Archives par étiquette : Louis XVI

Conférence : Medailles et jetons en Europe

Louis Crépy, Portrait d’André Cardinal destouches d’après une médaille (avers et revers) de 1732, 1750, gravure, 19 x 8 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : conférence

Date : 30 mars – 1er avril 2017

Lieu : Paris, INHA

Art du puissant, objet multiple : Médailles et jetons en Europe, de la Renaissance à la Première Guerre mondiale

Programme

JEUDI, 30 MARS

13h : Accueil

13h30 : Ouverture du colloque

Portrait du Puissant – Présidence de séance: Victor Hundsbuckler (Monnaie de Paris)

14h : Myth-making of a renaissance Ruler: Andrea Doria as Neptune in Medals, Plaquettes, and the Allegorical Portrait by Angola Bronzino Ilaria Bernocchi (University of Cambridge)

14h30 : Déclin et renouveau protéiforme des médailles sous Louis XV et Louis XVI Aurore Chéry (LARHRA/CNRS)

15h : Vus de profil: genèse des portraits de présidents de la République française, de Thiers à Fallières Katia Schaal (Université de Poitiers / Ecole du Louvre / INHA)

15h30  : Pause Continuer la lecture

Conférence : « Un recueil de gravures de mode du XVIIe siècle enluminé de la collection Roger de Gaignières ».

Robert Bonnart, Agrippine,  sanguine et lavis de sanguine, repassé au stylet,  sur papier, 24,5 x 13 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Réserve B 6 e, boîte format 3.

Robert Bonnart, Agrippine, sanguine et lavis de sanguine, repassé au stylet, sur papier, 24,5 x 13 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Réserve B 6 e, boîte format 3.

Type : Conférence du Quadrilatère.
Date et horaire : 5 janvier 2016 de 18h15 à 19h30.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, Auditorium de la Galerie Colbert.

Vanessa Selbach, chef du service de l’estampe ancienne et de la réserve, BnF. 

Pascale Cugy, ATER à l’université Rennes 2.

Le département des Estampes et de la photographie possède de nombreux recueils de gravures de mode de la fin du XVIIe siècle ayant appartenu à de grands collectionneurs du temps de Louis XIV, le marquis de Beringhen (1651-1723) ou l’érudit Roger de Gaignières (1642-1716). Ces albums reflètent l’engouement qui traversa toutes les couches de la société pour ces estampes diffusant la mode parisienne et de flatteuses images de la cour du Roi Soleil. L’appropriation de ces gravures passe souvent par la mise en couleur des planches, voire leur embellissement par l’ajout de pièces de tissus, les transformant en véritables « estampes habillées ».

Journée d’étude : Versailles in the World 1660-1789.

D'après Charles Le Brun, Les différentes nations de l'Asie, XVIIe siècle, huile sur toile, 72 x 58 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

D’après Charles Le Brun, Les différentes nations de l’Asie, XVIIe siècle, huile sur toile, 72 x 58 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : journée d’étude.
Date : 29 janvier 2016.
Lieu : NYU, Jurow Hall, Silver Center, Washington Square Campus.
Sous la direction de : Jeffrey Collins, Meredith Martin et Robert Wellington.

Versailles is often seen as the epitome of “Frenchness,” yet the palace and its contents were profoundly shaped by encounters with people and objects from around the world. This symposium builds upon recent colloquia and exhibitions such as La Chine à Versailles: art et diplomatie au XVIIIe siècle (2014) and Voyageurs étrangers à la cour de France, 1589-1789 (2014) to emphasize the international character of Versailles between the reigns of Louis XIV and Louis XVI and to situate its art and architecture in a global context.

The day-long public event at the Washington Square Campus of NYU brings together an international group of scholars to explore connections between Versailles and a wide variety of geographical regions and cultures, from Thailand to Tunisia to Dutch Brazil. Papers focus on a range of visual and material culture that relates to cross-cultural exchanges at Versailles in the late seventeenth and eighteenth centuries, including the depiction of ambassadorial visits to the palace; gifts to and from the French Court; objects and images made for Versailles and its inhabitants that depict non-European cultures or reveal cross-cultural resonances; exoticism and fashion; and examples of art and architecture made outside of Europe that were inspired by Versailles.

Versailles in the World, 1660-1789 is timed to coincide with the preparation of a major exhibition on the foreign visitor at Versailles that will open at the Metropolitan Museum of Art in May 2017. It has been made possible through the generous support of New York University, Bard Graduate Center, and The Metropolitan Museum of Art.

Programme :

10:00AM
Welcome and Opening Remarks : Versailles as a Site of Global Exchange
Meredith Martin, New York University.

10:15AM
Curators Daniëlle Kisluk-Grosheide (Metropolitan Museum) and Bertrand Rondot (Musée National des Châteaux de Versailles et de Trianon) discuss their upcoming exhibition Visitors to Versailles, 1682-1789.

11:00AM – 12:30PM
Session I. Diplomatic Gifts and the French Court.

Mediating Spaces: Dutch Brazil at the French Court.
Carrie Anderson, Middlebury College.

From Versailles to Nouvelle France : French ‘Indian Peace Medals’ of the Eighteenth Century.
Robert Wellington, Australian National University.

Versailles, Beijing and the Eighteenth-Century Global Imaginary
Kristel Smentek, Massachusetts Institute of Technology.

12:30 – 1:45PM
Lunch.

1:45 – 3:15PM
Session 2. International Trade, Collecting, and Display.

From Ancient Carthage to Modern Tunis : The Cultural and Political Reception of Tunisia at the French Court of Versailles.
Ridha Moumni, Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC).

Mercantilism, Entrepreneurship, and the French Silk Corridors to Persia
Junko Takeda, Syracuse University.

Native American Objects at Versailles.
Noémie Etienne, Getty Research Institute.

3:15 – 3:30PM
Break.

3:30 – 4:15PM
Session 3. Fashion and Exoticism.

Fashion Will Travel: Dress and Diplomacy at the Court of Louis XVI and Marie-Antoinette.
Kimberly Chrisman-Campbell, Independent scholar.

4:15 – 5:15PM
Roundtable discussion led by Jeffrey Collins, Bard Graduate Center.

5:15 – 6:00PM
Closing Reception.

Soutenance de thèse : « L’image de Louis XV et Louis XVI, entre tradition et création : stratégies figuratives et inscription dans l’espace public (1715-1793) ».

Jean-Baptiste II Lemoyne, Réduction du monument de Louis XV à Rennes, 1777, sculpture, 84 x 60 x 37 cm, Paris, musée du Louvre.

Jean-Baptiste II Lemoyne, Réduction du monument de Louis XV à Rennes, 1777, sculpture, 84 x 60 x 37 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : soutenance de thèse.
Date : lundi 30 novembre 2015 à partir de 14h00.
Lieu : salle de la Rotonde, université Jean Moulin Lyon 3, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon.

Soutenance de thèse en en Histoire religieuse, politique et culturelle d’Aurore Chery : ”L’image de Louis XV et Louis XVI, entre tradition et création : stratégies figuratives et inscription dans l’espace public (1715-1793)“, sous la direction de Bernard Hours. Continuer la lecture

Publication : Le Louvre et les Tuileries. La fabrique d’un chef-d’œuvre.

GADY Alexandre, Le Louvre et les Tuileries. La fabrique d'un chef-d’œuvre, Paris, musée du Louvre/Le Passage, 2015, 320 p.

GADY Alexandre, Le Louvre et les Tuileries. La fabrique d’un chef-d’œuvre, Paris, musée du Louvre/Le Passage, 2015, 320 p.

Présentation de l’éditeur :

Le Louvre est un musée, la cause est entendue. Mais il est, d’abord et fondamentalement, un palais où le pouvoir s’est donné à voir depuis plus de huit siècles. Un palais intimement lié à l’histoire de la monarchie capétienne qui a fait la France, avec Philippe Auguste, son fondateur en 1190. Un palais consubstantiel également à l’histoire de Paris, dont il a façonné tout le développement vers l’ouest, avec son double disparu, le château des Tuileries. Aussi le domaine du Louvre incarne-t-il dans la pierre l’image du pouvoir qui, de militaire et royal, est devenu ce « soft power » participant aujourd’hui encore au rayonnement de la France.
Le Louvre est donc un musée dans un palais : cet étonnant défi, lancé par Louis XVI au début de son règne, n’a cessé de façonner l’édifice pour l’adapter à son nouveau rôle. Investi d’une mission politique par la Révolution, annexé par chaque régime pour servir sa cause, revisité par des architectes chargés de magnifier le génie du lieu tout au long des XIXe et XXe siècles, le Louvre est devenu au fil des temps un palimpseste redoutable. Pour démêler cette complexité, pour parcourir ces huit cents ans d’histoire, il faut revenir à la chronologie et aux documents, qui illustrent magnifiquement cette tension entre la pierre et le pouvoir.

Structuré par une série d’introductions qui mettent l’édifice en perspective à chaque étape de son évolution, l’ouvrage présente les plus belles images du Louvre et des Tuileries, réalisées par les plus grands artistes. Chacune de ces images a besoin d’être lue et analysée, à la fois comme une source et comme une œuvre d’art : apprendre à voir le Louvre, tel est l’enjeu inédit de cette visite, conduite par Alexandre Gady, un des meilleurs connaisseurs de l’histoire du palais.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Colloque : Nantes révolutionnaire. Ruptures et continuités (1770-1830).

Anonyme, Fusillades de Nantes en 1793, fin du XVIIIe siècle, aquarelle sur papier, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Anonyme, Fusillades de Nantes en 1793, fin du XVIIIe siècle, aquarelle sur papier, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : Colloque.
Date : Du 19 au 21 novembre 2015.
Lieu : Nantes, château des ducs de Bretagne et musée d’histoire de Nantes.

Largement étudiée d’un point de vue militaire, économique, religieux et social, la Révolution à Nantes continue d’être peu connue dans ses dimensions artistiques, culturelles et esthétiques. Nous avons donc le plaisir de vous annoncer un colloque qui réunira historiens et historiens de l’art.

Lors de ce colloque sera revisitée cette histoire dans son quotidien comme dans ses coups d’éclats pour évaluer, ou tenter d’évaluer, la pertinence de la césure qu’elle constituerait dans les domaines culturels.

Programme :

Jeudi 19 novembre

9h00 : Accueil des participants.

Présidence de séance : Philippe Bordes.
9h30 : « Introduction », Yann Lignereux, Hélène Rousteau-Chambon.

10h00 : « Nantes de 1789 à 1830, à la recherche de son identité politique d’une révolution à l’autre », Jean-Clément Martin, professeur d’histoire moderne émérite, Université Paris I.

10h40 : « Les négociants nantais et la Révolution française », Guy Saupin, professeur d’histoire moderne émérite, Université de Nantes.

11h20-11h40 : pause café.

11h40 : « Propos sur la franc-maçonnerie nantaise pendant la Révolution française », Martine Acerra, professeur d’histoire moderne, Université de Nantes.

12h20 : « La surveillance des émigrés en Loire-Inférieure entre l’an II et l’an X », Camille Lemeur, étudiante de Master 2, Université de Nantes.

13h00-14h30 : Déjeuner.

Présidence de séance : Claude Allemand.

14h30 : « Une révolution culturelle ? Les Nantais, entre déchristianisation et laïcisation », Samuel Guicheteau, Prag, ESPE (Université de Nantes).

15h10 : « Le pinceau ou la plume : dessiner l’architecture de la Révolution », Basile Baudez, maître de conférences en patrimoine moderne et contemporain, Université Paris-Sorbonne.

15h50-16h15 : pause café.
16h15 : « La ci-devant cathédrale de Nantes dans l’espace public pendant la Révolution Française : une recomposition avortée », Louis Bergès, Directeur de la Drac des Pays de la Loire.

16h55 : « Le comité des travaux publics à Nantes », Gilles Bienvenu, maître assistant, École d’architecture de Nantes.

17h35 : fin de la journée.

Dîner à la Cigale.

Vendredi 20 novembre 2015

9h15 : Accueil.

Présidence de séance : Philippe Bourdin.

9h30 : « Entre divertissement et politisation : la vie théâtrale nantaise face aux bouleversements et aux affres du temps révolutionnaire (1789-1799) », Cyril Triolaire, maître de conférences en études théâtrales, Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand).

10h10 : « A la recherche d’un répertoire perdu… Nouvelles perspectives sur la création théâtrale à Nantes fin XVIIIe siècle », Pauline Beaucé, maître de conférences en études théâtrales, Université Montaigne (Bordeaux).

10h50-11h20 : pause café.

11h20 : « Lille révolutionnaire », Christopher Drew Armstrong, Director of architectural studies and associate professor, Pittsburgh University.

12h00 : « Un ingénieur des Ponts révolutionnaire ? Les projets d’Armand-Bernardin Lefebvre pour la ville de Caen », Étienne Faisant, docteur en histoire de l’art moderne, post-doctorant au sein du Labex « Les passés dans le présent ».

12h40-14h30 : Déjeuner.

Présidence de séance : Daniel Rabreau.

14h30 : « Mathurin Crucy et les monuments publics. De la Révolution à la Restauration, (1791- 1823) », Alain Delaval, ancien chargé d’étude documentaire.

15h10 : «Les lotissements, de l’Ancien régime à la Restauration», Pierre Pinon, professeur d’architecture émérite, École d’architecture Paris-Belleville.

15h50-16h15 : pause café.

16h15 : « L’habitat pavillonnaire, un héritage de la révolution ? », Claire Ollagnier, docteur en histoire de l’art moderne, post-doctorant au sein du Labex « Création Art et Patrimoine ».

16h55 : « Conclusion », Philippe Bordes, professeur d’histoire de l’art moderne, Université Lyon II.

Samedi 21 novembre

Présidence de séance : Jean-Clément Martin.

9h30 : « A la recherche de Louis XVI, images perdues, images transformées », Alexandre Gady, professeur d’histoire de l’art moderne, Université Paris-Sorbonne.

10h15 : « Nantes-Paris an III : l’invention des hommes-tigres », Pierre Serna, professeur d’histoire moderne, IHRF-Université Paris I.

11h00 : «Un château en révolution : de la médiocrité du signe à la valeur de l’objet (Nantes, 1770- 1830) », Yann Lignereux, Hélène Rousteau-Chambon.

11h30 : Clôture du colloque.

Colloque : Le cardinal de Bernis (1715-1794). Médiateur et observateur de l’Europe monarchique et révolutionnaire.

Anonyme, François-Joachim de Pierre de Bernis, cardinal de Bernis, 1744, huile sur toile, 63 x 52 cm, Paris, palais de l'Institut.

Anonyme, François-Joachim de Pierre de Bernis, cardinal de Bernis, 1744, huile sur toile, 63 x 52 cm, Paris, palais de l’Institut.

Type : colloque.
Date : du 15 octobre au 16 octobre 2015.
Lieu : Ecole française de Rome.
Sous la direction de : Gilles MONTEGRE.
Comité scientifique : Lucien BÉLY (Université Paris – Sorbonne), Gilles BERTRAND (Université Grenoble Alpes), François BRIZAY (Université de Poitiers), Marina CAFFIERO (Università degli studi di Roma La Sapienza), Paul CHOPELIN (Université Jean Moulin Lyon 3), Marie DEMEILLIEZ (Université Grenoble Alpes), Guillaume HANOTIN (Université Bordeaux Montaigne), Fabrice JESNÉ (École française de Rome), Christine LEBEAU (Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne), Virginie MARTIN (Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne), Patrick MICHEL (Université de Lille 3), Gilles MONTÈGRE (Université Grenoble Alpes), Jean-Noël PASCAL (Université Jean Jaurès de Toulouse), Albane PIALOUX (Université Paris – Sorbonne), Géraud POUMARÈDE (Université Bordeaux Montaigne), Catriona SETH (Universit » de Lorraine).

Le tricentenaire de la naissance du cardinal de Bernis en 2015 offre l’occasion de consacrer un double colloque à cette figure polyédrique du XVIIIe siècle européen, à laquelle aucune recherche scientifique collective n’a jusqu’alors été dédiée. Jointes aux fonds disséminés dans divers dépôts publics à travers l’Europe, les foisonnantes archives personnelles du cardinal, dont la famille a pour la circonstance offert l’accès aux chercheurs, permettent d’enquêter sur le dispositif élaboré de gestion de l’information politique internationale mis en place par Bernis à la fin de l’Ancien Régime, et sur un système de représentation puissamment fondé sur la rencontre entre élites du pouvoir et milieux culturels.

Dans le sillage des rencontres grenobloises des 21 et 22 mai 2015, qui avaient exploré la carrière poétique de Bernis et ses premières armes de diplomate et de négociateur, cette seconde session du colloque est plus spécifiquement consacrée à ce qui demeure à ce jour la plus longue ambassade française dépêchée sur les bords du Tibre. Comment expliquer que Bernis soit parvenu à s’imposer, officiellement de 1769 à 1791, puis officieusement jusqu’à sa mort en 1794, dans un espace politique et culturel aussi polycentrique et conflictuel que la Rome de la fin du XVIIIe siècle ? Répondre à cette question conduit à enquêter sur les pratiques de négociation dictées par une double appartenance à la curie romaine et aux couronnes catholiques. Cela exige de comprendre comment se restructurent les ordres internationaux de l’information, dans une Rome cosmopolite marquée par un processus de sécularisation des formes de la vie culturelle. Enfin, cela permet de prendre la mesure de l’ambitieux programme de diplomatie culturelle échafaudé par Bernis, dispositif articulé de soft power où se conjuguent pratiques d’évergétisme, centralisation des fondations nationales, protection octroyée aux artistes et gestion des mobilités voyageuses.

Programme :

Jeudi 15 octobre

École française de Rome, Piazza Navona 62

9h00 : Accueil des participants par Catherine VIRLOUVET, directrice de l’École française de Rome.

Ouverture du colloque par Fabrice JESNÉ (École française de Rome).

Introduction par Gilles MONTÈGRE (Université de Grenoble Alpes): Comment devient-on « Roi de Rome » ? La diplomatie culturelle du cardinal de Bernis.

Entre la Curie et les Couronnes : Bernis acteur diplomatique dans la Rome des papes
Présidence : Marina CAFFIERO (Università degli studi di Roma La Sapienza).

10h00 : Bertrand MARCEAU (Université de Paris – Sorbonne) : Le cardinal de Bernis et la suppression de la Compagnie de Jésus.

10h30 : Albane PIALOUX (Université de Paris – Sorbonne) : Bernis en conclave, acteur et observateur de l’élection de Pie VI.

11h00 : Claudio CANONICI (ISSR A. Trocchi, Pontificia Università Lateranese) : Il presagio di tempi difficili : il carteggio di Bernis con il cardinale Boncompagni-Ludovisi (1776-1785).

11h30 : Paul CHOPELIN (Université Jean Moulin Lyon 3) : Le cardinal de Bernis et l’accueil des tantes de Louis XVI à Rome.

12h00 : Virginie MARTIN (Université Paris I Panthéon – Sorbonne) : « Entre deux feux » : art du compromis et action diplomatique du cardinal de Bernis à la fin de son ambassade romaine (1789-1794).

12h30 : Discussion.

Rome Caput Mundi : Centralité romaine et ordres internationaux de l’information
Présidence : Gilles BERTRAND (Université de Grenoble – Alpes).

14h30 : Christine LEBEAU (Université Paris I – Panthéon Sorbonne) : Information et médiation. L’espace-temps des informateurs du cardinal de Bernis d’après ses correspondances.

15h00 : Clemente FEDELE (Accademia italiana di storia postale) : « Tarda la posta di Francia ». Comunicare per lettera tra Roma e Parigi nel XVIII secolo.

15h30 : Gilles MONTÈGRE (Université de Grenoble – Alpes) : Des Indes orientales aux Amériques : la correspondance secrète du cardinal de Bernis et du comte de Vergennes.

16h00 : Maria Dolores GIMENO PUJOL (Universitat Rovira i Virgili de Tarragona) : Bernis et José Nicolas de Azara, ou l’union franco-espagnole dans la Rome des papes.

16h30 : Pause.

17h00 : François BRIZAY (Université de Poitiers) : Fragments napolitains : le royaume des Deux-Siciles dans la correspondance du cardinal de Bernis.

17h30 : Géraud POUMARÈDE (Université de Bordeaux-Montaigne) : Le cardinal de Bernis et les affaires d’Orient.

18h00 : Alexandre STROEV (Université Sorbonne Nouvelle) : Bernis, Grimm et le réseau russe.

18h30 : Discussion.

Vendredi 16 octobre

École française de Rome, Piazza Navona 62

Fastes et secrets d’une cour d’ambassade : Mobilités culturelles et stratégies de représentation
Présidence : Lucien BÉLY (Université de Paris – Sorbonne).

9h00 : Gilles BERTRAND (Université de Grenoble – Alpes) : Le diplomate, les voyageurs et les émigrés. L’observatoire des correspondances diplomatiques dans l’histoire des mobilités culturelles.

9h30 : Martine BOITEUX (EHESS) : Le cardinal de Bernis et la fête romaine.

10h00 : Catriona SETH (Université de Lorraine) : Les correspondantes du cardinal de Bernis.

10h30 : Alessia LIROSI (Università degli studi di Roma La Sapienza) : Erede spirituale e materiale di un grand’uomo : il cardinale de Bernis e sua nipote la marchese di Puy-Montbrun.

11h00 : Discussion.

12h30 : Visite guidée du palais De Carolis, siège de l’ambassade de France à Rome au temps du cardinal de Bernis.

Mécène, amateur ou collectionneur ? Le cardinal de Bernis et les arts
Présidence : Letizia NORCI CAGIANO (Università Roma Tre).

14h00 : Claire BÉCHU-BÉNAZET (Archives nationales) : Diplomates et goût des lettres et des arts au XVIIIe siècle : étude de quelques cas français.

14h30 : Philippe BORDES (Université Lyon 2) : Le renouveau de l’art français de 1774 à 1794 : le rôle du cardinal de Bernis.

15h00 : Carole BLUMENFELD (Palais Fesch – Musée des Beaux Arts d’Ajaccio) : Le cardinal de Bernis : pratiques d’un amateur à Rome.

15h30 : Patrick MICHEL (Université de Lille 3) : Le cardinal de Bernis et les arts : connaisseur, collectionneur ou protecteur des artistes ?

16h00 : Michela BERTI (Université de Liège) : La « diplomatie musicale » du cardinal de Bernis, ambassadeur à Rome : réseau, commandes et choix musicaux.

16h30 : Marie DEMEILLIEZ (Université de Grenoble – Alpes) : Les Éphémérides romaines de Latapie (mars-octobre 1775) : un voyage musical dans la Rome de Bernis.

17h00 : Discussion et conclusions.

19h30 : Cocktail de clôture du colloque au Casino dell’Aurora du palais Pallavicini
(sur réservation).