Archives par étiquette : Paris

Symposium de la mairie du 11e arrondissement : « Triomphe de l’art républicain »

Antoine-François Callet, Tableau allégorique du 18 brumaire an VIII ou la France sauvée, 1800, huile sur toile, 101 x 125 cm, Vizille, musée de la Révolution française.

Type : Symposium (grand public)
Date : 5 juillet 2017.
Lieu : Paris, Mairie du 11e arrondissement.
Sous la direction de : Christophe Henry et Cécilie Champy.

PROGRAMME Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Questions d’attribution » par Ambroise et Hubert Duchemin (Paris, 18 mai 2017).

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 18 mai 2017 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

A l’occasion de la dernière conférence de son cycle 2016-2017, le GRHAM invite la Galerie Hubert Duchemin pour une séance dédiée à un vaste débat sur l’attribution.

Ambroise Duchemin présentera une communication axée autour de la découverte d’un portrait de Fortuné Dufau (1770-1821). L’attribution à cet élève de Girodet d’un petit tableau longtemps resté anonyme a permis de redécouvrir un artiste oublié et de mettre un nom sur un des portraits les plus mystérieux du néo-classicisme français : La jeune fille au collier de jais du musée Magnin à Dijon.

Hubert Duchemin s’interrogera sur l’attribution de certaines œuvres célèbres présentées dans les musées. Il partagera avec le public son analyse sur des toiles de Caravage et Poussin mais aussi, plus brièvement, de Watteau et Chardin. Cette présentation sera l’occasion de mettre à l’épreuve de la discussion quelques-unes de ses interrogations. Partisan d’une approche singulière et transversale, Hubert Duchemin reviendra également sur sa méthode basée sur « la connaissance du langage des peintres » et la comparaison, le « paragone ».

Expert indépendant en tableaux et dessins, Hubert Duchemin exerce son regard depuis plus de trente ans au sein des collections privées, du marché de l’art mais également des musées. Il est notamment à l’origine de la redécouverte du Chat Mort de Géricault ainsi que des Esquisses de portraits de Fragonard (avec Lilas Sharifzadeh). Actuellement installé au 8 rue de Louvois à Paris, la Galerie Hubert Duchemin présente plusieurs expositions chaque année, basées sur ses récentes découvertes.

Diplômé de Sciences-Po Toulouse en 2013 (Master Culture et Production des savoirs), Ambroise Duchemin rejoint dans la foulée la galerie familiale puis créé en 2015 sa propre structure accompagnée d’un site internet. Passionné par l’art ancien et moderne, il a publié en mars 2017 son premier catalogue « Œuvres sur papier » qui couvre une période allant de la fin du XVIIIe au début du XXe siècle.

Publication : Kunstchronik Heft 4 / April 2017

Jacques-Louis David, Le Serment du jeu de Paume, 1791, dessin, 101,2 x 66 cm, Versailles, Musée national du Château de Versailles

KUNSTCHRONIK : Monatsschrift für Kunstwissenschaft, Museumswesen und Denkmalpflege Herausgegeben vom Zentralinstitut für Kunstgeschichte in München Mitteilungsblatt des Verbandes Deutscher Kunsthistoriker e.V.177, 70. Jahrgang / Heft 4 / April 2017 Continuer la lecture

Conférence : XIIes Rencontres Internationales du Salon du dessin

Noël Hallé, L’Aurore, sur des nuages, répendant des fleurs, XVIIIe, dessin, 30,6 x 44,5 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Conférence, De David à Delacroix II

Date : 22 – 23 mars 2017

Lieu : Paris, Palais Brongniart – Petit Auditorium

Sous la présidence de Messieurs Pierre Rosenberg, président directeur honoraire du  musée du Louvre, et Louis-Antoine Prat, président de la Société des amis du Louvre

L’exposition du Grand Palais, De David à Delacroix. La peinture française de 1774 à 1830 (Paris, galeries nationales du Grand Palais, 1974-1975), et l’exposition de dessins qui la complétait, avaient permis de redécouvrir bon nombre de peintres et d’oeuvres couvrant un pan de l’histoire de l’art, allant du Serment des Horaces de David à La Liberté guidant le peuple de Delacroix.
Depuis 1974, de multiples dessinateurs ont fait l’objet d’études novatrices que ces XIe et XIIe Rencontres du Salon du dessin se proposent d’enrichir. Sous le titre De David à Delacroix. Du tableau au dessin, et sous la direction scientifique de Pierre Rosenberg et de Louis-Antoine Prat, les communications de cette deuxième session offrent, plus de quarante ans après cette exposition qui a fait date, une relecture de l’oeuvre graphique de plusieurs des principaux artistes français et étrangers de l’époque de Louis XVI à la Révolution de juillet.

PROGRAMME

Mercredi 22 mars à 14h30 :

– Nicole Willk-Brocard (Docteur ès lettres, Paris): Noël Hallé, F-G Ménageot, J.-A. Renard et J.-B. Restout.

– Pierre Rosenberg (Président directeur honoraire du musée du Louvre, Paris): Dessins de David (II).

– Yuriko Jackall (Conservateur, National Gallery of Art, Department of French Paintings, Landover, Maryland): « Greuze éclipsé?: Considérations autour de ses dernières années ».

– Marie Yvonneau-Fournier – (Doctorante, Université Paris-Sorbonne, Paris): Jacques-Philippe Caresme (1734-1796), dessinateur licencieux ?

– Dr. Andreas Stolzenburg (Chief Curator Prints & Drawings, Hamburger Kunsthalle, Hambourg): François-Marius Granet, Franz Ludwig Catel und die Mönchs-Romantik in Rom um 1815.

– Jan Gorm Madsen (Historien de l’art, chercheur indépendant, Frederiksberg): Drawings by the Danish Artist C.W. Eckersberg from his Parisian sojourn 1810-1813.

– Florence Viguier-Dutheil (Conservateur en chef du Patrimoine, Directrice du musée Ingres, Montauban): Les dessins d’Ingres, un monde à part. Continuer la lecture

Publication : « The Restoration of Paintings in Paris, 1750–1815 : Practice, Discourse, Materiality ».

ETIENNE Noémie, The Restoration of Paintings in Paris, 1750–1815 : Practice, Discourse, Materiality, Los Angeles, Getty Conservation Institute, 2017, 384 p.

ETIENNE Noémie, The Restoration of Paintings in Paris, 1750–1815 : Practice, Discourse, Materiality, Los Angeles, Getty Conservation Institute, 2017, 384 p.

Présentation de l’éditeur :

The decades following the 1973 publication of Alessandro Conti’s Storia del Restauro have seen considerable scholarly interest in the development of restoration in France in the second half of the eighteenth century. A number of technical treatises and biographies of restorers have offered insight into restoration practice. The Restoration of Paintings in Paris, 1750–1815, however, is the first book to situate this work within the broader historical and philosophical contexts of the time. Drawing on previously unpublished primary material from archives in Paris, Berlin, Rome, and Venice, Noemie Etienne combines art history with anthropology and sociology to survey the waning decades of the Ancien Régime and early post- Revolution France. Initial chapters present the diversity of restoration practice, encompassing not only royal institutions and the Louvre museum but also private art dealers, artists, and craftsmen, and examine questions of trade secrecy and the changing role of the restorer. Following chapters address the influence of restoration and exhibition on the aesthetic understanding of paintings as material objects. The book closes with a discussion of the institutional and political uses of restoration, along with an art historical consideration of such key concepts as authenticity, originality, and stability of artworks, emphasizing the multilayered dimension of paintings by such important artists as Titian and Raphael. There is also a useful dictionary of the main restorers active in France between 1750 and 1815.

Noémie Étienne is currently a fellow at the Getty Research Institute. Beginning in September 2016 she will be a Swiss National Science Foundation Professor of Art History at the University of Bern.

Publication : « The Learned Draftsman : Edme Bouchardon ».

KOPP Édouard, The Learned Draftsman : Edme Bouchardon, Los Angeles, J. Paul Getty Museum, 2017, 336 p.

KOPP Édouard, The Learned Draftsman : Edme Bouchardon, Los Angeles, J. Paul Getty Museum, 2017, 336 p.

Présentation de l’éditeur :

The celebrated French artist Edme Bouchardon (1698–1762) is primarily known as a sculptor today, but his contemporaries widely lauded him as a draftsman as well. Talented, highly innovative, and deeply invested in the medium, Bouchardon made an important contribution to the European art and culture of his time, and in particular to the history of drawing. Around two thousand of his drawings survive—most of which bear no relation, conceptual or practical, to his sculpture—yet, remarkably, little scholarly attention has been paid to this aspect of his oeuvre. This is the first book-length work devoted to the artist’s draftsmanship since 1910. Continuer la lecture

Publication : « Le style Empire. L’hôtel de Beauharnais à Paris ».

LEBEN Ulrich (dirs.) et EBELING Jörg (dirs.), Le style Empire. L'hôtel de Beauharnais à Paris, Paris, Flammarion, octobre 2016, 348 p.

LEBEN Ulrich (dirs.) et EBELING Jörg (dirs.), Le style Empire. L’hôtel de Beauharnais à Paris, Paris, Flammarion, octobre 2016, 348 p.

Présentation de l’éditeur :

Depuis son édification en 1713 par l’architecte Boffrand, l’hôtel de Beauharnais occupe une place centrale dans l’histoire et l’histoire de l’art de l’Europe. En 1803, Joséphine Bonaparte l’acquiert pour son fils Eugène de Beauharnais qui entreprend, à grands frais, d’aménager les intérieurs. Le palais deviendra ambassade au cours du XIXe siècle. Unique à Paris, le décor d’époque Consulat et Empire de ce palais est à l’origine de sa renommée. Cette première monographie consacrée à l’hôtel de Beauharnais est le fruit de recherches et de restaurations menées depuis dix ans par le Centre Allemand d’histoire de l’art à Paris pour l’Ambassade d’Allemagne. De nombreux documents inédits permettent de retracer l’histoire de l’édifice et le destin de ses propriétaires successifs.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : « The Architecture of Percier and Fontaine and the Struggle for Sovereignty in Revolutionary France ».

MOON Iris, The Architecture of Percier and Fontaine and the Struggle for Sovereignty in Revolutionary France, New York, Routledge, 2016, 260 p.

MOON Iris, The Architecture of Percier and Fontaine and the Struggle for Sovereignty in Revolutionary France, New York, Routledge, 2016, 260 p.

Présentation de l’éditeur :

French architects Charles Percier (1764–1838) and Pierre-François-Léonard Fontaine (1762–1853) became the most celebrated decorators of the French Revolution and achieved success as the official architects of Napoleon Bonaparte. This book explores how Percier and Fontaine created the Empire style and a system of decoration that engaged with the difficult politics of the period. Taking seriously the architects’ achievements in interior decoration, furnishings, theater designs, and publications during the early and most active period of their collaborative practice, their integral role in reestablishing the luxury market in Paris after the Terror, cultivating the taste of a new clientele, and creating sites of power through their interior decorations are explored. From meeting rooms designed to resemble military encampments to gilded imperial thrones that replaced Bourbon fleur-de-lys with Napoleonic bees, the architects moved beyond a Neoclassical idiom in order to transform the symbols of monarchy and revolution into an imperial ideology defined by a contradictory aesthetics. At the heart of Percier and Fontaine’s decorative work and central to grasping the politics of the Empire style is a dialectical tension between the search for a monumental architecture of permanence and the reliance upon portable, collapsible, and mobile forms. Percier, Fontaine and the Politics of the Empire Style will contribute new interdisciplinary perspectives on the relationship of the decorative arts and architecture with the political culture of post-revolutionary France and how interior decoration engendered a new awareness of time, memory, and identity.

Iris Moon is a visiting assistant professor in the School of Architecture at Pratt Institute. She specializes in eighteenth and nineteenth-century European art, architecture, and the decorative arts.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

 

Publication : « Artistes, savants et amateurs : Art et sociabilité au XVIIIe siècle (1715–1815) ».

FRIPP Jessica (dirs.), GORSE Amandine (dirs.), MANCEAU Nathalie (dirs.), et STRUCKMEYER Nina (dirs.), Artistes, savants et amateurs : Art et sociabilité au XVIIIe siècle (1715–1815), Paris, Mare et Martin, 2016, 296 p.

FRIPP Jessica (dirs.), GORSE Amandine (dirs.), MANCEAU Nathalie (dirs.), et STRUCKMEYER Nina (dirs.), Artistes, savants et amateurs : Art et sociabilité au XVIIIe siècle (1715–1815), Paris, Mare et Martin, 2016, 296 p.

Présentation de l’éditeur :

La notion de sociabilité a fait l’objet, depuis quelques années, d’un renouvellement historiographique important. La complexité de cette notion impose pour son étude une approche pluridisciplinaire qui fasse appel aussi bien à la sociologie qu’à la philosophie, à l’anthropologie qu’à l’histoire de l’art.

Ce volume rassemble des études de spécialistes internationaux et explore la diversité des échanges sociaux dans le monde artistique du XVIIIe siècle. En examinant la sociabilité des divers acteurs de la création artistique, ces textes analysent les réseaux formés par le commerce des objets matériels, à travers l’étude des collections, du marché de l’art ou des expositions, et par le commerce des idées, à travers l’étude des écrits sur l’art et de l’art de la conversation. Le rôle des pratiques sociales au sein de la sphère publique dans l’évolution de la production artistique et des échanges matériels, économiques et intellectuels constitue donc l’objet de cet ouvrage collectif.

Table des matières :

Préface, Étienne Jollet
Introduction: La sociabilité, une notion équivoque, Jessica L. Fripp, Amandine Gorse, Nathalie Manceau et Nina Struckmeyer Continuer la lecture

Appel à communication : « Objets Nomades : Circulations, appropriations et identités à l’époque moderne (16e-18e siècles) »

Pieter Gerritsz van Roestraeten, Nature morte avec tasses chinoises, huile sur toile, v. 1670-1680, Berlin,  Gemäldegalerie.

Pieter Gerritsz van Roestraeten, Nature morte avec tasses chinoises, huile sur toile, v. 1670-1680, Berlin, Gemäldegalerie.

Type : Appel à communication.
Date de la manifestation : 2-4 mars 2017
Date limite de soumission : 15 septembre 2016
Lieu : Musée National de la Renaissance (Écouen), Musée Cognac-Jay (Paris 3e),
Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris, 5e).
Comité d’organisation : Line Cottegnies, Anne-Valérie Dulac, Ariane Fennetaux, Anne-Marie Miller-Blaise, Nancy Oddo, Sandrine Parageau, Laetitia Sansonetti, Jean-Paul Sermain.

Organisé en partenariat avec le musée national de la Renaissance d’Écouen et le musée Cognacq-Jay, ce colloque pluridisciplinaire vise à confronter une approche historique des objets dans leur dimension sociale, économique et technique, à l’étude des objets dans l’art et la littérature, qui offrent autant de « traces » de la vie de ces objets nous permettant de définir leur trajectoire et les modalités de leurs appropriations. Les objets, entendus comme les biens matériels divers (vêtements et accessoires, objets du quotidien, instruments techniques, scientifiques ou de musique, objets d’art…) et leurs circulations seront étudiés pour comprendre les différents phénomènes d’appropriation, de transculturation ou d’hybridation qui animent et accompagnent ces mouvements à la fois dans l’espace européen et entre l’Europe et le reste du monde. Porteurs et vecteurs de circulations culturelles et identitaires, les objets (qu’il s’agisse de biens de consommation, d’outils, d’objets de dévotion, ou d’objets d’art) traversent les espaces nationaux et interrogent par leur mobilité les frontières nationales, religieuses ou linguistiques alors en formation. L’époque moderne voit en effet se développer à travers l’Europe des tentatives de définition ou de consolidation d’espaces nationaux géographiques, linguistiques et religieux. Ces frontières, qui naissent en partie en opposition à une culture de Cour et une culture aristocratique Renaissante par définition nomades, sont le fruit d’une nouvelle philosophie politique (A. M. Thiesse, La Création des identités nationales, 1999). Suivre les trajectoires de ces objets permet, dès lors, de mettre au jour la tension entre sédentarité et mobilité que Daniel Roche a définie comme un enjeu majeur de la modernité (Humeurs vagabondes, 2003). Continuer la lecture

Publication : « Venezia e Parigi, 1600-1700. La pittura veneziana e la Francia : fortuna e dialoghi. »

DE FUCCIA Laura, Venezia e Parigi, 1600-1700. La pittura veneziana e la Francia : fortuna e dialoghi, Genève, Droz, 2016, 462 p.

DE FUCCIA Laura, Venezia e Parigi, 1600-1700. La pittura veneziana e la Francia : fortuna e dialoghi, Genève, Droz, 2016, 462 p.

Présentation de l’éditeur :

Fondato su un ampio repertorio di fonti, in gran parte inedite, e di dipinti, questo volume presenta un profilo dei principali collezionisti francesi di opere veneziane nel Seicento e analizza come queste venissero diffuse e percepite in Francia, alla luce di idée e di modelli estetici elaborati nei circoli intellettuali e nell’Académie. Permette di aprire nuove prospettive sulla fortuna di Tiziano, Veronese, Tintoretto, Bassano, Giorgione e sugli sviluppi di un intenso dialogo sorto all’epoca proprio grazie alla percezione di formule legate al tonalismo veneto. Fornisce così alcune chiavi di lettura originali per la comprensione delle relazioni tra due città – Venezia e Parigi – che nel Seicento sono tra i principali centri artistici internazionali per il collezionismo e il commercio di opere d’arte.

Ce volume présente la physionomie des principaux collectionneurs français de tableaux vénitiens au XVIIe siècle et propose une étude de la réception de ces œuvres en prenant en compte les canons esthétiques élaborés et diffusés entre Paris et Venise. En s’appuyant sur un grand nombre de documents, pour la plupart inédits, et sur un vaste répertoire d’œuvres, ce texte permet notamment d’explorer la fortune en France de Titien, Bassan, Véronèse, Tintoret et Giorgione, ainsi que d’éclairer notre compréhension d’un dialogue intense qui s’instaure au Seicento autour du tonalisme vénitien.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : « Artistes, musées et collections. Un hommage à Antoine Schnapper ».

GERARD POWELL Véronique (dir.), Artistes, musées et collections. Un hommage à Antoine Schnapper, Paris, Presses de l'université Paris-Sorbonne, collection « Art'hist », 2016, 486 p.

GERARD POWELL Véronique (dir.), Artistes, musées et collections. Un hommage à Antoine Schnapper, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, collection « Art’hist », 2016, 486 p.

Présentation de l’éditeur :

Professeur d’histoire de l’art moderne à Paris-Sorbonne de 1978 à 1998, Antoine Schnapper (1933-2004) eut une influence déterminante sur l’évolution de l’histoire de l’art en France. Attaché aux principes d’une recherche rigoureuse, riche d’une superbe culture visuelle et d’une sensibilité poétique envers l’œuvre d’art, il a contribué à ouvrir la discipline vers de nouveaux champs, comme le collectionisme, l’étude des conditions de vie de l’artiste tout en publiant quelques grandes monographies.

Les articles de ses collègues et disciples, universitaires, chercheurs ou conservateurs de musée, rassemblés dans cet ouvrage analysent et prolongent son œuvre scientifique en en exploitant toute la diversité. Faisant passer le lecteur du XVIe au XIXe siècle, de la collection princière à l’image accrochée dans un modeste logement parisien, des cardinaux Mazarin et Bichi à Vivant Denon et Jean-Baptiste Lebrun, de Jean Jouvenet et Antoine Coypel à Fragonard et David, ce livre rend hommage à l’extraordinaire curiosité d’esprit du grand savant trop tôt disparu.

Table des matières : 

  • L’histoire de l’art selon Antoine Schnapper.

Pierre-Michel Menger, Le métier de peintre au XVIIe siècle selon Antoine Schnapper.

Christine Gouzi, L’histoire dans les règles de l’art : la monographie.
Continuer la lecture

« Hubert Robert (1733-1808), un peintre visionnaire » : recension des essais du catalogue d’exposition

          L’exposition organisée au musée du Louvre, en association avec la National Gallery of Art de Washington, du 9 Mars 2016 au 30 Mai 2016 est la première manifestation consacrée à l’ensemble de la carrière d’Hubert Robert (1733-1808) depuis 1933[i]. Le commissaire de l’exposition, Guillaume Faroult, et ses collaborateurs, ont réuni dans le Hall Napoléon un ensemble exceptionnel de cent quarante œuvres (peintures, dessins, gravures, objets d’art), issues des plus grands fonds patrimoniaux français et étrangers. La muséographie suggère sans excès une architecture factice en rapport avec la qualité de « peintre d’architecture » d’Hubert Robert. Ses œuvres se répartissent dans quinze espaces consacrés à une thématique propre.

fig. 1. Hubert Robert, Projet pour la Transformation de la Grande Galerie, 1796, huile sur toile, 113 x 143 cm, Paris, musée du Louvre

fig. 1. Hubert Robert, Projet pour la Transformation de la Grande Galerie, 1796, huile sur toile, 113 x 143 cm, Paris, musée du Louvre

Dans chaque espace, un grand cartel adossé au mur rappelle les ruines peintes par l’artiste, à moins qu’il ne fasse écho au détail d’un célèbre tableau où le peintre se représente en bas à droite face à sa toile posée de biais devant la Sainte Famille de Raphaël qu’il est entrain de copier dans la Grande galerie du Louvre (fig. 1). Dans un cas comme dans l’autre, la muséographie vient renforcer le lien entre les ruines, dont Hubert Robert est le plus célèbre interprète français du XVIIIe siècle, et le Louvre, dont il assure la conservation des œuvres d’art durant la transformation progressive du palais en musée des beaux-arts.

Continuer la lecture

Colloque : « Rencontres européennes d’architecture. L’escalier en Europe (1450-1800). Formes, fonctions, décors »

Escalier François Ier, Château de Blois.

Escalier François Ier, Château de Blois.

Type : Colloque
Date du colloque : du 9 au 11 juin 2016
Lieu : Auditorium Colbert, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.

Programme :

Jeudi 9 Juin

9h30 – Accueil des participants
9h45 – Introduction

Première session : La Renaissance (1)
Président : Jean Guillaume

10h00 – Krista de Jonge (Université de Leuven) : « L’escalier  à la Renaissance : les anciens Pays-Bas revisités »

Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Les Ambitions d’Elisabeth-Sophie Chéron (1648-1711), femme artiste au Grand Siècle ».

Elisabeth-Sophie Chéron, Autoportrait de l'artiste, XVIIe-XVIIIe siècle, huile sur toile, 88 x 73 cm, Paris, musée du Louvre.

Elisabeth-Sophie Chéron, Autoportrait de l’artiste, XVIIe-XVIIIe siècle, huile sur toile, 88 x 73 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 22 mars 2016 de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Peintre et miniaturiste spécialisée dans la pratique du portrait, graveur, musicienne, poétesse et traductrice, Élisabeth-Sophie Chéron (1648-1711) suscite l’admiration de ses contemporains en raison de ses nombreux talents. Bénéficiant de la protection de Charles Le Brun, elle est la quatrième femme à être reçue au sein de l’Académie royale de peinture et de sculpture; elle a également l’honneur d’être admise dans l’Académie des Ricovrati à Padoue.

Faisant preuve d’une curiosité intellectuelle inhabituelle pour une femme de son époque, elle expérimente des techniques diverses et passe pour une personnalité atypique dans le monde académique. Ses ambitions transparaissent notamment à travers l’élaboration de deux ouvrages qu’elle vient présenter à l’Académie royale : un Livre à dessiner composé de testes tirées des plus beaux ouvrages de Raphaël destiné à la formation des jeunes artistes et les Pierres antiques gravées, recueil destiné à un public d’amateurs, contenant des estampes exécutées d’après les plus célèbres pierres dures alors conservées dans les collections françaises.

Cette conférence sera l’occasion de renouveler sa biographie à la lumière de documents inédits et de lui ré-attribuer un certain nombre d’œuvres.

Docteur en histoire de l’art et chargée de cours à la Manufacture des Gobelins, Frédérique Lanoë travaille actuellement au catalogue raisonné de l’œuvre de Philippe et Jean-Baptiste de Champaigne. A l’occasion de l’exposition Trois Maîtres du dessin qui s’est tenue au musée de Port-Royal en 2009, elle a rédigé le catalogue raisonné des dessins de Philippe de Champaigne, de Jean-Baptiste de Champaigne et de Nicolas de Plattemontagne. Spécialisée dans l’étude de de la peinture et du dessin du XVIIe siècle, elle a été commissaire de l’exposition 1704, le Salon les arts et le roi (Sceaux, musée de l’Île-de-France, mars-juin 2013), et participe à l’organisation de l’exposition Le Nain qui se tiendra aux musées de Fort Worth, de San Francisco et au Louvre-Lens de mai 2016 à juin 2017. Elle fait partie des membres fondateurs de l’association Bella Maniera qui vise à promouvoir l’étude du dessin ancien.