Archives par étiquette : peintures

Conférence du GRHAM : « Questions d’attribution » par Ambroise et Hubert Duchemin (Paris, 18 mai 2017).

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 18 mai 2017 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

A l’occasion de la dernière conférence de son cycle 2016-2017, le GRHAM invite la Galerie Hubert Duchemin pour une séance dédiée à un vaste débat sur l’attribution.

Ambroise Duchemin présentera une communication axée autour de la découverte d’un portrait de Fortuné Dufau (1770-1821). L’attribution à cet élève de Girodet d’un petit tableau longtemps resté anonyme a permis de redécouvrir un artiste oublié et de mettre un nom sur un des portraits les plus mystérieux du néo-classicisme français : La jeune fille au collier de jais du musée Magnin à Dijon.

Hubert Duchemin s’interrogera sur l’attribution de certaines œuvres célèbres présentées dans les musées. Il partagera avec le public son analyse sur des toiles de Caravage et Poussin mais aussi, plus brièvement, de Watteau et Chardin. Cette présentation sera l’occasion de mettre à l’épreuve de la discussion quelques-unes de ses interrogations. Partisan d’une approche singulière et transversale, Hubert Duchemin reviendra également sur sa méthode basée sur « la connaissance du langage des peintres » et la comparaison, le « paragone ».

Expert indépendant en tableaux et dessins, Hubert Duchemin exerce son regard depuis plus de trente ans au sein des collections privées, du marché de l’art mais également des musées. Il est notamment à l’origine de la redécouverte du Chat Mort de Géricault ainsi que des Esquisses de portraits de Fragonard (avec Lilas Sharifzadeh). Actuellement installé au 8 rue de Louvois à Paris, la Galerie Hubert Duchemin présente plusieurs expositions chaque année, basées sur ses récentes découvertes.

Diplômé de Sciences-Po Toulouse en 2013 (Master Culture et Production des savoirs), Ambroise Duchemin rejoint dans la foulée la galerie familiale puis créé en 2015 sa propre structure accompagnée d’un site internet. Passionné par l’art ancien et moderne, il a publié en mars 2017 son premier catalogue « Œuvres sur papier » qui couvre une période allant de la fin du XVIIIe au début du XXe siècle.

Compte-rendu : visite du GRHAM au musée du Louvre-Lens

Charles Le Brun, Le Chancelier Séguier (détail), vers 1655-1661,  huile sur toile, 295 x 357 cm, Paris, musée du Louvre

Charles Le Brun, Le Chancelier Séguier (détail), vers 1655-1661, huile sur toile, 295 x 357 cm, Paris, musée du Louvre  

Le GRHAM s’est rendu au musée du Louvre-Lens le lundi 6 juin 2016 pour visiter l’exposition consacrée à « Charles Le Brun (1619-1690), le peintre du Roi-Soleil », ainsi que les collections semi-permanentes installées dans la Galerie du temps. A cette occasion, il a également été possible de découvrir les réserves et les œuvres actuellement en cours de restauration. L’association remercie chaleureusement l’accueil qui a été réservé à ses membres par Fabien Dufoulon, responsable du Centre de ressources du musée, et Caroline Chenu, régisseur des œuvres du musée.

Continuer la lecture

Colloque : Nouveaux regards sur Charles Le Brun

Charles Le Brun, Le Sacrifice de Polyxène, 1647, huile sur toile, 171 x 131 cm, New York, The Metropolitan Museum of Art

Charles Le Brun, Le Sacrifice de Polyxène, 1647, huile sur toile, 171 x 131 cm, New York, The Metropolitan Museum of Art

Type : Colloque
Dates : 26, 27 et 28 mai 2016
Lieux : Ecole du Louvre, Musée du Louvre-Lens, Château de Vaux-le-Vicomte
Programme : Télécharger ici

Charles Le Brun est l’un de ces grands artistes qui incarnent à eux seuls une époque. Il fait aujourd’hui l’objet de nombreuses et importantes recherches menées par une nouvelle génération d’historiens de l’art. Ce colloque leur donne la parole, et sera ainsi l’occasion de montrer l’actualité de la recherche sur Charles Le Brun dans les différents domaines de son activité créatrice. Les décors du château de Vaux-le-Vicomte, qui accueillera une journée du colloque, feront l’objet de communications spécifiques. Seront également présentées les principales restaurations passées, en cours et à venir (Louvre, Sceaux, Versailles, Vaux-le-Vicomte) ainsi que leurs enjeux, leurs méthodes et leurs enseignements.

Colloque organisé par le Musée du Louvre-Lens, le Château de Vaux-le-Vicomte et l’École du Louvre.

Continuer la lecture

L’Europe du Nord en peintures au Kelvingrove Art Gallery and Museum de Glasgow

Le Kelvingrove Art Gallery and Museum de Glasgow est une institution muséales aux collections variées : peintures, sculptures, objets d’art, d’histoire naturelle et archéologiques datant de la préhistoire au XXe siècle sont exposés dans ses différentes galeries. Le musée, construit sur les rives de la rivière Kelvin par les architectes John W. Simpson et E.J. Milner Allen, est ouvert en 1901 sous le nom de « Palais des Beaux-Arts » (Palace of Fine Arts) pour l’Exposition Internationale tenue à Glasgow cette année-là. Il présente aujourd’hui plus de huit mille objets déployés dans vingt-deux galeries. La plupart des peintures que l’on peut y admirer aujourd’hui ont été données à la ville de Glasgow par le collectionneur Archibald McLellan en 1854.

L’une de ces galeries est dédiée aux œuvres d’artistes néerlandais et flamands du XVIIe siècle. Les différentes peintures y sont regroupées de façon thématique, évoquant les diverses caractéristiques inhérentes à la peinture nordique de cette époque que nous allons alors aborder ici : Allégorie, Nature Morte, Marine, Paysage et Scène de genre.

Jacob Jordaens, Servante avec une corbeille de fruits et un couple d’amoureux, vers 1630-1635, huile sur toile, 1197 x 1565 mm, Kelvingrove Art Gallery and Museum.

Fig. 1. Jacob Jordaens, Servante avec une corbeille de fruits et un couple d’amoureux, vers 1630-1635, huile sur toile, 119.7 x 156.5 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. © Glasgow Museums

L’art flamand apparait tout d’abord tel une entité distincte, regroupé dans une partie de la galerie. L’influence des peintres de la Renaissance italienne est évidente, rendue avec des œuvres aux compositions foisonnantes et colorées. Sculpture et architecture classique s’y déploient, parfois ornées de décors végétaux savamment disposés autour de figures aux muscles puissants ou aux formes rondes et charnues. La Servante avec une corbeille de fruits et un couple d’amoureux de Jacob Jordaens (1593-1678) attire notamment l’attention par sa composition étonnante : deux amoureux dissimulés sous une architecture richement sculptée, dans une pénombre à peine éclairée d’une bougie, sont dépeints auprès d’une servante à la figure quant à elle lumineuse, chargée d’un panier débordant de fruits (fig. 1).

Gerard Lairesse, Les Cinq Sens, 1668, huile sur toile, 1372 x 1829 mm, Kelvingrove Art Gallery and Museum.

Fig. 2. Gerard Lairesse, Les Cinq Sens, 1668, huile sur toile, 137.2 x 182.9 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. © Glasgow Museums

Continuer la lecture