Archives par étiquette : peinture

Conférences de la Société de l’Histoire de l’art français : « Guy-Louis Vernansal (1648-1729) / Jean-Baptiste Boiston (1734-1814) ».

Guy-Louis Vernansal, Allégorie de la Révocation de l’Edit de Nantes, 1687, huile sur toile, 142 x 180 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : conférence.
Date et heure : 13 janvier 2018 à partir de 17h.
Lieu : Paris, INHA, salle Vasari, 1er étage.

Séance du samedi 13 janvier 2018, présentée par Daniel ALCOUFFE :

  • Maxime Georges MÉTRAUX (Sorbonne université) : Guy-Louis Vernansal (1648-1729) : métier et condition sociale d’un peintre cartonnier.
  • Brice LEIBUNDGUT : Jean-Baptiste Boiston (Morteau, 1734 – Paris, 1814), sculpteur ornemaniste de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Présentation d’ouvrage : « L’artiste et l’antiquaire. L’étude de l’antique et son imaginaire à l’époque moderne. »

Type : présentation d’ouvrage

Date : 5 décembre 2017, 18h-20h

Lieu : Salle Vasari, Institut national d’histoire de l’art

L’artiste et l’antiquaire. L’étude de l’antique et son imaginaire à l’époque moderne, sous la direction d’Emmanuel Lurin et de Delphine Morana Burlot

Avec le développement de l’humanisme et la redécouverte de l’art antique, l’Antiquité est apparue comme un nouveau champ d’investigation et une source d’inspiration inépuisable. Les érudits et savants qui s’y sont intéressés, les « antiquaires », ont collaboré avec de nombreux dessinateurs, peintres et architectes, mais aussi avec des illustrateurs, des graveurs et des professionnels du livre, pour mener leurs recherches sur ces objets qui les passionnaient. L’objet de ce livre est de mettre en lumière une catégorie d’images qui interrogent constamment notre conception des techniques de reproduction artistique, de la représentation documentaire et du métier d’artiste dans les sociétés de l’époque moderne. Continuer la lecture

Conférence : « Un enjeu national pour la peinture française aux XVIIe et XVIIIe siècles : Le grand format ».

Jean Jouvenet, La visitation de la Vierge, huile sur toile, 432×441 cm, 1716, Paris, cathédrale Notre-Dame.

Type : Conférence
Date et heure : 04 Décembre 2017 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence proposée par Olivier Bonfait, Professeur d’histoire de l’art moderne, Université de Bourgogne.

La monarchie louisquatorzienne était obsédée par l’idée de grandeur et un objet allait particulièrement retenir son attention car il fut son invention : le tableau de grand format. Au tableau avec des figures coupées à mi-corps, qui avait fait la fortune des « caravagesques », ou de moyenne grandeur, avec des figures à la Poussin, qui s’était imposé comme le modèle de peinture de collection, allait se substituer des grandes toiles avec des figures grandeur nature comme dans la galerie Médicis de Rubens ou l’Enlèvement des Sabines de David. Continuer la lecture

Exposition : « Rubens. Portraits princiers », au Musée du Luxembourg

Pierre Paul Rubens, Portrait d’Anne d’Autriche, reine de France, vers 1622-1625,  huile sur toile, 120 x 98,6, Pasadena (Californie), The Norton Simon Foundation [©Affiche de la Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2017]

Type : Exposition
Dates : du 24 octobre 2017 au 14 janvier 2018
Lieu : Paris, Musée du Luxembourg

« Même si de par sa naissance il ne pouvait prétendre aux privilèges de l’ancienne et haute noblesse qui lui fit bien sentir sa position, il fut considéré par les souverains comme digne d’estime. Rubens vit et participe à l’anoblissement de l’art de peindre[1] ».

Jusqu’au 14 janvier 2018, le musée du Luxembourg présente, une partie du parcours européen effectué par Pierre Paul Rubens (1577-1640). À travers une soixantaine de peintures et quatre-vingt-neuf objets au total,  l’œuvre du peintre est abordée sous l’angle des portraits réalisés au cours de ses voyages ou en atelier pour les monarques des grandes cours de la première moitié du XVIIe siècle. De l’Italie à la France, en passant par Bruxelles ou l’Espagne, c’est un artiste demandé auprès des plus grands souverains qui est ici représenté par le biais de la technique picturale du portrait, genre en constante évolution à cette période, ce à quoi Rubens n’est pas étranger.

 

Les voyages à travers l’Europe des princes

Pierre Paul Rubens, Portrait de Ferdinand de Gonzague, vers 1602-1603, huile sur toile, 81,2 x 56,5 cm, Coll. part., courtoisie de Nicholas Hall (©courtesy of Christie’s)

Issu d’une famille de marchands originaire d’Anvers qui fuit la capitale pour des raisons religieuses avant de la regagner à la fin des années 1580, Rubens est notamment formé par Otto van Veen, dit Vaenius (1557-1629)[2], peintre érudit maniériste, marqué par l’Italie et encourageant son élève à y poursuivre sa formation. Rubens arrive en Italie en 1600 et y demeure jusqu’en 1608. Parlant plusieurs langues dont le latin et ayant reçu une éducation humaniste, le jeune peintre fait preuve d’une grande aisance dans l’apprentissage de son art et se voit rapidement engagé par Vincent Ier de Gonzague, duc de Mantoue et de Montferrat (1562-1612).

Continuer la lecture

Appel à Communication : « Aménagement intérieur et cohabitation des styles aux époques moderne et contemporaine » / “Design and Style Cohabitation From the Eighteenth to the Twentieth Century”

HEBEY Isabelle, Architecture d’intérieur et décoration, Lausanne, Edi-Pop, 1972

Type : Journée d’études
Proposition de communication : 6 novembre 2017

Date de la journée : 19 mars 2018
Lieu : Paris, Institut national d’histoire de l’art, salle Vasari

Cette journée d’études interrogera l’adaptation dans un espace domestique, de façon usuelle et pragmatique, d’objets qui n’étaient originellement pas destinés à se rencontrer, en jouant malgré ou avec leur dissemblance. Ce thème a été récemment mis à l’honneur par la Galerie des Gobelins lors de l’exposition À table avec le mobilier national[1], où les peintures, cartons et tentures du XVIIIe siècle de la manufacture royale encadraient 50 ans de création mobilière de l’Atelier de Recherche et de Création (1964-2014).

Si dans le domaine de l’histoire de l’art il est courant de rencontrer des exemples d’intérieures où l’harmonie décorative a pu être conçue selon l’idéal d’ « œuvre d’art totale », c’est ici un versant opposé qui sera observé. Il s’agira de s’intéresser aux assortiments dans un même espace d’objets d’époques différentes, et aux réflexions alimentées par ses rapprochements inattendus, parfois surprenants. Continuer la lecture

Collections et collectionneurs d’art italien en Picardie, autour du duc d’Aumale, Chantilly, 7 juin 2017

 

Palma le Jeune, Suzanne et les vieillards, vers 1615-1620, huile sur toile, Fontaine-Chaalis, abbaye royale de Chaalis

Type : Journée d’études

Date : 7 juin 2017

Lieu : Domaine de Chantilly, maison de Sylvie

Inscription obligatoire : mathieu.deldicque@domainedechantilly.com

 

À l’occasion de l’exposition « Heures italiennes. Trésors de la peinture italienne en Picardie (XIVXVIIIe siècle) » présentée de mars à juillet 2017 à Amiens, Chantilly, Beauvais et Compiègne (sous le commissariat scientifique de Nathalie Volle et Christophe Brouard), l’INHA s’associe avec le musée Condé à Chantilly pour organiser une journée d’études autour des collections de peinture italienne en Picardie. Cette journée se trouve à la croisée de l’histoire du goût pour la peinture italienne, de sa réception et de l’histoire des collections. Elle se concentrera sur les grandes figures de collectionneurs du XIXe siècle, ainsi que sur les œuvres qui ont formé ou irrigué les musées et les églises de Picardie. Elle a pour objectif d’étudier les comportements des collectionneurs, ces « personnages centraux du monde des arts » (André Chastel), de les comparer pour étudier les proximités et différences de goût à l’aune de leur dimension géographique, sociale et culturelle.

Programme et modalités disponibles ici:

Journée d’étude, Chantilly, 7 juin 2017, duc d’Aumale.pdf

Editions du GRHAM : « Réception critique de la restauration XVIIIe-XXe siècles : actes journée d’étude, 27 octobre 2016, Paris, Institut national d’histoire de l’art. Paris, Éditions du GRHAM, 2017 »

Ill. : William Hogarth, Time Smoking a Picture, ca. 1761, New York The Metropolitan Museum of Art (Public Domain Dedication)

Type : Actes journée d’étude – Réception critique de la restauration XVIIIe-XXe siècles
Publication & Diffusion : à partir du 1er juin 2017, Bibliothèques spécialisées en Histoire de l’art
Editeur : Paris, Editions du GRHAM

Réception critique de la restauration XVIIIe-XXe siècles : actes journée d’étude, 27 octobre 2016, Paris, Institut national d’histoire de l’art. Paris, Éditions du GRHAM, 2017 / isbn 978-2-9559546-0-7

Non commercialisé, où le consulter ?

Le thème de la Réception critique de la restauration du XVIIIe au XXe siècle interroge, à travers des sources manuscrites ou imprimées, différents regards portés sur une discipline, la restauration, domaine en constante mutation depuis le XVIIIe siècle. Essais et textes d’experts, de journalistes, d’écrivains, d’artistes et de restaurateurs sont ici mis en perspective par des chercheurs afin de mettre en avant plusieurs points de vue quant à l’évolution des interventions et des pratiques sur les œuvres d’art.

Comment les restaurations sont-elles appréciées depuis le XVIIIe siècle et quelle est la notoriété de leurs praticiens ? Sont-elles les conséquences d’observations contemporaines ou sont-elles postérieures aux interventions pratiquées tant sur des peintures et des œuvres d’art graphiques que sur des édifices architecturaux ? Cette approche permet de se demander si les critiques, dans leur récurrence positive ou négative, portent plutôt sur les restaurations ou sur les restaurateurs eux-mêmes. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Questions d’attribution » par Ambroise et Hubert Duchemin (Paris, 18 mai 2017).

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 18 mai 2017 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

A l’occasion de la dernière conférence de son cycle 2016-2017, le GRHAM invite la Galerie Hubert Duchemin pour une séance dédiée à un vaste débat sur l’attribution.

Ambroise Duchemin présentera une communication axée autour de la découverte d’un portrait de Fortuné Dufau (1770-1821). L’attribution à cet élève de Girodet d’un petit tableau longtemps resté anonyme a permis de redécouvrir un artiste oublié et de mettre un nom sur un des portraits les plus mystérieux du néo-classicisme français : La jeune fille au collier de jais du musée Magnin à Dijon.

Hubert Duchemin s’interrogera sur l’attribution de certaines œuvres célèbres présentées dans les musées. Il partagera avec le public son analyse sur des toiles de Caravage et Poussin mais aussi, plus brièvement, de Watteau et Chardin. Cette présentation sera l’occasion de mettre à l’épreuve de la discussion quelques-unes de ses interrogations. Partisan d’une approche singulière et transversale, Hubert Duchemin reviendra également sur sa méthode basée sur « la connaissance du langage des peintres » et la comparaison, le « paragone ».

Expert indépendant en tableaux et dessins, Hubert Duchemin exerce son regard depuis plus de trente ans au sein des collections privées, du marché de l’art mais également des musées. Il est notamment à l’origine de la redécouverte du Chat Mort de Géricault ainsi que des Esquisses de portraits de Fragonard (avec Lilas Sharifzadeh). Actuellement installé au 8 rue de Louvois à Paris, la Galerie Hubert Duchemin présente plusieurs expositions chaque année, basées sur ses récentes découvertes.

Diplômé de Sciences-Po Toulouse en 2013 (Master Culture et Production des savoirs), Ambroise Duchemin rejoint dans la foulée la galerie familiale puis créé en 2015 sa propre structure accompagnée d’un site internet. Passionné par l’art ancien et moderne, il a publié en mars 2017 son premier catalogue « Œuvres sur papier » qui couvre une période allant de la fin du XVIIIe au début du XXe siècle.

Appel à communication : Early Netherlandish Art in the Long 19th Century

Pierre Paul Rubens, Prométhée supplicié, 1611 – 1618, huile sur toile, 242,6 x 209,5 cm, Philadelphie, Museum of Art.

Type : Appel à communication

Date limite de l’appel : 1er juin 2017

Date de la manifestation : 24 – 26 mai 2018

Lieu : Gand (Belgique)

Francis Haskell famously argued that the “rediscovery” of early Netherlandish painting in the nineteenth century was central to the notions of history and culture that undergirded the rise of the modern nation-states of Belgium and the Netherlands. This view has been enriched by recent scholarship on the medieval and Renaissance revivalist movements that took hold in both countries from about 1840 through the early years of the twentieth century. Yet the complex relationship between artistic and literary practices of the period and the emergence of a distinctly northern European history of art remains largely unexamined, and its implications unacknowledged. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Les Ateliers des Le Nain » par Olivier Bonfait (Paris, 20 mars 2017).

Légende traditionnelle: Antoine Le Nain, Portrait présumé des frères Le Nain, dit L’Atelier, XVIIe siècle, toile, Grande-Bretagne, collection privée.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : lundi 20 mars 2017 à 18h30.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari (premier étage).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

De la date de leur naissance aux circonstances de leurs décès, les frères Le Nain (Antoine, Louis, Matthieu) posent de nombreux problèmes, qui ne concernent pas uniquement la distinction des mains. L’historiographie a toujours souligné la concorde entre les trois frères, mais les témoignages anciens introduisent rapidement des singularités dans le groupe ; ils sont peintres dans le faubourg de Saint-Germain des Prés, mais font tout de suite partie de l’Académie royale.

Les deux représentations d’ateliers laissés par les trois frères (celle actuellement conservé dans la collection Bute, peinte vers 1645 ; celle du Vassar Collège, qui a servi de point de départ pour élaborer le catalogue de Matthieu, datant de 1655 environ) seront présentées à l’exposition Le Nain qui ouvre au Louvre Lens le mardi 21 mars. En les regardant intensément, en les analysant et en les situant dans différentes configurations, il devient possible de proposer à partir de ces deux tableaux des hypothèses tant sur la conception de la peinture des Le Nain que sur la stratégie familiale des trois frères et ses représentations. Continuer la lecture

Appel à communication : « Décor et architecture : entre union et séparation des arts (XVIe-XVIIe siècle) » (Lausanne, 16-17 novembre 2017)

Giulio Romano, La chambre des Géants (paroi nord), 1532-1535, Mantoue, Palais Te

Le décor à la période moderne est considéré comme l’une des parties constitutives de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Or dans l’historiographie, décor et architecture sont souvent étudiés de manière séparée, ce qui institue de fait une rupture entre ces deux champs, susceptible de biaiser notre compréhension de la production artistique.

Continuer la lecture

Conférence : « Le Dit du Genji en peintures et en gravures dans le Japon du XVIIe siècle (Smith-Lesouef japonais 52) ».

Atelier de Tawaraya Sōtatsu, Scene from "The Ivy" (Yadorigi), chapter 49 of the Tale of Genji, début du XVIIe siècle, encres et or sur papier, 25 x 55 cm, New York, Metropolitan Museum.

Atelier de Tawaraya Sōtatsu, Scene from « The Ivy » (Yadorigi), chapter 49 of the Tale of Genji, début du XVIIe siècle, encres et or sur papier, 25 x 55 cm, New York, Metropolitan Museum.

Type : conférence.
Date : 28 février 2017 à 18h15.
Lieu : Galerie Colbert, auditorium, Institut national du patrimoine, 2 rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Le Dit du Genji est un roman composé peu après l’an mil par une dame de la cour de Heian, au Japon. Il célèbre la vie et les amours d’un personnage fictif, le prince Genji, de sa jeunesse à sa mort, et décrit les rites, cérémonies, luttes de pouvoir et pratiques artistiques à la cour impériale. Considéré comme un texte majeur de la littérature classique, il est diffusé jusqu’au début du XVIIe siècle sous forme de manuscrits ; ses épisodes les plus marquants font l’objet de mise en images sous divers formats (rouleaux, éventails, paravents, etc.).

La conférence présentera une série d’albums contenant 200 peintures du Dit du Genji, datant du XVIIe siècle. Ils ont été acquis dans la deuxième moitié du XIXe siècle par le bibliophile Auguste Lesouëf (1829-1906), puis légués à la Bibliothèque nationale en 1913 avec l’ensemble de sa collection. Ce dernier, passionné de manuscrits à peintures occidentaux et orientaux, remarque la qualité de ces miniatures : elles témoignent pour lui d’une culture brillante et d’un passé aristocratique dont il veut garder les vestiges. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Peinture et discours à Toulouse au XVIIe siècle » par Stéphanie Trouvé (Paris, 23 février 2017).

Antoine Rivalz, Cassandre traînée hors du temple de Minerve, ca. 1700, toile, 97 × 137 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.

Antoine Rivalz, Cassandre traînée hors du temple de Minerve, ca. 1700, toile, 97 × 137 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 23 février 2017 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian (premier étage).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Toulouse est présentée depuis le XIXe siècle comme un des foyers artistiques provinciaux des plus féconds, mais sa production a aussi été perçue par l’historiographie comme un art utilisant de vielles formules stylistiques, ou comme une pâle réplique des grands chefs-d’œuvre italiens ou parisiens. A partir d’un corpus d’œuvres et d’écrits sur la peinture sans équivalent pour une ville de province, cette conférence vise à proposer des pistes méthodologiques pour comprendre les enjeux de la peinture toulousaine. Comment situer cette production dans le panorama de l’art français ? Il s’agit de s’interroger sur la construction de la notion d’école, sur le métier de peintre et de confronter peintures et discours afin de porter un nouveau regard sur le développement de l’art en dehors du domaine royal.

Stéphanie Trouvé est docteur en histoire de l’art moderne de l’Université de Paris X – Nanterre. Elle est l’auteur d’un livre intitulé : Peinture et Discours. La construction de l’école de peinture XVIIe-XVIIIe siècles (Presses universitaires de Rennes, 2016) et de plusieurs articles sur des écrits artistiques, sur des grands décors toulousains, et sur les Salons de l’Académie royale de peinture et de sculpture de Toulouse. Elle a enseigné l’histoire de l’art dans les universités de Toulouse et de Bordeaux. Elle travaille dans le projet LexArt – Words for Art : The Rise of a Terminology (1600-1750) sélectionné par le Conseil Européen de la Recherche.

Appel à communication : « Beyond Reproductive Printmaking: Prints and the Canon of European Painting, ca. 1500–1810 »

le-baiser-a-la-derobee

Nicolas François Regnault d’après Jean-Honoré Fragonard, Le Baiser à la dérobée, XVIIIe siècle, estampe, 42,2 x 48,5 cm, Paris, musée du Louvre, collection Rothschild

Type : Appel à communication.
Date limite appel à candidature: 15 février 2017.
Date de la manifestation : 18-19 septembre 2017.
Lieu : Dresde.

Conference for Ph.D. students, postgraduates and researchers at museums and universities in the Kupferstich-Kabinett (Museum of Prints, Drawings and Photographs) of the Staatliche Kunstsammlungen Dresden (Dresden State Art Collections) in collaboration with the TU Dresden Institute of Art and Music, Dresden, 18–19 September 2017.

Are paintings reproduced because they are famous, or have they become famous because they have been reproduced over and over again in the past centuries? The aim of this conference is to throw light on the status of reproductive prints in the process of the formation of (an) artistic canon(s). It aims at exploring artistic and technical aspects of the creative and innovative making process, including the printmakers’ ability to translate the original work into a new pictorial language and to the history of both reception and transmission of works of art.

The conference will cover the period running from the early 16th century to the introduction of the first lithographic press in the early 19th century. Geographically, the focus is on Europe. No restrictions are imposed concerning printing techniques—on the contrary, the characteristics of each technique as well as its ability and uses for reproducing original paintings constitute an important topic. We invite submissions of papers drawing from current research on specific prints or series of prints as well as on new theoretical approaches and methodologically promising developments in the study of interpretative prints, also exploring their potential as a source and as a subject matter of art history. Continuer la lecture

Appel à communication: 2000 ans déjà… Aspects de la réception d’Ovide

 Gian Lorenzo Bernini, Apollon et Daphné, 1622-1625, marbre, 243 cm, Rome: galerie Borghese.

Gian Lorenzo Bernini, Apollon et Daphné, 1622-1625, marbre, 243 cm, Rome: galerie Borghese.

Type : journée d’étude.
Date limite d’envoi des propositions:  30 avril 2017.
Date de la manifestation : 10 octobre 2017.
Lieu : Université de Toulouse Jean-Jaurès, Maison de la Recherche, salle D31.

17, 2017…
Il y aura bientôt deux mille ans que le poète Ovide a disparu. Mais, comme il le prophétise lui-même dans l’épilogue des Métamorphoses avec une assurance qui n’a pas été démentie, son œuvre lui a survécu et a inspiré de nombreux artistes, qui ont perpétué sa mémoire. C’est à cet aspect de la réception d’Ovide qu’est consacrée la journée d’étude du 10 octobre 2017, organisée par Cristina Noacco (maître de conférences en littérature médiévale à l’Université de Toulouse 2 Jean Jaurès) et Jean-Luc Lévrier (professeur de lettres classiques en classes préparatoires aux grandes écoles, lycée Saint-Sernin, Toulouse), dans le cadre des activités du laboratoire PLH/ELH de l’université Toulouse 2 Jean Jaurès. Continuer la lecture