Archives par étiquette : Louyse Moillon

Ventes Sotheby’s de mai et de juin 2016.

 

Louyse Moillon, Panier de quetsches, 1629, huile sur bois, 40,5 x 52,5 cm

Louyse Moillon, Panier de quetsches, 1629, huile sur bois, 40,5 x 52,5 cm

Au cours de la vente de tableaux et dessins anciens du 16 juin (Paris, 14h30), le Panier de quetsches de Louyse Moillon (1610 – 1696) a atteint la somme de 1 143 000 € (Lot 24). Louyse Moillon est une des rares femmes peintres du XVIIe siècle qui ait réussi à s’imposer dans le milieu artistique de l’époque, à l’instar d’Artemisia Gentileschi en Italie. Agée de seulement 19 ans, l’artiste révèle déjà toute sa virtuosité dans cette nature morte, un genre qui commence tout juste d’être apprécié par les érudits de la France de Louis XIII. La coupe de raisins sur entablement (1631, huile sur bois, 47,5 x 62,2 cm) de Jacques Linard (1597 – 1645), contemporain de Louyse Moillon, est partie à un prix plus raisonnable (Lot 25, 113 100 €).

Jean Restout, Abraham et les trois anges, huile sur toile, 130 x 97 cm

Jean Restout, Abraham et les trois anges, huile sur toile, 130 x 97 cm

L’Abraham et les trois anges de Jean Restout (1692 – 1768) relate l’épisode au cours duquel trois anges reçus par Abraham lui annonce la grossesse prochaine de sa femme Sarah (Genèse 18, 1-16). Tandis qu’Abraham s’est agenouillé pour laver les pieds d’un des anges, les deux autres se regardent d’un air entendu (retenant encore la bonne nouvelle) et Sarah observe la scène à moitié cachée derrière un pan de la tente. Cette peinture méconnue de l’artiste faisait partie de la collection du peintre Noël Hallé (1711-1781) et était restée depuis chez ses descendants. Elle a atteint la somme de 87 000€ (Lot 27).

Jean-Baptiste Marie Pierre, Paysage avec personnages jouant de la musique et dansant, huile sur toile, 61,3 x 76,5 cm.

Jean-Baptiste Marie Pierre, Paysage avec personnages jouant de la musique et dansant, huile sur toile, 61,3 x 76,5 cm.

Le Paysage avec personnages jouant de la musique et dansant de Jean-Baptiste Marie Pierre (1714 – 1789) est une œuvre précoce de l’artiste. Elle fut très certainement peinte durant le séjour de Pierre à l’Académie de France à Rome (1735 – 1740) où, après avoir gagné le Prix de Rome en 1735, il travailla sous la direction de Nicolas Vleughels et Jean-François de Troy. Ce Lot 39 a atteint la somme de 363 000 €. Signalons encore Le cheval blanc (huile sur toile, 37,5 x 46 cm) de Louis-Léopold Boilly (1761 – 1845) dépeignant le départ d’une jeune fille sur un cheval blanc à qui un couple, qui semble être celui de ses parents, dit au revoir (Lot 55, 45 000 €).

François Ladatte, Vénus et Cupidon, 1759, marbre, 89 x 35 cm.

François Ladatte, Vénus et Cupidon, 1759, marbre, 89 x 35 cm.

Dans la vente de Sculptures et Objets d’Art Européens du 16 juin (Paris, 10h30) on peut signaler une Venus désarmant l’Amour datant de 1730 (44 cm). Ce bronze à la belle patine brune et à la surface finement ciselée a séduit par la qualité de sa fonte et la complexité de sa composition (Lot 50, 129 000 €). La Vénus et Cupidon de François Ladatte (1706 – 1787) a atteint la somme de 96 600 € (Lot 54). C’est en 1737 que Ladatte expose au Salon la version en terre cuite de ce marbre sous le titre de Flore, en même temps que le modèle en plâtre de sa statue de Louis XV en pied destinée à la ville de Rouen. La Danaé recevant Jupiter en pluie d’or  (vers 1762, 35 x 58 x 23,5 cm) d’Augustin Bocciardi (1719 – 1797) a été vendue au prix de 111 000€ (Lot 58). En 1762, une paire de figures en marbre par Bocciardi, représentant La Volupté couchée sur un matelas et Danaé recevant Jupiter en pluie d’or, sont mentionnées à l’exposition de l’Académie de Saint-Luc sous le n° 126. Le livret les décrit comme « Deux Figures de Femmes en marbre blanc, de 22 pouces de proportion; l’une représente la Volupté couchée sur un matelas, l’autre Danaé qui reçoit Jupiter en pluie d’or ». Ces deux figures faisaient partie de la collection de Denis Pierre Jean Papillon de La Ferté (1727-1794), intendant des Menus-Plaisirs de la Maison du roi. s’étant vu imposé l’emploi de Bocciardi par le duc d’Aumont (1709 – 1782) alors qu’il estimait ne rien avoir à lui confier comme travail, Papillon de La Ferté, grand collectionneur de Vernet (il lui commande une série de sept grands panneaux décoratifs pour son hôtel particulier) s’est visiblement laissé séduire par les talents du sculpteur.

Rosalba Carriera, Portrait d’une dame à mi-figure, pastel, 60 x 40 cm.

Rosalba Carriera, Portrait d’une dame à mi-figure, pastel, 60 x 40 cm.

Au cours la vente d’une collection milanaise le 13 juin (Milan, 18h00) sont passés deux portraits de Rosalba Carriera (1675 – 1757) : le Portrait d’une dame à mi-figure (lot 78, 68 750 €) et le Portait d’un gentilhomme à mi-figure (pastel, 57 x 43 cm) (lot 79, 62 500 €).

Valentin de Boulogne, David avec la tête de Goliath, 1627, huile sur toile, 139 x 103 cm.

Valentin de Boulogne, David avec la tête de Goliath, 1627, huile sur toile, 139 x 103 cm.

La vente « Master Paintings » du 26 mai (New York, 10h00) a notamment permis d’admirer un David avec la tête de Goliath de Valentin de Boulogne (1591 – 1632), commandé en 1627 par la Cardinal Francesco Barberini (1597 – 1679), neveu du Pape Urbain VIII (Lot 64, vendu à 490 000 $). Son pendant présumé est le Samson qui se trouve au musée d’art de Cleveland.

Louis Gauffier, Portrait de Lady Holland, 1795, huile sur toile, 51 x 67,6 cm.

Louis Gauffier, Portrait de Lady Holland, 1795, huile sur toile, 51 x 67,6 cm.

On signalera également le Portrait de Lady Holland réalisé par Louis Gauffier (1762 – 1801). Ce Lot 83, évalué entre 300 000 et 600 000 $ n’a pas trouvé acquéreur. En revanche, une Nature morte au violon peinte vers 1725 (huile sur toile, 60,3 x 76,8 cm) par Jean-Baptiste Oudry est partie à 610 000 € (Lot 88).

Dans la vente « Travel, Atlases, Maps and Natural History » du 28 avril  (Londres 14h30), on notera l’Altas Major de Johannes Blaeu (1596 – 1673) en 9 volumes (Lot 41, vendu 389 000 £) ainsi que la première édition en 8 volumes de l’Hortus Romanus de Giorgio Bonelli illustrée de 800 planches gravées et coloriées à la main (55 x 38 cm par folio) datant de 1772 – 1793 (Lot 23, vendu 118 750 £).

Florence Fesneau

Prochaine vente de peintures et arts graphiques chez Artcurial (Paris, 13 novembre 2015)

Parallèlement au salon Paris Tableau qui vient d’ouvrir ses portes, Artcurial expose un important ensemble de peintures des XVIIe et XVIIIe siècles en attendant la mise aux enchères qui se déroulera sous la direction du commissaire-priseur Matthieu Fournier le vendredi 13 novembre à 14h30 dans les locaux parisiens de la maison de vente. La centaine de lots en lien avec la période moderne n’a pas l’homogénéité et la qualité de la collection Grandchamp des Raux dispersée par ses soins le 26 mars dernier.  En outre, le catalogue peine à concilier une présentation thématique tout en préservant l’intégrité des collections particulières mises en vente[1]. En dépit de cet enchevêtrement – parfois nécessaire au marché de l’art -, le catalogue comprend un index appréciable. Surtout, quelques œuvres exceptionnelles sont à signaler, notamment dans le genre de la peinture d’histoire, des marines et de la nature morte. Bien que la cotation mercantile reflète, dès le XVIIIe siècle, un système de valeur fondé sur le goût du public, la présentation des lots remarquables s’organise ici d’après la hiérarchie des genres académiques établie au Grand Siècle par André Félibien (1619-1695).

Louis Finson, Madeleine en extase, 1613, hst, 112,50 x 88,50cm

Louis Finson, Madeleine en extase, 1613, hst, 112,50 x 88,50 cm

Continuer la lecture