Archives par étiquette : sculpture

Appels à communication : 11 sessions at RSA (New Orleans, 22-24 Mar 18)

Rembrandt, La coquille, vers 1650, gravure, 9,7 x 13,2 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : Appels à conférence

Date de l’événement : 22 – 24 mars 2018

Lieu : Nouvelle-Orléans

Renaissance Society of America, New Orleans, March 22 – 24, 2018

[1] Reconnecting: New Thoughts on Art and the Spectator in Renaissance
Italy

[2] Representing Adultery in the Early Modern Netherlands

[3] Revisiting Reproductive Printmaking

[4] Early Modern Spanish Scholarship and Mentorship: Papers in Honor of
James Amelang

[5] New Directions in Dress and Identity Research

[6] Conchophilia: Shells as Exotica in the Early Modern World

[7] Sculpture in Rome, 1450-1650: New Perspectives

[8] Reassessing Francesco I de’ Medici: Art, Science, and Materiality
in Late Renaissance Florence

[9] Mnemosyne/Memory

[10] Prophetism and the New World in Early Modern History

[11] Sculpture in Spain Continuer la lecture

Sculpture Collecting and Display, 1600-2000

Étienne Maurice Falconet: Pygmalion et Galatée, 1763, marbre, Saint-Petersbourg, musée de l’Ermitage.

Type : Conférence

Date : 19 – 20 mai 2017

Lieu : New York, The Frick Collection, 1 East 70th St.

Presented by the Center for the History of Collecting, Frick Art Reference Library, this two-day symposium will showcase how approaches to collecting and displaying sculpture have varied and changed over the centuries, from the Kunstkammer of late Renaissance princes, to the
sculpture galleries of the eighteenth century, to garden sculpture ensembles and, finally to the challenges of displaying sculpture in public museums. Continuer la lecture

Appel à communication : « Décor et architecture : entre union et séparation des arts (XVIe-XVIIe siècle) » (Lausanne, 16-17 novembre 2017)

Giulio Romano, La chambre des Géants (paroi nord), 1532-1535, Mantoue, Palais Te

Le décor à la période moderne est considéré comme l’une des parties constitutives de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Or dans l’historiographie, décor et architecture sont souvent étudiés de manière séparée, ce qui institue de fait une rupture entre ces deux champs, susceptible de biaiser notre compréhension de la production artistique.

Continuer la lecture

Publication : « The Learned Draftsman : Edme Bouchardon ».

KOPP Édouard, The Learned Draftsman : Edme Bouchardon, Los Angeles, J. Paul Getty Museum, 2017, 336 p.

KOPP Édouard, The Learned Draftsman : Edme Bouchardon, Los Angeles, J. Paul Getty Museum, 2017, 336 p.

Présentation de l’éditeur :

The celebrated French artist Edme Bouchardon (1698–1762) is primarily known as a sculptor today, but his contemporaries widely lauded him as a draftsman as well. Talented, highly innovative, and deeply invested in the medium, Bouchardon made an important contribution to the European art and culture of his time, and in particular to the history of drawing. Around two thousand of his drawings survive—most of which bear no relation, conceptual or practical, to his sculpture—yet, remarkably, little scholarly attention has been paid to this aspect of his oeuvre. This is the first book-length work devoted to the artist’s draftsmanship since 1910. Continuer la lecture

Petite annonce : « Jean-Joseph Foucou (Monographie) ».

Jean Joseph Foucou (1739-1815), Bacchante portant un petit faune, marbre, musée Cognac-Jay n° inv. J219

Jean Joseph Foucou (1739-1815), Bacchante portant un petit faune, marbre, Paris, musée Cognac-Jay.

« Dans le cadre de la publication d’une monographie sur le sculpteur Jean-Joseph Foucou (Riez, 1739 – Paris, 1821), à paraitre prochainement aux éditions Mare & Martin, j’invite toute personne possédant des œuvres de l’artiste (dessin préparatoire, esquisse, modèle, terre-cuite, plâtre, marbre…) ou ayant connaissance de documents inédits à bien vouloir me contacter.

La plus grande discrétion quant aux collectionneurs sera respectée. »

***

Pour répondre à cette annonce, veuillez prendre contact avec :

Alicia Adamczak
Docteur en histoire de l’art moderne – Université Paris-Sorbonne
alicia.adamczak@wanadoo.fr

Publication : « The British School of Sculpture, c.1760-1832 ».

BURNAGE Sarah (dirs.) et EDWARDS Jason (dirs.), The British School of Sculpture, c.1760-1832, New York, Routledge, 2016, 288 p.

BURNAGE Sarah (dirs.) et EDWARDS Jason (dirs.), The British School of Sculpture, c.1760-1832, New York, Routledge, 2016, 288 p.

Présentation de l’éditeur :

The British School of Sculpture is the first essay collection examining the rich array of sculpture produced and exhibited in Britain between 1768 and 1837. Featuring nearly 60 illustrations, many never reproduced before, and combining essays from leading scholars in the field with exciting new voices, the volume challenges the notion that neoclassicism dominated British art history in the period, and returns to centre stage a number of compelling baroque works. The volume also emphasises the regional specificities of the British School, paying particular attention to the importance of country house collections and Scottish influences, and the British School’s broader cosmopolitanism, revealing how sculptors also engaged with contemporary continental artists, especially in Rome, and ancient classical and Indian antiquities. In addition, the volume combines a novel account of some of the period’s most significant anti-war memorials, emphasises the importance of religion, and reveal’s sculpture’s relation to contemporary prints and literary sources. Featuring an unprecedentedly extensive bibliography, the volume is specifically designed for art historians and cultural historians of the period, as well as for visitors to British churches and country houses, and heritage sites such as St Paul’s Cathedral and Westminster Abbey. Continuer la lecture

Publication : « Henri IV : Art et pouvoir ».

NATIVEL Colette (dir.) avec la collaboration de CAPODIECI Luisa,Henri IV : Art et pouvoir,Rennes et Tours, PUR et PUFR, 2016, 450 p.

NATIVEL Colette (dir.) avec la collaboration de CAPODIECI Luisa,Henri IV : Art et pouvoir,Rennes et Tours, PUR et PUFR, 2016, 450 p.

 

Présentation de l’éditeur :

Après la longue période des troubles des guerres de religion, le renouveau des arts se manifesta de façon particulièrement éclatante sous le règne d’Henri IV, dans tous les domaines : peinture, sculpture, architecture, mais aussi l’art des jardins, les arts de cour, notamment les ballets et les entrées. Ce fut aussi le cas de l’art du livre, encore trop peu étudié aujourd’hui.

Ce livre expose l’ampleur de ce renouveau et en montre les multiples aspects.

Afin de cerner les transformations et les nouvelles configurations artistiques de cette période, les pratiques artistiques sont replacées dans leur contexte historique, politique et culturel. L’ouvrage pose les enjeux épistémologiques entre pouvoir (élaboration et diffusion par l’image de la figure du « bon roi », tolérant et unificateur du royaume) et art (art de cour, art sacré, dans une époque de troubles religieux…). Enfin, dans une volonté d’inscrire la production artistique française dans un cadre plus large, ce livre explore les liens qui unissent la France d’Henri IV et de Marie de Médicis aux grands centres artistiques européens (Florence, Nancy, Anvers). Continuer la lecture

Publication : « Rome, Travel, and the Sculpture Capital, c. 1770–1825 ».

MACSOTAY Tomas (dir.), Rome, Travel, and the Sculpture Capital, c. 1770–1825, New York, Routledge, 2016, 268 p.

MACSOTAY Tomas (dir.), Rome, Travel, and the Sculpture Capital, c. 1770–1825, New York, Routledge, 2016, 268 p.

Présentation de l’éditeur :

The world that shaped Europe’s first national sculptor-celebrities, from Schadow to David d’Angers, from Flaxman to Gibson, from Canova to Thorvaldsen, was the city of Rome. Until around 1800, the Holy See effectively served as Europe’s cultural capital, and Roman sculptors found themselves at the intersection of the Italian marble trade, Grand Tour expenditure, the cult of the classical male nude, and the Enlightenment republic of letters. Two sets of visitors to Rome—the David circle and the British traveler—have tended to dominate Rome’s image as an open artistic hub, while the lively community of sculptors of mixed origins has not been awarded similar attention. Rome, Travel, and the Sculpture Capital, c. 1770–1825 is the first study to piece together the labyrinthine sculptors’ world of Rome between 1770 and 1825. The volume sheds new light on the links connecting Neo-classicism, sculpture collecting, Enlightenment aesthetics, studio culture, and queer studies. The collection offers ideal introductory reading on sculpture and Rome around 1800, and its provocative perspectives will appeal to a readership interested in understanding a modernized Europe’s transnational desire for Neo-classical, Roman sculpture.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Appel à contribution: « Décor et architecture (XVIIe – XVIIIe siècle) : entre union et séparation des arts » (Lausanne, 24-25 novembre 2016)

coupe archi

Type : Appel à communication.
Date de la manifestation : 24-25 novembre 2016.
Lieu : Université de Lausanne.
Date limite : 30 mai 2016.

Le décor, à la période moderne, est considéré comme l’une des parties fondamentales de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Ce statut privilégié n’empêche cependant pas les commentateurs de s’en méfier : ils craignent la prolifération incontrôlée de l’ornement, qu’ils jugent nuisible à l’architecture. Le présent colloque ambitionne d’interroger la manière dont les rapports entre décor et architecture ont été pensés et pratiqués dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles.

Continuer la lecture

Colloque international : « Le rôle de la sculpture dans les arts décoratifs parisiens, 1715-1815 »

Pendule " à l'astronomie", XVIIIe siècle, biscuit, marbre et bronze, coll. part.

Pendule  » à l’astronomie », XVIIIe siècle, biscuit, marbre et bronze, coll. part.

Type : Colloque.
Date : 14-15 mars 2016
Lieu : INHA, Salle Vasari, 1er étage

Le colloque est accessible gratuitement à tous sur inscription préalable obligatoire par email (voir la marche à suivre en fin d’article). – Les inscriptions seront clôturées le jeudi 10 mars à minuit.

Collaboration entre le Centre André Chastel de l’université de Paris-Sorbonne et l’association Low Countries Sculpture. Avec le soutien de The Boulle Project, Paris.

Lundi 14 mars 2016

Continuer la lecture

Symposium de la mairie du 11e arrondissement : « Si Paris m’était conté. L’invention d’une capitale des arts (XIIIe – XXIe siècle) ».

Capture d’écran 2016-01-08 à 17.22.29

Type : symposium.
Date : 2 et 3 mars 2016.
Lieu : Paris, mairie du 11e arrondissement.
Sous la direction de : 
Martine Debieuvre, Sébastien Chauffour, Christophe Henry et avec la collaboration du Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM).

Comment les arts ont-il inventé la capitale de la France ? Comment les techniques de l’édification et de la représentation ont-elles fait du siège médiéval de la monarchie la première des métropoles modernes ? Comment Paris s’est-elle jouée de son passé pour mettre en scène cette modernité qui s’affiche aussi bien Place des Vosges vers 1610, rue de Rivoli vers 1810 ou dans la pyramide du Louvre en 1990 ? Comment la ville, malgré son histoire mouvementée, a-t-elle manipulé habilement son parcellaire pour faire surgir d’un dédale de rues destinées au logement et au commerce des visions urbaines qui devaient marquer la physionomie de toutes les capitales du monde ? Et comment cette physionomie urbaine sans cesse modifiée et renouvelée du XIIIe au XXIe siècle a-t-elle servi l’essor des industries et artisanats qui ont contribué à l’excellence de sa réputation mondiale ? Le destin artistique de Paris méritait qu’on lui consacre deux journées ouvertes à tous, les 2 et 3 mars prochains.A notre habitude, les intervenants auront pour mission de satisfaire la curiosité des amateurs et curieux sans lesquels la recherche historique resterait vaine.

Programme :

MERCREDI 2 MARS

9h30 : Café.

9h45 : Présentation générale, par Martine Debieuvre.

Petite géographie économique du Paris historique par Christophe Henry et Sébastien Chauffour.

Première session : Surgissement d’une capitale.

Présidence : Sébastien Chauffour (Bibliothèque de l’INHA).

10h15 : La matière d’un grand dessein ? Physionomies de Paris aux XIIIe et XIVe siècles par Léa d’Hommée-Kchouk (Université de Paris 1).

10h45 : Notre-Dame de Paris : archéologie d’un mythe cathédrale par Véronique Soulay (Université Paris-Sorbonne).

11h15 : Débat.

Deuxième session : Quelques agréments du grand Siècle.

Présidence : Marc Bayard (Mobilier national).

11h30 : L’eau et les bains dans l’habitat parisien des XVII-XVIIIe siècles par Ronan Bouttier (université Paris-Sorbonne).

12h : Tous acteurs : l’intérieur des salles de spectacles à Paris au XVIIIe siècle et sous la Révolution par Hadrien Volle (Université Paris 1).

12h30 : Débat.

12h45 : Déjeuner collégial.

Troisième session : La métropole artistique.

Présidence : Markus Castor (Centre allemand d’histoire de l’art).

14h : Autour de Gabriel de Saint-Aubin : les artistes parisiens établis hors de l’Académie royale de peinture et de sculpture au XVIIIe siècle par Maël Tauziède-Espariat (Université de Bourgogne).

15h00 : Des dominos aux décors panoramiques : l’art du papier peint à Paris au XVIIIe siècle par Maxime Georges Métraux (Université Paris-Sorbonne).

15h30 : Les ébénistes allemands à Paris au XVIIIe siècle par Miriam Schefzyk (Université de Münster).

16h00 : Débat.

16h30 : Pause café.

Quatrième session : L’architecture ou la mise en oeuvre des idées.

Présidence : Christophe Henry (Académie de Versailles).

16h45 : La maison parisienne des Lumières par Youri Carbonnier (Université d’Artois).

17h15 : Paris nouvelle Rome au XVIIIe siècle par Markus Castor (Centre allemand d’histoire de l’art)

17h14 : Débat.

18h00 : Fin de la première journée.

JEUDI 3 MARS

9h30 : Visite des ateliers de la COARC sous la direction de Marie Monfort (COARC).

12h : Déjeuner collégial.

Cinquième session : La quête des plaisirs et des jouissances.

Présidence : Cécilie Champy (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

14h : Dans les méandres de la prostitution close parisienne (1804-1946) par Alison Gorel-Le Pennec (Université Paris 1) et Juan Luque (Ecole du Louvre).

14h30 : Le commerce de mode parisien ou Watteau à l’exposition universelle de 1900 par Laetitia Pierre (Centre allemand d’histoire de l’art).

15h : Débat.

Sixième session : Sous l’oeil du baron Haussmann.

Présidence : Benjamin Couilleaux (Musée Cognacq-Jay).

15h30 : La fabrique de la Samaritaine par Charlotte Duvette (Université Paris1).

16h00 : Rhétorique du monument civil : la Défense de Paris de Louis-Ernest Barrias (1883) par Cécilie Champy (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

16h30 : Une demeure parisienne pour l’industrie textile : l’Hôtel Mezzara d’Hector Guimard par Olivier Pons et Nicolas Horiot (Paris, Association Le Cercle Guimard).

17h : Débat et pause café.

Septième session : Modernité ou vandalisme ?

Présidence : Christophe Leribault (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

17h15 : De l’atelier des rois au chaudron de la révolte : les mutations exemplaires du quartier Saint-Antoine par Pauline Rossi (Université Paris-Sorbonne).

17h45 : Le Marais : destin du quartier qui inspira la loi Malraux par Alexandre Burtard (Atelier d’architecture et d’urbanisme Blanc-Duché, chargé d’études du secteur sauvegardé du Marais ).

18h15 : Discussion plénière.

Soutenance de thèse : « Giovanni Battista Foggini et la sculpture à Florence à l’époque des derniers Médicis (1670-1737) : la condition sociale de l’artiste et la pratique du dessin ».

Giovanni-Battista Foggini, Mucius Scaevola tuant le secrétaire du roi Porsenna, XVIIe-XVIIIe siècle, plume et encre brune sur papier, 19,7 x 26,4 cm, Paris, musée du Louvre.

Giovanni-Battista Foggini, Mucius Scaevola tuant le secrétaire du roi Porsenna, XVIIe-XVIIIe siècle, plume et encre brune sur papier, 19,7 x 26,4 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : soutenance de thèse.
Date : 14 novembre 2015 à partir de 14h30.
Lieu : Institut National d’Histoire de l’Art, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002, Paris.

Soutenance de thèse en Histoire de l’art de Kira d’Alburquerque, »Giovanni Battista Foggini et la sculpture à Florence à l’époque des derniers Médicis (1670-1737) : la condition sociale de l’artiste et la pratique du dessin« , sous la direction de Michel Hochmann.

Le jury sera composé de : 

Mme Marion Boudon-Machuel, Professeure à l’Université François-Rabelais de Tours/CESR.

Mme Emmanuelle Brugerolles, Directeur d’études à l’École pratique des hautes études, Conservateur général du patrimoine responsable de la collection de dessins à l’École nationale supérieure des beaux-arts.

Mme Elena Fumagalli, Professore Associato, Università degli Studi di Modena e Reggio Emilia.

M. Michel Hochmann, Directeur d’études à l’École pratique des hautes études.

Mme Catherine Monbeig Goguel, Anc. Directeur de recherche, CNRS, musée du Louvre, département des Arts graphiques.

M. Philippe Sénéchal, Professeur à l’Université de Picardie-Jules Verne.

Appel à communication : The role of sculpture in Parisian decorative arts (Paris, mars 2016)

Pendule " à l'astronomie", XVIIIe siècle, biscuit, marbre et bronze, coll. part.

Pendule  » à l’astronomie », XVIIIe siècle, biscuit, marbre et bronze, coll. part.

Type : Colloque.
Date limite pour envoyer une proposition : 4 novembre 2015.
Date et lieu de la manifestation : 14-15 mars 2016 – Paris

The role of sculpture in the design, production collecting and display of Parisian decorative arts in Europe (1715-1815)

International Conference Part II, following the first held on 29 August 2015 at Mons, European Capital of Culture

Between 1715 and 1830 Paris gradually became the capital of Europe, “a city of power and pleasure, a magnet for people of all nationalities that exerted an influence far beyond the reaches of France”, as Philip Mansel wrote, or as Prince Metternich phrased it, “When Paris sneezes, Europe catches cold”. Within this historical framework and in a time of profound societal change, the consumption and appreciation of luxury goods reached a peak in Paris.

Continuer la lecture

Colloque : Carte Blanche de l’INHA 2015, université de Poitiers : Cataloguer l’objet multiple. Sculpture, estampe, photographie…

Sans-titre

Type : Colloque.
Date : 28, 29 et 30 septembre 2015.
Lieu : Auditorium, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002.

Sculpture, estampe et photographie sont par essence des multiples, connaissent des tirages souvent nombreux d’autant que tous trois procèdent d’une matrice qui peut être modifiée et donner naissance à des variations importantes. Objets complexes, ils tiennent à la fois de l’oeuvre originale, de l’interprétation ou de la copie ; en cela ils déroutent souvent les amateurs et les historiens de l’art attachés à l’étude d’autres formes artistiques. Ils posent du reste des questions spécifiques. Leur caractère d’objet multiple ne masque pas leurs caractéristiques propres. Outil et genre fondamental de l’histoire de l’art, le catalogue a récemment fait l’objet d’un certain nombre d’études. Alors que les catalogues de peintures et de dessins sont les premiers à avoir bénéficié de ces recherches, pour le « multiple », le domaine reste encore peu abordé, en raison des difficultés posées par la nature même des objets concernés. Quels sont les premiers catalogues d’objets multiples, comment ont-ils traité ces objets, par rapport aux objets uniques, quels en furent les premiers rédacteurs et les premiers usages ? Quels enjeux et quels choix pour les catalogues de ce type, encore aujourd’hui ?

Programme :

Lundi 28 septembre :

9h30 : Ouverture du colloque INHA Introduction Claire Barbillon et Véronique Meyer.

Forum des jeunes chercheurs

Présidence : Lauren Laz, directrice (musée Angladon – Avignon) et Dominique Ghesquière, directrice (musée Chapu – Melun).

10h : Nastasia Gallian, doctorante (université de Paris-Sorbonne) : Johann Baptist Fickler et les estampes des ducs de Bavière : l’inventarium oder Beschribung de 1598.

10h15 : Alexandra Blanc, doctorante (université de Neuchâtel) : Une constitution progressive : l’histoire du catalogue raisonné de G. B. Castiglione.

10h30 : Francesca Mariano, doctorante (universités de Poitiers et de Rome Tor Vergata) : Le catalogue des gravures de Jérôme David : problématiques et comparaison des méthodes d’étude.

10h45 : Blanche Llaurens, doctorante (université de Poitiers) : L’intérêt du catalogue d’un éditeur d’estampes.

11h : Annie Chaux Haik, doctorante (université de Bourgogne) : Les systèmes de classement de ses collections, reflets des sensibilités de Jehannin de Chamblanc, parlementaire bourguignon du XVIIIe siècle.

Questions et pause.

11h45 : Johanna Daniel, titulaire de deux masters (École des Chartes et École du Louvre) : Le signalement et le catalogage des matrices d’estampe.

12h : Soline Moriniere, doctorante (université de Bordeaux Michel de Montaigne) : Catalogues des collections de moulages universitaires.

12h15 : François Cam-Drouhin, titulaire de deux masters (EHESS et École du Louvre) : Qualifier l’objet photographique : l’ère du support.

12h30 : Katia Schaal, doctorante (université de Poitiers, École du Louvre) : Cataloguer la médaille XIXe comme un objet multiple : un début de réflexion.

Questions.

Les catalogues hier et aujourd’hui : une mise en perspective historique

Présidence : Cecilia Hurley (HDR, école du louvre et université de Neuchâtel).

15h : Cécilie Champy, conservateur (musée du Petit-Palais) : Aux origines du catalogue scientifique : cataloguer les sculptures au XVIIIe siècle.

15h30 : Violaine Jammet, conservateur en chef (Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, musée du Louvre) : Cataloguer les figurines grecques en terre cuite d’époque archaïque et classique.

16h : Séverine Lepape, conservateur à la collection Edmond de Rothschild (Département des Arts Graphiques, musée du Louvre) : Cataloguer l’image multiple comme un unique : petit tour des pratiques de catalogage des estampes anciennes dans différentes institutions publiques européennes.

16h30 : Pascale Cugy, docteur en histoire de l’art (ATER université de Rennes 2) : Faire le catalogue des « modes ». Réflexions méthodologiques à propos d’estampes demifines du règne de Louis XIV.

Questions

Mardi 29 septembre :

Le catalogue vu de l’intérieur, ou « le catalogue en écorché ».

Présidence : Pierre Wackenheim, maître de conférences (université de Lorraine).

10h : Antoinette Friedenthal, docteur en histoire de l’art, chercheur indépendant : E pluribus unum – The role of the print in the history of the catalogue raisonné.

10h30:  Rosalba Dinoia, docteur en histoire de l’art : Un gabinetto di stampe virtuale e globalizzato: ipotesi di gestione e fruizione digitale dei multipli di stampa.

11h : Corinne Le Bitouzé, conservateur (Département des Estampes et de la photographie, BnF) : État de la réflexion sur la normalisation des catalogues en ligne d’institutions : la question de l’objet multiple.

Questions

Méthodes à l’épreuve d’objets nouveaux, insolites ou difficiles.

Présidence : Sylvie Aubenas, conservateur général (Département des Estampes et de la photographie, BnF).

14h : Joëlle Petit, docteur en histoire des techniques (CNAM) : Étude comparative de quelques catalogues de cheminées en marbre belges et français et de leur usage au XIXe siècle.

14h30 : Pascale Martinez, docteur en histoire de l’art : La description de ce qui va de soi : les catalogues descriptifs du Musée Grévin de 1882 à 1920.

Questions et pause

15h30 : Julien Faure-Conorton, docteur en histoire de l’art : La photographie pigmentaire à l’épreuve du catalogue.

16h : Emmanuelle Chevry Pébale, maître de conférences (université de Strasbourg) et Simona De Iulio, professeur (université de Lille 3 Charles de Gaulle) : Les collections d’affiches publicitaires en ligne : dispositifs d’accès, usages et pratiques.

Questions

Mercredi 30 septembre :

Études et bilans de cas remarquables.

Présidence : Valérie Sueur-Hermel, conservateur (Département des Estampes et de la photographie, BnF).

9h30 : Naoko Takahatake, conservateur adjoint (Département des Arts Graphiques, Los Angeles County Museum of Art) : La Felsina pittrice de Carlo Cesare Malvasia et le catalogue raisonné d’estampes.

10h : Jolanta Czerzniewska, maître de conférences (université de Varsovie) : Les catalogues de la collection d’estampes de Stanislas Kostka Potocki.

Questions et pause

11h : Wassili Joseph, docteur en histoire de l’art : Cataloguer les sculptures en plâtre : une quête de l’authentique. L’exemple des oeuvres de François Rude.

11h30 : François Blanchetière, conservateur (musée Rodin) : « L’oeuvre de Rodin est pareille à un monde immense », cataloguer les sculptures de Rodin, bilan et perspectives.

Questions

Expériences et défis du catalogage.

Présidence : Anne-Élisabeth Buxtorf, directrice de la bibliothèque de l’INHA.

12h30 : Christiane Pagel, assistante de recherche (Département des estampes et des dessins, Herzog Anton Ulrich-Museum Braunschweig) : Potentiel et défis du catalogue d’estampes.

Pause déjeuner

15h : Delphine Galloy, conservateur (musées d’Angers) : Comment donner à voir et à comprendre dans un musée la multiplicité de l’objet exposé : projet de portail David d’Angers aux musées d’Angers.

15h30 : Marion Lagrange, maître de conférences (université de Bordeaux Michel de Montaigne) : Cataloguer une collection photographique universitaire.

Questions et pause

16h30 : Delphine Moyne-Charlet, conservateur des antiquités et objets d’art (Département du Pas-de-Calais) : Le récolement de la collection de moulages du Palais des Beaux-Arts de Lille (2007-2009).

17h : Raphaële Bertho, La photographie comme outils du catalogue : Mission Datar et campagnes en Allemagne, recensement des paysages urbains.

Conclusion : Claire Barbillon et Véronique Meyer.

Journée d’étude : Le rôle de la sculpture dans les arts décoratifs parisiens

Pendule " à l'astronomie", XVIIIe siècle, biscuit, marbre et bronze, coll. part.

Pendule  » à l’astronomie », XVIIIe siècle, biscuit, marbre et bronze, coll. part.

Type : Journée d’étude à l’occasion de Mons, Capitale Européenne de la Culture 2015.
Date : 29 août 2015 (Inscriptions obligatoires, ouvertes jusqu’au 26 août).
Lieu : Maison de la Mémoire de Mons, rue des Sœurs Noires, 2.

Entre 1715 et 1830, Paris devient la capitale de l’Europe : « une ville de pouvoir et de plaisir, un aimant pour toutes les nationalités exercé bien au delà des limites de la France », écrira Philip Mansel, ou comme le Prince Metternich le formule, « quand Paris éternue, l’Europe prend froid. » Ce contexte historique voit naître de profonds changements societaux. C’est un temps où la consommation et l’intérêt porté aux produits de luxes atteint des sommets.

La priorité de cette journée d’étude sera d’établir le rôle du sculpteur dans les processus de conception et de production des arts décoratifs Parisiens, à partir de meubles et d’éléments de décoration intérieure : porcelaines, argents, bronzes dorés et horloges.

Ces dernières années, un grand nombre d’études a été porté sous les auspices de musées d’arts décoratifs et d’autres entités telle la Furniture History Society et la Société Française de Porcelaine. Cela semble intéressant de les confronter dans une approche interdisciplinaire au niveau Européen et en encourageant la discussion à partir des différents objets d’étude, de part leur matérialité et leur tri-dimensionnalité.

Les relations entre, d’un côté, les architectes, ornemanistes et autres concepteurs ainsi qu’entre les sculpteurs, menuisiers, ébénistes, orfèvres, fabricants de porcelaines, bronziers et autres producteurs, sans oublier les marchands, seront au coeur des études sur le processus de conception.

Une deuxième étape de compréhension de l’importance de la sculpture dans les arts décoratifs sera mise en lumière à l’aune de la diffusion des produits manufacturés dans les autres capitales Européennes, particulièrement après la Révolution Française.

Dans l’ensemble, cette journée devrait éclairer l’aspect sculptural des arts décoratifs produits à Paris tout au long du XVIIIe siècle et comment ces modèles se diffusent en Europe. Sans vouloir être exhaustive, cette journée – et les publications qui en suivront – espère confronter les histoires et les méthodes afin de faire ressortir l’importance des arts décoratifs, trop souvent négligés.

Programme :

9 h – 10 h : Accueil et petit-déjeuner

9 h 45 – 10 h : Introduction par Jean Schils, Werner Oechslin et Léon Lock

Session 1 : Sculpture as a theme / sculpture as an object, within French decorative arts
Président de séance : Guilhem Scherf, Musée du Louvre, Paris

10 h – 10 h 25 : Luca Raschèr, Koller Auktionen, Zürich
Humanité et bestiaire en bronze sur les meubles français du XVIIIe siècle

10 h 30 – 10 h 55 : Dr Charles Avery, Cambridge
An elephantine rivalry : the ménagerie clocks of Saint-Germain and Caffieri

11 h – 11 h 25 : Virginie Desrante, Cité de la Céramique, Sèvres
Petite sculpture et objets de luxe, le biscuit de Sèvres – une révolution esthétique

11 h 30 – 11 h 55 : Xavier Duquenne, Brussels
Le sculpteur de la cour Augustin Ollivier, de Marseille, au Palais de Charles de Lorraine à Bruxelles

11 h 55 – 12 h 15 : Discussion
12 h 15 – 13 h 10 : Déjeuner

Session 2: The role of the sculptor within the design and production processes

13 h 15 – 13 h 40 : Jean-Dominique Augarde, Centre de Recherches Historiques
sur les Maîtres Ébénistes, Paris
De Houdon à Prud’hon, la collaboration entre sculpteurs et bronziers d’ameublement de 1760 à 1820

13 h 45 – 14 h 10 : Audrey Gay-Mazuel, Musée des Arts Décoratifs, Paris
Du dessin au montage, les sculpteurs dans l’atelier de l’orfèvre parisien Jean-Baptiste-Claude Odiot (1763-1850)

14 h 15 – 14 h 40 :  Jean-Baptiste Corne, Ecole du Louvre/Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris
Le sculpteur ornemaniste à la veille de la Révolution. Une condition sociale en mutation ?

14 h 40 – 15 h : Discussion
15 h 00 – 15 h 30 : Pause café

Session 3: French sculptural decorative arts in international perspective
Président de séance : Prof Dr Dr H.C. Mult. Werner Oechslin, ETH Zürich/ SBWO Einsiedeln

15 h 30 – 15 h 55 : Dr Léon Lock, University of Leuven
Comment la rocaille parisienne conquit Munich. Le rôle de l’architecte et ornemaniste François Cuvilliés (Soignies 1695 – Munich 1768)

16 h 00 – 16 h 25 : Guido Jan Bral, Brussels
Les ducs d’Arenberg, mécènes des arts décoratifs parisiens à Bruxelles (1765-1820)

16 h 30 – 16 h 55 : Sir Timothy Clifford, Former Director, National Galleries of Scotland, Edinburgh
Title to be confirmed

16 h 55 – 17 h 15 : Conclusions et discussion

INSCRIPTIONS :
Free for members of the Low Countries Sculpture Society and of the
Maison de la Mémoire of Mons, but registration compulsory :
info [at] lcsculpture [dot] org
Seating limited so book early to avoid disappointment. Non-members : €25 per person.