Archives par étiquette : petites

Lancement des « Petites annonces » du GRHAM.

Affiches, annonces et avis divers ou Journal général de France, n°355, Primidi 1er nivose, BnF

Affiches, annonces et avis divers ou Journal général de France, n°355, Primidi 1er nivose, Paris, BnF.

Fort d’une audience en hausse constante, le carnet GRHAM inaugure aujourd’hui sa section « Petites annonces ».

Dans cette nouvelle catégorie, les lecteurs du carnet ont la possibilité de faire paraître des messages à destination des autres utilisateurs : recherches iconographiques, biographiques, archivistiques ou personnelles.

Pour cela, il vous suffit d’envoyer le texte de l’annonce, un contact et éventuellement une illustration légendée à asso.grham@gmail.com.

Attention : les appels à communication ou les annonces de colloque n’ont pas vocation à être publiés dans cette section, ils continueront à être postés dans les catégories appropriées du carnet.

 

Parution : « Petites maisons. Du refuge libertin au pavillon d’habitation »

OLLAGNIER Claire, Petites maisons. Du refuge libertin au pavillon d’habitation en Île-de-France au siècle des Lumières, Paris, Mardaga, 2016.

OLLAGNIER Claire, Petites maisons. Du refuge libertin au pavillon d’habitation en Île-de-France au siècle des Lumières, Paris, Mardaga, 2016.

Présentation de l’éditeur :

Depuis le début du xviiie siècle, le concept d’un lieu situé à l’abri de tous les regards et voué aux plaisirs du libertin a envahi la littérature romanesque et théâtrale (Diderot, Sade, Crébillon, etc.). Les rapports de police et les chroniques scandaleuses regorgent également d’anecdotes piquantes à ce sujet, contribuant ainsi à créer le mythe de la « petite maison ».

Cependant, il faut attendre les années 1750 et la construction du pavillon La Bouëxière pour voir émerger un nouveau type architectural dont le programme s’élabore peu à peu. S’initie alors une vague de réflexions sur ce nouveau mode d’habitat et tous les quartiers périphériques de la capitale se couvrent d’édifices aux allures diverses mais répondant aux mêmes critères architecturaux : renouvellement des dispositifs conventionnels, réduction de la taille des appartements, adoption du plan massé et situation dans un environnement paysager.

La multiplication de ces petites maisons illustre par ailleurs l’émergence d’un nouvel art de vivre et les aspirations d’une société en mutation qui use de toutes les ressources des arts (architecture, jardin, peinture, sculpture…) pour créer de véritables écrins qui ne laisseront pas indifférent le public de l’époque.

Remontant jusqu’aux origines de l’habitat pavillonnaire, cette étude vise à montrer que si le phénomène des périphéries pavillonnaires a jusqu’alors été plutôt attribué aux retombées de la révolution industrielle et à la création de cités ouvrières, les prémices se font sentir dès la fin du xviiie  siècle. Un ouvrage ambitieux et richement illustré qui sollicite l’histoire de l’architecture et des jardins, mais également l’histoire des idées, de la littérature et du théâtre, de la politique et de la ville.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur