Archives par étiquette : Nicolas Poussin

Conférence du GRHAM : « Questions d’attribution » par Ambroise et Hubert Duchemin (Paris, 18 mai 2017).

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 18 mai 2017 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

A l’occasion de la dernière conférence de son cycle 2016-2017, le GRHAM invite la Galerie Hubert Duchemin pour une séance dédiée à un vaste débat sur l’attribution.

Ambroise Duchemin présentera une communication axée autour de la découverte d’un portrait de Fortuné Dufau (1770-1821). L’attribution à cet élève de Girodet d’un petit tableau longtemps resté anonyme a permis de redécouvrir un artiste oublié et de mettre un nom sur un des portraits les plus mystérieux du néo-classicisme français : La jeune fille au collier de jais du musée Magnin à Dijon.

Hubert Duchemin s’interrogera sur l’attribution de certaines œuvres célèbres présentées dans les musées. Il partagera avec le public son analyse sur des toiles de Caravage et Poussin mais aussi, plus brièvement, de Watteau et Chardin. Cette présentation sera l’occasion de mettre à l’épreuve de la discussion quelques-unes de ses interrogations. Partisan d’une approche singulière et transversale, Hubert Duchemin reviendra également sur sa méthode basée sur « la connaissance du langage des peintres » et la comparaison, le « paragone ».

Expert indépendant en tableaux et dessins, Hubert Duchemin exerce son regard depuis plus de trente ans au sein des collections privées, du marché de l’art mais également des musées. Il est notamment à l’origine de la redécouverte du Chat Mort de Géricault ainsi que des Esquisses de portraits de Fragonard (avec Lilas Sharifzadeh). Actuellement installé au 8 rue de Louvois à Paris, la Galerie Hubert Duchemin présente plusieurs expositions chaque année, basées sur ses récentes découvertes.

Diplômé de Sciences-Po Toulouse en 2013 (Master Culture et Production des savoirs), Ambroise Duchemin rejoint dans la foulée la galerie familiale puis créé en 2015 sa propre structure accompagnée d’un site internet. Passionné par l’art ancien et moderne, il a publié en mars 2017 son premier catalogue « Œuvres sur papier » qui couvre une période allant de la fin du XVIIIe au début du XXe siècle.

Publication : The Burlington Magazine, March 2017 issue

Simon Vouet, La Crucifixion, vers 1636 – 1637, huile sur toile, 216 x 146 cm, Lyon, musée des Beaux-Arts.

EDITORIAL
The earthquake in Amatrice, Norcia and the Marche: a cultural emergency by ALESSANDRO DELPRIORI
ARTICLES
Nicolas Poussin’s ‘The death of Chione’ by PIERRE ROSENBERG
An ‘Adoration of the shepherds’ by Simon Vouet in Saint-Pierre-et-Saint-Paul, by MYLÈNE SARANT EVRY
Simon Vouet and the theme of the Crucifixion by ARNAULD BREJON DE LAVERGNÉE
A rediscovered painting by Nicolas Fouché in Bournemouth by FRANÇOIS MARANDET
Oudry’s oil sketches for Samuel Jacques Bernard by DAVID PULLINS
The Musée du Luxembourg and Toulous-Lautrec’s ‘Portrait of Monsieur Delaporte in the Jardin de Paris’ by ALEXIS CLARK Continuer la lecture

La Chioné de Poussin retrouve Lyon

Nicolas Poussin, La Mort de Chioné, vers 1622, huile sur toile, 109,5 x 159,5 cm, Lyon, Musée des Beaux-Arts.

Nicolas Poussin, La Mort de Chioné, vers 1622, huile sur toile, 109,5 x 159,5 cm, Lyon, Musée des Beaux-Arts.

Le Musée des Beaux-Arts de Lyon[1] vient de se porter acquéreur du tableau de Poussin représentant La Mort de Chioné. Le sujet est résumé par Renouard dans sa traduction des Métamorphoses d’Ovide de la manière suivante : « Ceyx avoit une nièce nommée Chioné, fille de Dédalion son frère, laquelle pour avoir été aimée d’Apollon & de Mercure, de qui même elle avoit eu des enfants, présuma tant de foy qu’elle osa se vanter d’être plus belle que Diane. Cette Déesse chasseresse offensée de tant d’outrecuidance, lui perça la langue d’une flèche, & du même coup la fit mourir, dont Dédalion fut si cruellement tourmenté, que de regret il se précipita des sommets du mont Parnasse, & en tombant fut par Apollon changé en faucon.[2] ». Poussin traduit fidèlement ce drame en image lors de son séjour à Lyon, répondant sans doute à la commande du père Bernardin, Silvio I (1613 – 1686). L’œuvre constitue un des rares témoignages du travail réalisé par l’artiste à Lyon, avant son départ pour Rome début 1624 où il trouvera le succès.

Florence Fesneau

——————————————————————————————————

[1] L’œuvre a été achetée auprès d’une galerie londonienne pour un montant de 3 750 000 €. Ont contribué à son acquisition : le Club du musée Saint-Pierre, l’État au travers du Fonds du Patrimoine, la Ville de Lyon et la Région Rhône-Alpes.

[2] Nicolas RENOUARD, Les métamorphoses d’Ovide, traduites en prose françoise, Paris, Vve Langelier, 1637, (1619), VIIIe Fable du XIe Livre, p. 313 – 314.

Colloque : Moïse, visages du prophète.

Manufacture des Gobelins, carton peint par François Bonnemer d’après Nicolas Poussin, Moïse changeant la verge d’Aaron en serpent, tapisserie de haute lisse composée de laine et de soie, rehaussée d’or, 3,6 x 4,68 m, 1685, Paris, Mobilier national.

Manufacture des Gobelins, carton peint par François Bonnemer d’après Nicolas Poussin, Moïse changeant la verge d’Aaron en serpent, tapisserie de haute lisse composée de laine et de soie, rehaussée d’or, 3,6 x 4,68 m, 1685, Paris, Mobilier national.

Type : colloque.
Date : du 02 au 05 décembre 2015.
Lieu : Paris, musée d’art et d »histoire du Judaïsme, Institut National d’Histoire de l’Art, Centre allemand d’Histoire de l’Art.
Sous la direction de : Colette Nativel et de Matthieu Somon.
Comité scientifique :
Andreas Beyer (Université de Bâle), Anne Hélène Hoog (Musée d’art et d’histoire du Judaïsme), Thomas Kirchner (Centre allemand d’histoire de l’art), Matthieu Léglise (Paris 1), Colette Nativel (Paris 1), Paul Salmona (Musée d’art et d’histoire du Judaïsme), Matthieu Somon (Paris 1, Centre allemand d’histoire de l’art).

Malgré l’abondance de son iconographie dans l’art occidental, Moïse est une figure oubliée de l’histoire de l’art. Le fondateur du judaïsme, instituteur du Décalogue et rédacteur présumé du Pentateuque, n’apparaît que de façon diffuse dans les publications et aucun musée n’avait jamais organisé de manifestation consacrée à la figure du prophète. C’est cette lacune que le Musée d’art et d’histoire du Judaïsme se propose de combler, en dédiant une exposition à l’initiative de deux étudiants de l’université Paris 1, Matthieu Somon et Matthieu Léglise, qui en sont commissaires, en partenariat avec le Centre allemand d’histoire de l’art.

Pour compléter cette exposition, Colette Nativel organise avec Matthieu Somon, en partenariat avec le Centre allemand d’histoire de l’art et le Mahj, un colloque consacré aux figures de Moïse du XVIe siècle à nos jours. Figure du libérateur par excellence, Moïse trouve au XXe siècle son incarnation la plus populaire avec les deux versions des Dix commandements de Cecil B. De Mille, où le chef des Hébreux devient un héros légendaire, familier d’un public de plus en plus détaché de la référence religieuse. À cet attrait populaire s’ajoute un intérêt scientifique qui motive fondamentalement le projet. Peu étudiée, l’iconographie de Moïse connaît entre  1520 et la fin du XVIIe siècle, puis à nouveau depuis la fin du XIXe siècle, une fortune considérable, qui se caractérise par une production d’une abondante diversité. Tableaux, tapisseries, vaisselle, bijoux, objets d’art, meubles représentent des épisodes de l’histoire du prophète. Les bornes chronologiques de l’exposition vont ainsi des prémices de l’édition en Europe des textes hébraïques ayant trait à l’histoire de Moïse – Biblia rabbinica de Bomberg à Venise vers 1520 ; première Haggadah de Prague en 1526 – aux derniers avatars des représentations du prophète dans le cinéma et l’art contemporain.

Parce que la figure de Moïse se situe au carrefour d’intérêts religieux, politiques et artistiques pérennes, le colloque entend explorer, en complément de l’exposition du Mahj et à la lumière des œuvres et de l’histoire culturelle, la présence du prophète dans les trois religions monothéistes à des moments clés de l’histoire et dans les œuvres d’artistes majeurs du XVIe siècle à nos jours. Il s’attachera à étudier les sources de l’histoire de Moïse et leurs diffusions à l’époque moderne, puis sa résurgence parmi les puissants et les fidèles des époques modernes et contemporaines. Il tâchera d’examiner aussi la place de Moïse dans la création et la théorie artistiques du XVIe siècle à nos jours.

Programme :

 
Mercredi 2 décembre 2015 à 14 h Moïse et le judaïsme : sources antiques et diffusion (musée d’art et d’histoire du Judaïsme).

14 h 00
Ouverture du colloque

14 h 30
Moïse à Alexandrie. Le Moïse de Philon est-il un Moïse grec ?
Carlos Lévy, Paris IV

15 h 00
Moïse, auteur, prophète, saint dans la théologie chrétienne des premiers siècles (Origène et Grégoire de Nysse).
Françoise Vinel, Université de Strasbourg

15 h 30 : Pause.

16 h 00
Moïse selon Flavius Josèphe.
Arnaud Sérandour, EPHE

16 h 30
Doura Europos et sa fortune.
Sonia Fellous, CNRS – IRHT

Vendredi 4 décembre 2015 : Moïse, figure du créateur. Moise, figure du libérateur (INHA, Auditorium.

10 h 00
Moïse est-il l’inventeur du monothéisme ?
Thomas Röhmer, Collège de France

10 h 30
Moïse dans le livre d’emblèmes de Jan David.
Walter S. Melion, Emory University

11 h 00 : Pause.

11 h 30
L’extase de Moïse.
Philippe Morel, Université Paris 1

12 h 00
Poussin et Moïse.
Nicolas Milovanovic, Musée du Louvre

12 h 30
Du maître de l’ovale au maître de Moïse : Sylvain Bonnet.
Jean-Claude Boyer, CNRS

Métamorphoses de Moïse

14 h 30
Moïse, l’Ancien Testament et la théorie de l’art française.
Thomas Kirchner, Centre allemand d’histoire de l’art

15 h 00
Moïse et le sublime.
Dietmar Till, Université de Tübingen

15 h 30
Les plâtres de la statue de Michel-Ange et la formation de l’image de Moïse au XIXe siècle.
Elisabeth Oy-Marra, Université de Mayence

16 h 00 : Pause

16 h 30
Représentation de Moïse et interdit de la représentation dans la synagogue.
Dominique Jarrassé, Université de Bordeaux, École du Louvre

17 h 00
Moïse et le cinéma.
Ophir Lévy, Paris 3
Suivie d’une projection (choix du film en cours)

Samedi 5 décembre 2015 : Moïse contemporain (INHA, salle Jullian).

10 h 00
Moïse chez Turner.
Pierre Wat, Université Paris 1

10 h 30
Les nouveaux Moïses.
Anne Hélène Hoog, Musée d’art et d’histoire du Judaïsme

11 h 00 : Pause.

11 h 30
Heine et Freud, exégètes de Moïse.
Sigrid Weigel, Université de Berlin

12 h 00
Moïse chez Anselm Kiefer.
Julie Sissia, Centre allemand d’histoire de l’art

Colloque : Science, Nature and Art in the Time of the Baroque.

Johannes Blaeu, Observatoire de Tycho Brahe, 1667, gravure sur cuivre mise en couleurs, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Johannes Blaeu, Observatoire de Tycho Brahe, 1667, gravure sur cuivre mise en couleurs, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : Colloque.
Date : Du 09 au 11 novembre 2015.
Lieu : Séville (Focus-Abengoa Foundation).
Sous la direction de : Antonio-Miguel Bernal Rodríguez, University of Seville. 

With the birth of the “new science” in the wake of Bacon, the theories on the world and nature ceased being essentially poetic –as they were considered in the long inherited mediaeval tradition– and began to be felt as essentially scientific. Modern science and the development of the artistic culture of the Baroque came hand in hand and became the cornerstones of the history of European culture. In this modern science, the discovery of the foundations of nature led to questions on the relationship between people and the natural environment, which went beyond living nature to open up new avenues to the theories of light and colour, space and time, as expressed in the creative brilliance of Velázquez in the gardens of Villa Medicis. The “vision” of nature took on a variety of projections through the art of the Baroque. The conception of the natural world under the impetus of the 17th and 18th century scientists became increasingly removed from the previous allegories and symbolism. The landscape as an expressive medium emerged in pure form as man interacted with nature. Recalling among others, André Mollet in his treatise Le Jardin de Plaisir (1651), from the gardens of delights of the 16th century to the gardens of love of the 17th century, natural history experienced a qualitative leap in the representation of nature as art and in art under the guise of collecting and as visual culture. This art and science in the time of the Baroque were not antagonistic and instead were interrelated in the construction of a new pictorial time and space where nature became viewed even more intensely less as a divine hieroglyphic and more as visual culture, a faithful reflection of the influence of science on art.

Registration, diploma and credits recognition By registering at Focus-Abengoa official website, attendants will be awarded a certified diploma and will be able to gain credits. Loyola University Andalucia, Pablo de Olavide University and University of Seville will officially award ECTS credits (European Credit Transfer System). Price: 30 euros (only for diploma/credits). Scholarships Scholarships will be granted to obtain diplomas (limited). More information available on our website. The full information is available at the following link   : http://www.focus.abengoa.es/web/en/escuela-barroco/index.html

Programme :

Lundi 9 novembre 

Presentation 20:00 h. Inaugural Conference: Poussin’s Reflections on Man, Nature and Art Keith Christiansen, Metropolitan Museum of New York.

Mardi 10 novembre

10:00 h. Jesuits in Baroque culture: art, education, science Guillermo Rodríguez Izquierdo SJ., Loyola University Andalucia.

11:00 h. Natural history and visual culture in the seventeenth century José Ramón Marcaida, University of Cambridge.

12:00 h. Break.

12:30 h. Science, the sciences and Baroque Javier Viar, Bilbao Fine Arts Museum.

17:00 h. Symbolic Baroque Ornithology: birds in books of emblems and prints of the 17th century José Julio García Arranz, University of Extremadura.

18:00 h. 17th century Italy: the breeze through the leaves Manuela Mena, Prado National Museum.

19:00 h. Organ concert leaded by José Enrique Ayarra Jarne, Focus-Abengoa Foundation organist, at Hospital de los Venerables Church.

Mercredi 11 novembre

10:00 h. Still life: the vanities in the work of Valdés Leal Enrique Valdivieso, University of Seville.

11:00 h. Velázquez and nature Guillaume Kienzt, Louvre Museum.

12:00 h. Round table About landscape Presenter: Juan Fernández Lacomba Participants: Javier Viar, José Ramón Marcaida and Guillaume Kienzt.

13:30 h. Closure.

15:30 h. Campus visit to Focus-Abengoa Sanlúcar la Mayor Landscapes of Guadiamar Fernando Amores and Juan Fernández Lacomba.

 

Publication : Nicolas Poussin. La collection du musée du Louvre.

ROSENBERG Pierre, Nicolas Poussin. Les tableaux du Louvre, Paris, Somogy, septembre 2015, 280 p.

ROSENBERG Pierre, Nicolas Poussin. La collection du musée du Louvre, Paris, Somogy, septembre 2015, 280 p.

Présentation de l’éditeur :

Du Mars et Vénus des premières années du séjour romain à l’Apollon amoureux de Daphné laissé inachevé, sans oublier Écho et Narcisse, Les Bergers d’Arcadie, l’Autoportrait de 1650, le Paysage avec Diogène et Les Quatre Saisons, les peintures de Nicolas Poussin (1594-1665) conservées au musée du Louvre permettent de suivre le déroulement de la carrière de l’artiste, dont l’aventure est l’une des plus ambitieuses de toute l’histoire de l’art. Continuer la lecture

Parution : La peinture tissée – Théorie de l’art et tapisseries des Gobelins sous Louis XIV.

BERTRAND Pascal-François, La Peinture tissée - Théorie de l’art et tapisseries des Gobelins sous Louis XIV, Rennes, PUR, 2015, 168 p.

BERTRAND Pascal-François, La Peinture tissée – Théorie de l’art et tapisseries des Gobelins sous Louis XIV, Rennes, PUR, 2015, 168 p.

Présentation de l’éditeur :

L’histoire de la manufacture royale des Gobelins est encore bien souvent perçue comme l’œuvre de Jean-Baptiste Colbert et Charles Le Brun, une idée forgée par Voltaire qui voyait dans son Siècle de Louis XIV (1751) un âge d’or perdu. si le rôle joué par ces deux grands hommes est indéniable, il faut aussi admettre que leur action ne couvre environ qu’un tiers du règne de Louis XiV, depuis le moment où le roi a commencé à gouverner par lui-même, en mai 1661, jusqu’à la mort du ministre, en septembre 1683. La période qui a suivi a été globalement perçue comme n’ayant pas été favorable à la Manufacture, car Louvois, le successeur de Colbert à la surintendance des Bâtiments du roi, a entrepris de faire tisser des peintures et des dessins de maîtres anciens et modernes, des œuvres non conçues spécifiquement pour la tapisserie, ce qui a eu pour résultat des tentures considérées comme peu originales, car saisies comme des copies. Des arguments d’ordre économique et esthétique ont été avancés pour soutenir cette thèse. Mais les explications fournies ne prennent pas en compte l’ensemble des déterminations qui ont fait que ces tapisseries existent sous cette forme. La production des Gobelins se situe sous Louvois, comme sous son prédécesseur, dans un contexte d’art de cour, avec le même but avoué : la gloire du roi et la splendeur de l’art. Le propos de cet essai est de revenir sur ces tapisseries transposant dans le grand format des peintures et dessins de Raphaël, Giulio Romano, Nicolas Poussin et Pierre Mignard. Ces œuvres ont été peu étudiées, elles ont été principalement analysées sous l’angle de la représentation politique, mais rarement d’un point de vue esthétique. il s’agit donc de s’interroger sur le sens de la pratique de la copie en tapisserie dans un contexte d’art de cour où le système de la représentation royale était extrêmement codifié. Les études sur la tapisserie ont essentiellement privilégié la question du sens des images, l’analyse de la storia, les programmes iconographiques et leurs significations qui nous renseignent sur la culture de la société. La réflexion sur la pensée figurative et l’invention plastique, sur le passage du peint au tissé a été délaissée, essentiellement faute de témoignages directs. Les principales sources utilisées sont des documents comptables, des écrits qui sont quasiment muets sur les intentions des différents acteurs. Mais il existe d’autres textes, des relations mondaines, des échanges épistolaires et la littérature artistique. C’est essentiellement de la confrontation de la lecture de cette dernière à l’examen des tapisseries que l’on peut tirer quelque enseignement. Quelles étaient donc les stratégies des Bâtiments du roi en projetant de faire tisser les modèles de la peinture universellement reconnus aux Gobelins ?

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site des Presses universitaires de Rennes.

Colloque : Nicolas Poussin (1594-1665). Entre paganisme et christianisme.

Capture d’écran 2015-06-04 à 14.02.47

Type : Colloque.
Date : 09 et 10 juin 2015.
lieu : Auditorium, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002.
Comité scientifique : Colloque international organisé sous la direction d’Alain Mérot (Université Paris-Sorbonne, Centre André Chastel), Nicolas Milovanovic (Musée du Louvre), Mickaël Szanto (Université Paris-Sorbonne, Centre André Chastel), avec le soutien du musée du Louvre, dans le cadre de l’exposition « Poussin et Dieu », musée du Louvre, 30 mars-29 juin 2015.

« C’est Moïse. Le Moshe des Hébreux, le Pan de l’Arcadie, le Priape de l’Hellespont, l’Anubis des
égyptiens, que je tire des eaux » : la phrase enthousiaste de Loménie de Brienne (1635-1698), devant le Moïse sauvé de Nicolas Poussin, est restée célèbre. Mais au-delà de la lecture multiple
et stratifiée du héros de l’Ancien Testament proposée par l’amateur parisien, bien connu pour ses excentricités et sa folie, le propos n’en demeure pas moins une clé d’accès à l’oeuvre de Poussin. Car le maître des Andelys n’eut de cesse de mêler à son iconographie sacrée des éléments relevant de la tradition païenne : ici une flûte de Pan aux côtés de Moïse, là une ruine antique à la forme préfigurative d’une croix non loin de saint Jean. Le métissage singulier opéré par Poussin, associant formes païennes et signes chrétiens, a suscité et suscite encore bien des interprétations, parfois contradictoires. Si pour les uns, ce syncrétisme audacieux est la preuve d’un esprit émancipé des dogmes religieux, il est pour d’autres le fruit d’une quête de la religion chrétienne jusqu’aux sources des mythes fondateurs, à la manière d’un Athanase Kircher. Le colloque se propose non seulement de questionner les inventions iconographiques de Nicolas Poussin mais aussi de réfléchir sur les sources du peintre, où se croisent nature, mystère et énigme.

Programme :

9h30 Ouverture
Alain Mérot (Université Paris-Sorbonne)
Nicolas Milovanovic (Musée du Louvre)
Mickaël Szanto (Université Paris-Sorbonne)

Mardi 09 juin (matin ) : Poussin et la nature.

Présidence de séance : Alain Mérot (Université Paris-Sorbonne)

10h00 : Vincent Delecroix (EPHE, Paris)
« Deus sive natura » ? Dieu comme paysage chez Poussin.

10h30 : Clélia Nau (Université Paris VII)
Saturnales de Poussin : nimbe, soleil, halo.

11h00-11h30 : pause

11h30  : Olivier-Thomas Venard (Ecole biblique et archéologique française, Jérusalem)
Un contrepoint sur l’histoire, l’écriture et la philosophie : Paysage avec saint Matthieu et l’ange et Paysage avec saint Jean à Patmos en pendants.

12.00-12.30 : discussion

13.00-14.30 : pause déjeuner

Mercredi 10 juin (matin) : Image et mystère.


Président de séance : Pierre Rosenberg, de l’Académie française

9h30 : Elisabeth Hipp (Bayerische Staatsgemäldesammlungen, Munich)
Motifs chrétiens, motifs païens. A propos de La Déploration sur le Christ mort de Munich.

10h00 : Jean-Robert Armogathe (EPHE, Paris)
La théologie mystérique de Nicolas Poussin.

10h30-11h00 : pause

11h00 : Ralph Dekoninck (Université catholique, Louvain)
Penser par figures. Poussin et Richeome.

11h30 : Hilliard Goldfarb (musée des Beaux-Arts de Montréal)
Poussin and the Defense of Catholicism.

12h00-12h30 : discussion

13h00-14h30 : pause déjeuner

Mercredi 10 juin (après midi) : Le sublime en question.

Président de séance : Jean-Robert Armogathe (EPHE, Paris)

14h30 : François Trémolières (Université Paris-Ouest, Nanterre la Défense)
Poussin/Fénelon. Intention/réception.

15h00 : Pierre-Antoine Fabre (EHESS, Paris)
Louis Marin devant Poussin.

15h30-16h00 : discussion

16h00 : Marc Fumaroli, de l’Académie française
Peinture savante et peinture dévotionnelle. Un gallican à Rome.