Archives par étiquette : publication

Publication : « Fonder les institutions artistiques : l’individu, la communauté et leurs réseaux en question », actes des journées d’étude ACA-RES (8-9 décembre 2016)

 

 

Programme ACA-RES

Université Toulouse Jean Jaurès, Laboratoire FRAMESPA UMR5136

Les premières journées d’étude du programme ACA-RES (Les académies d’art et leurs réseaux dans la France préindustrielle) se sont tenues les 8-9 décembre 2016 au Centre allemand d’histoire de l’art Paris, autour du thème :

« Fonder les institutions artistiques : l’individu, la communauté et leurs réseaux en question »

Première rencontre d’une série de trois préparant la tenue d’un colloque de synthèse en 2019, les discussions font aujourd’hui l’objet d’une diffusion sur la page Hypothèses du programme de recherche, dans la rubrique Les papiers d’ACA-RES. Ces actes sont un point d’étape dans la réflexion : ils rendent compte des questionnements soulevés et offrent un matériel documentaire qui pourra être complété et réinterrogé par la suite. Au présent compte-rendu s’adjoignent donc les « Brefs historiques » des écoles de chaque ville traitée, et les articles issus des communications. Laissés volontairement in progress, ils sont une invitation à rejoindre et prolonger la discussion.

https://acares.hypotheses.org/les-papiers-daca-res/actes-des-journees-detude

Sur la page Hypothèses, retrouvez également l’appel à stage « Documentation et recherche appliquée » et les autres actualités.

Publication : Revue « Artefact » n°4 / L’Europe technicienne, XVe-XVIIIe siècle

Artefact n°4, L'Europe technicienne XVe-XVIIIe siècle, Rennes, P.U.R, 2016.

Artefact n°4, L’Europe technicienne XVe-XVIIIe siècle, Rennes, P.U.R, 2016.

Dossier coordonné par Catherine Cardinal, Liliane Hilaire-Pérez, Delphine Spicq et Marie Thébaud-Sorger.

Sommaire du numéro :

Synthèses historiographiques

  • Histoire économique et histoire des techniques (XVe-XVIIIe siècle), Liliane HILAIRE-PÉREZ et Catherine VERNA
  • L’objet comme document. Culture matérielle et cultures techniques, Gianenrico BERNASCONI
  • Histoire de l’art, histoire de l’architecture et histoire des techniques (Europe, XVe-XVIIIe siècle), Valérie NÈGRE
  • Archéométrie et histoire des techniques : les procédés direct et indirect en sidérurgie (XIVe-XVIIe siècle), Philippe DILLMANN et Maxime L’HÉRITIER
  • Le carrefour thérapeutique: médecine, techniques et pouvoirs dans l’Europe moderne, Christelle RABIER

Continuer la lecture

Appel à publication : Journal18 #4 – East-Southeast (Automne 2017)

Louis-Auguste Brun, Portrait équestre de la reine Marie-Antoinette, 1783, huile sur toile, 60 x 66 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Louis-Auguste Brun, Portrait équestre de la reine Marie-Antoinette, 1783, huile sur toile, 60 x 66 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : Appel à publication
Date limite : 1er octobre 2016
Date de publication : Automne 2017
Sous la direction de : Kristina Kleutghen, Washington University in St. Louis

#4 East-Southeast

The recent cross-cultural turn in art history has opened up the eighteenth-century world in a variety of productive new ways. Yet the view of this global eighteenth century is still often that of Europe and North America looking East, rather than considering broader Asia’s view of contact among its many states and kingdoms spread out along the continent and across oceans. Trade, exploration, and diplomacy linked the region stretching from East Asia through Southeast Asia, around India, and across the Indian Ocean to the Middle East in ways that brought exotic goods from one end of this vast area to another. A few notable cases even forbade most or all Europeans from entering the country, choosing to strengthen their connections to their neighbors – even thousands of miles away across the seas – rather than to the Westerners who arrived in their harbors. Artists and artisans traveled between courts and ports; treasures and useful decorative objects brought far-flung nations into everyday contact; and imitations of the foreign competed with authentic imported goods in markets around the Eastern Hemisphere. The result is a complex and understudied area of cross-cultural contact that reveals the true depths of interaction across the Asian continent that began long before European arrival and continues today.

« East-Southeast » seeks to reorient the compass of global art history by considering intra-Asian artistic exchange during the long eighteenth century. Articles should address some area of art resulting from contact between the Asian non-west, stretching from Western Asia across
Central Asia to East Asia, and down through South Asia and Southeast Asia.

Modalités de soumission :

To submit a proposal, send an abstract (200 words) and a brief CV to editor@journal18.org. Articles should not exceed 6000 words and will be due on 1 April 2017. For further details on the submission process see Information for Authors (http://www.journal18.org/info/).

Plus d’informations sur le site de Journal18.

Appel à publication : « Enchanted, Stereotyped, Civilized: Garden Narratives in Literature, Art and Film »

Jean-Baptiste Oudry (Paris 1686 - Beauvais 1755), Vue des jardins d'Arcueil, 1744, pierre noire et rehauts de craie blanche, 310 x 520 mm, signé et daté.

Jean-Baptiste Oudry (Paris 1686 – Beauvais 1755), Vue des jardins d’Arcueil, 1744, pierre noire et rehauts de craie blanche, 310 x 520 mm, signé et daté.

Type : Appel à publication
Date limite de postulation : 15 octobre 2016

Continuer la lecture

Publication : « Caravggio. Opere a Roma. Tecnica e stile (Works in Rome. Technique and Style) ».

VODRET Rossella, LEONE Giorgio, CARDINALI Marco, DE RUGGIERI Beatrice, GHIA Giulia Silvia, Caravaggio. Opere a Roma. Tecnica e stile, Silvana Editoriale, 2016, 2 volumes.

VODRET Rossella, LEONE Giorgio, CARDINALI Marco, DE RUGGIERI Beatrice, GHIA Giulia Silvia, Caravaggio. Opere a Roma. Tecnica e stile, Milan, Silvana Editoriale, 2016, 2 volumes.

Présentation de l’éditeur :

Caravaggio è stato ed è considerato un pittore rivoluzionario per il suo linguaggio artistico che in tempi diversi ha suscitato interesse, coinvolgimento, vera passione in committenti, collezionisti, letterati o più semplici fruitori e amanti dell’arte. Questi due volumi intendono fare luce sui suoi modi pittorici, indagati attraverso le ricerche tecniche che hanno riguardato le ventidue opere certamente autografe conservate a Roma.
Il secondo volume, dedicato alle schede di questi ventidue dipinti, affronta, in un ideale percorso a ritroso, il processo materiale e quindi mentale che ha condotto l’artista alla creazione di alcuni dei massimi capolavori della storia dell’arte. Attraverso le ricerche tecniche si snoda un affascinante viaggio che dalla superficie conduce fino agli strati nascosti dei dipinti, mediante le indagini all’infrarosso e le radiografie, le riprese ravvicinate e le indagini sulla materia. Ricercatori del campo storico artistico, technical art historians, scienziati della conservazione e restauratori intrecciano le loro voci in un racconto multidisciplinare che riserva molte novità, offrendoci un panorama della complessità e della unicità del fare pittorico di questo straordinario artista.

Caravaggio has long been regarded as a revolutionary painter by virtue of his artistic language, which has aroused interest, involvement and authentic passion in patrons, collectors, writers and simple art lovers in various periods. The purpose of these two volumes is to shed light on his pictorial methods through technical research on the twenty-two unquestionably autograph works in Rome.
Comprising entries of these twenty-two paintings, this second volume works backwards to trace the material and therefore mental process that led the artist to the creation of some of the greatest masterpieces in the history of art. The fascinating journey developed through technical research takes us from the surface to the hidden layers of the paintings by means of infrared and radiographic techniques, close-up photography and the analysis of materials. Art-historical researchers, technical art historians, conservation scientists and restorers combine to tell a multidisciplinary tale that reveals many new elements and offers an overview of this extraordinary artist’s painting in all its uniqueness and complexity.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : « Philibert De l’Orme. Un architecte dans l’histoire »

F. Lemerle, Y. Pauwels (eds.), Philibert de l'Orme. Un architecte dans l'histoire, Brepols, Turnhout, 2016.

F. Lemerle, Y. Pauwels (eds.), Philibert de l’Orme. Un architecte dans l’histoire, Brepols, Turnhout, 2016.

Présentation de l’éditeur :

Une présentation innovante de l’œuvre et fortune du Philibert De l’Orme, plus grand architecte français de la Renaissance.
Entre Pierre Lescot et Jean Bullant, Jean Goujon et Jacques Androuet du Cerceau, Philibert De l’Orme est l’étoile majeure d’une constellation d’architectes qui, à l’instar de la Pléiade des poètes, a donné au XVIe siècle français une aura comparable à celle de l’Italie. Au service du cardinal Jean du Bellay, de Diane de Poitiers, de Henri II et de Catherine de Médicis, constructeur et théoricien, il laisse une œuvre aussi passionnante que problématique. Héritier du Moyen-Âge et grand connaisseur de l’antiquité romaine, praticien expert doublé d’un humaniste savant, il réalise une synthèse fascinante des tendances diverses mais convergentes de la Renaissance, qui lui fait incarner le renouveau artistique de la France de son temps. Quoique sa fortune ait souffert des vicissitudes de l’histoire, de l’évolution du goût et sans doute aussi du caractère protéiforme de son génie, sa puissance créatrice, égale à celle d’un Rabelais ou d’un Ronsard, en fait le Michel-Ange français.

À l’occasion du cinq-centième anniversaire de sa naissance, le LVIIe colloque international d’études humanistes du Centre d’études supérieures de la Renaissance à Tours, organisé par Frédérique Lemerle, directrice de recherche au Cnrs (Tours, CESR, UMR 7323) et Yves Pauwels professeur des universités (Tours, CESR/Université François-Rabelais) a rendu hommage à celui qui fut l’un des plus grands artistes de la Renaissance. Les essais réunis s’attachent à explorer quelques zones d’ombre laissées encore obscures par les monographies précédemment consacrées à l’architecte en inscrivant la problématique dans la perspective pluridisciplinaire qui est celle du CESR.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : « Un tableau n’est pas qu’une image : La reconnaissance de la matière de la peinture en France au XVIIIe siècle »

1461065754

DELAPLANCHE, Jérôme, Un tableau n’est pas qu’une image, Rennes, P.U.R, 2016, 240 p.

Présentation de l’éditeur :

La progressive prise en considération de la facture de la peinture dans la culture artistique du XVIIIe siècle est l’histoire d’un enrichissement du regard. La peinture était décrite jusqu’alors comme une fenêtre ou comme un miroir. Elle devint aussi une matière. Au commentaire d’une image s’ajouta le commentaire d’une surface. Nous sommes aujourd’hui entièrement redevables de ce retournement paradigmatique qui eut lieu vers 1760.

Ouvrage publié avec le soutien du centre Georges-Chevrier.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Parution : « Petites maisons. Du refuge libertin au pavillon d’habitation »

OLLAGNIER Claire, Petites maisons. Du refuge libertin au pavillon d’habitation en Île-de-France au siècle des Lumières, Paris, Mardaga, 2016.

OLLAGNIER Claire, Petites maisons. Du refuge libertin au pavillon d’habitation en Île-de-France au siècle des Lumières, Paris, Mardaga, 2016.

Présentation de l’éditeur :

Depuis le début du xviiie siècle, le concept d’un lieu situé à l’abri de tous les regards et voué aux plaisirs du libertin a envahi la littérature romanesque et théâtrale (Diderot, Sade, Crébillon, etc.). Les rapports de police et les chroniques scandaleuses regorgent également d’anecdotes piquantes à ce sujet, contribuant ainsi à créer le mythe de la « petite maison ».

Cependant, il faut attendre les années 1750 et la construction du pavillon La Bouëxière pour voir émerger un nouveau type architectural dont le programme s’élabore peu à peu. S’initie alors une vague de réflexions sur ce nouveau mode d’habitat et tous les quartiers périphériques de la capitale se couvrent d’édifices aux allures diverses mais répondant aux mêmes critères architecturaux : renouvellement des dispositifs conventionnels, réduction de la taille des appartements, adoption du plan massé et situation dans un environnement paysager.

La multiplication de ces petites maisons illustre par ailleurs l’émergence d’un nouvel art de vivre et les aspirations d’une société en mutation qui use de toutes les ressources des arts (architecture, jardin, peinture, sculpture…) pour créer de véritables écrins qui ne laisseront pas indifférent le public de l’époque.

Remontant jusqu’aux origines de l’habitat pavillonnaire, cette étude vise à montrer que si le phénomène des périphéries pavillonnaires a jusqu’alors été plutôt attribué aux retombées de la révolution industrielle et à la création de cités ouvrières, les prémices se font sentir dès la fin du xviiie  siècle. Un ouvrage ambitieux et richement illustré qui sollicite l’histoire de l’architecture et des jardins, mais également l’histoire des idées, de la littérature et du théâtre, de la politique et de la ville.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur

Appel à publication : Journal18, #3 LIFELIKE (Printemps 2017)

Nicolas Spayement, peintre Desmares, machiniste, huile sur tôle de fer, cadrans émaillés, cadre en bois sculpté et doré, 1739 © Les Arts Décoratifs

Nicolas Spayement, peintre, Desmares, machiniste, huile sur tôle de fer, cadrans émaillés, cadre en bois sculpté et doré, 1739 © Les Arts Décoratifs

Type : Appel à publication.
Date de publication : Printemps 2017.
Date limite d’envoi de proposition : 15 mai 2016.

#3 LIFELIKE

Continuer la lecture

Parution : Les « Souvenirs » d’Elizabeth Vigée-Lebrun

Couverture de l'ouvrage.

Couverture de l’ouvrage.

Parmi les nouveautés de rentrée de Citadelles & Mazenod, une édition en un seul volume des trois tomes des Souvenirs publiées par Elizabeth Vigée-Lebrun en 1835. L’ouvrage est préfacé par Patrick Wald Lasowski, professeur de littérature à l’université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis.

Présentation de l’éditeur :

Louise-Élisabeth Vigée-Le Brun fut l’une des plus grandes portraitistes de son temps, elle était même le peintre préféré – et la confidente occasionnelle – de Marie-Antoinette. Son succès était considérable.
C’est vers 1835, de retour de ses années d’exil où elle avait fui la France afin d’échapper aux tumultes de violence qui frappaient alors, qu’elle publie ses Souvenirs, qui connaîtront un grand succès et qui restent, aujourd’hui encore, un document passionnant sur les bouleversements de l’époque qu’elle a vécu de si près. Elle a côtoyé les personnages les plus marquants : tous les artistes de renom et toutes les cours.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de Citadelles & Mazenod.