Journée d’études : « Représenter le conflit et le désordre au XVIIIe siècle (1715-1799) ».

Jan van Huchtenburg, La Bataille de Ramilies entre Français et Anglais le 23 mai 1706, 1706 – 1733, huile sur toile, 116 x 153 cm, Amsterdam, Rijksmuseum.

Type : journée d’études.
Date et horaire : 13 avril 2018 .
Lieu : Galerie Colbert, 1er étage, Salle Vasari, 2 rue Vivienne, 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Cette journée d’étude est consacrée au thème du conflit au XVIIIe siècle, et plus particulièrement sur ses représentations, ses significations et les manières de le mettre en scène. La borne chronologique choisie inclut tous les supports visuels (gravure, peinture, sculpture, architecture) afin de voir comment, mises en synergie, les différentes formes d’art expriment, de façon plus ou moins évidente, la notion de conflit, de trouble et de désordre.

Comment figure-t-on le conflit ou l’idée de conflit au XVIIIe siècle ? Quelles sont les ruptures visuelles éventuelles avec le XVIIe siècle ? La Révolution française semble résumer le XVIIIe siècle or, pendant toute la première partie du règne, il existe des conflits religieux, militaires ainsi que des troubles liés à la politique intérieure. C’est aussi l’époque où l’aspect scientifique et les sciences naturelles font l’objet de nombreuses représentations. Ainsi, on s’aperçoit que la nature et ce qui l’environne, peut faire écho à l’idée de désordre (peinture de paysage, grandes fêtes révolutionnaires…). Il serait donc intéressant de mettre en valeur l’aspect technique : existe-t-il une technique propre à la représentation du conflit ? Quels liens entre technique et expression picturale pouvons-nous établir dans ces représentations de conflits ? Enfin, au-delà d’un désordre dans l’espace public, il serait également intéressant de traiter l’aspect conflictuel au sein de l’espace privé, dont l’intimité des familles entre en résonance avec l’essor de la bourgeoisie au XVIIIe siècle.

09h45 Accueil des participants

10h00 Introduction : Etienne Jollet, Lucille Calderini

• CONFLIT ET ANIMALITÉ

10h30 Loreline Pelletier (Doctorante, Université Lille 3)
Comme chien et chat ; représenter le conflit animal dans la peinture du XVIIIe siècle

11h00 Lydia Vazquez (Professeure, Université du Pays Basque, UPV/EHU) et Juan Manuel Ibeas Altamira (Professeur Adjoint, Université du Pays Basque, UPV/EHU)
Le monde à l’envers chez Goya : pouvoir féminin, puissance animale

11h30 Pause

11h45 Chloé Perrot (Doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Fouler le joug rompu, représenter des actes d’insurrection dans l’Iconologie par figures (v. 1795)

12h15 Discussion et déjeuner

• CONFLIT ET ROYAUTÉ

14h30 Clara Auger (Doctorante, Université Rennes 2)
Portraits et représentations allégoriques de Philippe V d’Espagne : une interprétation française du triomphe royal ?

15h00 Charlotte Rousset (Doctorante, Université Lille 3)
Les victoires militaires de Louis XV dans ses médailles : justifier la guerre au nom de la paix

15h30 Pause

• CONFLIT ET POLITIQUE

15h45 Camilla Murgia (Professeure, EPSU et Université de Genève)
Représenter la guerre, fabriquer la paix : les éventails de la période révolutionnaire et du Directoire

16h15 Bastien Coulon (Doctorant, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Le désordre et la paix. La peinture d’histoire en France à l’épreuve du Traité de Paris (1763)

16h45 Discussions et conclusion de la journée

Comité organisateur
Lucille Calderini (Paris 1/INHA), Bastien Coulon (Paris 1) et Charlotte Rousset (Lille 3)


Cette entrée a été publiée dans Actualités, Rencontres scientifiques le par .

À propos Maxime Georges Métraux

Doctorant en Histoire de l'art moderne (Université Paris IV –Sorbonne, Centre André Chastel – UMR 8150). Expert pour la galerie Hubert Duchemin et chargé d’enseignement à l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Commissaire scientifique de l’exposition "Chic Emprise : Cultures, usages et sociabilités du tabac du XVIe au XVIIIe siècle" (22 juin - 23 septembre 2019) au musée du Nouveau Monde de La Rochelle.