Archives par étiquette : Versailles

Conférence : Sakralität an europäischen Höfen: Bau – Bild – Ritual – Musik (1648-1740)

Chapelle royale de Château de Versailles

Type : Conférence

Date : 4 – 6 mai 2017

Lieu : Münster

Organisateurs : Prof. Dr. Eva-Bettina Krems (eva.krems@uni-muenster.de), Dr. Jens Niebaum (niebaumj@uni-muenster.de) Institut für Kunstgeschichte der Universität Münster / Exzellenzcluster « Religion und Politik » Univ.-Doz. Mag. Dr. Herbert Karner, Univ.-Doz. Mag. Dr. Werner Telesko, Institut für kunst- und musikhistorische Forschungen der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, Wien

Die Tagung widmet sich der Frage, wie und in welchen Kontexten Konzepte von Sakralität des Königs bzw. Kaisers als Legitimationsressource und Repräsentationsstrategie in den künstlerischen Medien zu einem zentralen Thema werden. Im Mittelpunkt stehen zwischen dem Westfälischen Frieden und dem Tod Kaiser Karls VI. der kaiserliche und die königlichen sowie solche Höfe Europas, die sich im Streben nach einer Königskrone an royalen Repräsentationsstandards orientiert haben. Continuer la lecture

Publication : « Versailles ou la disgrâce d’Apollon ».

SABATIER Gérard, Versailles ou la disgrâce d’Apollon, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, 362 p.

SABATIER Gérard, Versailles ou la disgrâce d’Apollon, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, 362 p.

Présentation de l’éditeur :

Ce livre entend briser l’image convenue mais fausse de Versailles, palais du Soleil, ce qu’il n’a jamais été. Gérard Sabatier analyse la globalité d’un processus créateur, mettant face à face un Versailles effectif – expression de la rhétorique du roi – et les Versailles imaginaires élaborés par ses usagers. La disgrâce d’Apollon devient alors celle du roi, d’une forme de la monarchie devenue obsolète à l’instar de son château-manifeste.

Sommaire :

  • Le palais du Soleil.
  • Les appartements, ou les vertus du roi.
  • L’escalier des Ambassadeurs ou le triomphe romain.
  • La galerie des Glaces, genèse et enjeux.
  • « Une éloquence de montre. » Explication des tableaux de la galerie de Versailles et de ses deux salons.
  • Politique de la galerie.
  • Louis-Auguste.
  • Publier la puissance de Louis.
  • Pour le plaisir du public.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

International Symposium : « Décor and Architecture in the 17th and 18th Centuries: Between Adherence and Autonomy »

Colloque international :

« Décor et architecture (XVIIe-XVIIIe siècle) : entre union et séparation des arts »

Type : Colloque international.
Date : 24-25 novembre 2016.
Lieu : Université de Lausanne.

Le décor, à la période moderne, est considéré comme l’une des parties fondamentales de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Ce statut privilégié n’empêche cependant pas les commentateurs de s’en méfier : ils craignent la prolifération incontrôlée de l’ornement, qu’ils jugent nuisible à l’architecture. Le présent colloque ambitionne d’interroger la manière dont les rapports entre décor et architecture ont été pensés et pratiqués dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles.

Notre perception de ces liens est souvent informée par des approches téléologiques. Ainsi, les thèses radicales véhiculées par certains écrits au xxe siècle, renvoyant le décor à la périphérie de l’architecture, ont-elles agi à la manière de prismes déformants. L’histoire de l’art, pour sa part, a souvent séparé l’étude du décor de celle de l’architecture, instituant de fait une rupture entre ces deux champs, susceptible de biaiser notre compréhension de la production artistique à la période moderne et d’en réduire la portée. Les études de cas révèlent des différences notables dans les modalités de l’invention du décor d’un édifice à l’autre. Les prérogatives des architectes s’avèrent variables selon les circonstances et les contraintes auxquels ils sont soumis, certains étant fortement impliqués dans la conception du décor, tandis que d’autres en laissent le dessein aux artistes ou hommes de métiers.coupe-archi

Continuer la lecture

Les expositions de la rentrée.

Jean-Baptiste Oudry, Basset, gibier mort et fusil, vers 1740, huile sur toile, Stockholm, Nationalmuseum.

Jean-Baptiste Oudry, Basset, gibier mort et fusil, vers 1740, huile sur toile, Stockholm, Nationalmuseum.

Paris et ses environs

  • Le Grand Condé : Le rival du Roi-Soleil ? du 5 septembre 2016 au 2 janvier 2017, au Domaine de Chantilly, dans la salle du Jeu de Paume

Commissariat : Mathieu Deldicque, Conservateur du patrimoine au musée Condé – Domaine de Chantilly.

  • Bouchardon (1698-1762) : Une idée du beau, du 14 Septembre 2016 au 5 Décembre 2016, au Louvre, Hall Napoléon.

Commissariat : Guilhem Scherf, Juliette Trey, musée du Louvre, Anne-Lise Desmas, Getty Museum, Los Angeles, et Édouard Kopp, Fogg Museum, Harvard.

  • Rembrandt intime, du 16 septembre 2016 au 23 janvier 2017, au musée Jacquemart-André.

Commissariat : Emmanuel Starcky, Directeur des Domaines et Musées nationaux de Compiègne et de Blérancourt, Peter Schatborn, Conservateur en chef émérite du Cabinet national des estampes au Rijksmuseum d’Amsterdam, Pierre Curie, Conservateur du Musée Jacquemart-André. Continuer la lecture

Appel à communication : « Les objets de la vie quotidienne en cuivre, bronze et laiton du Moyen Âge – Outils, ustensiles et accessoires à l’époque moderne (XIIIe – XVIIe siècle) »

Frère Hans N.N, fondeur de laiton, Die Hausbücher der Zwölfbrüderstiftungen, Landauer I, peinture au pinceau et à la plume sur parchemin, 295 x 209 mm, Nuremberg, 1525, Nuremberg, Stadtbibliothek, Inv. Amb 279.2° Folio 15 recto. (c) Nuremberg, Stadtbibliothek.

Frère Hans N.N, fondeur de laiton, Die Hausbücher der Zwölfbrüderstiftungen, Landauer I, peinture au pinceau et à la plume sur parchemin, 295 x 209 mm, Nuremberg, 1525, Nuremberg, Stadtbibliothek, Inv. Amb 279.2° Folio 15 recto. (c) Nuremberg, Stadtbibliothek.

Type : Appel à communication
Date de la manifestation : 9 décembre 2016
Lieu : Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Date limite : 30 septembre 2016
Organisation : Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Laboratoire DYPAC (Dynamiques Patrimoniales et Culturelles) en partenariat avec la Fondation des Sciences du Patrimoine (LabEx Patrima) sous la responsabilité d’Anne-Clothilde Dumargne – doctorante UVSQ histoire médiévale.

Depuis quelques années de nombreuses études ont renouvelé nos connaissances sur l’environnement domestique médiéval et moderne, qu’il s’agisse de l’architecture de l’habitat (rural et urbain), de son aménagement intérieur et extérieur, de ses méthodes de construction ou de sa gestion. Elles nous ont éclairé sur les pratiques de vie quotidiennes rythmant la naissance, la vie et la mort des individus, leurs occupations pour se divertir ou entretenir leurs liens sociaux, sur la dévotion individuelle qui les anime, les manières dont ils mangent, dorment, se lavent, s’habillent, travaillent et les causes et conséquences sociales, culturelles, économiques ou politiques qui y président et en découlent.

Continuer la lecture

Appel à communication : « L’Architecture des ingénieurs, 1650-1850 — ornement et décor »

 

Louis-Nicolas Van Blarenberghe, Vue de l’accident survenu en 1759 sur le chantier de l’Hôtel des Affaires étrangères et de la Marine à Versailles, 1759, Versailles, BMV, ©Pierrick Daul.

Louis-Nicolas Van Blarenberghe, Vue de l’accident survenu en 1759 sur le chantier de l’Hôtel des Affaires étrangères et de la Marine à Versailles, 1759, Versailles, BMV, ©Pierrick Daul.

Type : Appel à communication
Date de la journée d’étude : 15 octobre 2016
Date limite d’envoi des propositions : 15 juillet 2016
Lieu : Bibliothèque municipale de Versailles

Les années 1980 furent propices à l’étude du travail des ingénieurs : en 1981, Anne Blanchard publiait un Dictionnaire des ingénieurs militaires actifs en France entre 1691 et 1791, témoignant par son volume de l’importance de leur activité, tandis qu’en 1988, Antoine Picon, dans son ouvrage Architectes et ingénieurs au siècle des Lumières, accordait enfin aux ingénieurs des Ponts l’attention qu’ils méritaient et examinait leur formation et leurs méthodes de travail au regard de celles des architectes de l’Académie royale d’architecture.

Continuer la lecture

Publication : Revue de l’Art – n° 190 – 2015-4 – « L’art au temps de Louis XIV ».

9782708014176-revue-de-l-art-n-190-2015-4-jelpb

Présentation de l’éditeur :

Editorial :

Marianne Cojannot-Le Blanc :
Apprécier les arts du règne de Louis XIV : une gageure pour notre temps ?

Etudes :

Marie Pauline Martin :
Le Cabinet des Beaux-arts de Charles Perrault : le monument d’un moderne.

Anne Le Pas de Sécheval :
Jules Hardouin-Mansart et le décor intérieur du Dôme des Invalides
L’architecte ordonnateur, le dessin et les relations entre les arts.

Koenraad Brosens :
Les manufactures royales et la loi du marché. La tapisserie à Paris et à Beauvais.

Notes et documents :

Stéphane Castelluccio :
Madeleine de Scudéry et VersaillesDes châteaux enchantés au château enchanteur.

Robert W. Berger :
Les bustes de Louis XIV par Le Bernin et Warin : marbres, bronzes et copies.

Benjamin Ringot :
Politique des arts et pratiques artistiques : le rôle de la surintendance des Bâtiments du roi.

Claire Mazel :
Le portrait d’Antoine Coysevox sous la plume de Fermel’huis
Un sculpteur en mouvement.

Hendrik Ziegler :
L’art français à l’épreuve du jugement allemand : le cas de l’hôtel d’Amelot de Bisseuil examiné par Leonhard Christophe Sturm.

Découvertes :

Alexandre Cojannot :
Le château de Châteauneuf-sur-Loire au XVIIe siècle : à propos de la maquette d’un projet de Pierre Bullet en 1679.

Etienne Faisant :
Une œuvre inédite de Jean-Baptiste Tuby d’après Charles Le Brun : le tombeur d’Henri de Matignon.

Bibliographie critique.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Journée d’étude : Versailles in the World 1660-1789.

D'après Charles Le Brun, Les différentes nations de l'Asie, XVIIe siècle, huile sur toile, 72 x 58 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

D’après Charles Le Brun, Les différentes nations de l’Asie, XVIIe siècle, huile sur toile, 72 x 58 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : journée d’étude.
Date : 29 janvier 2016.
Lieu : NYU, Jurow Hall, Silver Center, Washington Square Campus.
Sous la direction de : Jeffrey Collins, Meredith Martin et Robert Wellington.

Versailles is often seen as the epitome of “Frenchness,” yet the palace and its contents were profoundly shaped by encounters with people and objects from around the world. This symposium builds upon recent colloquia and exhibitions such as La Chine à Versailles: art et diplomatie au XVIIIe siècle (2014) and Voyageurs étrangers à la cour de France, 1589-1789 (2014) to emphasize the international character of Versailles between the reigns of Louis XIV and Louis XVI and to situate its art and architecture in a global context.

The day-long public event at the Washington Square Campus of NYU brings together an international group of scholars to explore connections between Versailles and a wide variety of geographical regions and cultures, from Thailand to Tunisia to Dutch Brazil. Papers focus on a range of visual and material culture that relates to cross-cultural exchanges at Versailles in the late seventeenth and eighteenth centuries, including the depiction of ambassadorial visits to the palace; gifts to and from the French Court; objects and images made for Versailles and its inhabitants that depict non-European cultures or reveal cross-cultural resonances; exoticism and fashion; and examples of art and architecture made outside of Europe that were inspired by Versailles.

Versailles in the World, 1660-1789 is timed to coincide with the preparation of a major exhibition on the foreign visitor at Versailles that will open at the Metropolitan Museum of Art in May 2017. It has been made possible through the generous support of New York University, Bard Graduate Center, and The Metropolitan Museum of Art.

Programme :

10:00AM
Welcome and Opening Remarks : Versailles as a Site of Global Exchange
Meredith Martin, New York University.

10:15AM
Curators Daniëlle Kisluk-Grosheide (Metropolitan Museum) and Bertrand Rondot (Musée National des Châteaux de Versailles et de Trianon) discuss their upcoming exhibition Visitors to Versailles, 1682-1789.

11:00AM – 12:30PM
Session I. Diplomatic Gifts and the French Court.

Mediating Spaces: Dutch Brazil at the French Court.
Carrie Anderson, Middlebury College.

From Versailles to Nouvelle France : French ‘Indian Peace Medals’ of the Eighteenth Century.
Robert Wellington, Australian National University.

Versailles, Beijing and the Eighteenth-Century Global Imaginary
Kristel Smentek, Massachusetts Institute of Technology.

12:30 – 1:45PM
Lunch.

1:45 – 3:15PM
Session 2. International Trade, Collecting, and Display.

From Ancient Carthage to Modern Tunis : The Cultural and Political Reception of Tunisia at the French Court of Versailles.
Ridha Moumni, Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC).

Mercantilism, Entrepreneurship, and the French Silk Corridors to Persia
Junko Takeda, Syracuse University.

Native American Objects at Versailles.
Noémie Etienne, Getty Research Institute.

3:15 – 3:30PM
Break.

3:30 – 4:15PM
Session 3. Fashion and Exoticism.

Fashion Will Travel: Dress and Diplomacy at the Court of Louis XVI and Marie-Antoinette.
Kimberly Chrisman-Campbell, Independent scholar.

4:15 – 5:15PM
Roundtable discussion led by Jeffrey Collins, Bard Graduate Center.

5:15 – 6:00PM
Closing Reception.

Conférence du GRHAM: « Charles Le Brun et la synthèse des arts. Retrouver la vie des grands décors” par Gaëlle Lafage (Paris, 8 décembre 2015).

Nicolas de Largillière, Portrait de Charles Le Brun, XVIIe siècle, 232 x 187 cm, Paris, musée du Louvre.

Nicolas de Largillière, Portrait de Charles Le Brun, XVIIe siècle, huile sur toile, 232 x 187 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 8 décembre 2015 de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

À l’heure où l’on célèbre l’anniversaire de la mort de Louis XIV, à travers des expositions, des spectacles et de nombreuses publications, amplifiant encore l’image exceptionnelle du Roi Soleil, on ne peut que remarquer, par contraste, l’ombre dans laquelle est demeuré son Premier peintre. Toujours associé aux batailles d’Alexandre et à Versailles, Charles Le Brun est encore trop souvent perçu comme l’artisan de la propagande de l’absolutisme. La culture, le goût et la pensée qui présidèrent à ses créations ont disparu, et malgré la gloire qu’il réussit à atteindre de son vivant, le peintre a été quelque peu oublié.
L’étude menée sur les fêtes et les cérémonies dont Le Brun fut le décorateur, mais aussi l’ordonnateur, permet de porter un nouveau regard sur le peintre et sur son art. La volonté de Le Brun d’ordonner ces ouvrages coûteux sans commanditaire, le soin qu’il prit à les concevoir, afin de les accorder parfaitement aux lieux, aux spectacles et à la pompe déployée, montre tout l’intérêt qu’il prêtait à ces œuvres singulières. En véritable metteur en scène, Le Brun excellait dans les réalisations de grande envergure, mêlant les arts, métamorphosant le réel pour ravir les sens et l’esprit des spectateurs.
À partir des décors éphémères ordonnés par Le Brun, révélant le langage et les ambitions du peintre, cette conférence présentera de nouvelles clés de lecture afin de mieux comprendre les grands décors réalisés pour le roi.

Gaëlle Lafage est docteur de l’université Paris IV – Sorbonne. Elle vient de publier sa thèse aux Presses universitaires de Rennes sous le titre : Charles Le Brun décorateur de fêtes. Durant deux années, elle a enseigné à l’université de Rennes II. Ses recherches continuent de porter sur l’œuvre de Le Brun et s’étendent également, dans le domaine de l’éphémère, à l’étude des grandes fêtes et cérémonies royales en France durant les XVIIe et XVIIIe siècles.

 

Publication: De Versailles à La Motte Tilly. L’abbé Terray, ministre de Louis XV (catalogue de l’exposition, château de La Motte Tilly, 29 mai – 20 septembre 2015, Paris: éditions du Patrimoine CMN, 2015)

Présentation de l’éditeur:

Ministre de Louis XV, l’abbé Joseph-Marie Terray accède au poste de contrôleur général des Finances du Roi le 22 décembre 1769. Après le renvoi, en 1770, du duc de Choiseul, il devient l’un des hommes forts du Triumvirat, et obtient finalement la prestigieuse charge de directeur des Bâtiments du Roi en juillet 1773. Un an plus tard, il doit démissionner avec l’avènement de Louis XVI. C’est alors qu’il se retire en son château de La Motte Tilly, qu’il avait acquis en 1748 et fait reconstruire selon les plans de l’architecte François-Nicolas Lancret.

Continuer la lecture

Cycle de conférences de la Société Française de l’Archéologie : « Versailles, entre château et jardins : architecture, décors, usages et lieux ».

Hubert Robert, Vue du Bosquet des "Bains d'Apollon", 1774, huile sur toile, 128 x 192 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Hubert Robert, Vue du Bosquet des « Bains d’Apollon », 1774, huile sur toile, 128 x 192 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : cycle de conférences.
Date : du samedi 28 novembre 2015 au jeudi 21 avril 2016.
Lieu : Société Française d’Archéologie, 5, rue Quinault, 75015 Paris.
Tarif : 8,50 € par conférence à régler sur place, ou 48 € pour le cycle de 6 conférences.
Jeunes <30 ans : accès GRATUIT sur présentation d’un justificatif.
Etudiants >30 ans : tarifs sociétaires à 5,50 € à régler sur place. Continuer la lecture

Quand Coysevox rencontre Colbert

Antoine Coysevox, Buste de Jean-Baptiste Colbert, 1677, marbre, 71 x 70 x 34 cm.

Antoine Coysevox, Buste de Jean-Baptiste Colbert, 1677, marbre, 71 x 70 x 34 cm.

Avant sa mise en vente le 12 novembre à 18h (estimation 3 millions d’euros), la maison Leclere expose en ce moment à Drouot un remarquable buste de Colbert par Coysevox, classé au titre des monuments historiques en 1937. Ce buste fut offert par l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture à Jean-Baptiste Colbert en 1677 et est resté dans la descendance du principal ministre de Louis XIV jusqu’à aujourd’hui (collection de S.A.R. le prince Sixte-Henri de Bourbon de Parme).

Au cours de sa carrière Antoine Coysevox (1640 – 1720) réalisera trois portraits sculptés de Colbert (1619 – 1683) : celui qui est présenté à la vente est le seul réalisé ad vivum tandis que les deux autres sont des reprises post mortem (l’un est conservé au musée du Louvre et l’autre fait partie du monument funéraire en l’église Saint-Eustache de Paris).

La réalisation du buste de 1677 semble être due à une initiative personnelle de Coysevox qui y voit le moyen de s’assurer les faveurs d’un prestigieux protecteur pouvant lui ouvrir les portes des chantiers royaux. De fait, les qualités de l’œuvre sont à l’origine du processus de reconnaissance de Coysevox en tant que grand sculpteur et portraitiste de génie et permettront à ce dernier d’exercer ses talents aussi bien à Versailles qu’à Marly et à Sceaux.

A l’occasion de cette vente, la maison Leclere a édité un catalogue conséquent sous la direction Guillaume de Carbonnières avec des articles de Françoise de la Moureyre (« Sculpter le portrait en France au XVIIe siècle ») et de Michel Vergé-Franceschi (« Colbert : un homme d’état hors du commun ») que l’on peut consulter en ligne :

http://asp.zone-secure.net/v2/index.jsp?id=2637/4699/59758&lng=fr

Florence Fesneau

Publication: Les funérailles princières en Europe (XVIe-XVIIIe siècle). 3 : Le deuil, la mémoire, la politique

CHROSCOCKI Juliusz A., HENGERER Mark, SABATIER Gérard (dir.), Les funérailles princières en Europe, XVIe-XVIIIe siècle. 3: Le deuil, la mémoire, la politique, Versailles: Centre de recherche du Château de Versailles, Rennes: Presses Universitaires de Rennes, 2015, 439 p.

CHROSCOCKI Juliusz A., HENGERER Mark, SABATIER Gérard (dir.), Les funérailles princières en Europe, XVIe-XVIIIe siècle. 3: Le deuil, la mémoire, la politique, Versailles: Centre de recherche du Château de Versailles, Rennes: Presses Universitaires de Rennes, 2015, 439 p.

Présentation de l’éditeur: 

Les funérailles princières à l’époque moderne sont médiatisées à travers des rapports d’ambassadeurs, des publications hagiographiques, des documents administratifs ou encore des articles de presse et des gravures à vocation commerciale. La pratique du deuil des souverains, très variable d’un pays à l’autre, est révélatrice de l’état des sociétés et du rapport entre le prince et ses sujets. Ce volume est le dernier d’une trilogie consacrée aux funérailles princières de l’Europe moderne.

Les textes sont issus de trois colloques internationaux organisés dans le cadre d’un programme du Centre de recherche du Château de Versailles: Cracovie, 14-16 octobre 2007; Madrid et l’Escorial, 27-29 novembre 2008; Versailles et Saint-Denis, 26-28 novembre 2009.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Publication : Fêtes et plaisirs au temps des princes de Condé.

HENIN Charles, Fêtes et plaisirs au temps des princes de Condé, Paris, Somogy, novembre 2015, 296 p.

HENIN Charles, Fêtes et plaisirs au temps des princes de Condé, Paris, Somogy, novembre 2015, 296 p.

Présentation de l’éditeur :

Cet ouvrage sur les princes de Condé n’est ni celui des champs de bataille et des succès militaires, ni celui des querelles politiques, ni même celui de la chasse ; ces thèmes ont déjà fait l’objet de maintes publications. Cette saga des princes de Condé (1530-1830) veut en revanche inviter le lecteur à suivre les méandres d’un art de vivre plein d’inattendus, de bosquets secrets, d’allées de traverse et d’instants le plus souvent inédits. Nous y cheminerons en compagnie d’Henri II dont l’épouse Charlotte de Montmorency sera convoitée par le roi Henri IV en 1609, de Louis II, empereur des Turcs en 1662, d’Henri-Jules, créateur du concept des « appartements du roi » à Versailles en 1683, de Louis-Henri, premier ministre en 1723 (gouverné par sa maîtresse Agnès de Prie), de Louis-Joseph qui, selon un contemporain, aurait pu être comédien s’il n’était né prince (1772)…

Un livre de référence, indispensable aux musicologues, aux historiens et aux amateurs soucieux de découvrir un patrimoine culturel exceptionnel.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Publication : Nicolas Poussin. La collection du musée du Louvre.

ROSENBERG Pierre, Nicolas Poussin. Les tableaux du Louvre, Paris, Somogy, septembre 2015, 280 p.

ROSENBERG Pierre, Nicolas Poussin. La collection du musée du Louvre, Paris, Somogy, septembre 2015, 280 p.

Présentation de l’éditeur :

Du Mars et Vénus des premières années du séjour romain à l’Apollon amoureux de Daphné laissé inachevé, sans oublier Écho et Narcisse, Les Bergers d’Arcadie, l’Autoportrait de 1650, le Paysage avec Diogène et Les Quatre Saisons, les peintures de Nicolas Poussin (1594-1665) conservées au musée du Louvre permettent de suivre le déroulement de la carrière de l’artiste, dont l’aventure est l’une des plus ambitieuses de toute l’histoire de l’art. Continuer la lecture