Archives de catégorie : Conférences

Conférence du GRHAM : « Histoires d’enquêtes… Parcours d’un « amateur » autodidacte » par Antoine Tarantino (Paris, 16 février 2016).

 

Luigi Garzi (1638-1731) Domine Quo Vadis ?, début du XVIIIe siècle, huile sur toile, 63 x 48 cm, Paris, galerie Antoine Tarantino.

Luigi Garzi (1638-1731), Domine Quo Vadis ?, début du XVIIIe siècle, huile sur toile, 63 x 48 cm, Paris, galerie Antoine Tarantino.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 16 février 2016 de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Après avoir commencé très jeune une carrière militaire qui le conduit à Paris, dans la Garde Républicaine, Antoine Tarantino se passionne pour les dessins et tableaux anciens, notamment à la suite de l’exposition « Seicento » au Grand Palais puis des premières éditions du « Salon du Dessin ». Il quitte l’armée afin de collaborer à la préparation de l’exposition « De Versailles à Paris, le destin des collections royales » organisée par Jacques Charles-Gaffiot pour la Mairie du Ve Arrondissement en 1989. Il commence un cursus à l’Ecole du Louvre qu’il interrompt peu de temps après, finalement plus attiré par le côté concret d’une collection et par le côté « enquête » des recherches. Il collabore pendant quelques années avec les marchands Jacques Fischer, spécialiste du XIXème siècle et Jean Philippe Mariaud de Serres, spécialisé en archéologie, avant d’ouvrir sa propre galerie en juin 2007. Il est entretemps admis au sein de la CEEA (Chambre Européenne des Experts d’Art) puis de IADAA (International Association of Dealers in Ancient Art).

La galerie, située au cœur du quartier de la Nouvelle Athènes, est adaptée à la fois aux tableaux de grand format et aux objets archéologiques tels que les sculptures en marbre, les vases grecs et les intailles.

Une petite salle est également consacrée aux arts graphiques et permet de présenter une sélection d’artistes essentiellement italiens du XVIe au XVIIIe siècle.

La Galerie Tarantino a régulièrement l’occasion de proposer des expositions thématiques qui favorisent la connaissance et la diffusion de l’archéologie classique comme de l’art italien Celles-ci sont toujours accompagnées par des catalogues auxquels participent les spécialistes concernés.

  • L’Antiquité Révélée, à la Galerie Daniel Greiner en février 2007.
  • Emilia Pittrice, tableaux et dessins bolonais du XVIe au XVIIIe siècle,du 10 décembre 2007 au 31 janvier 2008.
  • Rome 1660, l’Explosion Baroque, du 18 novembre 2008 au 31 janvier 2009.
  • Peindre à Rome, du 16 mars au 21 avril 2011.
  • Cabinet d’Antiques, du 16 novembre au 16 décembre 2016.
  • Rome, de Barocci à Fragonard, du 20 mars au 8 juin 2013.
  • Les Fastes du Pouvoir, du 25 mars au 28 mai 2014.
  • A venir : L’Art et la Manière, du 29 mars au 31 mai 2016.

Après une communication revenant sur les spécificités de son métier ainsi que sur son rapport à l’art des XVIIe et XVIIIe siècles, Antoine Tarantino échangera avec la salle sur ces diverses thématiques mais également sur les plus belles découvertes de sa carrière.

Conférence du GRHAM: « Charles Le Brun et la synthèse des arts. Retrouver la vie des grands décors” par Gaëlle Lafage (Paris, 8 décembre 2015).

Nicolas de Largillière, Portrait de Charles Le Brun, XVIIe siècle, 232 x 187 cm, Paris, musée du Louvre.

Nicolas de Largillière, Portrait de Charles Le Brun, XVIIe siècle, huile sur toile, 232 x 187 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 8 décembre 2015 de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

À l’heure où l’on célèbre l’anniversaire de la mort de Louis XIV, à travers des expositions, des spectacles et de nombreuses publications, amplifiant encore l’image exceptionnelle du Roi Soleil, on ne peut que remarquer, par contraste, l’ombre dans laquelle est demeuré son Premier peintre. Toujours associé aux batailles d’Alexandre et à Versailles, Charles Le Brun est encore trop souvent perçu comme l’artisan de la propagande de l’absolutisme. La culture, le goût et la pensée qui présidèrent à ses créations ont disparu, et malgré la gloire qu’il réussit à atteindre de son vivant, le peintre a été quelque peu oublié.
L’étude menée sur les fêtes et les cérémonies dont Le Brun fut le décorateur, mais aussi l’ordonnateur, permet de porter un nouveau regard sur le peintre et sur son art. La volonté de Le Brun d’ordonner ces ouvrages coûteux sans commanditaire, le soin qu’il prit à les concevoir, afin de les accorder parfaitement aux lieux, aux spectacles et à la pompe déployée, montre tout l’intérêt qu’il prêtait à ces œuvres singulières. En véritable metteur en scène, Le Brun excellait dans les réalisations de grande envergure, mêlant les arts, métamorphosant le réel pour ravir les sens et l’esprit des spectateurs.
À partir des décors éphémères ordonnés par Le Brun, révélant le langage et les ambitions du peintre, cette conférence présentera de nouvelles clés de lecture afin de mieux comprendre les grands décors réalisés pour le roi.

Gaëlle Lafage est docteur de l’université Paris IV – Sorbonne. Elle vient de publier sa thèse aux Presses universitaires de Rennes sous le titre : Charles Le Brun décorateur de fêtes. Durant deux années, elle a enseigné à l’université de Rennes II. Ses recherches continuent de porter sur l’œuvre de Le Brun et s’étendent également, dans le domaine de l’éphémère, à l’étude des grandes fêtes et cérémonies royales en France durant les XVIIe et XVIIIe siècles.

 

Compte rendu de la conférence de Guillaume Kazerouni (3 novembre 2015) : « Les tableaux de l’abbé Desjardins, une exposition impossible ? »

Simon Vouet, Saint François de Paule ressuscitant l'enfant de sa sœur, 1648, huile sur toile, Québec, église Saint-Henri-de-Lévis.

Simon Vouet, Saint François de Paule ressuscitant l’enfant de sa sœur, 1648, huile sur toile, Québec, église Saint-Henri-de-Lévis.

Dans le cadre d’une conférence qui s’est déroulée le 3 novembre 2015 à l’INHA, Guillaume Kazerouni a présenté le projet d’une exposition préparée par le Musée des Beaux-Arts de Rennes (MBAR), dont il est le responsable des collections anciennes, en partenariat avec le Musée National des Beaux-Arts du Québec (MNBAQ). Placé dans la continuité de l’exposition qu’il a consacré aux peintures des églises de Paris au XVIIe siècle (Musée Carnavalet, 2012-2013) [1], ce nouveau volet a pour but de révéler l’histoire et la composition d’un ensemble important de peintures provenant des églises parisiennes, peu à peu oublié depuis son transfert au Québec sous la Restauration par l’abbé Philippe-Jean-Louis Desjardins (1753-1833).

Continuer la lecture

Conférence du GRHAM: « Les tableaux de l’abbé Desjardins, une exposition impossible ? » par Guillaume Kazerouni (Paris, 3 novembre 2015)

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 3 novembre 2015 de 18h à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Mariette.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Simon Vouet, Saint François de Paule ressuscitant l'enfant de sa sœur, 1648, huile sur toile, Québec, église Saint-Henri-de-Lévis

Simon Vouet, Saint François de Paule ressuscitant l’enfant de sa sœur, 1648, huile sur toile, Québec, église Saint-Henri-de-Lévis

La vente et la dispersion du patrimoine des églises de Paris n’ont pas bénéficié qu’aux musées de France, nouveaux propriétaires d’une partie des chefs-d’œuvre commandés par l’Eglise. Un lot important de ces œuvres se trouve aujourd’hui partagé entre divers musées et églises du Québec. Peu connu en France, cet ensemble, qui a récemment fait l’objet d’études précises, comprend plusieurs centaines d’œuvres de l’école française des XVIIe et XVIIIe siècles.

La présence de ces tableaux est due essentiellement à un homme d’église français, l’abbé Philippe-Jean-Louis Desjardins (1753-1833). Continuer la lecture

Conférence : « Hollandisme et libertinage dans la peinture de genre des années 1780 » par Carole Blumenfeld (Paris, 6 octobre 2015)

Type : conférence (entrée libre).

Date et horaire : mardi 6 octobre 2015 à 18h.

Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Mariette.

Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Jean-Honoré Fragonard, Le baiser volé, 1786, peinture à l'huile sur toile, 168,5 cm × 168,5 cm, Madrid: musée du Prado

Jean-Honoré Fragonard et Marguerite Gérard, Le baiser à la dérobée, ca. 1780, peinture à l’huile sur toile, 45 cm × 54 cm, Saint-Pétersbourg : musée de l’Hermitage

L’utilisation d’un répertoire hollandais équivoque par les peintres de genre des années 1780, Marguerite Gérard, Louis-Léopold Boilly, Michel Garnier en tête, n’était pas seulement une réponse au goût des amateurs pour les fijnschilders. Ces références permettaient au public de lire ces compositions selon différents niveaux d’interprétation. Les artistes maintenaient ainsi l’ambiguïté sur le lieu et sur l’époque de leurs sujets, comme se plaisaient à le faire aussi les écrivains libertins de la même période.  Continuer la lecture