Archives par étiquette : révolution

Symposium de la mairie du 11e arrondissement : « Triomphe de l’art républicain »

Antoine-François Callet, Tableau allégorique du 18 brumaire an VIII ou la France sauvée, 1800, huile sur toile, 101 x 125 cm, Vizille, musée de la Révolution française.

Type : Symposium (grand public)
Date : 5 juillet 2017.
Lieu : Paris, Mairie du 11e arrondissement.
Sous la direction de : Christophe Henry et Cécilie Champy.

PROGRAMME Continuer la lecture

Publication : Kunstchronik Heft 4 / April 2017

Jacques-Louis David, Le Serment du jeu de Paume, 1791, dessin, 101,2 x 66 cm, Versailles, Musée national du Château de Versailles

KUNSTCHRONIK : Monatsschrift für Kunstwissenschaft, Museumswesen und Denkmalpflege Herausgegeben vom Zentralinstitut für Kunstgeschichte in München Mitteilungsblatt des Verbandes Deutscher Kunsthistoriker e.V.177, 70. Jahrgang / Heft 4 / April 2017 Continuer la lecture

Journée d’étude : « Le concert des nations » : transferts culturels et transferts génériques (1648-1815).

Berent van der Eichen et Anton Steenwicnkel, La bataille d’Øland en 1676, 1685-1693, tapisserie en laine, ca. 3,7 x ca. 5,1, Copenhague, château de Rosenborg.

Berent van der Eichen et Anton Steenwicnkel, La bataille d’Øland en 1676, 1685-1693, tapisserie en laine, ca. 3,7 x ca. 5,1, Copenhague, château de Rosenborg.

Type : journée d’étude.
Date de la manifestation : vendredi 23 septembre 2016.
Lieu : Nantes, université de Nantes, Campus Tertre Faculté des Langues et Cultures Étrangères (FLCE), Amphi. 410 (rdc).

Ce colloque Jeunes Chercheurs de la Société Française d’Etudes du XVIIIe siècle (SFEDS) et de la Société d’études anglo-américaines XVIIe-XVIIIe siècles (SEAA XVII-XVIII) est organisé en collaboration avec le Centre de Recherche sur les Identités Nationales et l’Interculturalité (CRINI) et le laboratoire l’Antique, le Moderne (L’AMO) de l’Université de Nantes. Ces rencontres visent à donner l’occasion aux jeunes chercheurs de se rencontrer pour présenter et échanger sur leurs travaux, entre eux et avec des chercheurs confirmés, dans une ambiance conviviale et interdisciplinaire.

Des traités de Westphalie (1648) qui mirent fin à la Guerre de Trente ans et fondèrent un nouvel ordre européen, au Congrès de Vienne (1815) qui réorganisa l’Europe après la chute de Napoléon, les relations internationales furent le sujet d’innombrables interrogations politiques. Sous le nom de « concert des nations », expression qui désigne depuis un siècle les relations internationales qui ne sont pas fondées sur le recours à la force, c’est le versant artistique, littéraire et historique de ces mutations que nous voudrions examiner dans ce colloque ouvert à tous dont les communicants seront en priorité les jeunes chercheurs.

Programme :

9h00 Ouverture du colloque par les organisateurs Pierre Carboni et Françoise Rubellin en présence de Georges Letissier, Directeur du CRINI et de Didier Delorme, Doyen de la FLCE. Continuer la lecture

Appel à communication : « Consortium on the Revolutionary Era »

Antoine-François Callet, Tableau allégorique du 18 brumaire an VIII ou la France sauvée, 1800, huile sur toile, 101 x 125 cm, Vizille, musée de la Révolution française.

Antoine-François Callet, Tableau allégorique du 18 brumaire an VIII ou la France sauvée, 1800, huile sur toile, 101 x 125 cm, Vizille, musée de la Révolution française.

Type : Appel à communication
Date limite : 17 octobre 2016
Date de l’événement : du 23 au 26 février 2017
Lieu : Charleson, South Carolina

The Consortium on the Revolutionary Era, 1750-1850 (CRE) provides a venue for the presentation of original research on the history of Europe, the Atlantic World and beyond. We welcome proposals from allied disciplines and comparative studies; in short, we offer a platform for research into the revolutionary era broadly defined.

Continuer la lecture

Publication : « Le Dernier Carnaval. Goya, Sade et le monde à l’envers ».

STOICHITA Victor I., Le Dernier Carnaval Goya, Sade et le monde à l'envers, Paris, Hazan, mai 2016, 456 p.

STOICHITA Victor I. et CODERCH Anna Maria, Le Dernier Carnaval. Goya, Sade et le monde à l’envers, Paris, Hazan, mai 2016, 456 p.

Présentation de l’éditeur :

Le point de départ de ce livre a été une découverte apparemment mineure : la date bien connue de la mise en vente par Goya de la série des Caprices (le 6 février 1799) coïncide avec le Mercredi des Cendres, jour de clôture du « Dernier Carnaval du Siècle ». À partir de ce fait, l’auteur propose une reconstitution des enjeux du passage du XVIIIe au XIXe siècle. Ce tournant, essentiel pour la compréhension du monde moderne, n’a pas de date précise mais se situe quelque part entre la grande Révolution de 1789 et l’année 1800. Carnaval (renversement périodique et symbolique du Monde) et Révolution (violent renversement factuel) se correspondent et dialoguent. Ce livre analyse l’imaginaire d’une révolution au croisement de l’histoire et de la fiction. Il offre une incursion dans l’iconographie, l’anthropologie et la philosophie du « monde à l’envers », en traitant de façon analytique l’œuvre de Goya et celle de Sade. Enfin, il aborde la naissance de la modernité comme dernier écho de ce qui avait constitué, sous la forme de la Grande Fête, l’ancien rite du renouveau du temps qui arrive alors – autour de 1800, donc – à l’une de ses étapes les plus difficiles, mais aussi les plus significatives : l’apparition de l’imaginaire moderne en tant que dernier sursaut carnavalesque dans la culture occidentale.-Le Dernier Carnaval, écrit en français mais encore jamais publié dans cette langue, est déjà paru en anglais, espagnol, allemand, italien, japonais et roumain. –La présente édition est revue et actualisée.-Un brillant essai sur l’évolution de l’imaginaire et des mentalités au tournant du xixe siècle.-Une lecture inédite de l’œuvre de Goya.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Symposium de la mairie du 11e arrondissement : « Si Paris m’était conté. L’invention d’une capitale des arts (XIIIe – XXIe siècle) ».

Capture d’écran 2016-01-08 à 17.22.29

Type : symposium.
Date : 2 et 3 mars 2016.
Lieu : Paris, mairie du 11e arrondissement.
Sous la direction de : 
Martine Debieuvre, Sébastien Chauffour, Christophe Henry et avec la collaboration du Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM).

Comment les arts ont-il inventé la capitale de la France ? Comment les techniques de l’édification et de la représentation ont-elles fait du siège médiéval de la monarchie la première des métropoles modernes ? Comment Paris s’est-elle jouée de son passé pour mettre en scène cette modernité qui s’affiche aussi bien Place des Vosges vers 1610, rue de Rivoli vers 1810 ou dans la pyramide du Louvre en 1990 ? Comment la ville, malgré son histoire mouvementée, a-t-elle manipulé habilement son parcellaire pour faire surgir d’un dédale de rues destinées au logement et au commerce des visions urbaines qui devaient marquer la physionomie de toutes les capitales du monde ? Et comment cette physionomie urbaine sans cesse modifiée et renouvelée du XIIIe au XXIe siècle a-t-elle servi l’essor des industries et artisanats qui ont contribué à l’excellence de sa réputation mondiale ? Le destin artistique de Paris méritait qu’on lui consacre deux journées ouvertes à tous, les 2 et 3 mars prochains.A notre habitude, les intervenants auront pour mission de satisfaire la curiosité des amateurs et curieux sans lesquels la recherche historique resterait vaine.

Programme :

MERCREDI 2 MARS

9h30 : Café.

9h45 : Présentation générale, par Martine Debieuvre.

Petite géographie économique du Paris historique par Christophe Henry et Sébastien Chauffour.

Première session : Surgissement d’une capitale.

Présidence : Sébastien Chauffour (Bibliothèque de l’INHA).

10h15 : La matière d’un grand dessein ? Physionomies de Paris aux XIIIe et XIVe siècles par Léa d’Hommée-Kchouk (Université de Paris 1).

10h45 : Notre-Dame de Paris : archéologie d’un mythe cathédrale par Véronique Soulay (Université Paris-Sorbonne).

11h15 : Débat.

Deuxième session : Quelques agréments du grand Siècle.

Présidence : Marc Bayard (Mobilier national).

11h30 : L’eau et les bains dans l’habitat parisien des XVII-XVIIIe siècles par Ronan Bouttier (université Paris-Sorbonne).

12h : Tous acteurs : l’intérieur des salles de spectacles à Paris au XVIIIe siècle et sous la Révolution par Hadrien Volle (Université Paris 1).

12h30 : Débat.

12h45 : Déjeuner collégial.

Troisième session : La métropole artistique.

Présidence : Markus Castor (Centre allemand d’histoire de l’art).

14h : Autour de Gabriel de Saint-Aubin : les artistes parisiens établis hors de l’Académie royale de peinture et de sculpture au XVIIIe siècle par Maël Tauziède-Espariat (Université de Bourgogne).

15h00 : Des dominos aux décors panoramiques : l’art du papier peint à Paris au XVIIIe siècle par Maxime Georges Métraux (Université Paris-Sorbonne).

15h30 : Les ébénistes allemands à Paris au XVIIIe siècle par Miriam Schefzyk (Université de Münster).

16h00 : Débat.

16h30 : Pause café.

Quatrième session : L’architecture ou la mise en oeuvre des idées.

Présidence : Christophe Henry (Académie de Versailles).

16h45 : La maison parisienne des Lumières par Youri Carbonnier (Université d’Artois).

17h15 : Paris nouvelle Rome au XVIIIe siècle par Markus Castor (Centre allemand d’histoire de l’art)

17h14 : Débat.

18h00 : Fin de la première journée.

JEUDI 3 MARS

9h30 : Visite des ateliers de la COARC sous la direction de Marie Monfort (COARC).

12h : Déjeuner collégial.

Cinquième session : La quête des plaisirs et des jouissances.

Présidence : Cécilie Champy (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

14h : Dans les méandres de la prostitution close parisienne (1804-1946) par Alison Gorel-Le Pennec (Université Paris 1) et Juan Luque (Ecole du Louvre).

14h30 : Le commerce de mode parisien ou Watteau à l’exposition universelle de 1900 par Laetitia Pierre (Centre allemand d’histoire de l’art).

15h : Débat.

Sixième session : Sous l’oeil du baron Haussmann.

Présidence : Benjamin Couilleaux (Musée Cognacq-Jay).

15h30 : La fabrique de la Samaritaine par Charlotte Duvette (Université Paris1).

16h00 : Rhétorique du monument civil : la Défense de Paris de Louis-Ernest Barrias (1883) par Cécilie Champy (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

16h30 : Une demeure parisienne pour l’industrie textile : l’Hôtel Mezzara d’Hector Guimard par Olivier Pons et Nicolas Horiot (Paris, Association Le Cercle Guimard).

17h : Débat et pause café.

Septième session : Modernité ou vandalisme ?

Présidence : Christophe Leribault (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

17h15 : De l’atelier des rois au chaudron de la révolte : les mutations exemplaires du quartier Saint-Antoine par Pauline Rossi (Université Paris-Sorbonne).

17h45 : Le Marais : destin du quartier qui inspira la loi Malraux par Alexandre Burtard (Atelier d’architecture et d’urbanisme Blanc-Duché, chargé d’études du secteur sauvegardé du Marais ).

18h15 : Discussion plénière.

Appel à communication : Entre révolution et réaction. L’art français et l’Europe, 1750-1830

Antoine-François Callet, Tableau allégorique du 18 brumaire an VIII ou la France sauvée, 1800, huile sur toile, 101 x 125 cm, Vizille, musée de la Révolution française.

Antoine-François Callet, Tableau allégorique du 18 brumaire an VIII ou la France sauvée, 1800, huile sur toile, 101 x 125 cm, Vizille, musée de la Révolution française.

Type : Colloque international

Date limite pour envoyer une proposition : 15 février 2016

Date et lieu de la manifestation : 1er juin 2016, Munich

Organisation : Iris Lauterbach et Christine Tauber, Zentralinstitut für Kunstgeschichte, München

Entre 1750 et 1830, les notions clé de la pensée politique et les conceptions esthétiques subirent un bouleversement radical. Il paraît alors légitime de désigner les années autour de 1800 comme l’”âge des révolutions” sur le seuil de la modernité. Le colloque présente des recherches actuelles sur l’art français de cette période, notamment sur des phénomènes dynamiques entre révolution et réaction, les fonctions politiques de l’art à l’époque de la révolution française et l’établissement de nouveaux systèmes de signes et de symboles artistiques.

Le colloque offrira à six doctorants la possibilité de présenter leurs projets de thèse dans une communication d’une durée maximale de 10 minutes. Les communications et les discussions seront admises en allemand, français ou anglais. Les doctorants ne pas résidant à Munich recevront un forfait de 200 euros pour couvrir les frais de voyage.

Les doctorants souhaitant participer au colloque sont priés de faire parvenir un bref C.V. ainsi qu’une proposition de communication qui ne devra pas dépasser 3000 signes avant le 15 février 2016 à l’adresse frz1800@zikg.eu.

Colloque : Nantes révolutionnaire. Ruptures et continuités (1770-1830).

Anonyme, Fusillades de Nantes en 1793, fin du XVIIIe siècle, aquarelle sur papier, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Anonyme, Fusillades de Nantes en 1793, fin du XVIIIe siècle, aquarelle sur papier, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : Colloque.
Date : Du 19 au 21 novembre 2015.
Lieu : Nantes, château des ducs de Bretagne et musée d’histoire de Nantes.

Largement étudiée d’un point de vue militaire, économique, religieux et social, la Révolution à Nantes continue d’être peu connue dans ses dimensions artistiques, culturelles et esthétiques. Nous avons donc le plaisir de vous annoncer un colloque qui réunira historiens et historiens de l’art.

Lors de ce colloque sera revisitée cette histoire dans son quotidien comme dans ses coups d’éclats pour évaluer, ou tenter d’évaluer, la pertinence de la césure qu’elle constituerait dans les domaines culturels.

Programme :

Jeudi 19 novembre

9h00 : Accueil des participants.

Présidence de séance : Philippe Bordes.
9h30 : « Introduction », Yann Lignereux, Hélène Rousteau-Chambon.

10h00 : « Nantes de 1789 à 1830, à la recherche de son identité politique d’une révolution à l’autre », Jean-Clément Martin, professeur d’histoire moderne émérite, Université Paris I.

10h40 : « Les négociants nantais et la Révolution française », Guy Saupin, professeur d’histoire moderne émérite, Université de Nantes.

11h20-11h40 : pause café.

11h40 : « Propos sur la franc-maçonnerie nantaise pendant la Révolution française », Martine Acerra, professeur d’histoire moderne, Université de Nantes.

12h20 : « La surveillance des émigrés en Loire-Inférieure entre l’an II et l’an X », Camille Lemeur, étudiante de Master 2, Université de Nantes.

13h00-14h30 : Déjeuner.

Présidence de séance : Claude Allemand.

14h30 : « Une révolution culturelle ? Les Nantais, entre déchristianisation et laïcisation », Samuel Guicheteau, Prag, ESPE (Université de Nantes).

15h10 : « Le pinceau ou la plume : dessiner l’architecture de la Révolution », Basile Baudez, maître de conférences en patrimoine moderne et contemporain, Université Paris-Sorbonne.

15h50-16h15 : pause café.
16h15 : « La ci-devant cathédrale de Nantes dans l’espace public pendant la Révolution Française : une recomposition avortée », Louis Bergès, Directeur de la Drac des Pays de la Loire.

16h55 : « Le comité des travaux publics à Nantes », Gilles Bienvenu, maître assistant, École d’architecture de Nantes.

17h35 : fin de la journée.

Dîner à la Cigale.

Vendredi 20 novembre 2015

9h15 : Accueil.

Présidence de séance : Philippe Bourdin.

9h30 : « Entre divertissement et politisation : la vie théâtrale nantaise face aux bouleversements et aux affres du temps révolutionnaire (1789-1799) », Cyril Triolaire, maître de conférences en études théâtrales, Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand).

10h10 : « A la recherche d’un répertoire perdu… Nouvelles perspectives sur la création théâtrale à Nantes fin XVIIIe siècle », Pauline Beaucé, maître de conférences en études théâtrales, Université Montaigne (Bordeaux).

10h50-11h20 : pause café.

11h20 : « Lille révolutionnaire », Christopher Drew Armstrong, Director of architectural studies and associate professor, Pittsburgh University.

12h00 : « Un ingénieur des Ponts révolutionnaire ? Les projets d’Armand-Bernardin Lefebvre pour la ville de Caen », Étienne Faisant, docteur en histoire de l’art moderne, post-doctorant au sein du Labex « Les passés dans le présent ».

12h40-14h30 : Déjeuner.

Présidence de séance : Daniel Rabreau.

14h30 : « Mathurin Crucy et les monuments publics. De la Révolution à la Restauration, (1791- 1823) », Alain Delaval, ancien chargé d’étude documentaire.

15h10 : «Les lotissements, de l’Ancien régime à la Restauration», Pierre Pinon, professeur d’architecture émérite, École d’architecture Paris-Belleville.

15h50-16h15 : pause café.

16h15 : « L’habitat pavillonnaire, un héritage de la révolution ? », Claire Ollagnier, docteur en histoire de l’art moderne, post-doctorant au sein du Labex « Création Art et Patrimoine ».

16h55 : « Conclusion », Philippe Bordes, professeur d’histoire de l’art moderne, Université Lyon II.

Samedi 21 novembre

Présidence de séance : Jean-Clément Martin.

9h30 : « A la recherche de Louis XVI, images perdues, images transformées », Alexandre Gady, professeur d’histoire de l’art moderne, Université Paris-Sorbonne.

10h15 : « Nantes-Paris an III : l’invention des hommes-tigres », Pierre Serna, professeur d’histoire moderne, IHRF-Université Paris I.

11h00 : «Un château en révolution : de la médiocrité du signe à la valeur de l’objet (Nantes, 1770- 1830) », Yann Lignereux, Hélène Rousteau-Chambon.

11h30 : Clôture du colloque.