Archives par étiquette : Lumières

Conférence : « The reception of antiquity in Early Modern Times: Historiography and Antiquarianism in Britain and Germany compared »

Joseph Mallord William Turner, Dido building Carthage, or The Rise of the Carthaginian Empire, 1815, oil on canvas, 155.5 x 230 cm, London, National Gallery.

 

Type : Conférence
Dates : 31 août – 2 septembre 2017
Lieu : University of Bayreuth, History Department/Prinz-Albert-Society, Coburg, Germany

The different views of antiquity, of one’s own, regional or local classical history and of ‘antique‘ remains in various parts of Europe – and, in a comparative perspective, beyond – have received a growing interest both in Britain and on the continent in recent years. And while it seems fair to say that overarching narratives of European Renaissance and Humanism, of transnational Baroque scholarship and Enlightenment remain dominant, we have come to a much more refined view of the different attitudes to « Antiquities“ and « the Antique“ in various parts of Early Modern Europe.

And it is not only those attitudes that were remarkably varied: behind them, different political and social conditions of scholarship in general and of individual historians and antiquaries in particular deserve close study. However, a comparison between Britain and Germany has rarely been sought, and in filling this – to our minds, substantial – gap, our conference intends to contribute to such a study.

Speakers include: Vittoria Feola (Padua/Oxford/Rome), Richard Hingley (Durham), Kelsey Jackson Williams (Stirling), Marian Nebelin (Chemnitz), Ronny Kaiser (Berlin), William Stenhouse (New York), Silvia Pfister (Coburg); keynote speaker will be Caspar Hirschi (St. Gallen).

The Prince-Albert-Society (Patron: HRH The Duke of Edinburgh) is a scholarly society founded in 1981 and devoted to research on scientific, cultural and political aspects of Anglo-German relations. Since ist beginnings, the society has organized annual conferences on a wide range of relevant topics. A joint foundation of the town of Coburg and the University of Bayreuth, the society is based in Coburg, an historic town of 40.000 inhabitants in the north of Bavaria and former seat of the dukes of Saxe-Coburg and Gotha.

Appel à communication : Natures and Spaces of Enlightenment (Brisbane, 13-15 Dec 17)

Etienne Jeaurat, Le marchand d’orviétan, huile sur toile, 45,1 x 37,1 cm, marché de l’art.

Type : Appel à communication

Date limite de l’appel : 1er août 2017

Date de l’événement : 13 – 15 décembre 2017

Lieu : Australie, Brisbane, Griffith University and the University of Queensland

The Australian and New Zealand Society for Eighteenth-Century Studies is pleased to announce that the sixteenth David Nichol Smith Seminar, Natures and Spaces of Enlightenment, will be held in Brisbane, Australia, at Griffith University and the University of Queensland on the 13th to 15th December 2017. We welcome proposals for papers or panels on the theme ‘Natures and Spaces of Enlightenment’, broadly conceived as referring to the plurality of Enlightenments as well as the ideas and uses of nature which they endorsed, and the spaces in which they developed.  In the inclusive spirit of the David Nichol Smith Seminar, proposals may address any aspect of the long eighteenth century. Especially relevant topics include: Continuer la lecture

Appel à communication : The Icon as Cultural Model: Past, Present and Future

Portrait d’Emmanuel Kant, vers 1790, huile sur toile, collection particulière.

Type : Appel à communication

Date limite de l’appel : 1er juillet 2017

Date de l’événement : 25 – 26 janvier 2018

Lieu : Utrecht

Journalists, artists and scholars, among others, tend to refer to iconic events or images from the past in order to better understand present-day developments. For example, in the wake of the American elections media repeatedly referred to the iconic ‘years of crisis’ of the thirties of the last century. Also, they recalled George Orwell’s iconic depiction of a dystopian society from his novel 1984 to contextualize the use of ‘alternative facts’. In this respect, the icon functions as a model that generates cultural meaning by connecting past and present. But the icon not only shapes our (collective) image of the present, nor does it merely re-evaluate our image of the past. It also opens up potential scenarios for the future – be it brilliant or gloomy. Continuer la lecture

Conférence : Rejection & Recovery in the History of Art & Architecture

Clodion, Bacchus and a Nymph with a Child and Grapes, ca. 1790 – 1800, terreacotta, 47 cm, New York, Metropolitan Museum.

Type : Conférence

Date : 24 – 25 mars 2017

Lieu : Boston University Art Gallery at the Stone Gallery and Museum of Fine
Arts, Boston

33rd Annual Boston University Graduate Symposium in the History of Art
& Architecture

TRASHED: Rejection and Recovery in the History of Art and Architecture

KEYNOTE ADDRESS

Friday, March 24, 2017, 5:30 pm, Boston University Art Gallery at the Stone Gallery, 855 Commonwealth Avenue, Boston, MA 02215

« Thinking with Objects: Visibility, Imagination, and the Art of Remaking in Dakar’s Creative Economy », Dr. Joanna Grabski Professor and Chair of Art History and Visual Culture at Denison University

GRADUATE SYMPOSIUM

Saturday, March 25, 2017, 10:00 am – 3:00 pm, Riley Seminar Room, Museum of Fine Arts, Boston, 465 Huntington Avenue, Boston, MA, 02115

10:00am    Coffee in the Riley Seminar Room

10:30am    MORNING SESSION
Discussant: Bryn Schockmel, PhD Candidate, Boston University, Jennifer Gear, PhD Candidate, University of Michigan, « Bring Out Your Dead: Domenico Tintoretto and the Problem of Depicting Plague Corpses in Early Modern Venice »

Liz Hirsch, PhD Student, The Graduate Center, City University of New York, « Channel Heights Defense Housing: Trial and Error in Richard J. Neutra’s Pocket Utopia »

Elizabeth Saari Browne, PhD Student, Massachusetts Institute of Technology, « Modeling Enlightenment: Reconsidering Clodion’s Bacchic Sculpture » Continuer la lecture

Bonne année muséale !

Johannes Vermeer, L’Astrologue, dit aussi l’Astronomie, 1668, huile sur toile, 51,5 x 45,5 cm, Paris, musée du Louvre.

Johannes Vermeer, L’Astrologue, dit aussi l’Astronomie, 1668, huile sur toile, 51,5 x 45,5 cm, Paris, musée du Louvre.

L’équipe du GRAHM vous souhaite une très belle année muséale et vous invite à aller voir de belles expositions …

A Paris

  • Vermeer et les maîtres de la peinture de genre au siècle d’or, musée du Louvre, du 22 février au 22 mai, sous le commissariat de : Blaise Ducos, conservateur du Patrimoine, département des Peintures, musée du Louvre ; Adriaan E. Waiboer, conservateur, National Gallery of Ireland et Arthur K. Wheelock Jr., conservateur, National Gallery of Art, Washington,
  • Valentin de Boulogne, réinventer Caravage, musée du Louvre, du 22 février au 22 mai, sous le commissariat de : Annick Lemoine et Keith Christiansen.
  • De Zurbaran à Rothko. Collection Alicia Koplowitz, musée Jacquemart-André, du 2 mars au 24 juillet, sous le commissariat de : Pablo Melendo Beltrá ; Pierre Curie, conservateur en chef du patrimoine,
  • Sérénissime ! Venise en fête, de Tiepolo à Guardi, musée Cognacq-Jay, du 25 février au 25 juin, sous le commissariat de : Benjamin Couilleaux, conservateur du patrimoine au musée Cognacq-Jay, Rose-Marie Herda-Mousseaux, conservateur en chef du patrimoine, directrice du musée Cognacq-Jay,
  • Jardins, Grand Palais, du 15 mars au 24 juillet, sous le commissariat de : Laurent Le Bon, président du Musée National Picasso – Paris ; Coline Zellal, conservateur du patrimoine ; Marc Jeanson , conservateur scientifique, responsable de l’Herbier national au Museum National d’Histoire Naturelle,
  • De Watteau à David, la collection Horvitz, Petit Palais, du 21 mars au 9 juillet 2017, sous le commissariat de : Alvin L. Clark, Jr, The Horvitz Collection and The J.E.Horvitz Consultative Curator, Department of Drawings, Division of European and American Art, Harvard Art Museums/ Fogg ; Christophe Leribault, directeur du Petit Palais,
  • Le Baroque des Lumières, chefs d’œuvres des églises parisiennes, Petit-Palais, du 21 mars au 16 juillet, sous le commissariat de : Christophe Leribault, directeur du Petit Palais ; Marie Monfort, responsable de la Conservation des œuvres d’art religieuses et civiles de la Ville de Paris. Commissaires associés : Maryline Assante (Petit Palais), Lionel Britten (musée d’Orsay), Jessica Degain, Nicolas Engel et Emmanuelle Federspiel (COARC), Christine Gouzi (Université de Paris-Sorbonne) et Guillaume Kazerouni (musée des Beaux-Arts de Rennes).
  • Pierre-Joseph Redouté et le goût des fleurs, musée de la Vie romantique, du 1er avril au 31 octobre,
  • Or virtuose à la cour de France, Pierre Gouthière (1732 – 1813), Les Arts décoratifs, du 15 mars au 25 juin, sous le commissariat de : Anne Forray-Carlier, conservatrice en chef du patrimoine, département XVIIe-XVIIIe siècles assistée de Sophie Motsch, assistante de conservation, département XVIIe-XVIIIe siècles,
  • Des Grands Moghols aux maharajahs. Joyaux de la collection Al Thani, Grand Palais, du 29 mars au 5 juin. sous le commissariat de : Amin Jaffer, conservateur, Collection Al Thani ; Amina Okada, conservateur général au musée national des arts asiatiques – Guimet.

Continuer la lecture

Publication : « L’enseignement à l’Académie royale d’architecture »

academie-grham

ROUSTEAU-CHAMBON, Hélène, L’Enseignement à l’Académie Royale d’Architecture, Rennes, P.U.R, 2016, 344 p.

Présentation de l’éditeur :

S’appuyant sur une étude de cours le plus souvent inédits et sur un examen de la personnalité des enseignants, cet ouvrage retrace l’histoire de l’enseignement à l’Académie royale d’architecture (1671-1793). Si dans un premier temps les cours portent sur des thèmes variés – hydraulique, optique, géométrie pour les mathématiques, principes et théorie des ordres pour l’architecture –, l’éducation des futurs architectes du roi est rapidement recentrée sur des connaissances plus précises dans le dessin et l’architecture.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Symposium de la mairie du 11e arrondissement : « De la Régence à la République – Plaisirs parisiens du vice et de la vertu »

Jean-Honoré Fragonard, Le baiser volé, 1786, peinture à l'huile sur toile, 168,5 cm × 168,5 cm, Madrid: musée du Prado

 Jean-Honoré Fragonard et Marguerite Gérard, Le baiser à la dérobée, ca. 1780, peinture à l’huile sur toile, 45 cm × 54 cm, Saint-Pétersbourg : musée de l’Hermitage.

Type : Symposium.
Date : 5 juillet de 9h à 18h
Lieu : Salle des fêtes de la Mairie du 11e arrondissement, Paris.
Sous la direction de : Christophe Henry et Marine Roberton, avec la collaboration du Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM).

Programme :

9h : Café d’accueil

9h30 : Introduction : Marine Roberton, Sébastien Chauffour & Christophe Henry

Continuer la lecture

Symposium de la mairie du 11e arrondissement : « Si Paris m’était conté. L’invention d’une capitale des arts (XIIIe – XXIe siècle) ».

Capture d’écran 2016-01-08 à 17.22.29

Type : symposium.
Date : 2 et 3 mars 2016.
Lieu : Paris, mairie du 11e arrondissement.
Sous la direction de : 
Martine Debieuvre, Sébastien Chauffour, Christophe Henry et avec la collaboration du Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM).

Comment les arts ont-il inventé la capitale de la France ? Comment les techniques de l’édification et de la représentation ont-elles fait du siège médiéval de la monarchie la première des métropoles modernes ? Comment Paris s’est-elle jouée de son passé pour mettre en scène cette modernité qui s’affiche aussi bien Place des Vosges vers 1610, rue de Rivoli vers 1810 ou dans la pyramide du Louvre en 1990 ? Comment la ville, malgré son histoire mouvementée, a-t-elle manipulé habilement son parcellaire pour faire surgir d’un dédale de rues destinées au logement et au commerce des visions urbaines qui devaient marquer la physionomie de toutes les capitales du monde ? Et comment cette physionomie urbaine sans cesse modifiée et renouvelée du XIIIe au XXIe siècle a-t-elle servi l’essor des industries et artisanats qui ont contribué à l’excellence de sa réputation mondiale ? Le destin artistique de Paris méritait qu’on lui consacre deux journées ouvertes à tous, les 2 et 3 mars prochains.A notre habitude, les intervenants auront pour mission de satisfaire la curiosité des amateurs et curieux sans lesquels la recherche historique resterait vaine.

Programme :

MERCREDI 2 MARS

9h30 : Café.

9h45 : Présentation générale, par Martine Debieuvre.

Petite géographie économique du Paris historique par Christophe Henry et Sébastien Chauffour.

Première session : Surgissement d’une capitale.

Présidence : Sébastien Chauffour (Bibliothèque de l’INHA).

10h15 : La matière d’un grand dessein ? Physionomies de Paris aux XIIIe et XIVe siècles par Léa d’Hommée-Kchouk (Université de Paris 1).

10h45 : Notre-Dame de Paris : archéologie d’un mythe cathédrale par Véronique Soulay (Université Paris-Sorbonne).

11h15 : Débat.

Deuxième session : Quelques agréments du grand Siècle.

Présidence : Marc Bayard (Mobilier national).

11h30 : L’eau et les bains dans l’habitat parisien des XVII-XVIIIe siècles par Ronan Bouttier (université Paris-Sorbonne).

12h : Tous acteurs : l’intérieur des salles de spectacles à Paris au XVIIIe siècle et sous la Révolution par Hadrien Volle (Université Paris 1).

12h30 : Débat.

12h45 : Déjeuner collégial.

Troisième session : La métropole artistique.

Présidence : Markus Castor (Centre allemand d’histoire de l’art).

14h : Autour de Gabriel de Saint-Aubin : les artistes parisiens établis hors de l’Académie royale de peinture et de sculpture au XVIIIe siècle par Maël Tauziède-Espariat (Université de Bourgogne).

15h00 : Des dominos aux décors panoramiques : l’art du papier peint à Paris au XVIIIe siècle par Maxime Georges Métraux (Université Paris-Sorbonne).

15h30 : Les ébénistes allemands à Paris au XVIIIe siècle par Miriam Schefzyk (Université de Münster).

16h00 : Débat.

16h30 : Pause café.

Quatrième session : L’architecture ou la mise en oeuvre des idées.

Présidence : Christophe Henry (Académie de Versailles).

16h45 : La maison parisienne des Lumières par Youri Carbonnier (Université d’Artois).

17h15 : Paris nouvelle Rome au XVIIIe siècle par Markus Castor (Centre allemand d’histoire de l’art)

17h14 : Débat.

18h00 : Fin de la première journée.

JEUDI 3 MARS

9h30 : Visite des ateliers de la COARC sous la direction de Marie Monfort (COARC).

12h : Déjeuner collégial.

Cinquième session : La quête des plaisirs et des jouissances.

Présidence : Cécilie Champy (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

14h : Dans les méandres de la prostitution close parisienne (1804-1946) par Alison Gorel-Le Pennec (Université Paris 1) et Juan Luque (Ecole du Louvre).

14h30 : Le commerce de mode parisien ou Watteau à l’exposition universelle de 1900 par Laetitia Pierre (Centre allemand d’histoire de l’art).

15h : Débat.

Sixième session : Sous l’oeil du baron Haussmann.

Présidence : Benjamin Couilleaux (Musée Cognacq-Jay).

15h30 : La fabrique de la Samaritaine par Charlotte Duvette (Université Paris1).

16h00 : Rhétorique du monument civil : la Défense de Paris de Louis-Ernest Barrias (1883) par Cécilie Champy (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

16h30 : Une demeure parisienne pour l’industrie textile : l’Hôtel Mezzara d’Hector Guimard par Olivier Pons et Nicolas Horiot (Paris, Association Le Cercle Guimard).

17h : Débat et pause café.

Septième session : Modernité ou vandalisme ?

Présidence : Christophe Leribault (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

17h15 : De l’atelier des rois au chaudron de la révolte : les mutations exemplaires du quartier Saint-Antoine par Pauline Rossi (Université Paris-Sorbonne).

17h45 : Le Marais : destin du quartier qui inspira la loi Malraux par Alexandre Burtard (Atelier d’architecture et d’urbanisme Blanc-Duché, chargé d’études du secteur sauvegardé du Marais ).

18h15 : Discussion plénière.

Séminaire : « Penser le décor de la Renaissance à nos jours »

Robert de Cotte, Château de Meudon, chambre du grand dauphin ; chelinée et glace, profil du lit, 1708 - 1709, dessin, 28,7 x 49,1 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Robert de Cotte, Château de Meudon, chambre du grand dauphin ; chelinée et glace, profil du lit, 1708 – 1709, dessin, 28,7 x 49,1 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : Séminaire

Date : 18 novembre et 16 décembre 2015

Lieu : INHA, salle W. Benjamin

Présentation : Initié en 2014/2015, le séminaire Penser le décor [INHA/ENS] a montré l’actualité des réflexions et recherches portant sur le décor, tant du côté de la communauté scientifique que du public. Historiens d’art, historiens, spécialistes d’esthétique et conservateurs de musée ont pu nouer un dialogue fécond autour de la définition et de l’historiographie du décor, en s’intéressant particulièrement à la nature de son pouvoir et à ses fonctions. Si cette première session interrogeait son « retour » dans le champ de l’histoire de l’art, nous explorerons cette année les mobilités du décor.

Mercredi 18 novembre 2015 : Session I – Le décor en représentation

12h00 : Accueil

Présidence de séance : Michaël Decrossas

12h15 : Soersha Dyon (INHA), Le Livre de moresques de Jérôme de Gourmont

12h45 : Marie-Pauline Martin (Aix-Marseille Université, CNRS TELEMME UMR 7303), Relire le Cabinet des beaux Arts de Charles Perrault (1690) : le monument d’un Moderne

13h15 : Discussion

13h30 : Pause

13h45 : Jean-François Belhoste (EPHE), Comment la glace est-elle devenue, entre 1684 et 1710, un indispensable outil de décor ?

14h15 : Michaël Decrossas (INHA / SAPRAT), Les tableaux de la Galerie d’Enée, du Palais-Royal au château de Saint-Cloud : histoire d’un décor peint

14h45 : Discussion

15h00 : Pour une approche renouvelée de l’histoire des intérieurs domestiques. Présentation de l’ouvrage collectif Corrélations. Les objets du décor au siècle des Lumières, Anne Perrin Khelissa (dir.), Coll. « Études sur le XVIIIe siècle », vol. 43, Éd. de l’Université de Bruxelles, oct. 2015, en présence des auteurs et de Brigitte d’Hainaut-Zvény (Université Libre de Bruxelles).

Mercredi 16 décembre 2015 : Session II – L’industrie du décor

12h00 : Accueil

Présidence de séance : Éléonore Challine

12h15 : Julie Ramos (Université Paris I Panthéon Sorbonne), L’industrie décorative au prisme de la fiction sous la Monarchie de Juillet

12h45 : Sébastien Quéquet (Musée des arts décoratifs), La transmission des arts et de l’ornement par la location de dessins de maîtres : l’agence des beaux-arts de François-Frédéric Grobon (1862-1865)

13h15 : Discussion

13h30 : Pause

13h45 : Rossella Froissart (Aix-Marseille Université, CNRS TELEMME UMR 7303), Le vaisseau et la cloison : muralnomad avant Le Corbusier

14h15 : Anne-Sophie Aguilar (Labex Création Arts et Patrimoines), Du décor au dispositif médiatique : le Panorama de la guerre de Noël Dorville et Émile Othon Friesz (1916)

Discussion

Publication : L’envers des Lumières. La peinture religieuse à la fin de l’ancien régime.

SCHIEDER Martin, L'envers des Lumières. La peinture religieuse à la fin de l'ancien régime, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, décembre 2015.

SCHIEDER Martin, L’envers des Lumières. La peinture religieuse à la fin de l’ancien régime, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, décembre 2015.

Présentation de l’éditeur :

Cet ouvrage vient combler une lacune importante de l’historiographie du XVIIIe siècle français. Si des tableaux d’église ont régulièrement été mis à l’honneur dans les expositions et les études consacrées à l’art de ce siècle, aucune synthèse n’avait été consacrée à la peinture religieuse. L’auteur met en perspective l’évolution des mentalités religieuses, les modifications liturgiques, les débats philosophiques, l’histoire politique et sociale, et la critique d’art pour analyser la crise de la peinture religieuse, perçue dès le XVIIIe siècle comme une « décadence ». Il propose une interprétation fine des contenus et des caractéristiques formelles de la peinture religieuse, à travers laquelle il montre que la peinture sacrée du XVIIIe siècle, loin d’être seulement l’héritière conservatrice de la peinture d’histoire du Grand Siècle, est un domaine de création extrêmement réceptif à tous les bouleversements des Lumières.

À l’appui de nombreux exemples de commandes de décors peints d’églises parisiennes ou de province, du contexte historique et d’une érudition théologique sans faille, Martin Schieder propose ainsi une ambitieuse analyse des changements et permanences dans la peinture sacrée du XVIIIe.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Artistes des Lumières. Symposium d’histoire de l’art de la Mairie du XIe arrondissement sous la direction de Martine Debieuvre, Sébastien Chauffour et Christophe Henry le 8 juillet 2015

La Mairie du XIe arrondissement de Paris a accueilli, le 8 juillet dernier, le second symposium consacré à l’art du XVIIIe siècle. Cette journée, qui s’inscrivait dans la continuité de celle de février, avait l’ambition de réunir, une fois n’est pas coutume, professionnels et amateurs d’histoire de l’art.

Nicole Garnier, conservateur général du Patrimoine au musée de Chantilly, a débuté cette journée d’étude en présentant la carrière du peintre Antoine Coypel (1661-1722). Formé dans l’atelier de son père, Noël Coypel (1628-1707), il l’accompagne en Italie après sa nomination en tant que directeur de l’Académie de France à Rome. De retour à Paris au début des années 1680, Antoine Coypel se distingue en étant choisi pour la réalisation du May de Notre-Dame de Paris[1]. Devenu membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture en 1681, il est également sollicité par les religieuses de l’Assomption de la rue Saint-Honoré durant cette même année. Participant à plusieurs commandes royales[2], Antoine Coypel travaille majoritairement pour la famille d’Orléans et des collectionneurs privés. Ami de Roger de Piles (1635-1709)[3], le peintre est un partisan du rubénisme lors des débats sur le coloris agitant la fin du règne de Louis XIV[4]. Antoine Coypel s’intéresse de plus en plus au « petit goût » comme en témoigne le plafond de la galerie d’Enée au Palais Royal commandé par le Régent. Il décède en 1722 après avoir réussi à obtenir l’ensemble des titres honorifiques possédés par Charles Le Brun (1619-1690)[5].

Antoine Coypel, Jeune noir tenant une corbeille de fruits et jeune fille caressant un chien, vers 1682, huile sur toile, H. 0,28 m ; L. 0,21 m, Paris, musée du Louv

Antoine Coypel, Jeune noir tenant une corbeille de fruits et jeune fille caressant un chien, vers 1682, huile sur toile, 0,28 x 0,21 m, Paris, musée du Louvre.

Christophe Henry, docteur en histoire de l’art et agrégé d’arts plastiques, a consacré sa communication à la copie[6], réalisée par Edme Bouchardon (1698-1762) en 1723, du Faune Barberini[7]. Cette statue, ainsi désignée en raison de sa conservation au sein de la collection du même nom, fait alors partie des antiques fréquemment copiés par les jeunes artistes qui séjournent à Rome, afin de parfaire leur formation. Ceux-ci sont, en théorie, et bien qu’aucune périodicité ne soit explicitement énoncée, contraints de transmettre régulièrement leurs travaux à leurs professeurs restés à Paris. Peu respectée des étudiants, cette obligation est néanmoins à l’origine de la présence de la sculpture de Bouchardon au Louvre.
Christophe Henry a démontré comment, loin de se contenter de la production d’une banale copie, Bouchardon tente de rendre toute sa sensualité à cet antique. Ce dernier estime en effet que l’œuvre qu’il reproduit, qui est elle-même la copie romaine d’un original grec, a été dénaturée par les mains romaines qui l’ont façonnée. Tout en tenant compte du socle moderne sur lequel son modèle a été placé, le sculpteur l’amincit, redessine sa queue, et le complète par l’ajout d’une couronne et du bras qui lui faisait défaut.
Cette statue reçoit, lors de sa présentation parisienne, un accueil des plus chaleureux.

Edme Bouchardon, Faune endormi, 1726-1730, marbre, 1,84 x 1,42 x 1,19 m, Paris, musée du Louvre.

Béatrice Gaillard, chercheur associé au Léav ENSA Versailles, s’est interrogée sur la réalisation de l’hôtel Tulle de Villefranche à Avignon et, plus largement, sur son architecte, François II Franque (1710-1793). Véritable entreprise spéculative, la construction de cet édifice n’a qu’un seul but : valoriser le terrain afin d’en tirer une plus-value intéressante lors de sa vente. Les propriétaires ont, en effet, l’intention de s’en séparer au profit de la ville d’Avignon, qui souhaite y construire boucheries et triperies. Malgré un terrain très irrégulier, François II Franque parvient à fournir un projet d’une grande symétrie[8].
Issu d’une famille d’architectes, il étudie deux ans à Rome grâce à la protection de l’évêque de Cavaillon. De retour à Avignon en 1736, François II Franque est l’un des architectes qui construit le plus au XVIIIe siècle. Sa clientèle est dispersée : il a notamment travaillé à Paris, dans toute la Provence, mais aussi en Suisse.

Valentine Toutain-Quittelier, docteur en histoire de l’art, a proposé, à travers le cas de Rosalba Carriera (1673-1757) et d’Antoine Watteau (1684–1721), une communication relative à un thème qui lui est cher : les relations artistiques entre la France et Venise au cours des premières décennies du XVIIIe siècle[9].
De février 1720 à mars 1721, Carriera entreprend un voyage en France. Elle fréquente alors les salons les plus en vogue, dont celui du financier Pierre Crozat (1661-1740) où elle rencontre Watteau, tout juste rentré d’Angleterre. Les deux artistes sympathisent et développent une amitié profonde et sincère, qui se concrétise par la réalisation de dessins. Tandis que Watteau portraiture Carriera dans l’intimité, celle-ci exécute des croquis de son ami lors des soirées mondaines qui ont lieu chez Crozat. Le décès de Watteau, quelques mois plus tard, met un terme à cet échange artistique.
En 1728, soit plusieurs années après le décès de son ami, Carriera reçoit les deux premiers tomes du Recueil Jullienne[10]. Elle décide alors de lui rendre un ultime hommage en réalisant son portrait posthume[11].

Rosalba Carriera, Portrait d’Antoine Watteau, 1728, pastel sur papier, 0,55 x 0,43 m, Trévise, Museo Civico Luigi Bailo.

Charlotte Chastel-Rousseau, chef du Service des programmes de médiation au musée du Louvre, a présenté une étude du monument de Louis XV à Reims. Réalisée par Jean-Baptiste Pigalle (1714-1785)[12], cette œuvre lui est commandée en 1755 alors qu’il jouit d’une solide et prestigieuse carrière. Reprenant la typologie des sculptures s’inscrivant dans une place royale[13], Jean-Baptiste Pigalle rénove cette tradition et réalise un monument exemplaire des changements sociaux et culturels de la France des Lumières. Le sculpteur relève avec succès le défi de représenter des citoyens « libres et heureux » aux pieds du roi, il souhaite que sa réalisation incarne les valeurs de « protection, de douceur et de sécurité ».
Inauguré en 1765, le monument a été gravé sur cuivre par Charles-Nicolas Cochin le jeune (1715-1790)[14]. Le musée Le Vergeur célèbre actuellement les 350 ans de l’œuvre en lui consacrant une exposition-dossier intitulée Reims au temps des Lumières, un nouveau regard sur la statue de Louis XV[15].

Anonyme français d’après Jean-Baptiste Pigalle, Statue de Louis XV à Reims, vers 1765, gravure au burin, dimensions inconnues, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Émilie Beck Saiello, maître de conférences à l’université Paris XIII, a présenté son projet éditorial lié à Joseph Vernet (1714-1789). Durant sa carrière, cet artiste rédige un « Livre de raison ». Celui-ci se compose de trois carnets qui présentent, de manière chronologique, l’activité professionnelle du peintre au cours de trois phases de sa vie : 1757-1763, 1764-1774 et 1775-1786. Le premier cycle concerne essentiellement la production de la fameuse série des ports de France, le second traite de la période parisienne de Vernet, tandis que le dernier relate ses années de vieillesse. Ces carnets, où dépenses et revenus, informations privées et professionnelles, sociales et administratives se côtoient, contiennent une foule de renseignements bigarrés.
L’édition de ces textes[16], en 1864, en avait rendu une première partie, estimée à un tiers du contenu total, accessible. Léon Lagrange, l’historien de l’art à l’origine de cette publication, avait alors préféré se départir de l’ordre chronologique, et avait opté pour un classement, également tripartite, basé sur la nature des données considérées. La première rubrique regroupait les commandes et les reçus, la seconde les dépenses du ménage, tandis que la troisième se présentait enfin comme le carnet d’adresses de Vernet. L’édition critique qu’Émilie Beck Saiello prépare entend donc, grâce à la publication exhaustive des trois carnets de Vernet, offrir une vision complète de l’activité du peintre, impossible auparavant.

Joseph Vernet, L'entrée du port de Marseille, 1754, 1,65 x 2,63 m, Paris, musée du Louvre.

Joseph Vernet, L’entrée du port de Marseille, 1754, 1,65 x 2,63 m, Paris, musée du Louvre.

Patricia Lemonnier, docteur en histoire de l’art et expert près la cour d’appel de Paris, a présenté les meubles à plaques de porcelaine de Martin Carlin (1730-1785), ébéniste qui officie alors à l’enseigne de « la Colombe », au Faubourg Saint-Antoine à Paris. Ce dernier œuvre à la période charnière — la transition entre le règne de Louis XV et celui de Louis XVI — où, à l’initiative du marchand-mercier Philippe-Simon Poirier (1720-1785), se multiplie l’usage d’un décor de plaques de porcelaine intégré au mobilier. Ces plaques, marquées par les « L » entrelacés de la manufacture de Sèvres, sont fournies aux ébénistes par les marchands-merciers afin d’être appliquées sur des meubles précieux, à l’usage de commanditaires prestigieux tels que la marquise de Pompadour. Martin Carlin figure parmi les ébénistes les plus prolifiques, puisqu’un tiers de sa production est consacré à ce type de mobilier.
L’indéniable succès du luxueux coffret à bijoux offert à Marie-Antoinette par la Ville de Paris en 1770[17] précipite les commandes, de sorte que les hôtels particuliers les plus prestigieux de Paris en sont dotés dans les dernières décennies du XVIIIe siècle. Les plaques de porcelaine sont alors appliquées sur des meubles moins précieux et plus accessibles, comme des portes lumières ou des tables en auge par exemple. On y apporte également de la variété, puisque certaines plaques de porcelaine reproduisent les motifs de différents tableaux, à l’image de celles de la commode de madame du Barry, livrée en 1772 pour son pavillon de Louveciennes[18], où sont, entre autres, reproduites La comédie et La tragédie de Carle Van Loo.
Sous la Révolution, la préciosité de ce type de meubles n’est pas ignorée, puisque la plupart sont réquisitionnés pour être exposés au tout récent musée du Louvre.

Attribuée à Martin Carlin, Commode de madame du Barry, 1772, bâti de chêne ; placage de poirier, de bois de rose et d’amarante ; porcelaine tendre de Sèvres ; bronze doré ; marbre blanc ; glace, Paris, musée du Louvre.

Jean-Baptiste Huet (1745-1811) fera prochainement l’objet d’une exposition réunissant une soixantaine d’œuvres dans les murs du musée Cognacq-Jay à Paris. Benjamin Couilleaux, commissaire de l’exposition, a mis en avant l’envergure de cet artiste dont le nom est souvent éclipsé par la notoriété de son oncle, le célèbre peintre de singeries Christophe Huet (1700-1759).
Conformément au propos de l’exposition, la communication a mis en avant les trois principaux domaines dans lesquels l’art d’Huet s’est révélé. Tout d’abord, le talent de l’artiste est d’avoir ennobli sa spécialité, la peinture animalière, en l’hybridant avec d’autres genres picturaux plus valorisés. Ainsi, il se fait recevoir à l’Académie royale en 1769 avec un Dogue se jetant sur des oies[19], qui marque clairement sa volonté d’appliquer le rendu psychologique de la peinture d’histoire au genre animalier. De la même façon, Huet rencontre la faveur du public en fusionnant ce dernier genre avec celui du portrait[20]. Parallèlement à cette production réservée à une clientèle fortunée, l’artiste diffuse l’art animalier à travers des dessins empreints d’une grande vitalité. Ceux représentant des bœufs et des fauves sont d’ailleurs une source d’inspiration de la peinture animalière du XIXe siècle.
Le deuxième axe de l’exposition présentera un autre genre dans lequel Huet se fait connaître à la suite de Boucher : la pastorale. Ce type de peintures engage naturellement Huet dans une troisième voie, celle des arts décoratifs, comme en témoignent par exemple les toiles de Jouy imprimées à partir de ses modèles.
Vers la fin de sa vie, l’artiste grave une sélection d’œuvres qu’il souhaite conserver pour la postérité (bibliothèque Forney) : cette conscience professionnelle vient conforter l’idée d’une carrière habilement maîtrisée auprès d’une clientèle élargie, capable d’assurer sa fortune et sa renommée dans un créneau laissé vacant depuis la mort d’Oudry (1755).

Anonyme d’après un dessin de Jean-Baptiste Huet, Offrande à l’Amour, toile de coton imprimée, vers 1792-1815, manufacture Oberkampf de Jouy-en-Josas, Londres, Victoria & Albert Museum.

François Gilles est venu présenter le chef-d’œuvre académique « le plus mystérieux de la sculpture ornemaniste du XVIIIe siècle », objet d’une analyse historique et d’une reproduction partielle dans le cadre de son cursus à l’École Boulle.
Le mystère de ce petit panneau de bois tient à un paradoxe : il résulte d’un travail extrêmement précis (plus de mille heures de travail) mais n’a jamais été intégré à un ensemble décoratif. Il s’agit en fait de la réponse du sculpteur ornemaniste Rousseau de La Rottière (1747-1820) à un défi lancé par l’Académie royale d’architecture qui lui réclamait une preuve de son talent. Ce précieux témoignage de la sculpture ornemaniste des années 1770 (légèrement antérieur au boudoir turc de Marie-Antoinette, réalisé par le même artiste au château de Fontainebleau) est finalement resté en possession de son créateur sa vie durant, avant de passer entre les mains de divers particuliers (Jéhannot, Grandjean), pour finir dans les collections du musée des Arts décoratifs au début du XXe siècle.
Si ce panneau n’a pas vocation à conserver le souvenir d’un décor disparu, il témoigne en revanche du savoir-faire très abouti des sculpteurs ornemanistes parisiens à la fin de l’Ancien Régime.

Rousseau de La Rottière, Panneau de poirier sculpté, 0,75 x 0,28 m (avec cadre), Paris, musée des Arts décoratifs.

Sébastien Chauffour, conservateur à la bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l’Art, a traité du remploi d’un motif antique – le bas-relief des Sacrifiantes Borghese[21]– sur le char funèbre de Voltaire en 1791. La translation des cendres du philosophe au Panthéon est connue par différentes illustrations ; parmi elles, le musée Carnavalet conserve un dessin du char attribué à l’architecte en charge de la cérémonie, Jacques Cellerier (1742-1814)[22], mais il est également possible que le responsable du décor sculpté, Nicolas Lhuillier (vers 1736 – 1793), en soit l’auteur.
Dans la partie centrale du dessin, le sarcophage fait apparaître une frise de six figures féminines similaires aux Sacrifiantes Borghese. Découvert entre la fin du XVIe et le début du XVIIe siècle, le bas-relief intègre rapidement la collection Borghese à Rome[23]. C’est là que les frères Fréart le font mouler entre 1640 et 1642 pour la cour de Louis XIII, où il sera ensuite reproduit. Au siècle suivant, Lhuillier rassemble à son tour une importante collection de moulages antiques[24]. Dans une hypothèse comme dans l’autre, le catafalque de Voltaire atteste de la circulation des motifs antiques dans toute l’Europe.

Jacques Cellerier ou Nicolas Lhuillier, Char funèbre pour la translation des cendres de Voltaire, vers 1791, dessin à la mine de plomb, Paris, musée Carnavalet.

Charlotte Duvette, doctorante contractuelle à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, a mis en lumière la première phase de construction de la rue de Rivoli sous le Consulat et l’Empire, clôturant ce Symposium avec l’étude d’une opération d’urbanisme et d’architecture à la jonction entre le siècle des Lumières et le XIXe siècle. Charles Percier (1764-1838) et Pierre Fontaine (1762-1853), duo d’amis architectes et décorateurs ayant occupé des positions centrales entre 1800 et 1815[25], sont les concepteurs de cette rue qui dote le palais des Tuileries d’un écrin sobre et uniforme.
C’est principalement à travers leur regard, et celui de leur commanditaire, Napoléon Bonaparte (1769-1821) que sont retracées les étapes de la conception et de la construction de la rue, dont le véritable acte de naissance est l’arrêté du 1er floréal an X[26]. Si l’achat des premiers terrains et la construction des portiques à arcades par le gouvernement débutent rapidement, la sobriété apparente que revêtent les façades, dessinées par les deux architectes, et qui doivent être élevées sur toute la longueur de la rue, ne suscite pas l’intérêt des acquéreurs, au grand dam de Pierre Fontaine[27].
Les restrictions imposées par le gouvernement[28] et la situation centrale de la rue sont des facteurs supplémentaires de son abandon, elle n’est réellement lotie et habitée que sous la Restauration. L’étude des inventaires après décès et des contrats de vente prouve a posteriori que l’uniformité extérieure rompt avec la variété des aménagements. La rue de Rivoli traduit la complexité d’une opération urbaine voulue par l’autorité mais à destination de la sphère privée, et l’incompréhension de Fontaine face à ce rejet témoigne de la place prépondérante qu’occupent les particuliers.

Martens d’après Gilio, Rue de Rivoli, vers 1830, Paris, musée Carnavalet.

Ce symposium a permis, tout en donnant la parole à de jeunes chercheurs, d’aborder l’art du XVIIIe siècle dans toute sa diversité. En effet, l’ensemble des pratiques, qu’il s’agisse de peinture, de sculpture, d’architecture ou d’arts décoratifs, fut évoqué. Enfin, cette journée fut aussi l’occasion, pour le public, de se familiariser, grâce à des communications sérieuses, conçues et réalisées par des professionnels, avec l’histoire de l’art de cette période.

Compte rendu réalisé par Charlotte Duvette, Maxime-Georges Métraux, Marine Roberton et Maël Tauziède-Espariat.


[1] LAHARIE, Patrick (éd. scientifique), Poèmes du May de Notre-Dame de Paris, 1482-1707 ; et Mémorial de la confrérie Sainte-Anne des orfèvres parisiens, 1449-1712, Paris, Paris-Musées, 2000.
[2] Il réalise notamment des toiles pour le Trianon ainsi que des cartons peints pour la manufacture des Gobelins.
[3] PUTTFARKEN, Thomas, Roger de Piles’ Theory of Art, New Haven et Londres, Yale University Press, 1985.
[4] TEYSSEDRE, Bernard, Roger de Piles et les débats sur le coloris au siècle de Louis XIV, Paris, La Bibliothèque des arts, 1965.
[5] Pour plus d’informations sur Antoine Coypel, voir : GARNIER, Nicole, Antoine Coypel (1661-1722), Paris, Arthena, 1989.
[6] Edme Bouchardon, Faune endormi, 1726-1730, marbre, 1,84 x 1,42 x 1,19 m, Paris, musée du Louvre.
[7] Anonyme, Faune Barberini, vers 200 av. J.C., marbre, 2,15 m, Munich, Glyptothèque.
[8] Le projet est reproduit dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert pour l’article consacré à l’architecture, rédigé par Jacques-François Blondel.
[9] Valentine Toutain-Quittelier a voué sa thèse à l’étude de cette question. Celle-ci, intitulée Regards en miroirs. Les relations artistiques entre la France et Venise, 1700-1730, paraîtra aux éditions Silvana Editoriale en 2016.
[10] Publiés en 1726-1728, les deux premiers tomes du Recueil Jullienne, dont le titre est Figures de différents caractères, de paysages, d’études dessinées d’après nature par Antoine Watteau, Peintre du Roy en son Académie Royale de Peinture et Sculpture, gravées à l’eau forte par les plus habiles peintres et graveurs du temps, tirées des plus beaux cabinets de Paris, se composent d’estampes gravées d’après les dessins d’Antoine Watteau.
[11] Rosalba Carriera, Portrait d’Antoine Watteau, 1728, pastel sur papier, 0,55 x 0,43 m, Trévise, Museo Civico Luigi Bailo.
[12] GABORIT, Jean-René, Jean-Baptiste Pigalle : 1714-1785, sculptures du Musée du Louvre, Paris, Réunion des Musées Nationaux, Paris, 1985.
[13] Cette typologie est inaugurée par le monument équestre d’Henri IV sur le Pont-Neuf à Paris, elle se retrouve également dans la statue équestre de Louis XIV sur la place des Victoires ou encore dans la statue du Grand Électeur à Berlin.
[14] MICHEL, Christian, Charles Nicolas Cochin et l’Art des Lumières, Rome, École française de Rome, 1993.
[15] L’exposition se tient au musée Le Vergeur à Reims, elle est ouverte du 16 juin 2015 au 20 septembre 2015.
[16] LAGRANGE, Léon, Joseph Vernet et la peinture au XVIIIe siècle, Paris, Didier, 1864.
[17] Martin Carlin, Coffret à bijoux de Marie-Antoinette, 1770, bois de rose, bronze doré, porcelaine dure, sycomore (bois), musée national des Châteaux de Versailles et de Trianon. Livré en 1770 à Versailles, décor de treize plaques en porcelaine tendre de Sèvres décorées dans un encadrement vert et or, de bouquets de fleurs peints.
[18] Attribuée à Martin Carlin, Commode de madame du Barry, 1772, bâti de chêne ; placage de poirier, de bois de rose et d’amarante ; porcelaine tendre de Sèvres ; bronze doré ; marbre blanc ; glace, musée du Louvre. Au centre, L’Agréable société de Jean-Baptiste Pater (1695-1736), les deux autres vantaux de la façade sont des reproductions d’œuvres de Nicolas Lancret (1690-1743). À gauche : Par une tendre chansonnette, tableau aujourd’hui conservé au Fitzwilliam Museum de Cambridge et gravé par Charles-Nicolas Cochin ; à droite : Conversation galante, morceau de réception du peintre à l’Académie en 1719, inversé d’après une gravure de Jacques-Philippe Le Bas datant de 1743. Sur les côtés se trouvent La Comédie et La Tragédie d’après deux dessus-de-porte réalisés en 1752 par Carle Van Loo (1705-1765). Ces plaques sont l’œuvre de Charles-Nicolas Dodin, peintre à la manufacture de Sèvres.
[19] Jean-Baptiste Huet, Dogue se jetant sur des oies, 1769, peinture à l’huile sur toile, 1,28 x 1,62 m, musée du Louvre. Ce morceau de réception a été exposé au Salon de 1769 (voir : McALLISTER JOHNSON, William, « Jean-Baptiste Huet », dans : Les peintres du roi (1648-1793), Paris, Réunion des musées nationaux, 2000, p. 190-192).
[20] Jean-Baptiste Huet, Portrait d’un cavalier kingcharles, 1779, peinture à l’huile sur toile, 0,58 x 0,47 m, vente Sotheby’s & Artcurial, 26/03/2015, lot 34.
[21] Les Sacrifiantes, IIe siècle après J.-C., marbre antique, Rome, 1,50 x 0,68 x 0,14 m, ancienne collection Borghese, acheté en 1807, musée du Louvre.
[22] GALLET, Michel, « Le culte posthume de Voltaire et de Rousseau », Bulletin du musée Carnavalet, 1960, n° 2, p. 18-19.
[23] Avec son pendant, Les Danseuses Borghese (aujourd’hui au Louvre).
[24] Il est cependant impossible de savoir si cette collection comprenait un moulage des Sacrifiantes Borghese.
[25] À ce sujet, voir GARRIC, Jean-Philippe, Percier et Fontaine : les architectes de Napoléon, Paris, Belin, 2011.
[26] Arrêté des consuls en date du 1er floréal an X (21 avril 1802), in TAXIL, Louis-Charles, Recueil d’actes administratifs et de conventions relatifs aux servitudes spéciales d’architecture, aux servitudes « non aedificandi » et autres grevant les immeubles riverains de certaines places et voies publiques, publié sous la direction de M. Bouvard, Paris, Imprimerie nouvelle, 1905, page 13.
[27] « Faudra-t-il chercher à découvrir les causes du peu d’ardeur que l’on a mis à bâtir, […] Les trouverai-je […] dans l’espèce d’aversion du plus grand nombre pour tout ce qui a une apparence d’uniformité… » in FONTAINE, Pierre François Léonard, Journal 1799-1853, Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts : Institut français d’architecture ; société de l’histoire de l’art français, 1987, Vol. II, page 506.
[28] Contrat entre l’État et Louis Lemercier, reçu par Maître Trubert, notaire, le 5 floréal an XII (25 avril 1804), tel qu’il a été retranscrit par TAXIL, Louis-Charles, op. cit., page 14-15.

Colloque international interdisciplinaire des 17 avril et 18 avril 2015 à Budapest

 

Jean-Honoré Fragonard, Le Songe d’amour du guerrier, avant 1785, huile sur toile, 61,5 x 50,5 cm, Paris, musée du Louvre.

Jean-Honoré Fragonard, Le Songe d’amour du guerrier, avant 1785, huile sur toile, 61,5 x 50,5 cm, Paris, musée du Louvre.

Sous l’égide de l’Université Catholique Pazmany Peter s’est tenu à Budapest les 17 et 18 avril derniers, un colloque ayant pour thème : « L’homme qui rêve – expérience des frontières ». L’objectif de ce colloque étaient, tel que précisé par ses organisatrices Aniko Adam et Aniko Radvanszky, d’interroger les frontières et les fonctions historiques, culturelles, sociologiques et anthropologiques du rêve, ainsi que les relations que le rêve entretient avec la créativité. Venant de tous horizons géographiques et universitaires, une soixantaine de participants ont pu s’exprimer et échanger sur ce sujet en français, anglais et hongrois.

La séance introductive présidée par le vice-doyen de l’Université, Karoly Pinter, et ouverte par Simon M. Wortham (Faculty of Arts and Social Sciences, Kingston University) a permis de positionner les enjeux philosophiques d’un questionnement sur le sommeil. En effet Simon M. Wortham a récemment publié The Poetics of sleep : from Aristotle to Nancy (2013) dans lequel il interroge la façon dont le sommeil peut constituer une limite à l’imagination philosophique. Il questionne aussi la relégation du sommeil aux frontières de l’étude physiologique qui a eu pour conséquence de promouvoir une investigation critique des rêves comme facteur clef d’une certaine modernité.  Et il articule une poétique du sommeil pour laquelle il convoque non seulement Aristote, Kant et Freud, mais encore – sans pouvoir tous les citer – Bergson, Derrida et Nancy, ainsi que le poète Celan et les écrivains Blanchot et Beckett.

Parmi les nombreuses sessions qui ont animées ces deux journées, on citera plus particulièrement celles qui ont données lieu à communication sur les XVIIe et XVIIIe siècles. Elena Ciocoiu (Université Paris-Sorbonne, CELLF 16-18) a présenté une communication ayant pour titre « Pour une approche comparatiste de l’imaginaire baroque du rêve » et traitant essentiellement du Songe d’une nuit d’été de Shakespeare et de La vie est un songe de Calderone. Lors de sa présentation « Rêver au temps des Lumières : un art difficile », Florence Fesneau (doctorante en Histoire de l’Art, université Paris I Panthéon Sorbonne) a cherché à s’interroger sur le faible nombre de tableaux illustrant le thème du rêve autrement que par la présence solitaire d’un dormeur ou d’une dormeuse. Nadège Langbour (Docteur ès lettres modernes, Université de Rouen) s’est livrée à une analyse précise des nombreuses façons dont Diderot aborde, dans ses écrits, le sommeil et le rêve, au cours de sa communication « Diderot et l’écriture du rêve : une expérience de la disparition des frontières », tandis que Katalin Kovacs a approfondi la notion de paysage de rêve et les promenades que l’on peut y faire dans sa présentation « Paysages de rêve dans la peinture française du XVIIIe siècle : Vernet et Robert à la lumière de la critique d’art de Diderot. ».

Les organisatrices sélectionneront une partie des communications écrites afin de permettre la publication ultérieure (date non connue) des actes du colloque.