Archives de catégorie : Conservation-Restauration

Section Conservation-Restauration

Compte-rendu : visite du GRHAM au musée du Louvre-Lens

Charles Le Brun, Le Chancelier Séguier (détail), vers 1655-1661,  huile sur toile, 295 x 357 cm, Paris, musée du Louvre

Charles Le Brun, Le Chancelier Séguier (détail), vers 1655-1661, huile sur toile, 295 x 357 cm, Paris, musée du Louvre  

Le GRHAM s’est rendu au musée du Louvre-Lens le lundi 6 juin 2016 pour visiter l’exposition consacrée à « Charles Le Brun (1619-1690), le peintre du Roi-Soleil », ainsi que les collections semi-permanentes installées dans la Galerie du temps. A cette occasion, il a également été possible de découvrir les réserves et les œuvres actuellement en cours de restauration. L’association remercie chaleureusement l’accueil qui a été réservé à ses membres par Fabien Dufoulon, responsable du Centre de ressources du musée, et Caroline Chenu, régisseur des œuvres du musée.

Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Réunion d’Artistes dans l’atelier d’Isabey de Louis-Léopold Boilly » par Claire Betelu (Paris, 21 juin 2016 à 18h30).

Louis Léopold Boilly, Réunion d'artistes dans l'atelier d'Isabey, 1798, huile sur toile, 71 x 111 cm, Paris, musée du Louvre.

Louis Léopold Boilly, Réunion d’artistes dans l’atelier d’Isabey, 1798, huile sur toile, 71 x 111 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 21 juin de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Réunion d’Artistes dans l’atelier d’Isabey, présenté au Salon de 1798, apparaît aujourd’hui comme une œuvre majeure de Louis-Léopold Boilly. Acclamé par le public, moqué par la critique, le tableau est la première représentation d’artistes d’une telle envergure dans la peinture française. L’étude des différentes étapes du processus créatif, des premiers dessins connus au choix du titre, fait état d’un processus complexe de conception et de réalisation. Son analyse, avec le soutien de la génétique et de l’examen matériel des œuvres notamment dans le cadre de la restauration, offre une lecture nouvelle des pratiques du peintre dans le contexte artistique du Directoire. Elle révèle également les liens et les ambitions d’une nouvelle communauté artistique ouverte à l’ensemble des acteurs des beaux-arts et des arts de la scène.

Claire Betelu est restauratrice de tableaux, elle est également docteur en Histoire de l’art de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Rencontres : ICOM-CC Interim Meeting of the Graphic Documents Working Group – “Experience and Evidence”

Samuel Holland's 1765 Survey and Map of St. John's Island (Prince Edward Island)

Samuel Holland’s 1765 Survey and Map of St. John’s Island (Prince Edward Island)

Type : Rencontres / Conférences
Date du colloque : du 1er au 3 juin 2016.
Lieu : Paris, Bibliothèque nationale de France – Site François Mitterand

Lien de référence

Two days of lectures, 1 – 2 June, are dedicated to the topic of Experience and Evidence. Conservation departments, schools and research institutions in Paris offer tours on Friday 3 June.

The Interim Meeting provides a forum for exchange of experience gathered in assessments, treatments, reflection on former interventions and research. We want to discuss the evidence gained through evaluation of conservation actions or through conservation research. Experience is a cherished value in the conservation community. In which ways are conservation decisions in practical life influenced by scientific evidence and how do conservators transfer their experience into evidence? How do we use this evidence in discussions between conservators, curators and decisions makers?

Continuer la lecture

Table ronde historiens/restaurateurs/chimistes : Vernis, enduits, objets de consommation au XVIIIe-XIXe siècle. Reconstruire les techniques et les savoir-faire

Table ronde historiens/restaurateurs/chimistes

Vernis, enduits, objets de consommation au XVIIIe-XIXe siècle.Reconstruire les techniques et les savoir faire

Type : Séminaire / table ronde
Date et horaire :
jeudi 12 mai de 14 à 17h
Lieu :
Centre Alexandre Koyré. 5e étage, salle de séminaire – 27, rue Damesme. Paris (75013)
Intervenant : 
Anne Solenn Le Hô (C2RMF/IRCP)

Lien de référence : Les techniques au centre Alexandre Koyré

Télécharger le programme en PDF

Séminaire mensuel du groupe TaK – Histoire des Techniques à Koyré :

« Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation » Ce séminaire s’inscrit dans le sillage des renouvellements actuels que connaît l’histoire des techniques et l’histoire de la chimie à partir de l’étude des lieux, des acteurs et de leur circulation.

On se propose d’analyser les enjeux majeurs qui se sont noués autour des savoirs opératoires de la chimie, dans les champs de l’économie, de la gestion politique, des consommations et des formes de production, mettant en lumière depuis la Renaissance les configurations multiples qui ont conduit à expérimenter, explorer, transformer, maîtriser la matière, par divers dispositifs techniques. On soulignera d’une part les processus d’hybridation et de transversalité que ces savoirs mettent en œuvre et d’autre part les multiples appropriations que ceux-ci génèrent : il s’agira donc d’explorer la diversité des pratiques et des savoir-faire impliquant un travail spécifique sur les substances et la transformation de la matière, et qui ont accompagné les processus d’innovation, d’industrialisation et façonné l’environnement des sociétés sur le long terme.

 

À la (re)découverte du Sloane Ms 2052 de la British Library (Londres)

after Sir Peter Paul Rubens, oil on canvas, (circa 1630)

Pierre Paul RUBENS (attribué à), Théodore de Mayerne, vers 1630, 141,3 x 108,9 cm, peinture à l’huile sur toile, Raleigh, North Carolina Museum of Art, inv 52.9.106.

Le manuscrit Sloane 2052 de la British Library[1], attribué à Théodore de Mayerne dit Théodore Turquet de Mayerne, est considéré depuis le XIXe siècle[2] comme un document de premier plan : une source originale capitale pour l’histoire des technologies artistiques. Il a plusieurs fois été transcrit, traduit et publié[3]. Historiens de l’art, conservateurs-restaurateurs et physiciens-chimistes ont puisé dans ses lignes des pistes de réflexion, des hypothèses ou des éléments de réponse à leurs recherches. Une nouvelle approche, fondée sur une étude du réseau de son auteur, de son contexte de création et de son contenu technologique, permet de redécouvrir ce manuscrit connu comme le manuscrit de Mayerne.

Continuer la lecture

« Est-il utile ou nuisible de restaurer ? » Réflexion sur l’acte de restauration et ses acteurs en 1796.

arrivée au Louvre des trésors d'art de la Grande Armée (RF6061-recto) 263 x 446 cm Paris Musée du Louvre (RMN)

Benjamin ZIX, Arrivée au Louvre des trésors d’art de la Grande Armée, (RF6061-recto), (263 x 446 cm), Paris, Musée du Louvre (RMN)

Souvent négligées, les restaurations de la période moderne et du XIXème siècle sont aujourd’hui l’objet de critiques et retirées lors de nouvelles restaurations le plus souvent sans considération historique ou simplement documentaire. Toutefois, la lecture des archives du Muséum et des publications de la fin du XVIIIème siècle, révèle une discipline en mutation dont les acteurs cherchent à démontrer la légitimité de leur travail en s’appuyant notamment sur leurs connaissances en matière de technologie artistique. Ces dernières années, la publication des travaux de Rosa Moreno[1], la compilation des études de Gilberte Émile-Mâle[2], et, plus récemment, l’ouvrage de Noémie Etienne[3] ont largement couvert le sujet s’attachant à étudier la structuration du métier de restaurateur de tableaux et son intégration dans la politique du Muséum. À ces travaux, s’ajoutent les mémoires de recherche, menés à l’école du Louvre, dont le numéro 27-28 de Techné, La restauration des œuvres d’art. Éléments d’une histoire oubliée, XVIIIème-XIXème siècle[4], nous offre un panel des sujets traités.

Nous nous proposons ici d’analyser le rapport de la Commission nommée par l’Assemblée le 11 nivôse de l’An V (31 décembre 1796) et composée de Joseph-Marie Vien, Jean-Baptiste Le Brun, Jean-Marie Picault, Jean-François Hue et François-André Vincent.[5] Si des éléments de cette archive ont notamment nourri des points de réflexion sur l’utilisation des vernis et les changements de format, elle n’a cependant jamais fait l’objet d’un dépouillement singulier et complet.[6] Le document présente pourtant une cohérence certaine et montre comment la Commission interroge le champ d’action de la restauration. Continuer la lecture

Article : “The Art of Conservation IV : Public controversies in eighteenth-century painting restoration: the history of the transfer technique in France”.

11-542045

Andrea del Sarto, La Charité, vers 1518, 185 x 137 cm, Paris, musée du Louvre – transposition sur toile réalisée par André Picault en 1750

Ann Massing, “The Art of Conservation IV: Public controversies in eighteenth-century painting restoration: the history of the transfer technique in France”, in The Burlington Magazine, CLVIII, april 2016, pp.283-289.
Continuer la lecture

Appel à communication : “AICCM – FRAME : Concept, History and Conservation – A Symposium”.

Nicolas Poussin, Le passage de la mer Rouge, ca. 1632-16334, huile sur toile, 155.6 × 215.3 cm, Melbourne, National Gallery of Victoria. (Cadre français dans le style Régence , ca.1710)

Nicolas Poussin, Le passage de la mer Rouge, ca. 1632-16334, huile sur toile, 155.6 × 215.3 cm, Melbourne, National Gallery of Victoria.
(Cadre français dans le style Régence , ca.1710)

Type : Appel à communication.
Date de la manifestation : du 24 au 26 août 2016.
Lieu : National Gallery of Victoria, Melbourne, Australie.
Date limite : 30 avril 2016.

The Australian Institute for the Conservation of Cultural Material, Conservation Framing and Gilded Objects (special interest groups) will hold this international symposium, encompassing both traditional framing as well as broader concepts of framing for the presentation of modern and contemporary art and design. This wide-ranging theme will appeal to many potential speakers and delegates including artists, curators, conservators, historians, designers and frame makers.

Our symposium will coincide with the NGV Winter Masterpieces exhibition Degas, A New Vision. It is anticipated that some of our speakers will focus on the frames designed by Degas for his artworks, further enriching our understanding of the artist and his work. Continuer la lecture

Colloque : Historic and modern assemblages : treatments of wood based multimedia artworks/interiors in context

RTEmagicC_CfP-cropped_image

Stadtmuseum, Knoblauchhaus, Berlin, XVIIIe siècle

Type : colloque
Date de la manifestation : 8-10 avril 2016.
Lieu : University of Applied Sciences Potsdam, Potsdam, Allemagne.
Lien de référence : cliquer ici

Joint Interim Conference of the ICOM-CC Working Groups: Wood, Furniture, and Lacquer and Sculpture, Polychromy, and Architectural Decoration, kindly supported by the German Association of Conservator-Restorers (VDR) Specialty Group: Furniture and Wooden Artifacts.
Hosted in collaboration with the University of Applied Sciences Potsdam

Continuer la lecture

Appel à communication : Pratiques pédagogiques autour de la conservation-restauration

restauration

Type : appel à communication

Date limite de candidature : jeudi 28 avril 2016.
Date de la manifestation : samedi 21 mai 2016.

 

Pratiques pédagogiques autour de la conservation-restauration

Cette troisième journée d’étude sera consacrée à la pédagogie de la conservation-restauration.

Si la conservation-restauration se doit de rassembler les méthodes et les moyens pour assurer le mieux possible la transmission des biens culturels, n’est-elle pas également tenue d’assurer la transmission de ses savoirs ? Est-ce au chercheur, au restaurateur de réfléchir sur ces méthodes afin de mettre en valeur ses propres travaux ?

Dans cette optique, la notion de pédagogie comprend autant les documents produits par le conservateur-restaurateur (constat d’état, diagnostic, proposition d’intervention et rapport d’intervention) que les moyens de professionnalisation et de présentation de la discipline au sein d’autres formations.

Continuer la lecture

Compte rendu : « La céruse : définitions, fabrications et usages d’un poison industriel » avec Judith Rainhorn.

Le 17 mars 2016, le séminaire « Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation », organisé par le centre Alexandre Koyré, consacrait sa séance à la céruse.

Judith Rainhorn, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambraisis a consacré son HDR, soutenue en décembre 2015, à la « céruse comme poison industriel ». Cette recherche s’inscrit dans les champs de l’histoire sociale économique et de l’histoire du travail. Elle aborde ainsi les thématiques de la santé au travail et la question de son traitement juridique. Pour le séminaire du centre Alexandre Koyré, la présentation est centrée sur l’articulation des modes de production et de diffusion de la céruse de la fin du XVIIIème siècle jusqu’au milieu du XXème siècle. Cette riche présentation pointe les réalités sanitaires de production et d’utilisation d’un matériau blanc largement utilisé de l’Antiquité jusqu’au début du XXème siècle. Judith Rainhorn questionne ici le rapport complexe qui s’instaure entre la société et ce produit que l’on sait nocif pour la santé et dont l’usage ne cesse pourtant de se développer au XVIIIème et au XIXème siècle.

Si la céruse est mentionnée dans de nombreuses publications, il est rare qu’elle fasse l’objet d’un développement monographique. Toutefois, les actes de colloques « la céruse usage et effet Xème– XXème siècle », parus en 2003, offrent un large panorama de ses conditions de fabrication et de diffusion[1]. Le terme céruse, apparu au XIIIème siècle, désigne une variété de matériaux blancs dans la composition desquels entre le blanc de plomb, pigment inorganique de synthèse obtenu à partir de l’oxydation du plomb. En 1762, l’Académie française désigne le blanc de céruse comme une « couleur blanche en laquelle la vapeur du vinaigre change le plomb ». Au début du XIXème siècle, la craie blanche entre à hauteur de 20 à 50 % dans la composition de la céruse dite de Hollande[2]. La présence d’oxyde de plomb est responsable de la nocivité du produit connue depuis l’Antiquité. Au siècle des Lumières, les médecins condamnent notamment son utilisation dans les préparations cosmétiques[3]. Ce constat encourage la recherche de substituts et s’engage ainsi, à la fin du XVIIIème siècle, une concurrence entre le blanc de plomb et le blanc de zinc, pigment inorganique de synthèse.

Continuer la lecture

Publication : “Sources on Art Technology: Back to Basics”

1449585360_ATSR6Cover6inches

Sigrid Eyb-Green, Joyce H. Townsend, Kathrin Pilz, Stefanos Kroustallis, Idelette van Leuween (eds), Sources on Art Technology : Back to Basics, Londres, Archetype Publications Ltd in collaboration with Rijksmuseum, Amsterdam and ICOM-CC, 2016, 163p.

Présentation de l’éditeur :

A collection of papers from the 2014 biennial ATSR symposium investigating the uses of source material for historical research and the conservation of art today.

The papers in this volume are from the 2014 biennial ATSR symposium held in Amsterdam which focused on art technological sources and their aid to research. The papers focus on using source material to research works of art such as artist’s notebooks, workshop inventories and documents on the trade in artists’ material from the middle ages until today. They show the importance of source material for art historical as well as material-technical or conservation research to highlight the coherence between the style of a work of art and the materials and techniques used in its production. Ultimately, concluding that the disclosure of such source material is of paramount importance for both art-historical as well as material-technical and conservation research.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Séminaire – Introduction à la conservation-restauration : apports à l’archéologie et à l’histoire de l’art

cropped-f_foucher-pah-2013-032-copie1

©Atelier Hylé – Fleur Foucher, Conservation-restauration des œuvres peintes

Type : Séminaire
Date de la manifestation : les lundis de 18h à 20h jusqu’au au 9 mai 2016
Lieu : Institut national d’histoire de l’art, 2 rue Vivienne. Paris (75002), salle Demargne ou Vasari

URL de référence : Lien / Télécharger le programme 

 

SÉMINAIRE – INTRODUCTION A LA CONSERVATION-RESTAURATION : APPORTS A L’ARCHEOLOGIE ET A L’HISTOIRE DE L’ART

Le séminaire doctoral commun “Introduction à la conservation-restauration : apports à l’archéologie et à l’Histoire de l’art” est organisé à l’attention des doctorants en Histoire de l’art et Archéologie de l’Ecole doctorale 124, Université Paris-Sorbonne. Ce séminaire est également ouvert à un plus vaste public souhaitant échanger avec des restaurateurs. Il est possible d’assister à une seule ou plusieurs séances au choix.

La prochaine séance, avec Hélène Merlet-Oumanni, spécialiste des arts graphiques et livres, se tiendra exceptionnellement de 16 à 18h (en salle Demargne) le lundi 21 mars.

Thèmes abordés :

– Matériaux constitutifs des objets, leurs altérations et la manière dont elles peuvent modifier leur nature et leur perception

– Le rôle du conservateur-restaurateur, apports et limites de l’intervention pour l’étude des objets

– Notions de conservation préventive adaptées aux objets de recherche

Intervenants : les séances seront assurées par une équipe de conservateurs-restaurateurs diplômés d’Etat.

Contact : Hélène Huysseune (conservateur-restaurateur et Doctorante en archéologie du Proche Orient (UMR 8167 Orient et Méditerranée) – helene.huysseune@paris-sorbonne.fr

Les séances auront lieu du 1er février au 9 mai 2016, le lundi, de 18h à 20h, en salle Demargne (ou Vasari), Galerie Colbert-INHA.

Appel à communication : Réception critique de la restauration XVIIIe – XXe siècles

William_Hogarth_-_Time_smoking_a_picture

William Hogarth, Time Smoking a Picture, 1761, gravure sur cuivre, 23 x 18,3 cm, Brooklyn, Brooklyn Museum.

Type : Appel à communication.
Date de la manifestation : 27 octobre 2016
Lieu : Paris, Institut national d’histoire de l’art
Date limite : 1er mai 2016.

Cette journée d’étude s’intéressera, à travers des sources manuscrites ou imprimées, aux regards portés sur une discipline, la restauration, constamment en évolution depuis le XVIIIe siècle. Regards d’experts, de journalistes, d’écrivains, d’artistes et de restaurateurs eux-mêmes seront confrontés afin de mettre en avant différents points de vue quant à l’évolution des interventions et des pratiques sur les œuvres d’art.

Continuer la lecture

Philippe de La Hire (1640-1718) – Traité de la pratique de la peinture : un traité scientifique de peinture ?

Traité de la pratique de la peinture

 

Philippe de La Hire (1640-1718)

Traité de la pratique de la peinture[1] : un traité scientifique de peinture ?

« La peinture est un de ces Arts libéraux dont la principale partie est toute spéculative ; car pour la mécanique, qui ne consiste que dans l’exécution, elle ne demande qu’un exercice qui peut s’acquérir avec le tems, & la connoissance des matières & des instrumens qu’on y emploie. »[2]

L’année 2016 marque le 350e anniversaire de la naissance de l’Académie royale des sciences, occasion pour revenir sur le lien qui s’établit entre les sciences et les arts aux XVIIe et XVIIIe siècles. Occasion notamment pour aborder un texte concernant l’art de peindre et rédigé par Philippe de La Hire [ou La Hyre][3], ancien directeur de cette académie.

Continuer la lecture