Archives par étiquette : Pietro della Vecchia

Appel à Communication : The Iconography of Ancient Philosophers of the 17th Century in Italy

Luca Giordano, Philosophe cynique, XVIIe siècle, huile sur toile, 131 x 103 cm, Munich, Bayerische Staatsgemäldesammlungen

Luca Giordano, Philosophe cynique, XVIIe siècle, huile sur toile, 131 x 103 cm, Munich, Bayerische Staatsgemäldesammlungen

Type : Appel à communication
Date de la journée d’étude : 20 janvier 2017
Date limite d’envoi des propositions : 31 juillet 2016
Lieu : Rome, Istituto Storico Austriaco
Organisation : Andrea Battistini, Luca Bianchi, Christopher R. Marshall, Amedeo Quondam, Stéphane Toussaint, Sebastian Schütze, Caterina Volpi.

Starting with the pioneering contributions of Delphine Fitz Darby (Ribera and the Blind Men, in: The Art Bulletin, 39, 1957; Ribera and the Wise Men, in: The Art Bulletin, 44, 1962); and with the important monographic contribution of Oreste Ferrari (L’iconografia dei filosofi antichi nella pittura del sec. XVII in Italia, in: Storia dell’Arte, 57, 1986) the theme of the iconography of ancient philosophers in the XVIIth century has been progressively studied more thoroughly. Recent scholarship on many painters who were active during the baroque period has rekindled interest in this area of inquiry and shed new light on this particular iconographical problem in a number of their works (see especially the examples of Salvator Rosa, Jusepe de Ribera, Luca Giordano, Pietro Testa, Giovanni Benedetto Castiglione and Pietro della Vecchia). Moreover studies on single cycles of ancient philosophers have added new elements to the discussion of the close relationship between painters and patrons. Nevertheless, a true interdisciplinary discussion, with the ambition of examining the topic in a systematic way, is still an area requiring further study. In order to understand the iconographical complexities of this genre, this conference seeks to include contributions with a focus on connoisseurship, as well as reflections on the geographical distribution of the paintings, the relationship to ancient models, and the representation of ancient philosophers and saints in previous periods (Middle Ages, Renaissance).

Continuer la lecture

Sotheby’s en avril

 

Jean-François Dubut, secrétaire en laque du Japon, 1750, bois de rose et d'amarante, montures de bronze doré, 122 x 64 x 32 cm.

Jean-François Dubut, secrétaire en laque du Japon, 1750, bois de rose et d’amarante, montures de bronze doré, 122 x 64 x 32 cm.

La vente du 19 avril qui se tient à Paris (10h30) propose un bureau plat (80 x 182 x 89 cm) en marqueterie de cuivre et ébène et ornementation de bronze doré d’époque Régence, attribué à André-Charles Boulle (1642 – 1732), vers 1710-1720 (lot n° 139, entre 200 000 et 300 000 €), une paire de bergères (98 x 77 cm) en hêtre sculpté relaqué crème et rechampi bleu d’époque Louis XV, vers 1750, estampillée I.AVISSE (lot n° 212, entre 120 000 et 180 000 €). Le maître menuisier Jean Avisse (1723 – 1796) travailla essentiellement pour des marchands tapissiers et son estampille se trouve aussi bien sur des sièges rocaille que Louis XV ou Louis XVI. A noter aussi un secrétaire en laque du Japon (122 x 64 x 32 cm), placage de bois de rose et d’amarante et montures de bronze doré d’époque Louis XV, estampillé I.F. DUBUT, vers 1750 (lot n° 216, estimé entre 80 000 et 120 000 €). Il constitue l’exemple le plus abouti d’un ensemble de quatre secrétaires de dimensions similaires qui ont pour particularité de présenter une façade de forme violonnée combinée à un décor de panneaux de laque du Japon. L’un d’entre eux est conservé au musée des Arts Décoratifs à Paris (il porte l’estampille de Leleu probablement intervenu comme restaurateur).

Isaak van Nickelen, Intérieur de St Bavo à Haarlem, 1696, huile sur toile, 177 x 151,8 cm.

Isaak van Nickelen, Intérieur de St Bavo à Haarlem, 1696, huile sur toile, 177 x 151,8 cm.

La vente du 27 avril à Londres (10h30) compte parmi les œuvres proposées un tableau d’Isaak van Nickelen (Haarlem 1632 – 1703 Kassel) représentant l’intérieur de St Bavo à Haarlem (lot n° 728 estimé entre 20 000 et 30 000 £) ainsi qu’un tableau de Pietro della Vecchia (Venise, 1603 – 1678) représentant Titien (lot n° 766, estimé entre 20 000 et 30 000 £). Longtemps considéré comme un autoportrait de Titien, il a été réattribué à della Vecchia qui a pu se servir soit d’une gravure de Giovanni Britto datant de 1550, soit d’un autoportrait de Titien (dont l’authenticité n’est néanmoins pas prouvée) aujourd’hui disparu, décrit par Marco Boschini dans une lettre de 1675 adressée au cardinal Léopold de Médicis. Continuer la lecture