs.), Enlightened Princesses : Caroline, Augusta, Charlotte, and the Shaping of the Modern World, New Haven, Yale Center for British Art, 2017, 592 p.

Présentation de l’éditeur :

Caroline of Ansbach (1683–1737), Augusta of Saxe-Gotha (1719–1772), and Charlotte of Mecklenberg-Strelitz (1744–1818) were three German princesses who became Queens Consort—or, in the case of Augusta, Queen in Waiting, Regent, and Princess Dowager—of Great Britain, and were linked by their early years at European princely courts, their curiosity, aspirations, and an investment in Enlightenment thought. This sumptuously illustrated book considers the ways these powerful, intelligent women left enduring marks on British culture through a wide range of activities: the promotion of the court as a dynamic forum of the Hanoverian regime; the enrichment of the royal collection of art; the advancement of science and industry; and the creation of gardens and menageries. Objects included range from spectacular state portraits to pedagogical toys to plant and animal specimens, and reveal how the new and novel intermingled with the traditional.

Joanna Marschner is senior curator at Historic Royal Palaces, Kensington Palace. David Bindman is professor emeritus of art history at University College London. Lisa L. Ford is assistant director of research at the Yale Center for British Art.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.