Archives par étiquette : Jean Simeon Chardin

Christie’s en avril

Jean-Baptiste Pigalle, tête d’enfant, 1770, terre cuite, 27,8 x 37,5 cm.

Jean-Baptiste Pigalle, Tête d’enfant, 1770, terre cuite, 27,8 x 37,5 cm.

La vente de sculptures du 13 avril à New York propose une Tête d’enfant réalisée par Jean-Baptiste Pigalle (Paris, 1714 – 1785), lot n° 10 estimé à 70 000 – 100 000 $, un Buste d’homme en terre cuite de 1783 (64,3 cm), lot n° 13, estimé entre 20 000 et 30 000 $, de Gaetano Merchi (1747 – 1823). Ce sculpteur, aujourd’hui méconnu, quitte l’Italie pour s’installer à Paris en 1773 où il réalise plusieurs bustes de danseuses de l’Opéra dont celui de Marie-Madeleine Guimard. Aussi à la vente une Tête en terre cuite (38,1 x 45,1 cm) de Milon de Crotone d’après le modèle de Pierre Puget (Marseille, 1620 – 1694), lot n° 113, estimé entre 20 000 et 30 000 $.

 

 

Charles-Joseph Natoire, Scène de chasse, 1737, huile sur toile, 100,6 x 84,7 cm chacune.

Charles-Joseph Natoire, Scène de chasse, 1737, huile sur toile, 100,6 x 84,7 cm chacune.

La vente des « Maîtres Anciens, 1ère Partie » du 14 avril à New York (10h00) comporte de nombreuses œuvres qui arrivent pour la première fois sur le marché de l’art. On signalera deux tableaux de Gaetano Gandolfi (San Matteo della Decima 1734 – 1802 Bologne) ; le lot 115 estimé entre 2 500 000 et 3 500 000 $ ayant pour sujet La Naissance de Vénus (huile sur toile, 147,3 x 169,7 cm) et le lot n° 140 (estimé entre 500 000 et 700 000 $) qui représente Sainte Cécile et daté de 1791  (huile sur toile, 41,3 x 31,5 cm). La peinture française est représentée par plusieurs œuvres, dont deux tableaux en paire de François Boucher (Paris 1703 – 1770), Cupidon en génie de la Paix et de la Guerre, (1759, huile sur toile, 41,9 x 33, 7 cm chacun) qui compose le lot n° 146 (estimé entre 400 000 et 600 000 $). Au lot n° 148 (estimé entre 300 000 et 500 000 $) se trouve un tableau de Jean-Marc Nattier (Paris 1685 – 1766), Portrait de la Marquise de Pleumartin née Le Laÿ de Villemaré, (1738, huile sur toile, 32 x 25,7 cm). Une paire de Scène de chasse de Charles-Joseph Natoire (Nîmes 1700 – 1777 Castel Gandolfo) compose le lot n° 149 (estimé entre 3 000 000 et 5 000 000 $). Cette paire a été commandée en 1737 suite à la rénovation des petits appartements de Louis XV au Château de Fontainebleau, supervisée par Philippe Orry, directeur-général des bâtiments. Le lot n° 157 (estimé entre 700 000 et 900 000 $) est une Nature morte à la marmite de cuivre et au mortier (huile sur toile, 38,1 x 46,7 cm) de Jean Siméon Chardin (Paris 1699 – 1779). Continuer la lecture

Redécouvrir le musée Cognacq-Jay

La récente réouverture du musée Cognacq-Jay – qui célèbre la fin de ses travaux de rénovation en donnant carte blanche à Christian Lacroix[1] – est aussi l’occasion de découvrir, ou de redécouvrir, les collections XVIIIe qu’accueille le petit hôtel de Donon. Constituées par le fondateur de la Samaritaine, Ernest Cognacq, et son épouse, Marie-Louise Jay, ces collections offrent un ensemble cohérent de tableaux, de sculptures mais aussi d’objets d’art ; petits meubles, bel ensemble de porcelaines de Meissen, importante collection de boîtes en or et objets de vertu. Elles ont, de plus, suscité nombre d’études, dont certaines sont évoquées ici et qu’un regard nouveau pourrait poursuivre.

Hubert Robert, L’Accident, 1793, huile sur toile, 60 x 74 cm, Paris, musée Cognacq-Jay. © Musée Cognacq-Jay / Roger-Viollet

Hubert Robert, L’Accident, 1793, huile sur toile, 60 x 74 cm, Paris, musée Cognacq-Jay. © Musée Cognacq-Jay / Roger-Viollet

Les trois grandes figures de la peinture du XVIIIe siècle sont, bien entendu, représentées au musée Cognacq-Jay : Boucher avec Le Repos des nymphes au retour de la chasse (1745), Chardin avec une Nature morte au chaudron de cuivre (1734 – 1735) et Fragonard, « le conteur libre, l’amoroso galant, païen, badin, de malice gauloise, de génie presque italien, d’esprit français[2] », avec Perrette et le pot au lait (1770). C’est la double chute morale et physique de cette laitière qu’analyse Etienne Jollet dans son article de 1993[3] en ouvrant sa réflexion sur le caractère énigmatique de l’œuvre telle que la perçoit Adorno. Un pas de plus, et les conséquences de la loi de la gravité deviennent dramatiques ; c’est ce qu’illustre L’Accident (1793) d’Hubert Robert dans lequel « Un jeune Homme ayant grimpé au haut d’un Monument antique, pour cueillir des fleurs & les jetter à des jeunes Femmes, tombe dans un tombeau, qui, parmi d’autres débris d’antiquité, se trouve au pied du Monument[4] ».

 

Nicolas Lavreince, Le repentir tardif, dessin, 26 x 21 cm, Paris, musée Cognacq-Jay. © RMN-Grand Palais/Agence Bulloz

Nicolas Lavreince, Le repentir tardif, dessin, 26 x 21 cm, Paris, musée Cognacq-Jay. © RMN-Grand Palais/Agence Bulloz.

Sur un registre plus léger, Philip Stewart[5] utilise les œuvres du musée Cognacq-Jay pour alimenter sa réflexion sur le paradigme intervisuel qui se constitue au XVIIIe siècle entre le livre – qui ressort de plus en plus de l’intime – et son lecteur : ainsi cette petite statue d’une Femme lisant[6] tout en ayant la poitrine à moitié découverte, ou encore ces deux versions du Repentir tardif (1790) de Lavreince. Dans l’une de ces gouaches, le guéridon renversé, accompagné d’un vase brisé et d’une bougie en morceaux, rappelle l’excitation qui a précédé ce qui a donné le titre de l’œuvre, tandis que dans l’autre, le livre ouvert qui git au pied du lit semble indiquer la cause – bien plus que le résultat – de l’activité passée de la femme repentante.

 

 

Jean-Baptiste Le Prince, Le Joueur de balalaïka, 1764, huile sur toile, 72,5 x 60 cm, Paris, musée Cognacq-Jay. © Musée Cognacq-Jay / Roger-Viollet

Jean-Baptiste Le Prince, Le Joueur de balalaïka, 1764, huile sur toile, 72,5 x 60 cm, Paris, musée Cognacq-Jay. © Musée Cognacq-Jay / Roger-Viollet.

Enfin, Le Joueur de balalaïka (1764) permet d’interroger ce qu’il est convenu d’appeler les « russeries[7] » de Le Prince. Celui-ci s’en serait servi pour illustrer ses réflexions sur la société française, tandis que Diderot, au travers des critiques qu’il formule à leur encontre, aurait ainsi exposé ses opinions sur les réformes russes[8].

 

Mais, à la fin de cette rapide – et trop sélective – visite du musée Cognacq-Jay, c’est, sans doute, sur la place du spectateur qu’il convient de conclure en rappelant que Michael Fried[9] évoque, entre autres, une Pastorale russe[10] de Le Prince – proche, dans sa conception, du Joueur de balalaïka – pour développer son thème de l’absorbement, qui ne manquera pas de saisir le visiteur du musée Cognacq-Jay, à l’instar de Diderot qui, une fois « entré dans le tableau[11] », écrit : « Je me trouve bien là…Un tableau avec lequel on raisonne ainsi, qui vous met en scène, et dont l’âme reçoit une sensation délicieuse, n’est jamais un mauvais tableau[12] ».

Florence Fesneau

— — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — —

[1] Exposition « Lumières – cartes blanche à Christian Lacroix » du 19 novembre 2014 au 19 avril 2015, sous le commissariat de Christian LACROIX et Rose-Marie MOUSSEAUX, conservateur du patrimoine, directrice du Musée Cognacq-Jay, 8 rue Elzevir, 75003 Paris.
[2] Edmond et Jules GONCOURT, L’art du XVIIIe siècle, Série 3, Paris, Charpentier, 1881 – 1882, p. 242.

[3] Etienne JOLLET, “Gravity in painting: Fragonard’s Perrette and the depiction of innocence”, dans Art history, Vol. 16, Issue 2, June 1993, p. 266 – 285. Voir aussi du même auteur : Figures de la pesanteur. Fragonard, Newton et les plaisirs de l’escarpolette, Paris, Chambon, 1998.
[4] Jules GUIFFREY, Collection des livrets des anciennes expositions depuis 1673 jusqu’en 1800, Paris, Liepmann Sohn et Dufour, 1869 – 1872, « Exposition de 1793 », p. 20 – 21, n° 158.
[5] Philip STEWART, Engraven Desire. Eros, Image, and Text in the French Eighteenth Century, Durham and London, Duke University Press, 1992. Voir en particulier le chapitre 3 : “The Intervisual paradigm”, p. 73 – 102.
[6] Auteur anonyme.
[7] Louis REAU, L’Europe française au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1971, p. 179.
[8] Perrin STEIN, Jeanne BOUNIORT, « Le Prince, Diderot et le débat sur la Russie au temps des Lumières », dans Revue de l’Art, n° 112, 1996, p. 16 – 27 ; Marie-Liesse PIERRE-DULAU, « Trois artistes lorrains à Saint-Pétersbourg au XVIIIe siècle », dans POUSSOU, Jean-Pierre, MEZIN, Anne, PERRET-GENTIL, Yves, L’influence française en Russie au XVIIIe siècle, Paris, Presses Université Paris-Sorbonne, 2004, p. 131 – 157.
[9] Michael FRIED, La place du spectateur. Esthétique et origines de la peinture moderne, trad. fr., Paris, Gallimard, 1990, (éd. originale, Absorption and Theatricality. Painting and Beholder in the Age of Diderot, University of California Press, 1980), p. 121 – 122.
[10] Jean-Baptiste Le Prince, Pastorale russe, 1765, collection particulière.
[11] Michael FRIED, Ibid., p. 121.
[12] Denis Diderot, « Salon de 1765 », dans Œuvres complètes, par J. Assézat, Paris, Garnier, 1875 – 1877, t. X, p. 375.