Archives par étiquette : molière

Le GRHAM rend visite au Grand Condé

Juste d’Egmont, Portrait de Louis II de Bourbon, prince de Condé, dit le Grand Condé , en habit, huile sur toile, 146 x 110 cm, Chantilly, musée Condé.

Juste d’Egmont, Portrait de Louis II de Bourbon, prince de Condé, dit le Grand Condé, en habit, huile sur toile, 146 x 110 cm, Chantilly, musée Condé.

Les visites organisées par le GRHAM ont conduit ses membres et adhérents à Chantilly où Mathieu Deldicque[1] nous a reçus pour une passionnante visite de l’exposition dont il est le commissaire : Le Grand Condé. Le Rival du Roi-Soleil ?[2]

Comme l’explique Mathieu Deldicque, il ne s’agit pas tant de répondre à cette question – qui a pu avoir toute son actualité lors du parcours frondeur et guerrier de ce prince – que de sensibiliser le public au rôle éminent – et aujourd’hui partiellement oublié – qu’a joué Louis II de Bourbon (1621 – 1686) dans la France de Louis XIV.

Plutôt que de suivre une chronologie linéaire, l’exposition met en valeur la personnalité ombrageuse et complexe du Grand Condé en organisant le parcours sous deux thématiques qui présentent, d’une part, le militaire, et d’autre part, l’homme de goût, ou, d’un côté, le personnage héroïque et glorieux (malgré ses trahisons) et, de l’autre, le lettré curieux, le grand collectionneur et l’organisateur de fêtes somptueuses avec son maître d’hôtel Vatel. La scénographie marque cette division. De plus, elle anime le parcours par des témoignages sonores – qui savent néanmoins rester discrets – et prend soin d’évoquer le mobilier en habillant les vitrines-tables d’un silhouettage de piétements de l’époque.

Le personnage du Grand Condé est évoqué de manière vivante non seulement au travers de nombreux portraits peints, gravés ou sculptés par les meilleurs artistes de l’époque, mais aussi au travers de tableaux de bataille et de trophées de guerre. Le Drapeau dit de Rocroi (car les experts ne s’accordent pas tous sur la bataille à laquelle il fut pris) est un témoignage précieux – il s’agit d’une soie de très grandes dimensions – et rare – des centaines de drapeaux furent brûlés en 1814 pour échapper aux prises de guerre prussiennes – des victoires du Grand Condé.

Drapeau dit de Rocroy, soie peinte, Chantilly, musée Condé.

Drapeau dit de Rocroy, soie peinte, Chantilly, musée Condé.

Prêtée pour l’occasion par le Mobilier National, la tenture de La Marche de la cavalerie commandée par Condé est un remarquable exemple de « tapisserie de peinture » ; une peinture réalisée sur tissu cannelé à chaîne de soie et trame de lin qui a conservé toute la fraîcheur de ses coloris. Elle fait partie d’un ensemble de cinq pièces, réalisé d’après les cartons d’Adam-Frans Van der Meulen, les encadrements étant dessinés par Charles Le Brun et François Verdier et les fleurs et fruits par Jean-Baptiste Monnoyer. La tenture commémore un haut fait de gloire du Grand Condé, qui, lors de la guerre de Hollande, choisit de traverser le Rhin à guet plutôt que d’attendre la construction d’un pont de bateaux, afin de contourner la ligne de défense de Guillaume d’Orange.

Manufacture des Gobelins, atelier de François Bonnemer, d’après Adam-Frans van der Meulen, Charles Le Brun et François Verdier, La marche de la cavalerie commandée par Condé, tapisserie de peinture, Paris, Mobilier national.

Manufacture des Gobelins, atelier de François Bonnemer, d’après Adam-Frans van der Meulen, Charles Le Brun et François Verdier, La marche de la cavalerie commandée par Condé, tapisserie de peinture, Paris, Mobilier national.

Outre les faits de guerre, l’exposition s’attache à montrer l’intérêt que le Grand Condé porte aux Arts, fréquentant des esprits originaux comme La Motte le Vayer, Gassendi ou encore Duverney, accueillant Mignard puis Le Brun, et protégeant, entre autres, Molière au cours de la querelle contre Tartuffe et Racine lors de la querelle contre Phèdre.

Dernier témoignage de la grandeur et de l’éclat du Grand Condé à son époque, le cérémonial, qui célèbre le décès de ce premier Prince de sang (il s’éteint à Fontainebleau le 11 décembre 1686), semble être resté à jamais gravé dans la mémoire des contemporains. Dans sa lettre du 10 mars 1687, Mme de Sévigné écrit : « Voici encore de la mort et de la tristesse, mon cher cousin. Mais le moyen de ne pas vous parler de la plus belle, de la plus magnifique et de la plus triomphante pompe funèbre qui ait jamais été faite depuis qu’il y a des mortels ? C’est celle de feu Monsieur le Prince, qu’on a faite aujourd’hui à Notre-Dame ». Et pour la cérémonie commémorative se déroulant dans la cathédrale Notre-Dame   habillée d’un décor grandiose savamment orchestré par la famille Condé, Bossuet n’hésite pas à se lancer dans un véritable panégyrique du Grand Condé en commençant son oraison funèbre par cette question : « Quelle partie du monde habitable n’a pas ouï les victoires du prince de Condé, et les merveilles de sa vie ? ».

Pour y répondre positivement, il semble urgent de se rendre à Chantilly afin de renouer connaissance avec le Grand Condé !

Jean Dolivar d’après Jean I Bérain l’Ancien, Décoration funèbre de la chapelle de Condé dans l'église de la maison professe des jésuites de Paris pour l'inhumation du cœur du Grand Condé en 1687, après 1687, gravure, 47 x 36,2 cm, Versailles, musée national du Château de Versailles et de Trianon.

Jean Dolivar d’après Jean I Bérain l’Ancien, Décoration funèbre de la chapelle de Condé dans l’église de la maison professe des jésuites de Paris pour l’inhumation du cœur du Grand Condé en 1687, après 1687, gravure, 47 x 36,2 cm, Versailles, musée national du Château de Versailles et de Trianon.

Florence Fesneau

__________________________________________________________________________________________________

[1] Conservateur du patrimoine au musée Condé – Domaine de Chantilly.

[2] Jusqu’au 2 janvier 2017, dans la salle du Jeu de Paume

Publication : Les décors de Molière (1658-1674).

CORNUAILLE Philippe, Les décors de Molière (1658-1674), Paris, PUPS, 2015, 350 p.

CORNUAILLE Philippe, Les décors de Molière (1658-1674), Paris, Publication de la Sorbonne, 2015, 350 p.

Présentation de l’éditeur :

Cet ouvrage a pour objectif de démontrer la richesse et la variété des dispositifs scéniques utilisés par Molière à Paris, à partir de 1658 jusqu’à sa mort. Tout au long de notre réflexion et de nos démonstrations, notre approche est triple et fondamentalement pluridisciplinaire. Si elle s’intéresse à l’iconographie disponible, elle s’appuie surtout sur un matériel d’archives fait de sources manuscrites en même temps que sur une méthodologie littéraire.

Afin de mieux comprendre tous les aspects matériels du théâtre de Molière, l’étude s’attache tout d’abord à faire un rappel circonstancié du contexte technique, matériel et scénographique du théâtre au XVIIe siècle : les grandes scènes parisiennes, comme celles du Marais et de l’Hôtel de Bourgogne en mettant l’accent sur les productions les plus représentatives ou les plus spectaculaires. Puis, à l’aide de notes, de manuscrits ou de contrats qui, pour la plupart, sont inédits, Ph. Cornuaille met en lumière les spécificités architecturales du théâtre du Palais-Royal qui fut pour Molière le principal espace de création. L’histoire de ce théâtre, détruit entièrement au milieu du XVIIIe siècle, est peu connue. Le livre fait un état des lieux depuis sa construction en considérant ses multiples aménagements, équipements et transformations subies au rythme des innovations techniques. C’est l’occasion de valoriser le travail des grands architectes-machinistes, la plupart du temps italiens, œuvrant  sur les scènes parisiennes dans cette seconde moitié du siècle.

Enfin, l’ensemble des comédies du dramaturge est étudié ; elles sont regroupées en deux grandes catégories : les pièces données à la Ville ; elles sont certainement les plus connues du grand public mais ce sont aussi celles qui, n’ayant pas bénéficié de commentaires contemporains quant à leurs dispositifs scéniques, sont les plus difficiles à visualiser. Mais le décryptage minutieux du texte a pallié en partie cette lacune ; il met en évidence un rapport quasi constant entre action et décoration et confirme l’intérêt manifeste de l’auteur-comédien pour la mise en scène. La seconde catégorie concerne les comédies données pour la Cour, souvent appelées « comédies-ballets » ou comédies « mêlées de danse et de musique ». Bénéficiant de moyens financiers considérables, elles furent caractéristiques par leur débordement de luxe et d’inventivité orchestré par Molière.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Représentation théâtrale : Jouer « L’École des Femmes » selon les sources historiques

Les plaisirs de l'île enchanté, Gravure, XVIIe siècle.

Les plaisirs de l’île enchanté, Gravure, XVIIe siècle.

Type : Représentation théâtrale.
Date : Samedi 17 octobre à 17 h.
Lieu : Auditorium Marcel Landowski du Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris, 14 rue de Madrid, 75008 Paris.

Cette représentation s’inscrit dans un programme de recherche expérimentale soutenu par l’Association pour un Centre de recherche sur les Arts du Spectacle (ACRAS) XVIIe-XVIIIe siècles, le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR), l’Institut d’étude de la Renaissance, l’âge Classique et les Lumières (IRCL, Montpellier) et l’Institut Universitaire de France (IUF).

Ce travail a déjà donné lieu à plusieurs sessions collectives entre le printemps 2014 et le printemps 2015, à des présentations d’extraits dans les universités de Montpellier, Lyon 3 et Lausanne, à une journée d’ études au Centre de Musique Baroque de Versailles (30 mai 2015) ainsi qu’à un stage réunissant étudiants et enseignants-chercheurs de Montpellier, Lausanne et Fribourg (1er-2 avril 2015). Il se poursuivra en 2016 et 2017 par deux journées d’études organisées par le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (prononciation, esthétique du « naturel », costumes, décors, musique durant les entractes). Les résultats des recherches seront publiés dans un numéro de la revue Arrêt sur scène / Scene Focus.

Arguments et méthode :

Selon le principe qui gouverne les spectacles «historiquement informés », ce projet de recherche appliquée vise à permettre une mise en scène de L’École des Femmes qui s’appuie systématiquement sur les sources disponibles en matière de prononciation, diction du vers comique, mouvement scénique, jeu comique et lazzi, scénographie, costumes et accessoires. Le but de cette démarche n’est pas seulement scientifique, mais vise à rendre les œuvres classiques plus accessibles au grand public en retrouvant les conditions et les techniques de jeu pour lesquelles elles ont été conçues, selon le principe qui a fait depuis un demi-siècle le succès de la musique ancienne sur instruments d’époque.

Pour cela, il s’agit donc de réunir tous les témoignages actuellement connus concernant la pratique de la troupe de Molière, mais aussi d’ affronter les problèmes d’ interprétation et de mise en œuvre qu’ ils soulèvent. Il s’agit également de publier sous forme de ressources en ligne le résultat de ces recherches. Un travail collectif en ce sens, réunissant chercheurs et praticiens, est mené depuis l’été 2013.

Equipes technique et scientifique :

Direction artistique : Pierre-Alain Clerc.
Comédiens : Olivier Bettens, Pierre-Alain Clerc, Luc Davin, Marc Douguet, Marine Frileux, Bénédicte Louvat-Molozay, Tiphaine Pocquet, Aurélia Pouch, Frédéric Sprogis.
Musiciens : Chloé de Guillebon et Nicolas Mackowiack, étudiants de la classe de clavecin de Noëlle Spieth (PSPBB).
Direction scientifique du programme de recherche :
Mickaël Bouffard, Pierre-Alain Clerc, Jean-Noël Laurenti et Bénédicte Louvat-Molozay.
Collaborateurs scientifiques : Olivier Bettens, Mickaël Bouffard, Claude Bourqui, Philippe Caron, Philippe Cornuaille, Emanuele De Luca, Hubert Hazebroucq, Pierre Pasquier.