Archives par étiquette : Natacha Coquery

Journée d’études du GRHAM : « Interpréter l’Histoire dans les arts décoratifs au XVIIIe siècle ».

Anonyme (France), Diane et Endymion, 1772-1773, tabatière en or, écailles de tortue et ivoire, 3,2 × 7,6 cm, New York, Metropolitan Museum.

Type : Journée d’études.
Date et horaire : jeudi 15 juin 2017 à partir de 9h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.

Programme :

9h00 – 9h20 : Accueil des participants.

9h20 – 9h30 : Mot de bienvenue du GRHAM.

Session 1 :

Présidente de séance : Natacha Coquery (université Lumière Lyon 2).

9h30 – 10h30 : Chloé Perrot (université de Lille 3 et École du Louvre) : « La Nouvelle Iconologie Historique » de Jean-Charles Delafosse (1768), écrire l’histoire dans les arts décoratifs.

10h30 – 11h30 : Pascal-François Bertrand (université Michel de Montaigne Bordeaux 3) : Hiérarchie des manufactures de tapisserie en France et typologie des sujets représentés.

11h30 – 12h30 : Aziza Gril-Mariotte (université de Haute-Alsace) : Puissance maritime et économique dans les textiles à personnages : une démocratisation de l’histoire du XVIIIe siècle. Continuer la lecture

Journée d’étude : Les relations artistiques à l’époque moderne.

Nicolas Langlois, Almanach pour l’année 1700, Vue du Salon de peinture et de sculpture de l'année 1699 (détail), 1700, eau-forte et burin, 88 x 55 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Nicolas Langlois, Almanach pour l’année 1700, Vue du Salon de peinture et de sculpture de l’année 1699 (détail), 1700, eau-forte et burin, 88 x 55 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : journée d’étude.
Date : 12 novembre 2015.
Lieu : Lausanne, université de Lausanne, Géopolis, salle 2235.
Contact : -Session 1 : angela.benza@unige.ch / cyril.lecosse@unil.ch -Session 2 : genevieve.dutoit@unil.ch / berangere.poulain@unige.ch

La première partie de cette journée d’étude portera sur les relations artistiques entre la France et l’Angleterre à la période moderne. Il s’agira de s’interroger autant sur les enjeux de ces échanges que sur leurs formes et leurs principaux acteurs. Dans cette perspective, il apparait essentiel de caractériser le type d’échanges en vigueur pouvant notamment procéder de la rivalité, de l’émulation, de l’imitation ou encore du pastiche. De même, il semble nécessaire d’identifier les différentes dynamiques dans lesquelles ces relations ont pu s’inscrire : transfert, transposition, adaptation ou appropriation, etc. Enfin, la question de la circulation des modèles et des « acteurs » (réseaux d’artistes, marchands, clientélisme, collectionnisme etc.) se trouve elle-aussi au centre des considérations sur les relations artistiques à l’époque moderne.

Tous ces questionnements et domaines de réflexions montrent qu’il faut inscrire l’étude des relations artistiques entre la France et l’Angleterre dans un cadre historique élargi afin de s’interroger plus globalement sur les modalités de réception d’une culture par une autre. Nous pourrons, par exemple, examiner les préjugés – d’ordre esthétique, historiographique ou méthodologique – qui ont constitué et peuvent constituer encore des obstacles à l’étude comparative des œuvres d’art britanniques et françaises.

La deuxième session aura pour objectif d’engager une réflexion sur les liens qui unissaient la peinture aux objets du décor au XVIIIe siècle. Il s’agira de mieux comprendre la dynamique des échanges à l’époque moderne entre les arts manufacturés et les beaux-arts. Comment les peintres interagissaient-ils avec les différents acteurs de la décoration intérieure ? Comment se sont construites ces relations ? Quels en étaient les acteurs et les principaux enjeux ? Dans quelles mesures les peintres prenaient-ils en compte l’espace dans lequel leurs œuvres étaient présentées, l’enveloppe architecturale qui les recevait mais aussi la corrélation d’objets de nature et de statuts différents ? Quels étaient les liens ou les collaborations entre les peintres de chevalet, les peintres ornemanistes, les peintres décorateurs et les peintres d’impression, vernisseur ou doreur ? Existait-il une perméabilité entre ces différents corps de métier ? Dans quelles mesures les marchands et leur boutique ont-ils pu contribuer à lancer la carrière d’un artiste ? Ou, au contraire, se servir de la popularité de ce dernier pour mieux vendre leurs marchandises ? Voici quelques unes des questions sur lesquelles nous nous proposons de réfléchir lors de cette journée d’étude.

Programme :

I. LES RELATIONS ARTISTIQUES ENTRE LA FRANCE ET L’ANGLETERRE XVIIe-XIXe

Modération : Angela Benza (assistante, UNIGE) et Cyril Lécosse (maître-assistant, UNIL).

8.45 : Accueil et introduction à la session I.

9.00 : CHRISTOPH VOGTHERR (directeur de la Wallace Collection ) : Understanding Watteau’s stay in London: Expectations and Exchanges, Imports and Exports.

10.00 : MARIANNE CLERC (maître de conférence, Université Pierre Mendès-France, Grenoble 2) : Les artistes français en Angleterre (vers 1680-1745).

10.30 : Pause

11.00 : JAN BLANC (professeur d’histoire de l’art de la période moderne, UNIGE) : An Englishman in Paris : les trois séjours français de sir Joshua Reynolds (1752, 1768, 1771).

11.30 : VALÉRIE COSSY, (professeure de littérature anglaise et littérature comparée, UNIL ) : L’exemple de Jane Austen dans la Bibliothèque britannique de Genève (1796-1815).

12.00 : DISCUSSION avec les doctorants.

13.00 : Pause de midi.

II. RELATIONS ENTRE LES BEAUX-ARTS ET LES OBJETS DU DÉCOR AU XVIIIE SIÈCLE

Modération : Geneviève Dutoit (assistante, UNIL) et Bérangère Poulain (assistante, UNIGE).

14.15 Introduction de la session II.

14.30 : NATACHA COQUERY (professeure d’histoire moderne, Université Lumière Lyon 2) : Le rôle du tapissier-décorateur d’intérieur dans les intéractions entre les différents acteurs du décor intérieur au XVIIIe siècle.

15.30 : CHRISTIAN MICHEL (professeur d’histoire de l’art de la période moderne, UNIL) : sujet à définir.

16.00 : Pause.

16.30 : YOANN GROLAMBERT (doctorant, Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand 2) : Les liens entre Alexis Peyrotte et les fournisseurs du garde-Meuble de la Couronne.

17.00 : CARL MAGNUSSON (maître-assistant, Unil) : Peinture et décoration au XVIIIe siècle : entre assujettissement et autonomie.

17.30 : DISCUSSION avec les doctorants.

18.30 : Clôture de l’atelier doctoral.

 

Colloque : Les foyers artistiques à la fin du règne de Louis XIV (1682-1715). Musique et formes spectaculaires

François de Troy, Didon et Énée, 1704, huile sur toile, 160 × 202 cm. Sceaux, musée de l’Île de France, inv. 2008.2.1.© CG 92 / Musée du Domaine départemental de Sceaux / photographie : P. Lemaître. Scène tirée de l’Énéide de Virgile. En réalité, le peintre met en scène le duc et la duchesse du Maine entourés par les familiers de la cour de Sceaux. Au centre : le duc du Maine, représenté sous les traits d’Énée. À droite, étendue sur un lit : la duchesse du Maine représentée sous les traits de Didon. Sont présents également les enfants du couple, la dame d’honneur de la duchesse, ainsi que de Troy lui-même, portant un carton à dessin.

François de Troy, Didon et Énée, 1704, huile sur toile, 160 × 202 cm. Sceaux, musée de l’Île de France, inv. 2008.2.1.© CG 92 / Musée du Domaine départemental de Sceaux / photographie : P. Lemaître.
Scène tirée de l’Énéide de Virgile. En réalité, le peintre met en scène le duc et la duchesse du Maine entourés par les familiers de la cour de Sceaux. Au centre : le duc du Maine, représenté sous les traits d’Énée. À droite, étendue sur un lit : la duchesse du Maine représentée sous les traits de Didon. Sont présents également les enfants du couple, la dame d’honneur de la duchesse, ainsi que de Troy lui-même, portant un carton à dessin.

Type : Colloque international

Date : 5, 6 et 7 novembre 2015

Lieu : Salle des Colonnes, Grande Écurie du château de Versailles

Sous la direction de : Rémy Campos, Anne-Madeleine Goulet et Mathieu da Vinha

Organisé par : le Centre de recherche du château de Versailles, le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, l’université François-Rabelais de Tours et le CNRS

Programme

Jeudi 5 novembre 2015

9h30 Accueil

9h45 Ouverture

10h De la pertinence de la notion de foyer pour l’étude de la musique et des formes spectaculaires à Paris et à Versailles (1682-1715), Rémy Campos (Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris) et Anne-Madeleine Goulet (CNRS, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance)

10h30 Pouvoir et contre-pouvoirs artistiques à la fin du règne de Louis XIV, Christian Biet (université Paris-Ouest Nanterre La Défense)

11h Pause

Première session : les lieux

Un modèle curial ?

Discutant : Natacha Coquery (université Lumière–Lyon 2)

11h30 La musique dans les appartements, Tarek Berrada (Centre André Chastel)

12h Monsieur et Philippe II d’Orléans : une influence culturelle par-delà leurs résidences, Don Fader (université de l’Alabama)

Si loin, si proche

Discutant : Boris Bove (université Paris 8)

14h Le règne de Monseigneur sur les fêtes : inviter et être in­vité par le fils de Louis XIV, Franck Devedjian (chercheur indépendant)

14h30 Les Nuits de Sceaux : derniers feux du Grand Siècle ?, Catherine Cessac (CNRS, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance)

15h Pause

Topographies

Discutant : Manuel Couvreur (université libre de Bruxelles)

15h30 La princesse de Conti en ses demeures, Thomas Vernet (bibliothèque musicale François-Lang, Royaumont)

16h Foyers ou essaims ? Essai de topographie chrétienne du plaisir à la fin du règne de Louis XIV, Fabrice Preyat (université libre de Bruxelles)

Vendredi 6 novembre 2015

Deuxième session : acteurs, répertoires et pratiques

Les acteurs

Discutant : Martial Poirson (université Paris 8)

9h30 Amateurs, professionnels : foyers et professionnalisation progressive des artistes, Catherine Massip (École pratique des hautes études)

10h Composer pour les nouveaux foyers : la « fureur » des musiciens d’église au crépuscule du Grand Siècle, Jean Duron (Centre de musique baroque de Versailles)

10h30 De la Cour à la ville : les musiciens du roi face à l’émergence de nouveaux foyers, Thomas Leconte (Centre de musique baroque de Versailles)

11h Pause

Les répertoires

Discutant : Pierre Frantz (université Paris-Sorbonne)

11h30 Les lieux musicaux du Mercure Galant, Anne Piéjus et Nathalie Berton-Blivet (IReMus)

12h Le théâtre de société, foyer artistique ?, Guy Spielmann (université de Georgetown)

Les pratiques

Discutant : Guy Spielmann (université de Georgetown)

14h Les lieux de musique dans les Mémoires du duc de Saint-Simon, Olivier Baumont (Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris), communication illustrée au clavecin

15h L’art d’assembler, le choix de partager : la collection de musique italienne des Stuart en France (1689-1718), Barbara Nestola (CNRS, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance)

15h30 Pause

16h Exemples de fêtes privées entre Versailles et Paris. Éléments pour une typologie, Mathieu da Vinha (Centre de recherche du château de Versailles)

16h30 « La grande dépense et le fracas ». Recherches sur l’économie matérielle des patronages artistiques au tournant des xviie et xviiie siècles, David Hennebelle (université d’Artois)

17h Les arts entre Paris et Versailles : le Palais-Royal de Philippe II d’Orléans comme rénovateur de l’absolutisme louis­quatorzien, Laurent Lemarchand (université de Rouen)

Samedi 7 novembre 2015

Troisième session : Goût(s), échanges et normes nouvelles

Des goûts nouveaux

Discutant : Gérard Sabatier (Centre de recherche du château de Versailles)

9h30 Qui gouverne l’empire des sens ? Les évolutions du goût à la charnière du xviie et du xviiie siècle, Tatiana Senkevitch (musée des Beaux-Arts de Houston)

10h La reconfiguration de la vraisemblance morale ou la naissance d’une deuxième galanterie : l’exemple de Thomas Corneille, Jörn Steigerwald (université de Paderborn)

10h30 Perméabilité ou étanchéité des foyers artistiques ? Paris et l’étranger, Rebekah Ahrendt (université de Yale)

11h Pause

Vers une nouvelle redistribution des pouvoirs ?

11h30 Foyer et territoire dans la Comparaison de la musique italienne et de la musique française de Le Cerf de la Viéville, Laura Naudeix (université Rennes 2)

12h Genres et lieux de musique à la fin du règne de Louis XIV, Thierry Favier (université de Poitiers)

12h30 Conclusions, Jean Boutier (École des hautes études en sciences sociales)

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Inscription obligatoire

http://www.chateauversailles-recherche.fr, rubrique « Événements sur inscription »

Renseignements : 01 30 83 75 12