Archives par étiquette : Musée des Beaux-Arts de Lyon

La Chioné de Poussin retrouve Lyon

Nicolas Poussin, La Mort de Chioné, vers 1622, huile sur toile, 109,5 x 159,5 cm, Lyon, Musée des Beaux-Arts.

Nicolas Poussin, La Mort de Chioné, vers 1622, huile sur toile, 109,5 x 159,5 cm, Lyon, Musée des Beaux-Arts.

Le Musée des Beaux-Arts de Lyon[1] vient de se porter acquéreur du tableau de Poussin représentant La Mort de Chioné. Le sujet est résumé par Renouard dans sa traduction des Métamorphoses d’Ovide de la manière suivante : « Ceyx avoit une nièce nommée Chioné, fille de Dédalion son frère, laquelle pour avoir été aimée d’Apollon & de Mercure, de qui même elle avoit eu des enfants, présuma tant de foy qu’elle osa se vanter d’être plus belle que Diane. Cette Déesse chasseresse offensée de tant d’outrecuidance, lui perça la langue d’une flèche, & du même coup la fit mourir, dont Dédalion fut si cruellement tourmenté, que de regret il se précipita des sommets du mont Parnasse, & en tombant fut par Apollon changé en faucon.[2] ». Poussin traduit fidèlement ce drame en image lors de son séjour à Lyon, répondant sans doute à la commande du père Bernardin, Silvio I (1613 – 1686). L’œuvre constitue un des rares témoignages du travail réalisé par l’artiste à Lyon, avant son départ pour Rome début 1624 où il trouvera le succès.

Florence Fesneau

——————————————————————————————————

[1] L’œuvre a été achetée auprès d’une galerie londonienne pour un montant de 3 750 000 €. Ont contribué à son acquisition : le Club du musée Saint-Pierre, l’État au travers du Fonds du Patrimoine, la Ville de Lyon et la Région Rhône-Alpes.

[2] Nicolas RENOUARD, Les métamorphoses d’Ovide, traduites en prose françoise, Paris, Vve Langelier, 1637, (1619), VIIIe Fable du XIe Livre, p. 313 – 314.