Archives par étiquette : Monnoyer Jean-Baptiste

Vente Christie’s des 5 et 7 juillet 2016

Giovanni Battista Tiepolo, Tête de garçon regardant vers le haut, dessin, 24.9 x 20.2 cm

Giovanni Battista Tiepolo, Tête de garçon regardant vers le haut, dessin, 24.9 x 20.2 cm

La Vente “Old Masters & British Drawings” du 5 Juillet (Londres) présente au Lot n° 25 (estimé entre 200 000 – 300 000 £) un dessin de Giovanni Battista Tiepolo (1696 – 1770) représentant la tête d’un jeune garçon les yeux levés qui pourrait être celle de l’un des fils de l’artiste ; Giovanni Domenico (né en 1727) ou Lorenzo (né en 1736).

Giovanni Antonio Canal, dit Canaletto, 1740 – 1741, Vue de Padoue, dessin, 18.5 x 27.7 cm.

Giovanni Antonio Canal, dit Canaletto, 1740 – 1741, Vue de Padoue, dessin, 18.5 x 27.7 cm.

Le Lot n° 28 A (estimé entre 150 000 et 250 000 £) présente une Vue de Padoue, réalisée par Canaletto (1697-1768) vers 1740 – 1741, époque à laquelle il découvre la région avec son neveu Bernardo Bellotto (17420 – 1780) et se consacre quasi-exclusivement au dessin et à la gravure, délaissant momentanément la peinture. Ces dessins rendent compte d’une manière plus libre, Canaletto s’astreignant moins à l’exactitude topographique pour s’attacher d’avantage au rendu atmosphérique des lieux.

Claude Gellée dit Le Lorrain, Eglise de la Trinité des Monts à Rome, dessin, 19.2 x 24.8 cm.

Claude Gellée dit Le Lorrain, Eglise de la Trinité des Monts à Rome, dessin, 19.2 x 24.8 cm.

Le Lot n° 45 (estimé entre 100 000 – 150 000 £) propose un dessin de Claude Gellée dit Le Lorrain (1600 – 1682) représentant l’église de la Trinité des Monts. Il s’agit d’une étude préparatoire pour une Vue de Rome (1632) actuellement à la National Gallery de Londres.

Grotesques : Musiciens et danseurs, 1688 – 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais, 307 x 392 cm.

Grotesques : Musiciens et danseurs, 1688 – 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais, 307 x 392 cm.

Dans la Vente “The Exceptionnal Sale 2016” du 7 juillet (Londres), on notera deux tapisseries issues des séries Les Grotesques, sous les numéros 332 et 333 (estimée chacune entre 50 000 et 80 000 £). Elles ont été réalisées entre 1688 et 1732 à la manufacture royale de Beauvais sous la direction de Philippe Behagle (1648 – 1705) d’après des cartons de Jean-Baptiste Monnoyer (1636 – 1699) et Jean I Berain (1640 – 1711). La première représente des musiciens et des danseurs assis dans un pavillon surmonté d’un griffon, tandis que la seconde a pour sujet des dompteurs d’animaux. A gauche deux léopards combattent un buffle, au centre deux dompteurs s’occupent de trois lions, tandis qu’à droite on peut voir un figure et quatre chiens de chasse.

Grotesques : Musiciens et danseurs, 1688 – 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais, 307 x 392 cm.

Grotesques : Musiciens et danseurs, 1688 – 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais, 307 x 392 cm.

Florence Fesneau

Vente Christie’s du 3 mai à Paris

Jean-Baptiste Charpentier, Portrait de Louis-Jean-Marie de Bourbon, duc de Penthièvre, huile sur toile 227 x 137 cm.

Jean-Baptiste Charpentier, Portrait de Louis-Jean-Marie de Bourbon, duc de Penthièvre, huile sur toile
227 x 137 cm.

Dans la vente « Le goût français » du 3 mai, le tableau de Jean-Baptiste Charpentier (1728 – 1806) représentant un Portrait du duc de Penthièvre (1725-1793) (Lot n° 11) a atteint la somme de 63 900 €. Ce tableau est connu par plusieurs versions, celle du musée des Beaux-Arts de Tours étant la plus célèbre. Louis-Jean-Marie de Bourbon, duc de Penthièvre, petit-fils de Louis XIV et fils du comte de Toulouse, y est portraituré dans son rôle d’Amiral de France, titre auquel il est élevé en 1734. Il tient dans sa main droite son bâton d’amiral et porte en sautoir le cordon de l’ordre du Saint-Esprit et l’insigne de la Toison d’or, ordre dont il a été fait chevalier en 1740. Le portrait, donné par le duc à l’abbé de Clairvaux en 1787, est resté dans la famille de ce dernier jusqu’à ce jour. Jean-Baptiste Charpentier a exécuté un autre portrait du duc, entouré de sa famille, dans un tableau intitulé La tasse de chocolat, conservé au Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon (1768, huile sur toile, 177 x 255 cm).

La collation, 1690 - 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais en laine et soie, 324 x 384 cm.

La collation, 1690 – 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais en laine et soie, 324 x 384 cm.

Le lot n° 29 (169 500 €) est une tapisserie faisant partie de la tenture de L’Histoire de l’Empereur de la Chine illustrant le quotidien des empereurs Shun Chih (règne : 1644-1661) et de Kang Hsi (règne 1661-1721). Ces tapisseries sont directement inspirées de l’œuvre de Johan Nieuhof, Legatio batavica ad magnum Tartatiae chamum sungteium, modernum sinae imperatorem (1665), parue à l’issue de la visite de la délégation en Chine de la Compagnie hollandaise des Indes Orientales (1655-1657). La tenture comprend traditionnellement neuf sujets tissés par la manufacture de Beauvais alors dirigée par Philippe Behagle (mort en 1705) : Les Astronomes, Le Thé de l’Impératrice, Le Retour de la chasse, L’Embarquement de l’Empereur, L’Embarquement de l’Impératrice, La Collation (ici représentée), La Récolte des ananas, L’Empereur en voyage et L’Audience de l’Empereur. Les cartons ont été réalisés par quatre peintres : Guy Vernansal (mort en 1729), Jean-Baptiste Belin de Fontenay (mort en 1715) et Jean-Baptiste Monnoyer, le quatrième peintre restant non-identifié. La signature de Vernansal, présente sur de nombreux modèles, laisse présumer qu’il était le peintre principal de la série. La datation est, quant à elle , difficile à déterminer avec certitude. Il est très probable qu’elle se situe entre la prise de fonction de Behagle en 1684 et le départ de Monnoyer en 1690. La série est finalement abandonnée à Beauvais en 1732, lorsque les cartons deviennent hors d’usage.

La collation représente l’empereur et l’impératrice de Chine prenant une collation, les serviteurs se tenant à leurs côtés sous un riche dais de velours de soie et brocards, avec de grands plats en métal disposés sur un dressoir à gauche avec des vases montés en porcelaine bleu blanc, à droite une table dressée, l’arrière-plan arboré avec un palais. La bordure est manquante.

Florence Fesneau