Journée d’étude : Autour de Junius. Art et rhétorique entre France et Pays-bas au XVIIe siècle.

Junius

Adriaen van der Werff d’après Pieter Stevens van Gunst, Portrait de Franciscus Junius, ca. 1679-1724, eau-forte et burin, 32,5 x 19 cm, Haarlem, Teylers museum.

Type : Journée d’étude.
Date : 04 juin 2015 à partir de 14h.
Lieu : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002, salle Demargne, rez-de-chaussée.

Journée d’étude organisée par Stijn Bussels (Université de Leyde, director of the ERC starting grant ‘Elevated Minds’) et Colette Nativel (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, HiCSA, GRANIT) dans le cadre du PHC VAN GOGH 2015.

Programme des interventions :

Wieneke Jansen (Université de Leyde)
Something overlooked : The Reception of Ps-Longinus Ideas on Rules and Genius by Junius.

Colette Nativel (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne)
Gérard Vossius, Franciscus Junius et le sublime.

Stijn Bussels (Université de Leyde, director of the ERC starting grant ‘Elevated Minds’)
The Influence of Junius on Everard Meyster’s Laudatory Poem on the New Town Hall of Amsterdam.

Frederik Knegtel (Université de Leyde)
The Influence of Junius on De Piles’ Dialogue sur le coloris (1673).

Conférence PatriNat : L’héritage royal dans les collections de minéralogie du Muséum national d’histoire naturelle

Type : Séminaire.
Date : 19 mai 2015.
Lieu : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002, salle Ingres, 2ème étage.

Troisième séance du cycle de séminaires organisé dans le cadre du projet sur contrat PatriNat, sous la responsabilité de Thierry Laugée, maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne, rattaché au Centre André Chastel. Il se tiendra à l’INHA, en salle Ingres (2e étage), le 19 mai à partir de 18h. Entrée Libre.
Avec le soutien des institutions suivantes : Bibliothèque nationale de France (BnF), Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Muséum national d’histoire naturelle (MNHN), Sorbonne Universités, Université Paris-Sorbonne, Université Pierre et Marie Curie (UPMC).

« PatriNat – Patrimonialisation du savoir naturaliste » constitue l’un des projets scientifiques portés par le Centre André Chastel. Il est financé par le nouveau programme Convergence de la COMUE Sorbonne – Universités ; lauréat en juin 2014 de l’appel à projet issu de la thématique « Sciences et Patrimoine culturel ». PatriNat s’est donné pour mission de mettre en évidence la perméabilité entre les sciences naturelles et l’histoire de l’art. L’approche interdisciplinaire du projet repose sur la mise en commun des travaux de l’équipe. Enseignants-chercheurs, conservateurs et étudiants rattachés à l’UPMC, au MNHN, à la BnF et à Paris-Sorbonne, questionnent le statut patrimonial d’objets naturalistes à la lumière de leur spécialité en taxidermie, minéralogie, muséologie et iconographie scientifique.

Jusqu’à son terme, en décembre 2015, le projet PatriNat propose à un public de chercheurs et d’étudiants un cycle de séminaires rendant compte de l’avancée des travaux de chacun de ses membres.
Chaque séance se clôture par un petit banquet au cours duquel vous êtes invités à échanger avec les intervenants.

Programme des interventions :

Stéphane Castelluccio (CNRS), François Farges (MNHN) : L’héritage royal dans les collections de minéralogie du Muséum national d’histoire naturelle : Origines, variété, richesse et intérêts.

L’étude de la description et de l’iconographie des objets en pierres dures (Stéphane  Castelluccio) ainsi que des échantillons de minéralogie et de pierres précieuses de la Couronne (François Farges) permet de suivre l’évolution de leur approche, de leur évaluation, de leurs « utilités ». En particulier, l’analyse sémantique des termes employés dans les inventaires ainsi que l’évolution iconographique sera présentée entre l’Ancien Régime (XVII-XVIIIe siècles) jusqu’aux débuts du XIXe siècle grâce à différents questionnements. En particulier, quelle approche, esthétique, minéralogie ou pédagogique était privilégiée selon les circonstances historiques (Ancien Régime, Révolution, Empire) : le document (inventaire, correspondance, description des salles) ou l’usage projeté (dépôt au Jardin de roi, demande d’objets au Louvre…) La double approche de Stéphane Castelluccio et François Farges permet de mettre en lumière l’importance croissante de l’image par rapport au texte et ce, dès la fin du XVIIIe siècle. Elle permet aussi de mieux comprendre le décalage entre la théorie et la pratique (intérêt des vases de pierres dures pour emploi des minéraux et leur discrétion dans les textes et les salles…), ainsi que la naissance de “nouvelles sciences” telle la cristallographie et les errements de ces premiers minéralogistes, entre les cristaux des naturalistes et les gemmes des lapidaires.

Conférence filmée : Qu’apporte le discours historique à l’appréhension de l’oeuvre d’art ?

 

Le Dominiquin (dit), Domenico Zampieri, La Dernière Communion de saint Jérôme, 1614, huile sur toile, 419 x 256 cm, cité du Vatican, musées du Vatican.

Christian Michel[1], professeur ordinaire à l’Université de Lausanne, a été invité à donner une conférence au Collège de France par Antoine Compagon[2].

Captée le 4 février 2015[3], cette communication se propose de restituer les objectifs, les apports, mais également les limites du discours de l’historien de l’art. En s’interrogeant sur les enjeux de sa discipline, Christian Michel questionne l’écart existant entre l’horizon d’attente[4] de la majorité des spectateurs vis-à-vis de celui d’une minorité plus ou moins marginale de spécialistes. Par certains égards, cette interrogation sur la structuration du temps historique et du rapport à l’objet évoque la pensée développée par George Kubler dans Formes du temps, remarques sur l’histoire des choses[5].

Voir ou télécharger la vidéo sur le site du Collège de France

[1] Christian Michel est spécialiste de la théorie de l’art et du rapport à l’antique à l’époque moderne. Il a publié plusieurs ouvrages sur Charles-Nicolas Cochin (1987, 1991 et 1993), Jean-Antoine Watteau (2007), et sur l’Académie royale de Peinture et de Sculpture (2014).

[2] Professeur au Collège de France, Antoine Compagnon est titulaire de la Chaire de Littérature française moderne et contemporaine.
[3] Conférence donnée le mercredi 4 février 2015 à 16h dans l’amphitéâtre Maurice Halbwachs – Marcelin Berthelot. Le Pr Christian Michel est présenté et introduit par le Pr Marc Fumaroli de l’Académie française.
[4] Traduction française du concept allemand d’Erwartungshorizont. Principalement développé et popularisé par Hans-Robert Jauss (1921-1997), cet outil conceptuel est également utilisé par Edmund Husserl, Hans-Georg Gadamer et par les divers tenants de l’Ecole de Constance. Voir Hans-Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, préf. de Jean Starobinski, Paris, Gallimard, 1990, 305 p. (éd. originale de plusieurs textes de Jauss dont « Kleine Apologie der ästhetischen Erfahrung », dans Konstanzer Universitätsreden, n° 59, Constance, Universitätsverlag, 1972).
[5] Une grande partie de l’argumentaire développé par Christian Michel résulte de ce que George Kubler définit comme l’effet Eliot. Selon cet éminent spécialiste de l’art précolombien, la relation entre le présent et le passé n’est pas unilatérale ce qui implique que toute œuvre importante conduit à une réévaluation des œuvres précédentes. Il exemplifie cette théorie en démontrant que l’avènement de Rodin modifie sensiblement l’identité de Michel Ange. Voir George Kubler, Formes du temps, remarques sur l’histoire des choses, préf. d’Andrei Boris Nakov, Paris, Editions Champ Libre, 1973, 185 p. (éd. originale, The shape of time : remarks on the history of things, New Haven, Yale university press, 1963).

Visite guidée de l’exposition “Le Baroque à Florence”

Grégorio Pagani, La mort d'Adonis, ca. 1580-1605, plume, lavis de bistre et rehauts de gouache sur papier, 27,2 x 22,3 cm, Paris, Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts.
Grégorio Pagani, La mort d’Adonis, ca. 1580-1605, plume, lavis de bistre et rehauts de gouache sur papier, 27,2 x 22,3 cm, Paris, Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts.

Le GRHAM a le plaisir de vous inviter à une visite guidée du cabinet Jean Bonna de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris.

Organisée à l’occasion de l’exposition Le Baroque à Florence, cette visite conduite par Marine Roberton, aura lieu le 27 février 2015 à 10h30. Exceptionnellement ouvert à tous, cet événement sera aussi l’occasion pour le GRHAM de rappeler les activités de l’association.

Si vous souhaitez participer à la visite, il suffit d’envoyer un mail à asso.grham@gmail.com en précisant votre nom et votre prénom avant le 24 février 2015.

 

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search