Archives par étiquette : mobilier

Journée d’études : « Architecture et arts décoratifs au temps de Percier et Fontaine ».

Type : Journée d’études.
Date et horaire :
mercredi 31 mai 2017 à partir de 9h15.
Lieu :
Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, Auditorium de la Galerie Colbert.

Programme :

9h15

Accueil des participants

9h30

Introduction

Charlotte Duvette (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA), Maxime Georges Métraux (Université Paris-Sorbonne, centre André Chastel) et Saskia Wallig (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA)

Session 1/ Du Directoire à l’Empire : collaborations et interprétations dans la production des arts décoratifs

Présidente de séance : Nina Stritzler-Levine (Bard Graduate Center, New-York)

9h45

Jean-François Belhoste (École Pratique des Hautes Etudes)

La participation des Jacob aux premiers chantiers de décoration de Charles Percier : de la salle de la Convention aux hôtels particuliers du Directoire (1793-1799).

10h15

Anne Dion-Tenenbaum (Musée du Louvre, département des objets d’art)

Biennais, parfait interprète du style Percier ?

10h45

Vincent Cochet (Château de Fontainebleau)

Siéger en majesté : Percier et Fontaine et la conception des trônes impériaux. Continuer la lecture

Appel à communication: « Interpréter l’Histoire dans les arts décoratifs au XVIIIe siècle » (Paris, 15 juin 2017)

 

Anonyme (France), Diane et Endymion, 1772-1773, tabatière en or, écailles de tortue et ivoire, 3,2 × 7,6 cm, New York : Metropolitan Museum

Type : appel à communication.

Date limite : 15 avril 2017.

Type d’événement : journée d’étude.

Date de l’événement : 15 juin 2017.

Lieu de l’événement : salle Vasari, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

À la suite de Félibien, qui hisse le « grand genre » au sommet de la hiérarchie des sujets à représenter en 1667, la peinture d’histoire est devenue un enjeu important de l’historiographie. Elle est notamment l’objet d’un ouvrage, daté mais fondamental, de Jean Locquin qui la définit « au XVIIIe siècle, [comme] toute œuvre dont le sujet, emprunté à un texte historique ou littéraire, mettait en scène un ou plusieurs personnages, réels ou non » (1978, p. XXIX). Cette définition, qui assimile à juste titre l’Histoire (« récit des faits donnés pour vrais » selon l’Encyclopédie) et la Fable (« récit des faits donnés pour faux »), révèle la multiplicité des sujets offerts à l’imagination des artistes. Continuer la lecture

Publication : « Georgian Gothic : Medievalist Architecture, Furniture and Interiors, 1730–1840 ».

LINDFIELD Peter N., Georgian Gothic : Medievalist Architecture, Furniture and Interiors, 1730–1840, Woodbridge, Boydell Press, 2016, 272 p.

LINDFIELD Peter N., Georgian Gothic : Medievalist Architecture, Furniture and Interiors, 1730–1840, Woodbridge, Boydell Press, 2016, 272 p.

Présentation de l’éditeur :

The Gothic Revival, rich, ambitious, occasionally eccentric, but nonetheless visually exciting, is one of Britain’s greatest contributions to early modern design history, not least because for the most part it contravened approved taste: Classicism. Scholars have tended to treat Georgian Gothic as an homogenous and immature precursor to « high » Victorian Gothic, and centred their discussion around Walpole’s Strawberry Hill. This book, conversely, reveals how the style was imaginatively and repeatedly revised and incorporated into prevailing eighteenth-century fashions: Palladianism, Rococo, Neoclassicism, and antiquarianism. It shows how under the control of architects, from Wren to Pugin, Walpole and Cottingham, and furniture designs, especially those of Chippendale, and Ince and Mayhew, a shared language of Gothic motifs was applied to British architecture, furniture and interiors. Georgian Britain was awash with Gothic forms, even if the arbiters of taste criticised it vehemently. Throughout, the volume reframes the Gothic Revival’s expression by connecting it with Georgian understandings of the medieval past, and consequently revises our interpretation of one of the most influential, yet lampooned, forms of material culture at the time.

Peter N. Lindfield is a Leverhulme Early Career Research Fellow at the University of Stirling.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : « Art and Industry in Early America : Rhode Island Furniture, 1650–1830 ».

KANE Patricia (dir.), Art and Industry in Early America : Rhode Island Furniture, 1650–1830, New Haven, Yale University Press, 2016, 504 p.

KANE Patricia (dir.), Art and Industry in Early America : Rhode Island Furniture, 1650–1830, New Haven, Yale University Press, 2016, 504 p.

Présentation de l’éditeur :

The most comprehensive publication available to date on the topic, Art and Industry in Early America examines furniture made throughout Rhode Island from the earliest days of the settlement to the late Federal period. This stunning volume features more than 200 illustrations of beautifully constructed and carved objects—including chairs, high chests, bureau tables, and clocks—that demonstrate the superb workmanship and artistic skill of the state’s furniture makers. Written by distinguished scholars, the book presents new information on the export trade, patronage, artistic collaboration, and the small-scale shop traditions that defined early Rhode Island craftsmanship. In addition to iconic, stylish pieces from important centers of production like Newport and Providence and by well-known makers such as John Goddard and Samuel and Joseph Rawson, Jr., the catalogue showcases simpler examples made in smaller towns. More than 100 catalogue entries detail marks and inscriptions, bibliography, and provenance and feature many new photographs, encouraging a deeper understanding of this dynamic school of American furniture making.

Patricia E. Kane is the Friends of American Arts Curator of American Decorative Arts at the Yale University Art Gallery.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Journée d’étude : Mobilier et ameublement XVIIe-XVIIIe siècles : études et perspectives

Château de Sassenage (Isère) classé monument historique en 1942

Château de Sassenage (Isère) classé monument historique en 1942

Type : Journée d’étude

Date : 20 novembre 2015

Lieu : Château de Sassenage

Organisateur : l’Université Grenoble-Alpes-LARHRA UMR 5190

Présentation : Les recherches actuelles menées sur le luxe et le commerce du luxe, du créateur au client ou au commanditaire, l’attention portée à la notion d’atelier et à son organisation sociale et économique, l’intérêt pour l’ornement et plus récemment pour le décor invitent à revenir sur le domaine plus spécifique du mobilier et de l’ameublement pendant la période moderne.

Eclairant respectivement les pratiques parisiennes et régionales, les différentes approches proposées au cours de cette journée devraient permettre de mieux cerner certains des mécanismes à l’œuvre dans la production et l’acquisition du mobilier domestique pour la cour, l’hôtel urbain ou la demeure de campagne. La collection du château de Sassenage, composée de meubles parisiens et dauphinois, constituera un matériau de premier plan pour interroger la nature des échanges artistiques et commerciaux entre Paris et Grenoble.

L’objectif de cette Journée est de proposer aux étudiants différentes approches de la recherche actuelle dans le domaine du mobilier et de l’ameublement et de dessiner de nouvelles perspectives de recherches sous l’angle de la circulation des hommes et des objets, des modes et modèles entre la capitale et la province.

Programme de la journée

9h00 Accueil

9h15 Introduction Alain Jam, responsable du château de Sassenage et Marianne Clerc, Université Grenoble-Alpes, LARHRA UMR 5190.

9h30 CHRISTIANE NAFFAH-BAYLE (conservateur général du patrimoine, directeur des collections du Mobilier national) – Le Mobilier national : gestion de la collection et ameublement des résidences de l’Etat.

10h00 JEAN-JACQUES GAUTIER (inspecteur du Mobilier national) – Création, diffusion et adaptation par le Garde-Meuble de la Couronne, d’un meuble emblématique du XVIIIe siècle : la commode.

10h30 Questions

11h00 LISE SOULBIEU (historienne, château de Sassenage) – La marquise de Sassenage : un art de vivre entre Paris et Grenoble

11h30 MARIANNE CLERC (Université Grenoble-Alpes) – L’atelier des Hache : stratégie et interactions artistiques entre Paris et province

12h00 Questions

12h30 Déjeuner

14h00 Visite du château et des collections sous la direction d’Alain Jam, responsable du château et de Lise Soulbieu, historienne.

15h00 CHRISTINE LOCATELLI et DIDIER POUSSET (Laboratoire d’Expertise du Bois et de Datation par Dendrochronologie) – Recherche et étude archéométriques sur le mobilier des XVIIe et XVIIIe siècles.

15h30 PATRICK GOY (restaurateur mobilier et objets d’art, expert près la Cour d’Appel) – Meubles régionaux de Hache et de Couleru : exemples et choix de restauration.

16h00 JEAN-YVES MORNAND (ingénieur, Ecole Centrale de Lyon) – Recherches sur l’ébénisterie en province aux XVIIe et XVIIIe siècles.

16h30  Questions

17h00 Clôture de la journée

Publication : Turquerie. Une fantaisie européenne du XVIIIe siècle.

WILLIAMS Haydn, Turquerie. Une fantaisie européenne du XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, octobre 2015, 240 p.

WILLIAMS Haydn, Turquerie. Une fantaisie européenne du XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, octobre 2015, 240 p.

Présentation de l’éditeur :

À partir de recherches méticuleuses et de sources aussi nombreuses que variées, ce livre expose pour la première fois toutes les composantes de la turquerie, ce genre artistique dont la fantaisie continue de séduire amateurs et collectionneurs.
À la fin du XVIIe siècle, en Europe, la terreur que les Turcs ont longtemps inspirée cède progressivement la place à une véritable fascination. Récits de voyages consacrés aux territoires ottomans, traductions d’œuvres littéraires comme Les Mille et Une Nuits, spectacle splendide offert par les ambassadeurs de la Sublime Porte : autant de catalyseurs qui vont inspirer aux artistes, pour le plus grand plaisir des élites dirigeantes, une vision fabuleuse de ce monde lointain. Avant que la Révolution française n’évacue ces chimères, on voit fleurir maint personnage enturbanné au théâtre, en peinture ou sous la forme de figurine de porcelaine ; de somptueux boudoirs turcs voient le jour; croissants de lune, palmiers et autres chameaux envahissent les intérieurs, du mobilier jusqu’aux lambris en passant par les tabatières.
Haydn Williams s’attache à montrer que ce thème a suscité des réactions fort diverses selon les pays. C’est en France qu’il s’est exprimé de la manière la plus féconde et la plus durable, mais sa portée s’est étendue bien au-delà – comme le montrent, par exemple, la folie imitant une mosquée à Kew Gardens, près de Londres, les tentes turques érigées sur les rives de l’Elbe pour commémorer des noces royales, en 1719 à Dresde, la statuette de janissaire en ivoire sculptée pour le roi Auguste Il de Pologne, ou encore les costumes dessinés pour un cortège du carnaval de 1748 à Rome.
Le sujet est exploré selon une approche thématique, dans un cadre chronologique souple menant des premiers contacts entre l’Europe et les Ottomans après la chute de Constantinople, en 1453, jusqu’à l’apogée du genre au XVIIIe siècle, puis à son remplacement par l’orientalisme au XIXe siècle.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.