Archives par étiquette : tapisserie

Journée d’études du GRHAM : « Interpréter l’Histoire dans les arts décoratifs au XVIIIe siècle ».

Anonyme (France), Diane et Endymion, 1772-1773, tabatière en or, écailles de tortue et ivoire, 3,2 × 7,6 cm, New York, Metropolitan Museum.

Type : Journée d’études.
Date et horaire : jeudi 15 juin 2017 à partir de 9h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.

Programme :

9h00 – 9h20 : Accueil des participants.

9h20 – 9h30 : Mot de bienvenue du GRHAM.

Session 1 :

Présidente de séance : Natacha Coquery (université Lumière Lyon 2).

9h30 – 10h30 : Chloé Perrot (université de Lille 3 et École du Louvre) : « La Nouvelle Iconologie Historique » de Jean-Charles Delafosse (1768), écrire l’histoire dans les arts décoratifs.

10h30 – 11h30 : Pascal-François Bertrand (université Michel de Montaigne Bordeaux 3) : Hiérarchie des manufactures de tapisserie en France et typologie des sujets représentés.

11h30 – 12h30 : Aziza Gril-Mariotte (université de Haute-Alsace) : Puissance maritime et économique dans les textiles à personnages : une démocratisation de l’histoire du XVIIIe siècle. Continuer la lecture

Appel à communication: « Interpréter l’Histoire dans les arts décoratifs au XVIIIe siècle » (Paris, 15 juin 2017)

 

Anonyme (France), Diane et Endymion, 1772-1773, tabatière en or, écailles de tortue et ivoire, 3,2 × 7,6 cm, New York : Metropolitan Museum

Type : appel à communication.

Date limite : 15 avril 2017.

Type d’événement : journée d’étude.

Date de l’événement : 15 juin 2017.

Lieu de l’événement : salle Vasari, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

À la suite de Félibien, qui hisse le « grand genre » au sommet de la hiérarchie des sujets à représenter en 1667, la peinture d’histoire est devenue un enjeu important de l’historiographie. Elle est notamment l’objet d’un ouvrage, daté mais fondamental, de Jean Locquin qui la définit « au XVIIIe siècle, [comme] toute œuvre dont le sujet, emprunté à un texte historique ou littéraire, mettait en scène un ou plusieurs personnages, réels ou non » (1978, p. XXIX). Cette définition, qui assimile à juste titre l’Histoire (« récit des faits donnés pour vrais » selon l’Encyclopédie) et la Fable (« récit des faits donnés pour faux »), révèle la multiplicité des sujets offerts à l’imagination des artistes. Continuer la lecture

Appel à communication : « Tapisserie et arts textiles : Représentations des gestes et processus de création du XVIIIe au XXIe siècle »

La collation, 1690 - 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais en laine et soie, 324 x 384 cm.

La collation, 1690 – 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais en laine et soie, 324 x 384 cm.

Type : Appel à communication.
Date limite : 28 février 2017
Date de la manifestation : 16 novembre 2017
Lieu : Cité internationale de la tapisserie et de l’art tissé d’Aubusson (Creuse), France
Organisation : Céline Bricault (PRAG, CELIS) et Jean-François Luneau (MCF, CHEC), Université Clermont-Auvergne

Les historiens de l’art recherchent constamment les sources littéraires des tapisseries. De la période moderne jusqu’au XXIe siècle, la tapisserie occidentale relève en effet de la peinture d’histoire : ses sources littéraires se trouvent dans la mythologie, l’histoire sainte, l’histoire antique ou contemporaine, ou encore la Fable. À toutes les époques, les tapisseries permettent la représentation de mythes ou de récits, mais aussi de figures emblématiques de la création littéraire, comme le poète Orphée, ou de la création tapissière, comme Arachné.

Continuer la lecture

Journée d’étude : « Le concert des nations » : transferts culturels et transferts génériques (1648-1815).

Berent van der Eichen et Anton Steenwicnkel, La bataille d’Øland en 1676, 1685-1693, tapisserie en laine, ca. 3,7 x ca. 5,1, Copenhague, château de Rosenborg.

Berent van der Eichen et Anton Steenwicnkel, La bataille d’Øland en 1676, 1685-1693, tapisserie en laine, ca. 3,7 x ca. 5,1, Copenhague, château de Rosenborg.

Type : journée d’étude.
Date de la manifestation : vendredi 23 septembre 2016.
Lieu : Nantes, université de Nantes, Campus Tertre Faculté des Langues et Cultures Étrangères (FLCE), Amphi. 410 (rdc).

Ce colloque Jeunes Chercheurs de la Société Française d’Etudes du XVIIIe siècle (SFEDS) et de la Société d’études anglo-américaines XVIIe-XVIIIe siècles (SEAA XVII-XVIII) est organisé en collaboration avec le Centre de Recherche sur les Identités Nationales et l’Interculturalité (CRINI) et le laboratoire l’Antique, le Moderne (L’AMO) de l’Université de Nantes. Ces rencontres visent à donner l’occasion aux jeunes chercheurs de se rencontrer pour présenter et échanger sur leurs travaux, entre eux et avec des chercheurs confirmés, dans une ambiance conviviale et interdisciplinaire.

Des traités de Westphalie (1648) qui mirent fin à la Guerre de Trente ans et fondèrent un nouvel ordre européen, au Congrès de Vienne (1815) qui réorganisa l’Europe après la chute de Napoléon, les relations internationales furent le sujet d’innombrables interrogations politiques. Sous le nom de « concert des nations », expression qui désigne depuis un siècle les relations internationales qui ne sont pas fondées sur le recours à la force, c’est le versant artistique, littéraire et historique de ces mutations que nous voudrions examiner dans ce colloque ouvert à tous dont les communicants seront en priorité les jeunes chercheurs.

Programme :

9h00 Ouverture du colloque par les organisateurs Pierre Carboni et Françoise Rubellin en présence de Georges Letissier, Directeur du CRINI et de Didier Delorme, Doyen de la FLCE. Continuer la lecture

Publication : « Vlaamse wandtapijten- Productie en handel. De Oudenaardse familie Van Verren (1680-1740) ».

DE MEÛTER Ingrid, Vlaamse wandtapijten- Productie en handel. De Oudenaardse familie Van Verren (1680-1740), Provincie Oost-Vlaanderen, 2016, 493 p.

DE MEÛTER Ingrid, Vlaamse wandtapijten- Productie en handel. De Oudenaardse familie Van Verren (1680-1740), Provincie Oost-Vlaanderen, 2016, 493 p.

Présentation de l’éditeur:

The commercial documents of the Van Verren family in Oudenaarde were the point of departure of this research. They brought to light interesting new information that teaches us a lot about the production of tapestries in general. The in-depth research reveals a great deal about the customers’ wishes and trade practices at around the beginning of the 18th century.

Going through all the information and comparing it to the tapestries that have survived gives us a clearer picture of what was woven where in the Southern Netherlands during the transition from the 17th to the 18th century. Cross-contamination between production centres as Oudenaarde, Antwerp and Brussels can be revealed on several occasions. Continuer la lecture

Publication : Revue de l’Art – n° 190 – 2015-4 – « L’art au temps de Louis XIV ».

9782708014176-revue-de-l-art-n-190-2015-4-jelpb

Présentation de l’éditeur :

Editorial :

Marianne Cojannot-Le Blanc :
Apprécier les arts du règne de Louis XIV : une gageure pour notre temps ?

Etudes :

Marie Pauline Martin :
Le Cabinet des Beaux-arts de Charles Perrault : le monument d’un moderne.

Anne Le Pas de Sécheval :
Jules Hardouin-Mansart et le décor intérieur du Dôme des Invalides
L’architecte ordonnateur, le dessin et les relations entre les arts.

Koenraad Brosens :
Les manufactures royales et la loi du marché. La tapisserie à Paris et à Beauvais.

Notes et documents :

Stéphane Castelluccio :
Madeleine de Scudéry et VersaillesDes châteaux enchantés au château enchanteur.

Robert W. Berger :
Les bustes de Louis XIV par Le Bernin et Warin : marbres, bronzes et copies.

Benjamin Ringot :
Politique des arts et pratiques artistiques : le rôle de la surintendance des Bâtiments du roi.

Claire Mazel :
Le portrait d’Antoine Coysevox sous la plume de Fermel’huis
Un sculpteur en mouvement.

Hendrik Ziegler :
L’art français à l’épreuve du jugement allemand : le cas de l’hôtel d’Amelot de Bisseuil examiné par Leonhard Christophe Sturm.

Découvertes :

Alexandre Cojannot :
Le château de Châteauneuf-sur-Loire au XVIIe siècle : à propos de la maquette d’un projet de Pierre Bullet en 1679.

Etienne Faisant :
Une œuvre inédite de Jean-Baptiste Tuby d’après Charles Le Brun : le tombeur d’Henri de Matignon.

Bibliographie critique.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Publication : Conundrum : Puzzles in the Grotesques Tapestry Series.

BREMER-DAVID Charissa, Conundrum : Puzzles in the Grotesques Tapestry Series, Los Angeles, Getty Publications, décembre 2015, 76 p.

BREMER-DAVID Charissa, Conundrum : Puzzles in the Grotesques Tapestry Series, Los Angeles, Getty Publications, décembre 2015, 76 p.

Présentation de l’éditeur : 

The whimsical imagery of four tapestries in the permanent collection of the J. Paul Getty Museum and currently on display at the Getty Center is perplexing. Created in France at the Beauvais manufactory between 1690 and 1730, these charming hangings, unlike most French tapestries of the period, appear to be purely decorative, with no narrative thread, no theological moral, and no allegorical symbolism. They belong to a series called the Grotesques, inspired by ancient frescos discovered during the excavation of the Roman emperor Nero’s Domus Aurea, or Golden House, but the origins of their mysterious subject matter have long eluded art historians. Based on seven years of research, Conundrum : Puzzles in the Grotesques Tapestry Series reveals for the first time that the artist responsible for these designs, Jean-Baptiste Monnoyer (1636– 1699), actually incorporated dozens of motifs and vignettes from a surprising range of sources: antique statuary, Renaissance prints, Mannerist tapestry, and Baroque art, as well as contemporary seventeenth-century urban festivals, court spectacle, and theater.

Conundrum illustrates the most interesting of these sources alongside full-color details and overall views of the four tapestries. The book’s informative and engaging essay identifies and decodes the tapestries’ intriguing visual puzzles, enlightening our understanding and appreciation of the series’ unexpectedly rich intellectual underpinnings.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Parution : La peinture tissée – Théorie de l’art et tapisseries des Gobelins sous Louis XIV.

BERTRAND Pascal-François, La Peinture tissée - Théorie de l’art et tapisseries des Gobelins sous Louis XIV, Rennes, PUR, 2015, 168 p.

BERTRAND Pascal-François, La Peinture tissée – Théorie de l’art et tapisseries des Gobelins sous Louis XIV, Rennes, PUR, 2015, 168 p.

Présentation de l’éditeur :

L’histoire de la manufacture royale des Gobelins est encore bien souvent perçue comme l’œuvre de Jean-Baptiste Colbert et Charles Le Brun, une idée forgée par Voltaire qui voyait dans son Siècle de Louis XIV (1751) un âge d’or perdu. si le rôle joué par ces deux grands hommes est indéniable, il faut aussi admettre que leur action ne couvre environ qu’un tiers du règne de Louis XiV, depuis le moment où le roi a commencé à gouverner par lui-même, en mai 1661, jusqu’à la mort du ministre, en septembre 1683. La période qui a suivi a été globalement perçue comme n’ayant pas été favorable à la Manufacture, car Louvois, le successeur de Colbert à la surintendance des Bâtiments du roi, a entrepris de faire tisser des peintures et des dessins de maîtres anciens et modernes, des œuvres non conçues spécifiquement pour la tapisserie, ce qui a eu pour résultat des tentures considérées comme peu originales, car saisies comme des copies. Des arguments d’ordre économique et esthétique ont été avancés pour soutenir cette thèse. Mais les explications fournies ne prennent pas en compte l’ensemble des déterminations qui ont fait que ces tapisseries existent sous cette forme. La production des Gobelins se situe sous Louvois, comme sous son prédécesseur, dans un contexte d’art de cour, avec le même but avoué : la gloire du roi et la splendeur de l’art. Le propos de cet essai est de revenir sur ces tapisseries transposant dans le grand format des peintures et dessins de Raphaël, Giulio Romano, Nicolas Poussin et Pierre Mignard. Ces œuvres ont été peu étudiées, elles ont été principalement analysées sous l’angle de la représentation politique, mais rarement d’un point de vue esthétique. il s’agit donc de s’interroger sur le sens de la pratique de la copie en tapisserie dans un contexte d’art de cour où le système de la représentation royale était extrêmement codifié. Les études sur la tapisserie ont essentiellement privilégié la question du sens des images, l’analyse de la storia, les programmes iconographiques et leurs significations qui nous renseignent sur la culture de la société. La réflexion sur la pensée figurative et l’invention plastique, sur le passage du peint au tissé a été délaissée, essentiellement faute de témoignages directs. Les principales sources utilisées sont des documents comptables, des écrits qui sont quasiment muets sur les intentions des différents acteurs. Mais il existe d’autres textes, des relations mondaines, des échanges épistolaires et la littérature artistique. C’est essentiellement de la confrontation de la lecture de cette dernière à l’examen des tapisseries que l’on peut tirer quelque enseignement. Quelles étaient donc les stratégies des Bâtiments du roi en projetant de faire tisser les modèles de la peinture universellement reconnus aux Gobelins ?

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site des Presses universitaires de Rennes.