Archives par étiquette : Matthias Stomer

Sotheby’s en avril

 

Jean-François Dubut, secrétaire en laque du Japon, 1750, bois de rose et d'amarante, montures de bronze doré, 122 x 64 x 32 cm.

Jean-François Dubut, secrétaire en laque du Japon, 1750, bois de rose et d’amarante, montures de bronze doré, 122 x 64 x 32 cm.

La vente du 19 avril qui se tient à Paris (10h30) propose un bureau plat (80 x 182 x 89 cm) en marqueterie de cuivre et ébène et ornementation de bronze doré d’époque Régence, attribué à André-Charles Boulle (1642 – 1732), vers 1710-1720 (lot n° 139, entre 200 000 et 300 000 €), une paire de bergères (98 x 77 cm) en hêtre sculpté relaqué crème et rechampi bleu d’époque Louis XV, vers 1750, estampillée I.AVISSE (lot n° 212, entre 120 000 et 180 000 €). Le maître menuisier Jean Avisse (1723 – 1796) travailla essentiellement pour des marchands tapissiers et son estampille se trouve aussi bien sur des sièges rocaille que Louis XV ou Louis XVI. A noter aussi un secrétaire en laque du Japon (122 x 64 x 32 cm), placage de bois de rose et d’amarante et montures de bronze doré d’époque Louis XV, estampillé I.F. DUBUT, vers 1750 (lot n° 216, estimé entre 80 000 et 120 000 €). Il constitue l’exemple le plus abouti d’un ensemble de quatre secrétaires de dimensions similaires qui ont pour particularité de présenter une façade de forme violonnée combinée à un décor de panneaux de laque du Japon. L’un d’entre eux est conservé au musée des Arts Décoratifs à Paris (il porte l’estampille de Leleu probablement intervenu comme restaurateur).

Isaak van Nickelen, Intérieur de St Bavo à Haarlem, 1696, huile sur toile, 177 x 151,8 cm.

Isaak van Nickelen, Intérieur de St Bavo à Haarlem, 1696, huile sur toile, 177 x 151,8 cm.

La vente du 27 avril à Londres (10h30) compte parmi les œuvres proposées un tableau d’Isaak van Nickelen (Haarlem 1632 – 1703 Kassel) représentant l’intérieur de St Bavo à Haarlem (lot n° 728 estimé entre 20 000 et 30 000 £) ainsi qu’un tableau de Pietro della Vecchia (Venise, 1603 – 1678) représentant Titien (lot n° 766, estimé entre 20 000 et 30 000 £). Longtemps considéré comme un autoportrait de Titien, il a été réattribué à della Vecchia qui a pu se servir soit d’une gravure de Giovanni Britto datant de 1550, soit d’un autoportrait de Titien (dont l’authenticité n’est néanmoins pas prouvée) aujourd’hui disparu, décrit par Marco Boschini dans une lettre de 1675 adressée au cardinal Léopold de Médicis. Continuer la lecture

La Collection A. Alfred Taubman chez Sotheby’s

Valentin de Boulogne, Le couronnement d’épines, vers 1615, huile sur toile, 146,4 x 106,5 cm.

Valentin de Boulogne, Le couronnement d’épines, vers 1615, huile sur toile, 146,4 x 106,5 cm.

Le 27 janvier 2016, Sotheby’s mettra en vente à New York (18h) une partie de la collection d’Alfred Taubman (1924 – 2015). Cet homme d’affaires qui fit fortune dans les centres commerciaux, fut actionnaire de Sotheby’s de 1983 à 2005 en assurant ainsi son indépendance et son développement, mais aussi philanthrope (il a largement contribué au développement de l’université du Michigan) et grand collectionneur. Parmi les objets dispersés, on signalera Le couronnement d’épine de Valentin de Boulogne (Coulommiers-en-Brie, 1591 – 1632, Rome). Le tableau (lot 20 estimé entre 1 500 000 et 2 000 000 $) devrait faire partie des œuvres présentées au Metropolitan Museum, puis au Louvre pour une exposition monographique – la première réalisée sur l’artiste – qui débutera à New York en octobre 2016 et se terminera à Paris en janvier 2017. Le commissariat de l’exposition sera assuré par Keith Christiansen pour le Metropolitan Museum, Nicolas Milovanovic pour le Louvre, ainsi que par Annick Lemoine qui a publié en 2008 chez Arthena, la monographie d’un autre émule du Caravage, Nicolas Régnier (1588 – 1667).

Matthias Stomer, Dispute du christ avec les docteurs, huile sur toile, 136 x 181 cm.

Matthias Stomer, Dispute du Christ avec les docteurs, 1630 – 1640, huile sur toile, 136 x 181 cm.

Le lot 30 (estimé entre 1 000 000 et 1 500 000 $) présente une Dispute du Christ avec les Docteurs de Matthias Stomer (Amersfoort, 1600 – 1652, Sicile) peinte à Naples dans les années 1630, ainsi que son pendant, Jacob béni par Isaac qui se trouve aujourd’hui au Barber Institute of Fine Arts de l’université de Birmingham.

Thomas Gainsborough, Le page en bleu, 1770 – 1772, huile sur toile, 165,5 x 113 cm.

Thomas Gainsborough, Le page en bleu, 1770 – 1772, huile sur toile, 165,5 x 113 cm.

Enfin le XVIIIe siècle est représenté, entre autre, par un tableau (lot 62 estimé entre 3 000 000 et 4 000 000 $) de Thomas Gainsborough (Sudbury, 1727 – 1788, Londres), Le Page en bleu. L’œuvre est peinte par l’artiste au cours de son séjour à Bath (1759 – 1774) durant lequel sa réputation de portraitiste s’accroît rapidement grâce à la clientèle de la haute société. Son succès l’oblige à adopter une touche rapide qui ne s’attarde pas sur les détails du costume du page pour se concentrer sur le rendu des traits de son visage. Ce portrait entretient une certaine proximité avec celui du Garçon en bleu qui se trouve actuellement dans les Huntington Art Collections de San Marino en Californie. Gainsborough expose le Garçon en bleu au salon de la Royal Academy en 1770 où il souhaite se confronter à Joshua Reynolds (1723 – 1792). La réalisation du Page en bleu participe sans doute des réflexions que Gainsborough mène pour se différencier de son concurrent le plus direct.

Florence Fesneau