Parution : The Flemish Merchant of Venice. Daniel Nijs and the Sale of the Gonzaga Art Collection.

ANDERSON Christina M.,The Flemish Merchant of Venice Daniel Nijs and the Sale of the Gonzaga Art Collection, New Haven et Londres, Yale university press, 2015, 256 p.
ANDERSON Christina M.,The Flemish Merchant of Venice Daniel Nijs and the Sale of the Gonzaga Art Collection, New Haven et Londres, Yale university press, 2015, 256 p.

Présentation de l’éditeur :

During the years 1627 and 1628, Charles I of England purchased the cream of the Gonzaga art collection, belonging to the dukes of Mantua, in what would become the greatest art deal of the 17th century. Among the treasures sold were ancient statues and stunning paintings by Titian, Raphael, Correggio, and Rubens. This book examines this fascinating and significant art sale from the perspective of the man who orchestrated it—Daniel Nijs (1572–1647), a Flemish merchant, collector, and dealer living in Venice. Christina M. Anderson brings Nijs to life, asserting that he was more than the avaricious and unscrupulous trader that most modern writers and scholars deem him to be. Anderson’s evocative text describes Nijs’s unique talent as a dealer, rooted in superior commercial skills, connections to artistic and diplomatic circles, and a deep love of art. The narrative reveals that Nijs was ultimately the pivotal figure involved with the Gonzaga sale, though also—when he later fell into bankruptcy and dishonor due to a deal gone awry—the most tragic.

Christina M. Anderson is a British Academy postdoctoral fellow in the history faculty at the University of Oxford and the research fellow in the study of collecting at the Ashmolean Museum.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Journée d’études : « Georges de La Tour : cent ans de lumière ».

 

Georges de La Tour, Saint Thomas, XVIIe siècle, huile sur toile, 071 x 0,51 m, Paris, musée du Louvre.
Georges de La Tour, Saint Thomas, XVIIe siècle, huile sur toile, 071 x 0,51 m, Paris, musée du Louvre.

Type : journée d’étude.
Date : vendredi 18 septembre 2015.
Lieu : musée départemental Georges de La Tour et salle du Tribunal,
Vic-sur-Seille, Moselle.

Le Conseil Départemental de la Moselle organise une journée de rencontres exceptionnelle autour de la redécouverte du peintre, il y a cent ans : Georges de La Tour : cent ans de lumière.

Officiellement mis en lumière en 1915 par l’historien de l’art allemand Hermann Voss, le nom de Georges de La Tour ne cesse, depuis lors, de fasciner les contemporains. Si l’histoire de l’art et les expositions ont livré les clés essentielles permettant de mieux comprendre l’art et la vie du peintre, de nombreuses zones d’ombre demeurent encore.

Le Musée départemental Georges de La Tour, site Moselle Passion du Département de la Moselle, propose de faire le point sur les connaissances acquises au fil du temps sur le peintre, en invitant spécialistes et amateurs éclairés. Ce sera également l’occasion de formuler de nouvelles hypothèses et de mettre en valeur la réception du peintre après 1915.

Programme :

09h30 : Accueil des participants et du public, collation.

10h00 : Ouverture de la journée par un représentant du Conseil Départemental de la Moselle et par Philippe Hoch, conservateur en chef du patrimoine, responsable de la Conservation départementale des musées et du patrimoine.

Présidents de séance : Frank Rouyer et Laurent Thurnherr.

10h15 : Georges de La Tour, une lumière dans la nuit, Laurent Thurnherr, historien de l’art, adjoint au directeur du musée départemental Georges de La Tour.

10h30 : La Lorraine au temps de Georges de La Tour : art et politique, Gabriel Diss, président de l’association des Amis du musée départemental Georges de La Tour, conservateur en chef honoraire du patrimoine.

11h00 : Georges de La Tour, la peinture de réalité et l’Italie, Olivier Bonfait, professeur d’histoire de l’art moderne, Université de Bourgogne, Dijon.

11h30 : Les femmes phénix dans l’œuvre de Georges de La Tour, Christophe Regina, docteur en histoire moderne, Aix-Marseille Université, professeur-formateur d’histoire-géographie à l’ESPE Midi-Pyrénées, chercheur associé à l’UMR 7303 TELEMME CNRS MMSH, Aix-Marseille Université.

12h15 : Pause déjeuner.

14h00 : Georges de La Tour et les connaissances acquises depuis 1915, Guillaume Kazerouni, conservateur adjoint, musée des Beaux-arts de Rennes.

14h30 : Projection du documentaire : Georges de La Tour, peintre oublié, de Jean Faurez (1954).

15h00 : L’expérience du Job d’Épinal dans la littérature contemporaine, Pierre Assouline, écrivain et journaliste, membre de l’Académie Goncourt.

15h30 : Pause.

16h00 : La Tour moderne, Patrick Absalon, directeur du musée départemental Georges de La Tour.

16h30 : Georges de La Tour, demain, Laurent Thurnherr, historien de l’art, adjoint au directeur du musée départemental Georges de La Tour.

17h00 : Discussion.

18h00 : Visite insolite et poétique de l’exposition Georges de La Tour. Retour à la lumière, Aline Delavallade, comédienne.

 

Colloque : La part du geste à la Renaissance.

11998293_10153278841343925_1994475054_n

Type : colloque.
Date : samedi 26 septembre 2015.
Lieu : château de Bournazel, 12390 Bournazel.
Contact : thierry.verdier@univ-montp3.fr / 06 71 60 41 07.
Tarif : 10€.

Colloque international organisé par le Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences Humaines et Sociales CRISES EA 4424 Université Paul Valéry – Montpellier III.

Samedi 26 septembre matin

Présidence : Burghart Schmidt, professeur d’histoire moderne,
université Paul Valéry, Montpellier III

09h30 Thierry Verdier, professeur d’histoire de l’art moderne,
université Paul Valéry, Montpellier III
ouverture des Rencontres de Bournazel 2015 :

« La part du geste à la Renaissance »
09h50 Catherine Vermorel, docteure en Histoire de l’Art moderne, Université Grenoble

Alpes Aere, Man.1iera, Movimenti del corpo,
De la danse de cour à la gestuelle du portrait peint de la Renaissance italienne
10h10 Jeanice Brooks, professor, Head of Music, University of Southampton

Music and Poetry in the French Renaissance
10h30 Laurent Vissière, maître de conférences en histoire médiévale, Université Paris IV Sorbonne

Gestes, paroles, postures autour de la ville assiégée
10h50 Discussion et pause
11h20 Sylvie Laigneau-Fontaine, professeur de latin, université de Bourgogne, Dijon

Se fier aux apparences : gestes bienséants et gestes malséants
dans l’oeuvre épigrammatique de Nicolas Bourbon (1503-154 ?)
11h40 Sarah Mourat, classe préparatoire au concours des conservateurs du Patrimoine, Université Paris IV Sorbonne

Renaissance des gestes de la passion :
I Modi et les Amours des dieux
12h00 Alexandra Zvereva, chercheur associé au Centre Roland Mousnier (CNRS), enseignante à Drouot Formation et expert en tableaux et dessins anciens

La grâce du geste retenu, la liberté du geste parlant :
l’éloquence des mains dans les portraits renaissants
12h20 Discussion et Pause déjeuner

 

Samedi 26 septembre après-midi

Présidence : Sabine Frommel, directeur d’études, histoire de l’art de la Renaissance, Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris

14h30 Julien Lugand, maitre de conférences en histoire de l’art moderne, université de Perpignan

Le geste chez les artistes espagnols de la Renaissance:
l’interprétation des traités
14h50 Marion Boudon-Machuel, professeur d’histoire de l’art moderne, université François Rabelais, Tours

Les gestes de la sculpture à la Renaissance
15h10 Elinor Myara Kelif, docteur en Histoire de l’Art, chargée de cours à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Le geste amoureux dans la peinture de la Renaissance
15h30 Discussion et pause
16h00 Pauline Lafille, ATER en Histoire de l’art moder, Université Pierre Mendes-France, Grenoble II

L’arme et le geste :
remarques sur l’iconographie militaire de Vasari au Palazzo Vecchio
16h20 Fabienne Sartre, maître de conférences en histoire de l’art moderne, Université Paul Valéry, Montpellier III

Réflexions sur quelques gestes sculptés entre l’Italie et la France à la renaissance
16h50 Thierry Verdier, professeur d’histoire de l’art moderne, université Paul Valéry, Montpellier III

Le geste de l’architecte
17h10 Discussion et pause
17h40 Danielle Subra-Contestin, professeur agrégée, doctorante en histoire de l’art, université P. Valéry, Montpellier III

La lettre de recommandation: «geste» altruiste?
Quelques exemples au XVIIIe au travers de la correspondance du baron de Puymaurin
18h00 Présentation du château et des collections du château de Bournazel par Martine et Gérald Harlin
20h00 Dîner de clôture

Journée d’étude : « Savoir et transmission : La littérature de la technologie de l’art dans l’Europe moderne (1400-1700) ».

Sans titre

Type : Journée d’étude.
Date : samedi 10 octobre 2015.
Lieu :  salle Jullian, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002, Paris.

Cette journée est organisée par le Centre de recherche en préservation des biens culturels (CRPBC), composante de l’équipe d’accueil 4100 – Histoire culturelle et sociale de l’art de l’Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne. Elle sera consacrée à la littérature de la technologie de l’art en Europe entre le XVe siècle et le XVIIIe siècle, époque qui voit émerger une nouvelle approche de la connaissance. Sont parvenus jusqu’à nous un grand nombre d’écrits technologiques relevant du domaine proprement artistique, datant de cette période, qu’il s’agisse de recueils de recettes, de manuels ou de traités. Ils constituent aujourd’hui une source privilégiée pour mieux comprendre comment les objets que nous considérons aujourd’hui comme des oeuvres d’art, ont été fabriqués. Une lecture naïve de ces textes technologiques pourrait laisser penser qu’il s’agit simplement d’ouvrages rédigés par des artistes ou artisans, dans lesquels ces derniers auraient voulu consigner leur savoir-faire afin de le transmettre à d’autres artistes. En analysant notamment les modalités d’élaboration et de transmission de certains de ces écrits, ce colloque montrera que la question est bien plus complexe. Qui sont les auteurs de ces textes : s’agit-il de praticiens expérimentés, d’amateurs ou encore d’érudits cherchant à faire oeuvre encyclopédique ? D’où vient le savoir technologique ainsi véhiculé : de leur expérience artistique personnelle, de leur observation de la pratique d’artistes, de la lecture d’ouvrages plus anciens ou contemporains ? Dans quel but ces textes ont-ils été mis par écrit : comme simple aide-mémoire à des fins personnelles, en tant que manuel d’atelier ou bien pour une diffusion plus large, notamment via l’imprimé, destinée à un lectorat plus vaste ? De quelle manière la chaîne de transmission de ces écrits a-t-elle pu modifier leur contenu et quels liens de parenté, plus ou moins éloignée, peut-on établir entre certains de ces ouvrages ? En tentant de répondre à ces questions, c’est donc le statut même de ces textes que ce colloque se propose d’interroger afin mieux le cerner.

Programme :

9h50 : Introduction : Anne SERVAIS.

Les livres de recettes, un genre de la littérature technologique ?

modérateur : Cécile PARMENTIER.

10h, Sandro BARONI, Fondazione Maimeri, Milan, Simona RINALDI, Università degli Studi della Tuscia-Viterbo, Paola TRAVAGLIO, DAStU-Dipartimento di Architettura e Studi Urbani, Politecnico di Milano, Formation, transmission and genres in the recipe books of art technology between the Middles Ages and the 18th century : new proposals for analysis and interpretation.

10h30 : Sylvie NEVEN, Fonds de la Recherche Scientifique – FNR, Le savoir (art-)technologique dans la littérature des recettes en Europe du Nord (1400-1600) : élaboration – utilisation – transmission.

11h : Discussion.

11h20 : Pause.

Ecrire sa pratique artistique : les peintres auteurs de manuscrits technologiques.

modérateur : Claire BÉTELU.

11h40 : Lara BROECKE, restauratrice, diplômée du Hamilton Kerr Institute, Cambridge, Truth and intention in the ‘Libro dell’Arte’.

12h10:  Tilly LAASER, Staatliche Akademie der Bildenden Künste, Stuttgart, Friedrich Brentel the Elder – Artist, author, teacher.

12h40 : Discussion.

13h : Pause déjeuner.

Une littérature technologique méthodique : collecte et transmission.

modérateur : Alfredo VEGA CARDENAS.

14h30 : Cécile PARMENTIER, Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne, Le Ms Sloane 2052 (British Museum) : accéder à un savoir technologique par une approche pré-scientifique.

15h : Annemie LEEMANS, University of Kent – Universidade do Porto, Contextualization of England’s first printed source about limming : a book historical study of ‘A Very Proper Treatrise (1573).

15h30 : Maxime Georges MÉTRAUX, Université Paris IV – Sorbonne, Savoir et transmission des techniques de la gravure sur bois dans l’oeuvre de Jean-Michel Papillon (1698-1776).

16h : Discussion.

16h20 : Pause.

Quelles sources pour la recherche sur la technologie de l’art ?

modérateur : William WHITNEY.

16h40 : Ad STIJNMAN, Herzog August Bibliothek, Wolfenbüttel, The ‘Art Technological Research’ Working Group and the Dissemination of Information on Art Technology.

17h10 : Discussion.

17h30 : Conclusion – Thierry LALOT.

Colloque : Les acteurs de la rocaille.

Antoine Aveline (1691-1743), d’après François-Thomas Mondon (1709-1755), L'Heure du Midi, [Les Heures du jour] Se Vend à Paris chez A. Aveline ruë S. Jacques à la Reine de France, Et chez Mondon le Fils ruë S. Eloi à l’Hôtel Pepin. Avec Privilége du Roy., 1738, gravure sur cuivre, Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet.
Antoine Aveline (1691-1743), d’après François-Thomas Mondon (1709-1755), L’Heure du Midi, [Les Heures du jour], “Se Vend à Paris chez A. Aveline ruë S. Jacques à la Reine de France, Et chez Mondon le Fils ruë S. Eloi à l’Hôtel Pepin. Avec Privilége du Roy.”, 1738, gravure sur cuivre, Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet.
Type : Colloque.
Date : du 1er au 2 octobre 2015.
Lieu : salle Vasari,Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, Paris.

L’étude des arts décoratifs fédère aujourd’hui une large communauté de chercheurs et engage, par-delà l’histoire artistique des objets et des décors, des spécialités et des compétences variées (littérature, critique, esthétique, sociologie, visual studies, gender studies). Dans la perspective des travaux d’envergure menés sur la production rocaille de certains grands ornemanistes (Jacques de Lajoüe, Juste-Aurèle Meissonnier, François Boucher), le colloque « Les acteurs de la rocaille » entend opérer un retour à l’objet tout en mettant à profit les récentes conclusions énoncées dans le domaine des sciences humaines. Marquant le 300e anniversaire du début de la Régence, dont la rocaille fut l’une des expressions majeures, il explorera cet art libre et inventif dans le domaine du décor, des arts décoratifs et de l’architecture. L’objectif visé sera de mieux comprendre le rôle historique de chacun des acteurs de la rocaille tout au long du XVIIIe siècle, depuis sa conception jusqu’à sa diffusion, à Paris, en province et dans le reste de l’Europe.

Programme :

Jeudi 1er octobre 2015

8h45 : Accueil des participants.

9h15 : Introduction Michaël Decrossas (INHA), Alexia Lebeurre (université Bordeaux Montaigne, Centre François-Georges Pariset – EA538), Marie-Pauline Martin (Aix-Marseille université, CNRS TELEMME UMR 7303), Claire Ollagnier (Labex – CAP / INHA, Ghamu).

Session I : Concepteurs

Présidence de séance : Corinne Le Bitouzé (Bibliothèque nationale de France, département des estampes et de la photographie).

9h40 : Jason Nguyen (Harvard University / Kress Institutional Fellow) Speculating the rocaille: Property, propriety and distribution in the early work of Germain Boffrand.

10h10 : Peter Fuhring (Fondation Custodia) Repenser l’objet : Juste-Aurèle Meissonnier et la rocaille.

10h40 : Discussion.

11h : Pause.

11h20 : Françoise Joulie (Musée du Louvre) Art et manière, l’invention du rocaille chez François Boucher.

11h50 : Yoann Groslambert (université Blaise-Pascal – Clermont universités) Peindre et dessiner pour Louis XV : les extravagances rocailles d’Alexis Peyrotte (1699-1769).

12h20 : Muriel Barbier (Musée national de la Renaissance – Château d’Ecouen) De bois, de pierre et de marbre : le rôle de l’atelier de Jacques Verberckt dans l’éclosion du style rocaille en Ile-de-France.

12h50 : Discussion.

13h10 : Déjeuner.

Session II : Commanditaires

Présidence de séance : Jean-François Bedard (Syracuse University, New York).

14 h30 : Adrian Almoguerra (université Paris-Sorbonne) D’après la France : l’arrivée du Rococo dans la culture architecturale des Lumières espagnoles 1700-1750.

15h : Massimiliano Simone (université Paris 8 / Scuola Normale Superiore di Pisa) L’Alfieri à Alexandrie. Histoire d’une résidence nobiliaire entre baroque et rococo.

15h30 : Discussion.

15h50 : Pause.

16h10 : Sara Rulli (Université de Gênes) Villa’s and garden’s spaces in the Genovesato: cultural upgrande, international references and Rocaille items in the renewal of the Della Rovere’s residence (1743-1768).

16h40 ; Hélène Rousteau-Chambon (université de Nantes) Nantes et la rocaille.

17h10 : Discussion.

Vendredi 2 octobre 2015

9h : Accueil des participants.

Session III : Fabricants

Présidence de séance : Christian Michel (Université de Lausanne).

9h30 : Sébastien Bontemps (Aix-Marseille université) Dessinateur et / ou sculpteur ornemaniste ? La fabrique du rocaille dans les décors religieux à Paris au XVIIIe siècle.

10h : Laura Langelüddecke (The Wallace Collection, Londres) Shaping the style rocaille: Jean-Claude Duplessis père’s designs for the Vincennes / Sèvres manufactory.

10h30 : Discussion.

10h50 : Pause.

11h10 : Isabelle Tillerot (Université de Lausanne) L’ornement oriental chez les « fabricateurs » de rocaille.

11h40 : Aziza Gril-Mariotte (université de Haute-Alsace, Mulhouse) Les chinoiseries dans les étoffes ou les dernières réminiscences de la rocaille au xviiie siècle (France et Angleterre, années 1770 et 1780).

12h10 : Déjeuner.

Session IV : Diffuseurs

Présidence de séance : Katie Scott (The Courtauld Institute of Art, Londres).

14h : Isabel Mayer Godinho Mendonça (ESAD – Escola Superior de Artes Decorativas, Lisbonne) Les acteurs de la rocaille à Lisbonne (1730 / 1780) : l’apport des stucateurs tessinois.

14h30 : Chloé Perrot (université Lille 3) De l’excudit à l’invenit, l’ornement rocaille selon Gabriel Huquier (1695-1772).

14h50 : Wim Nys (Musée de l’Orfèvrerie, de la Joaillerie et du Diamant, Anvers) La rocaille dans l’orfèvrerie des Pays-Bas méridionaux, un rococo provincial ou original ?

15h20 : Discussion.

15h50 : Conclusion : Carl Magnusson (Université de Lausanne).

Conférence : “L’invention de la célébrité (1750-1850)”.

64109

Type : Conférence.
Date : mardi 22 septembre 2015 (17h15-19h).
Lieu : Anthropole UNIL – Dorigny  –  Salle 3185.

L’invention de la célébrité (1750-1850).

Antoine Lilti est directeur d’études à l’EHESS Paris, et directeur de la revue Annales HSS. Spécialiste de la sociabilité à l’époque des Lumières, il a rédigé l’article «Salons littéraires» de l’Encylopedia Universalis, il est l’auteur de deux ouvrages importants, Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, en 2005 et Figures publiques. L’invention de la célébrité 1750-1850, en 2014. Il a dirigé deux numéros collectifs d’Annales HSS: « Savoirs de la littérature », Annales HSS, 64-2, mars-avril 2010 & « Histoire et philosophie », Annales HSS, 64-1, janvier-février 2009.

Colloque : Penser le « petit » de l’Antiquité au XIXe siècle : Approches textuelles et pratiques de la miniaturisation artistique.

Sans titre

Type : Colloque.
Date : du 1er au 2 octobre 2015.
Lieu : Amphithéâtre F417, Nouvelle Maison de la Recherche, université Toulouse-Jean Jaurès, Toulouse.

Si les manifestations matérielles d’une fascination séculaire pour les formes, les images et les objets minuscules sont nombreuses – des statuettes tanagréennes aux gravures en petit de Stefano della Bella ou de Sébastien Leclerc, des microarchitectures sculptées des édifices gothiques aux objets de vertu de la bonne société du XVIIIe siècle, des créatures lilliputiennes de la littérature enfantine aux automates scientifiques que généralise le siècle industriel, etc. -, plus rares sont les sources historiques qui permettent d’en comprendre les fondements culturels. Alors que les écrits considèrent habituellement le « petit » dans son rapport hiérarchique avec le « grand », l’analyse des consommations des œuvres de moindres proportions atteste un ensemble de qualités pratiques, symboliques et artistiques (maniabilité, mobilité, économie, pauvreté, préciosité, minutie, joliesse, étrangeté, etc.), qui dessinent les contours d’une catégorie conceptuelle et esthétique à part entière. Ainsi, tantôt réduction d’échelle d’un modèle de plus grandes dimensions, tantôt création autonome régie par des critères spécifiques, la miniaturisation s’appuie sur un ensemble de justifications, d’usages et d’appréciations que le présent colloque entend éclaircir à la lumière de diverses approches disciplinaires (histoire de l’art, histoire, anthropologie, philosophie, littérature, philologie).

Programme :

Jeudi 1er octobre 

Présidence de la journée : Jean-Marie Guillouët (université de Nantes).

9h :  Accueil par Sophie Duhem – Estelle Galbois – Anne Perrin Khelissa (université Toulouse – Jean Jaurès).

9h10 :  Introduction générale par Jean-Marie Guillouët (université de Nantes).

9h30 :  Techniques, esthétiques et fonctions du changement d’échelle :
Raffaella Da Vela (université de Bonn), “Petit et très petit : miniaturisations des modèles grecs dans les ateliers de potiers et de sculpteurs de Volterra à l’époque hellénistique”.
Véronique Sarrazin (université d’Angers), “Le « format Collombat », ou comment le petit format d’un modeste livret est devenu une référence de goût et de commodité au XVIIIe siècle”.
Cyril Lécosse (université de Lausanne), “La vogue des grandes miniatures ou le développement d’une nouvelle catégorie de portrait autour de 1800”.
Élodie Voillot (université Paris Ouest Nanterre), “Un musée dans chaque foyer : les réductions de sculptures, du grand art au petit bibelot, 1839–1900”.

12h :  Pause déjeuner.

14h :  Luxe, préciosité et réceptions de l’objet minuscule :
Alice Delage (Centre d’Études supérieures de la Renaissance de Tours), “La microarchitecture dans l’orfèvrerie florentine : la Renaissance du « petit »”.
Rori Bloom (université de Floride), “« Voilà mon portrait que je vous donne » : Political, Gallant, and Aesthetic Uses of the Boîte à portrait in Two Seventeenth-Century French Texts”.
Michel Sandras (université Paris – Diderot), “« Le Poète est ciseleur » (Hugo). Histoire et signification d’un cliché : le terme « ciselé » appliqué au travail de l’écrivain”.

Vendredi 2 octobre 2015

Présidence de la journée : Jan Blanc (université de Genève).

9h :Accueil par Sophie Duhem – Estelle Galbois – Anne Perrin Khelissa (université Toulouse – Jean Jaurès).

9h10 : Introduction générale par Jan Blanc (université de Genève).

9h30 :  Images et représentations du « petit » monde :
François Ripoll (université Toulouse – Jean Jaurès), “« Si parua licet componere magnis » (Georg., IV, 176) : la dialectique du grand et du petit dans les chants III et IV des Géorgiques de Virgile”.
Vincent Robert-Nicoud (université d’Oxford), “Grand débat sur le « petit » monde : l’homme microcosme de Rabelais à Scève”.
Sarah Grandin (université d’Harvard), “« Cironalité » and Scale in Cyrano de Bergerac’s Les États et Empires de la Lune“.
Nathalie Rizzoni (CNRS, université Paris – Sorbonne), “« Les petits, toure lourirette / Valent bien les grands » : les enfants comédiens à Paris au XVIIIe siècle”.

12h : Pause déjeuner.

14h : Pouvoirs mémoriels de l’objet miniature :
Audrey Dubernet (université Bordeaux – Michel de Montaigne), “Souvenir d’une œuvre d’art ; les peintures et sculptures antiques transposées en glyptique”.
Manuel Charpy (CNRS, université Lille 3), “Fragments et réductions. Petites choses et espaces de l’intimité au XIXe siècle”.
Manuel Royo (université François-Rabelais de Tours), “Le « grand » dans le « petit », enjeux de la maquette d’architecture : le cas de Rome à la fin du XIXe siècle”.
Claire Barbillon (université de Poitiers), “Le paradoxe de la monumentalité en format réduit : la statuaire monumentale publique et la carte postale”.

15h40 :  Discussion et clôture du colloque.

Parution : Antiquarianism and the Visual Histories of Louis XIV – Artifacts for a Future Past.

WELINGTON Robert, Antiquarianism and the Visual Histories of Louis XIV - Artifacts for a Future Past, Farnham, Ashgate, septembre 2015, 286 p.
WELLINGTON Robert, Antiquarianism and the Visual Histories of Louis XIV – Artifacts for a Future Past, Farnham, Ashgate, septembre 2015, 286 p.

Présentation de l’éditeur :

Antiquarianism and the Visual Histories of Louis XIV : Artifacts for a Future Past provides a new interpretation of objects and images commissioned by Louis XIV (1638-1715) to document his reign for posterity. The Sun King’s image-makers based their prediction of how future historians would interpret the material remains of their culture on contemporary antiquarian methods, creating new works of art as artifacts for a future time. The need for such items to function as historical evidence led to many pictorial developments, and medals played a central role in this. Coin-like in form but not currency, the medal was the consummate antiquarian object, made in imitation of ancient coins used to study the past. Yet medals are often elided from the narrative of the arts of ancien régime France, their neglect wholly disproportionate to the cultural status that they once held. This revisionary study uncovers a numismatic sensibility throughout the iconography of Louis XIV, and in the defining monuments of his age. It looks beyond the standard political reading of the works of art made to document Louis XIV’s history, to argue that they are the results of a creative process wedded to antiquarianism, an intellectual culture that provided a model for the production of history in the grand siècle.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Colloque : Topoi et anecdotes artistiques : fortune, forme, fonction, de l’Antiquité au XVIIIe siècle.

Affiche-colloquePIF

Type : Colloque.
Date : Du 15 au 17 octobre 2015.
Lieu : Salle Dussane, Ecole Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005, Paris.

Programme :

Jeudi 15 octobre :

L’anecdote entre art du discours et pratique de la peinture :

Présidence : Pierre Caye.

L’anecdote : cadres : 

9h : Ouverture.

9h10 : Emmanuelle Hénin (Université de Reims) : « Introduction. L’anecdote comme palimpseste ».

9h35 : Pedro Duarte (Aix-Marseille Université) : « La fiction de discours dans les anecdotes relatives aux sculpteurs et peintres antiques ».

10h : Giovanni Lombardo (Université de Messine) : « Timanthe et l’art de peindre kat’émphasin ».

10h25 : Discussion et pause.

11h20 : Stanislas Kuttner-Homs (Université de Caen) : « Rhétorique des arts et art de la rhétorique : les anecdotes de peintres et de sculpteurs dans les Histoires de Jean Tzétzès ».

11h45 : Marteen Delbeke (Université de Gand) : « Les anecdotes sur la peinture dans le débat sur la langue figurée dans la deuxième moitié du XVIIe siècle ».

12h10 : Discussion et déjeuner.

Anecdotes et pratique de la peinture :

Présidence : Agnès Rouveret.

14h : Valérie Naas (Université Paris-Sorbonne) : « Le discours sur les femmes artistes antiques : entre realia et topoi ».

14h25 : Baldine Saint Girons (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Le bœuf de Pausias en noir et blanc ».

14h50 : Discussion et pause.

15h45 : Ralph Dekoninck (Université Catholique de Louvain) : « Pausias, parangon de la peinture flamande au XVIIe siècle ».

16h10 : Marie-Pauline Martin (Aix-Marseille Université) : « Glycère et l’harmonie des couleurs : un motif adapté aux perspectives sensualistes des Lumières ».

16h45 : Étienne Jollet (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne) : « Apelle contre Protogène. La rapidité de l’acte créatif dans la littérature artistique en France au XVIIIe siècle ».

17h10 : Discussion.

Vendredi 16 octobre :

La fascination mimétique :

Topoi mimétiques :

Présidence : Hélène Casanova-Robin.

9h : Giuseppe Pucci (Université de Sienne) : « Naturam ipsam provocavit » : structure et histoire d’un poncif ».

9h25 : José Riello (Université de Madrid) : « La verdadera imitación del natural y los pintores antiguos en los tratados hispánicos de la Edad Moderna ».

9h50 : Ulrich Pfisterer (Université de Munich) : « Apelles’Animals ».

10h15 : Léonard Pouy (Université Paris Sorbonne & de Genève) : « À cor et à cri. Théon de Samos et ses survivances dans l’art néerlandais du XVIIe siècle ».

10h40 : Discussion et pause.

11h30 : Paulo Butti de Lima (Université de Bari) : « La douleur dans la peinture : anecdotes et exemples pour comprendre la Poétique d’Aristote (XVIe-XVIIe s.) ».

11h55 : François Lecercle (Université Paris-Sorbonne) : « Portrait de l’artiste en tortionnaire : Parrhasios, Michel Ange et quelques autres ».

12h20 : Discussion et déjeuner.

La mimésis sculpturale :

Présidence : Nadeije Laneyrie-Dagen.

14h20 : Présentation du site « Pictor in Fabula ».

14h35 : Renaud Robert (Université Bordeaux-Montaigne) : « Les anecdotes sur Phidias ou les métamorphoses de l’artiste ».

15h : Marianne Leblanc (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « L’anecdote en filigrane. Les poèmes sur le buste de Louis XIV par Bernin ».

15h25 : Discussion et pause.

16h20 : Maurice Brock (Université de Tours) : « L’Aphrodite de Cnide dans des lettres de Bembo, l’Arétin, Giovanni Della Casa et Lodovico Dolce ».

16h45 : Lise Wajeman (Aix-Marseille Université) : « Fictions comiques ou théories sérieuses ? Quelques réincarnations de la Vénus de Cnide au XVIe siècle ».

17h10 : Discussion.

Samedi 17 octobre :

Transpositions:

Portrait de l’artiste en Apelle :

Présidence : Giovanni Careri.

9h : Mathilde Bert (Université Catholique de Louvain) : « Apelle à Bologne : les stalles de Fra Damiano à San Domenico ».

9h25 : Sarah Blake McHam (Rutgers University, New Jersey) : « Falling in Love with Your Sitter ».

9h50 : Arianna Fabbricatore (Université Paris-Sorbonne) : « L’Apelle et Campaspe de Noverre : danse et peinture au XVIIIe siècle ».

10h15 : François René Martin (École nationale des beaux-arts) : « De Campaspe à la Fornarina : problèmes iconographiques (1770-1820) ».

10h40 : Discussion et pause.

Peindre les anecdotes :

11h25 : Élisa de Halleux (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne) : « Zeuxis peint le portrait d’Hélène de Beccafumi ou l’idéal de beauté androgyne dans la théorie artistique italienne au XVIe siècle ».

11h50 : Colette Nativel (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne) : « Le décor de la maison de Rubens entre anecdote et allégorie ».

12h15 : Jan Blanc (Université de Genève) : « Le traitement burlesque des anecdotes artistiques dans la peinture européenne (XVe-XVIIIe siècles) ».

12h40. Discussion.

Parution : La peinture tissée – Théorie de l’art et tapisseries des Gobelins sous Louis XIV.

BERTRAND Pascal-François, La Peinture tissée - Théorie de l’art et tapisseries des Gobelins sous Louis XIV, Rennes, PUR, 2015, 168 p.
BERTRAND Pascal-François, La Peinture tissée – Théorie de l’art et tapisseries des Gobelins sous Louis XIV, Rennes, PUR, 2015, 168 p.

Présentation de l’éditeur :

L’histoire de la manufacture royale des Gobelins est encore bien souvent perçue comme l’œuvre de Jean-Baptiste Colbert et Charles Le Brun, une idée forgée par Voltaire qui voyait dans son Siècle de Louis XIV (1751) un âge d’or perdu. si le rôle joué par ces deux grands hommes est indéniable, il faut aussi admettre que leur action ne couvre environ qu’un tiers du règne de Louis XiV, depuis le moment où le roi a commencé à gouverner par lui-même, en mai 1661, jusqu’à la mort du ministre, en septembre 1683. La période qui a suivi a été globalement perçue comme n’ayant pas été favorable à la Manufacture, car Louvois, le successeur de Colbert à la surintendance des Bâtiments du roi, a entrepris de faire tisser des peintures et des dessins de maîtres anciens et modernes, des œuvres non conçues spécifiquement pour la tapisserie, ce qui a eu pour résultat des tentures considérées comme peu originales, car saisies comme des copies. Des arguments d’ordre économique et esthétique ont été avancés pour soutenir cette thèse. Mais les explications fournies ne prennent pas en compte l’ensemble des déterminations qui ont fait que ces tapisseries existent sous cette forme. La production des Gobelins se situe sous Louvois, comme sous son prédécesseur, dans un contexte d’art de cour, avec le même but avoué : la gloire du roi et la splendeur de l’art. Le propos de cet essai est de revenir sur ces tapisseries transposant dans le grand format des peintures et dessins de Raphaël, Giulio Romano, Nicolas Poussin et Pierre Mignard. Ces œuvres ont été peu étudiées, elles ont été principalement analysées sous l’angle de la représentation politique, mais rarement d’un point de vue esthétique. il s’agit donc de s’interroger sur le sens de la pratique de la copie en tapisserie dans un contexte d’art de cour où le système de la représentation royale était extrêmement codifié. Les études sur la tapisserie ont essentiellement privilégié la question du sens des images, l’analyse de la storia, les programmes iconographiques et leurs significations qui nous renseignent sur la culture de la société. La réflexion sur la pensée figurative et l’invention plastique, sur le passage du peint au tissé a été délaissée, essentiellement faute de témoignages directs. Les principales sources utilisées sont des documents comptables, des écrits qui sont quasiment muets sur les intentions des différents acteurs. Mais il existe d’autres textes, des relations mondaines, des échanges épistolaires et la littérature artistique. C’est essentiellement de la confrontation de la lecture de cette dernière à l’examen des tapisseries que l’on peut tirer quelque enseignement. Quelles étaient donc les stratégies des Bâtiments du roi en projetant de faire tisser les modèles de la peinture universellement reconnus aux Gobelins ?

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site des Presses universitaires de Rennes.

Colloque : Carte Blanche de l’INHA 2015, université de Poitiers : Cataloguer l’objet multiple. Sculpture, estampe, photographie…

Sans-titre

Type : Colloque.
Date : 28, 29 et 30 septembre 2015.
Lieu : Auditorium, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002.

Sculpture, estampe et photographie sont par essence des multiples, connaissent des tirages souvent nombreux d’autant que tous trois procèdent d’une matrice qui peut être modifiée et donner naissance à des variations importantes. Objets complexes, ils tiennent à la fois de l’oeuvre originale, de l’interprétation ou de la copie ; en cela ils déroutent souvent les amateurs et les historiens de l’art attachés à l’étude d’autres formes artistiques. Ils posent du reste des questions spécifiques. Leur caractère d’objet multiple ne masque pas leurs caractéristiques propres. Outil et genre fondamental de l’histoire de l’art, le catalogue a récemment fait l’objet d’un certain nombre d’études. Alors que les catalogues de peintures et de dessins sont les premiers à avoir bénéficié de ces recherches, pour le « multiple », le domaine reste encore peu abordé, en raison des difficultés posées par la nature même des objets concernés. Quels sont les premiers catalogues d’objets multiples, comment ont-ils traité ces objets, par rapport aux objets uniques, quels en furent les premiers rédacteurs et les premiers usages ? Quels enjeux et quels choix pour les catalogues de ce type, encore aujourd’hui ?

Programme :

Lundi 28 septembre :

9h30 : Ouverture du colloque INHA Introduction Claire Barbillon et Véronique Meyer.

Forum des jeunes chercheurs

Présidence : Lauren Laz, directrice (musée Angladon – Avignon) et Dominique Ghesquière, directrice (musée Chapu – Melun).

10h : Nastasia Gallian, doctorante (université de Paris-Sorbonne) : Johann Baptist Fickler et les estampes des ducs de Bavière : l’inventarium oder Beschribung de 1598.

10h15 : Alexandra Blanc, doctorante (université de Neuchâtel) : Une constitution progressive : l’histoire du catalogue raisonné de G. B. Castiglione.

10h30 : Francesca Mariano, doctorante (universités de Poitiers et de Rome Tor Vergata) : Le catalogue des gravures de Jérôme David : problématiques et comparaison des méthodes d’étude.

10h45 : Blanche Llaurens, doctorante (université de Poitiers) : L’intérêt du catalogue d’un éditeur d’estampes.

11h : Annie Chaux Haik, doctorante (université de Bourgogne) : Les systèmes de classement de ses collections, reflets des sensibilités de Jehannin de Chamblanc, parlementaire bourguignon du XVIIIe siècle.

Questions et pause.

11h45 : Johanna Daniel, titulaire de deux masters (École des Chartes et École du Louvre) : Le signalement et le catalogage des matrices d’estampe.

12h : Soline Moriniere, doctorante (université de Bordeaux Michel de Montaigne) : Catalogues des collections de moulages universitaires.

12h15 : François Cam-Drouhin, titulaire de deux masters (EHESS et École du Louvre) : Qualifier l’objet photographique : l’ère du support.

12h30 : Katia Schaal, doctorante (université de Poitiers, École du Louvre) : Cataloguer la médaille XIXe comme un objet multiple : un début de réflexion.

Questions.

Les catalogues hier et aujourd’hui : une mise en perspective historique

Présidence : Cecilia Hurley (HDR, école du louvre et université de Neuchâtel).

15h : Cécilie Champy, conservateur (musée du Petit-Palais) : Aux origines du catalogue scientifique : cataloguer les sculptures au XVIIIe siècle.

15h30 : Violaine Jammet, conservateur en chef (Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, musée du Louvre) : Cataloguer les figurines grecques en terre cuite d’époque archaïque et classique.

16h : Séverine Lepape, conservateur à la collection Edmond de Rothschild (Département des Arts Graphiques, musée du Louvre) : Cataloguer l’image multiple comme un unique : petit tour des pratiques de catalogage des estampes anciennes dans différentes institutions publiques européennes.

16h30 : Pascale Cugy, docteur en histoire de l’art (ATER université de Rennes 2) : Faire le catalogue des « modes ». Réflexions méthodologiques à propos d’estampes demifines du règne de Louis XIV.

Questions

Mardi 29 septembre :

Le catalogue vu de l’intérieur, ou « le catalogue en écorché ».

Présidence : Pierre Wackenheim, maître de conférences (université de Lorraine).

10h : Antoinette Friedenthal, docteur en histoire de l’art, chercheur indépendant : E pluribus unum – The role of the print in the history of the catalogue raisonné.

10h30:  Rosalba Dinoia, docteur en histoire de l’art : Un gabinetto di stampe virtuale e globalizzato: ipotesi di gestione e fruizione digitale dei multipli di stampa.

11h : Corinne Le Bitouzé, conservateur (Département des Estampes et de la photographie, BnF) : État de la réflexion sur la normalisation des catalogues en ligne d’institutions : la question de l’objet multiple.

Questions

Méthodes à l’épreuve d’objets nouveaux, insolites ou difficiles.

Présidence : Sylvie Aubenas, conservateur général (Département des Estampes et de la photographie, BnF).

14h : Joëlle Petit, docteur en histoire des techniques (CNAM) : Étude comparative de quelques catalogues de cheminées en marbre belges et français et de leur usage au XIXe siècle.

14h30 : Pascale Martinez, docteur en histoire de l’art : La description de ce qui va de soi : les catalogues descriptifs du Musée Grévin de 1882 à 1920.

Questions et pause

15h30 : Julien Faure-Conorton, docteur en histoire de l’art : La photographie pigmentaire à l’épreuve du catalogue.

16h : Emmanuelle Chevry Pébale, maître de conférences (université de Strasbourg) et Simona De Iulio, professeur (université de Lille 3 Charles de Gaulle) : Les collections d’affiches publicitaires en ligne : dispositifs d’accès, usages et pratiques.

Questions

Mercredi 30 septembre :

Études et bilans de cas remarquables.

Présidence : Valérie Sueur-Hermel, conservateur (Département des Estampes et de la photographie, BnF).

9h30 : Naoko Takahatake, conservateur adjoint (Département des Arts Graphiques, Los Angeles County Museum of Art) : La Felsina pittrice de Carlo Cesare Malvasia et le catalogue raisonné d’estampes.

10h : Jolanta Czerzniewska, maître de conférences (université de Varsovie) : Les catalogues de la collection d’estampes de Stanislas Kostka Potocki.

Questions et pause

11h : Wassili Joseph, docteur en histoire de l’art : Cataloguer les sculptures en plâtre : une quête de l’authentique. L’exemple des oeuvres de François Rude.

11h30 : François Blanchetière, conservateur (musée Rodin) : « L’oeuvre de Rodin est pareille à un monde immense », cataloguer les sculptures de Rodin, bilan et perspectives.

Questions

Expériences et défis du catalogage.

Présidence : Anne-Élisabeth Buxtorf, directrice de la bibliothèque de l’INHA.

12h30 : Christiane Pagel, assistante de recherche (Département des estampes et des dessins, Herzog Anton Ulrich-Museum Braunschweig) : Potentiel et défis du catalogue d’estampes.

Pause déjeuner

15h : Delphine Galloy, conservateur (musées d’Angers) : Comment donner à voir et à comprendre dans un musée la multiplicité de l’objet exposé : projet de portail David d’Angers aux musées d’Angers.

15h30 : Marion Lagrange, maître de conférences (université de Bordeaux Michel de Montaigne) : Cataloguer une collection photographique universitaire.

Questions et pause

16h30 : Delphine Moyne-Charlet, conservateur des antiquités et objets d’art (Département du Pas-de-Calais) : Le récolement de la collection de moulages du Palais des Beaux-Arts de Lille (2007-2009).

17h : Raphaële Bertho, La photographie comme outils du catalogue : Mission Datar et campagnes en Allemagne, recensement des paysages urbains.

Conclusion : Claire Barbillon et Véronique Meyer.

Colloque : Jacques Thuillier. Pensée et écriture de l’art.

THUILLIER-TOULON-16mai1989-JacquesThuillier-FoyerCampra-Peut-onparlerdepeinturepompier

Photographie de Jacques Thuillier, Bibliothèque de Nevers © fonds
Thuillier, 1989.

Type : Colloque.
Date : 19 et 20 juin 2015.
lieu : Auditorium, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002.

Professeur aux universités de Dijon et de Paris-Sorbonne avant d’occuper la chaire d’Histoire de la création artistique en France au Collège de France, Jacques Thuillier (1928-2011) est connu avant tout pour ses travaux fondamentaux sur la peinture française et européenne des XVIIe et XIXe siècles, mais ses centres d’intérêt furent multiples et ses activités innombrables. L’Institut national d’histoire de l’art et le Centre André Chastel de l’université de Paris-Sorbonne ont souhaité lui rendre hommage en organisant ce colloque scientifique, qui s’efforcera de présenter les principaux aspects de son œuvre et de sa pensée.

À l’image de son enseignement et de son souci de servir au mieux et en tous lieux l’histoire de l’art, le but de ces deux journées sera d’amplifier et d’approfondir les sujets qu’il aura contribué à clarifier, de rendre compte des acquis d’une recherche, de la solidité et de l’originalité d’une pensée, sans oublier l’élégance efficace d’une écriture qui place Jacques Thuillier dans la lignée de maîtres comme Henri Focillon et André Chastel.

Programme :

Vendredi 19 juin :

9 h : Accueil des participants.

Héritages et innovations

président de séance : Serge Lemoine

9 h 15 : A. Le Normand-Romain, D. Lavall e, A. Mérot, Ph. Sénéchal : Introduction.

9 h 30 : Hermann Arnhold (Directeur, Landesmuseum Münster) : Jacques Thuillier et l’Allemagne. Expériences d’une relation amicale.

10 h: Benoît Dauvergne (Doctorant, université de Paris-Sorbonne) : Mâle, Focillon, Thuillier : l’écriture de l’histoire de l’art.

10 h 30 : Mylène Sarant (Docteur en Histoire de l’art) : Jacques Thuillier à l’INHA (1954-2007) : présence d’un homme et de son oeuvre.

11 h : Débat.

11 h 30 : Pause.

11 h 45 : Claire Garand (Médiathèque de Nevers) : Le fonds Jacques Thuillier à la médiathèque Jean-Jaurès de Nevers.

12 h 15 : Marie-Françoise Clergeau (Collège de France) : Jacques Thuillier et le rôle de l’image numérique en histoire de l’art.

12 h 45 : Débat.

Nouvelles perspectives, nouvelles définitions

président de séance : Denis Lavalle

14 h 30 : Barthélémy Jobert (université de Paris-Sorbonne) : Jacques Thuillier et le XIXe siècle.

15 h : Pierre Vaisse (université de Genève) : Sur l’essai de Jacques Thuillier : « Peut-on parler d’une peinture pompier ? ».

15 h 30 : Atsushi Miura (université de Tokyo) : La réception de la peinture académique au Japon.

16 h : Débat.

16 h 30 : Pause.

16 h 45 : Christine Gouzi (université de Paris-Sorbonne) : De la peinture ‘pompier’ à la peinture ‘mondaine’ : le regard de Jacques Thuillier sur le peintre Henry Caro-Delvaille (1876-1928).

17 h 15 : Arnauld Brejon de Lavergnée (Conservateur général honoraire du patrimoine) : Chiens perdus sans collier : un projet d’exposition de Jacques Thuillier.

17 h 45 : Myriam Métayer (université de Poitiers) : La ‘révolution copernicienne’ selon Jacques Thuillier : l’Histoire de l’art entre grand récit et bilan d’une vie de recherche.

18 h 15 : Débat.

Samedi 20 juin :

Le XVIIe siècle en France et en Europe (1)

président de séance : Pierre Rosenberg

9 h 30 : Alain Mérot (université de Paris-Sorbonne) : École française, foyers européens.

10 h : Marianne Grivel (université de Paris-Sorbonne) : Jacques Thuillier et l’estampe.

10 h 30 : Débat.

10 h 45 : Pause.

11 h : Marianne Cojannot-Le Blanc (université Paris Ouest Nanterre La Défense) : La place de la littérature artistique dans le XVIIe siècle de Jacques Thuillier.

11 h 30 : Jérôme de La Gorce (CNRS, Centre André Chastel) : Les arts de l’éphémère aux XVIIe et XVIIIe siècles, d’après les écrits de Jacques Thuillier.

12 h : Débat.

Le XVIIe siècle en France et en Europe (2)

président de séance : Alain Mérot

14 h 30 : Paola Bassani-Pacht (Présidente de la Société des Historiens de l’art italien) : Les paysages ‘dramatisés’ de Pierre Brébiette.

15 h : Christophe Guillouet (Doctorant, université de Paris-Sorbonne) : Jacques Thuillier, les peintres « de la réalité » et la peinture de genre : bilan et perspectives.

15 h 30 : Débat.

16 h : Pause.

16 h 15 : Pierre-Yves Kairis (Institut Royal du Patrimoine artistique, Bruxelles) : Intuitions liégeoises de Jacques Thuillier.

16 h 45 : Bruno Guilois (Doctorant, université de Paris-Sorbonne) : Jean de Cany, peintre : un élève de Laurent de La Hyre ?

17 h 15 : Elena Cattarini Leger (unesco) : « Modernité » et « vision » de Jacques Thuillier : l’Atlas du Baroque Mondial, oeuvre posthume.

17 h 30 : Débat.

18 h 00 : Conclusion et remerciements.

Colloque : Nicolas Poussin (1594-1665). Entre paganisme et christianisme.

Capture d’écran 2015-06-04 à 14.02.47

Type : Colloque.
Date : 09 et 10 juin 2015.
lieu : Auditorium, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002.
Comité scientifique : Colloque international organisé sous la direction d’Alain Mérot (Université Paris-Sorbonne, Centre André Chastel), Nicolas Milovanovic (Musée du Louvre), Mickaël Szanto (Université Paris-Sorbonne, Centre André Chastel), avec le soutien du musée du Louvre, dans le cadre de l’exposition « Poussin et Dieu », musée du Louvre, 30 mars-29 juin 2015.

« C’est Moïse. Le Moshe des Hébreux, le Pan de l’Arcadie, le Priape de l’Hellespont, l’Anubis des
égyptiens, que je tire des eaux » : la phrase enthousiaste de Loménie de Brienne (1635-1698), devant le Moïse sauvé de Nicolas Poussin, est restée célèbre. Mais au-delà de la lecture multiple
et stratifiée du héros de l’Ancien Testament proposée par l’amateur parisien, bien connu pour ses excentricités et sa folie, le propos n’en demeure pas moins une clé d’accès à l’oeuvre de Poussin. Car le maître des Andelys n’eut de cesse de mêler à son iconographie sacrée des éléments relevant de la tradition païenne : ici une flûte de Pan aux côtés de Moïse, là une ruine antique à la forme préfigurative d’une croix non loin de saint Jean. Le métissage singulier opéré par Poussin, associant formes païennes et signes chrétiens, a suscité et suscite encore bien des interprétations, parfois contradictoires. Si pour les uns, ce syncrétisme audacieux est la preuve d’un esprit émancipé des dogmes religieux, il est pour d’autres le fruit d’une quête de la religion chrétienne jusqu’aux sources des mythes fondateurs, à la manière d’un Athanase Kircher. Le colloque se propose non seulement de questionner les inventions iconographiques de Nicolas Poussin mais aussi de réfléchir sur les sources du peintre, où se croisent nature, mystère et énigme.

Programme :

9h30 Ouverture
Alain Mérot (Université Paris-Sorbonne)
Nicolas Milovanovic (Musée du Louvre)
Mickaël Szanto (Université Paris-Sorbonne)

Mardi 09 juin (matin ) : Poussin et la nature.

Présidence de séance : Alain Mérot (Université Paris-Sorbonne)

10h00 : Vincent Delecroix (EPHE, Paris)
« Deus sive natura » ? Dieu comme paysage chez Poussin.

10h30 : Clélia Nau (Université Paris VII)
Saturnales de Poussin : nimbe, soleil, halo.

11h00-11h30 : pause

11h30  : Olivier-Thomas Venard (Ecole biblique et archéologique française, Jérusalem)
Un contrepoint sur l’histoire, l’écriture et la philosophie : Paysage avec saint Matthieu et l’ange et Paysage avec saint Jean à Patmos en pendants.

12.00-12.30 : discussion

13.00-14.30 : pause déjeuner

Mercredi 10 juin (matin) : Image et mystère.


Président de séance : Pierre Rosenberg, de l’Académie française

9h30 : Elisabeth Hipp (Bayerische Staatsgemäldesammlungen, Munich)
Motifs chrétiens, motifs païens. A propos de La Déploration sur le Christ mort de Munich.

10h00 : Jean-Robert Armogathe (EPHE, Paris)
La théologie mystérique de Nicolas Poussin.

10h30-11h00 : pause

11h00 : Ralph Dekoninck (Université catholique, Louvain)
Penser par figures. Poussin et Richeome.

11h30 : Hilliard Goldfarb (musée des Beaux-Arts de Montréal)
Poussin and the Defense of Catholicism.

12h00-12h30 : discussion

13h00-14h30 : pause déjeuner

Mercredi 10 juin (après midi) : Le sublime en question.

Président de séance : Jean-Robert Armogathe (EPHE, Paris)

14h30 : François Trémolières (Université Paris-Ouest, Nanterre la Défense)
Poussin/Fénelon. Intention/réception.

15h00 : Pierre-Antoine Fabre (EHESS, Paris)
Louis Marin devant Poussin.

15h30-16h00 : discussion

16h00 : Marc Fumaroli, de l’Académie française
Peinture savante et peinture dévotionnelle. Un gallican à Rome.

Colloque : L’invention du geste amoureux dans la peinture de la Renaissance (1500-1650). Résurgences, codifications, transgressions.

GA-Affiche avec logos

Type : Colloque.
Date : 08 et 09 juin 2015.
lieu : Salle Vasari, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002.
Comité scientifique : Colloque international organisé par Giovanni CARERI (EHESS), Elinor MYARA KELIF (UNIVERSITE PARIS-SORBONNE), Valérie BOUDIER (UNIVERSITE LILLE 3) et Elisa DE HALLEUX (UNIVERSITE PANTHEON SORBONNE) avec la participation de l’HICSA (Université Panthéon Sorbonne), du CEHTA (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales), du LABEX CAP (Université Panthéon Sorbonne) et du LABEX EHNE (Université Paris-Sorbonne).

Programme :

Lundi 8 juin (matin) : Prototypes visuels, stéréotypes amoureux.

Présidence de séance : Michel Hochmann (EPHE)

9h30 : Introduction par Giovanni Careri

10h00 : Carmen Decu (Université de Genève)

Aux frontières du figurable et de la bienséance : la mise en image du discours amoureux dans les éditions gravées du Roman de la Rose.

10h30-10h45 : discussion.

10h45-11h00 : pause café.

11h00 : Maurice Brock (Université François-Rabelais, Tours)

Par quels gestes Vénus s’efforce-t-elle de retenir Adonis ? De Titien à Ravensteyn.

11h30 : Elinor Myara Kelif (Université Paris-Sorbonne)

Gli Amori de Paolo Fiammingo  : un répertoire de gestes ?

12h00-12h30 : discussion

Lundi 8 juin (après midi) : Ambiguïté.

Présidence de séance : Ulrich Pfisterer

14h30 : Juergen Müller (Technische Universtät, Dresde)

La fiancée juive de Rembrandt.

15h00 : Valérie Boudier (Université Lille 3)

L’aliment, vecteur d’équivoque dans le geste quotidien.

15h30 : Giovanni Careri (EHESS, Paris)

Gestes traduits, gestes trahis: à partir du Tasse.

16h15-17h : discussion

Mardi 9 juin (matin) : Miroir d’amour.

Présidence de séance : Giovanni Careri

9h30 : Ulrich Pfisterer (Ludwig-Maximilians-Universität, Munich)

The touch of the amourous artist in Early modern Europe.

10h00 : Elisa de Halleux (Université Panthéon Sorbonne)

Le geste, figure du lien amoureux: de la ressemblance à la symbiose des amants dans l’art italien et nordique du XVIème siècle.

10h30-11h00 : discussion

11h00-11h15 : pause café

11h15 : Sefy Hendler (Université de Tel-Aviv)

Le regard dans le miroir comme geste amoureux ? Le cas du Maître du Dé.

11h45-12h15 : discussion

Mardi 09 juin (après midi) :  Le corps parlant.

Présidence de séance : Philippe Morel (Université Panthéon Sorbonne)

14h00 : Mickaël Bouffard (Centre André Chastel)

La Cavade concinno more: de l’habitus corporel au motif figuratif.

14h30 : Antonella Fenech Kroke (Université Panthéon Sorbonne)

Jeux d’amour : gestes, séduction et érotisme dans les imaginaires du jeu.

15h00 : Annick Lemoine (Université Rennes 2)

Eros et provocation: le geste de la fica en peinture (XVIe-XVIIe siècles).

15h30-16h : discussion et conclusion

Appel à communication : « 1770-1830. Révolutions et continuités de l’architecture française. Actualité de la recherche. »

Etienne Louis Boullée (French, Paris 1728–1799 Paris) Elevation for the Garden-Front of the Hotel de Brunoy, Faubourg St. Honoré, Paris, ca. 1779 French,  Pen and black ink, brush and gray, green, and rose wash; 14 3/8 x 20 11/16 in. (36.5 x 52.6 cm) The Metropolitan Museum of Art, New York, Gift of Mr. and Mrs. Charles Wrightsman, 1970 (1970.736.54) http://www.metmuseum.org/Collections/search-the-collections/343354

D’après Louis Etienne Boullée, Elévation de la façade de l’Hôtel de Brunoy, Faubourg Saint Honoré, Paris, ca. 1779, plume, encre noire et aquarelle sur papier, New York, Metropolitan museum.

Type : Journée d’étude
Date limite pour envoyer une proposition : 30 juin 2015.
Date et lieu de la journée d’étude : 29 septembre 2015 – Salle Vasari, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002.
Comité scientifique : Jean-Philippe Garric, Pedro Gonçalves et Claire Ollagnier.

Argumentaire général :

La période charnière entre le XVIIIe et le XIXe siècle a parfois souffert en France de la division académique entre période moderne et période contemporaine. Dans le domaine de l’architecture, elle a toutefois été mise en valeur depuis longtemps, notamment par les travaux anglo-saxons qui ne reconnaissent pas cette césure, ceux d’Emil Kaufman puis de la génération de Robin Middleton ou de Richard Etlin. En France, ou Jean-Marie Pérouse de Montclos a joué un rôle pionnier, la fin des années 1980, avec le bicentenaire de la Révolution fut l’occasion de publications importantes, notamment l’ouvrage collectif Aux Armes et aux Arts ! (sous la dir. de Philippe Bordes et Régis Michel) ou les travaux de Werner Szambien qui comblaient alors un vide majeur et permit d’opérer un balancement entre héritage de l’Ancien Régime et perspectives futures. La période plus large, s’étalant de 1775 à 1825, fit plus récemment l’objet d’une synthèse par André Chastel, L’art français, le temps de l’éloquence (1e édition posthume en 1996), couvrant un large champs disciplinaire et offrant une approche d’histoire culturelle stimulante.
Cette journée d’études doctorales se propose de mettre en évidence le regain d’intérêt actuel pour l’architecture de cette période, et la façon dont elles en redessinent les thématiques et la perspective, en réunissant une série de recherches en cours.

Les interventions pourront s’organiser autour des trois axes suivants :

• Espaces virtuels de l’architecture : utopie et imaginaire.
Au XVIIIe siècle, l’architecture de papier prend une importance considérable. En offrant aux architectes un nouveau champ d’expérimentation, le dessin se fait l’expression des mutations politiques et sociales en gestation. L’histoire de ces projets d’architecture et d’urbanisme, non réalisés et dont la production s’étale durant plusieurs décennies, anticipe l’importance du dessin pour les architectes artistes élèves de l’École des beaux-arts. Trahit-elle pas une approche exploratoire de la théorie par l’image, au service de la société, ou une façon pour la profession d’architecte de se redéfinir ?

Architecture domestique : le cas du bâti parisien.
Dans le domaine de l’habitat, un ensemble d’expérimentations architecturales tendent à faire évoluer la typologie traditionnelle. À Paris, les recherches s’orientent selon trois axes distincts – l’insertion urbaine, la distribution et le décor extérieur – dont l’examen conduit à de multiples questionnements. Certaines innovations durables fondent l’architecture des décennies ultérieures, mais quel impact les mutations sociales ont-elles sur la conception de l’habitat ?

Littérature constructive : de l’avenir de l’architecture. 
À une époque liée à de profonds changements historiques, la littérature d’architecture s’ouvre progressivement à la sphère publique, favorisant l’émergence d’un renouvellement dans la pensée et la pratique architecturale. La question constructive est au centre des débats et alimente les réflexions sur l’espace du bâti et celui de l’imprimé, alors en mutation. Cet axe offre l’occasion de s’interroger sur le devenir de l’architecture, sur les enjeux de sa dématérialisation et sur le nouveau statut de la science constructive.

Modalités pratiques :

L’appel à communication s’adresse aux jeunes chercheurs en histoire de l’architecture. Les communications d’une durée strictement limitée à 25 minutes pourront être accompagnées de projections. Les propositions devront comporter : un titre, le nom et la situation institutionnelle de l’auteur, le thème dans lequel elles se situent et un résumé n’excédant pas 2 000 signes. Elles sont à adresser avant le 30 juin 2015 aux organisateurs : pedrodsgoncalves@gmail.com et claire.ollagnier@gmail.com.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search