Archives par étiquette : Jean-Marc Nattier

Christie’s en avril

Jean-Baptiste Pigalle, tête d’enfant, 1770, terre cuite, 27,8 x 37,5 cm.

Jean-Baptiste Pigalle, Tête d’enfant, 1770, terre cuite, 27,8 x 37,5 cm.

La vente de sculptures du 13 avril à New York propose une Tête d’enfant réalisée par Jean-Baptiste Pigalle (Paris, 1714 – 1785), lot n° 10 estimé à 70 000 – 100 000 $, un Buste d’homme en terre cuite de 1783 (64,3 cm), lot n° 13, estimé entre 20 000 et 30 000 $, de Gaetano Merchi (1747 – 1823). Ce sculpteur, aujourd’hui méconnu, quitte l’Italie pour s’installer à Paris en 1773 où il réalise plusieurs bustes de danseuses de l’Opéra dont celui de Marie-Madeleine Guimard. Aussi à la vente une Tête en terre cuite (38,1 x 45,1 cm) de Milon de Crotone d’après le modèle de Pierre Puget (Marseille, 1620 – 1694), lot n° 113, estimé entre 20 000 et 30 000 $.

 

 

Charles-Joseph Natoire, Scène de chasse, 1737, huile sur toile, 100,6 x 84,7 cm chacune.

Charles-Joseph Natoire, Scène de chasse, 1737, huile sur toile, 100,6 x 84,7 cm chacune.

La vente des « Maîtres Anciens, 1ère Partie » du 14 avril à New York (10h00) comporte de nombreuses œuvres qui arrivent pour la première fois sur le marché de l’art. On signalera deux tableaux de Gaetano Gandolfi (San Matteo della Decima 1734 – 1802 Bologne) ; le lot 115 estimé entre 2 500 000 et 3 500 000 $ ayant pour sujet La Naissance de Vénus (huile sur toile, 147,3 x 169,7 cm) et le lot n° 140 (estimé entre 500 000 et 700 000 $) qui représente Sainte Cécile et daté de 1791  (huile sur toile, 41,3 x 31,5 cm). La peinture française est représentée par plusieurs œuvres, dont deux tableaux en paire de François Boucher (Paris 1703 – 1770), Cupidon en génie de la Paix et de la Guerre, (1759, huile sur toile, 41,9 x 33, 7 cm chacun) qui compose le lot n° 146 (estimé entre 400 000 et 600 000 $). Au lot n° 148 (estimé entre 300 000 et 500 000 $) se trouve un tableau de Jean-Marc Nattier (Paris 1685 – 1766), Portrait de la Marquise de Pleumartin née Le Laÿ de Villemaré, (1738, huile sur toile, 32 x 25,7 cm). Une paire de Scène de chasse de Charles-Joseph Natoire (Nîmes 1700 – 1777 Castel Gandolfo) compose le lot n° 149 (estimé entre 3 000 000 et 5 000 000 $). Cette paire a été commandée en 1737 suite à la rénovation des petits appartements de Louis XV au Château de Fontainebleau, supervisée par Philippe Orry, directeur-général des bâtiments. Le lot n° 157 (estimé entre 700 000 et 900 000 $) est une Nature morte à la marmite de cuivre et au mortier (huile sur toile, 38,1 x 46,7 cm) de Jean Siméon Chardin (Paris 1699 – 1779). Continuer la lecture

Publication : Picturing Marie Leszczinska (1703-1768). Representing Queenship in Eighteenth-Century France.

GERMANN Jennifer G., Picturing Marie Leszczinska (1703–1768). Representing Queenship in Eighteenth-Century France, Farnham, Ashgate, 2015, 258 p.

GERMANN Jennifer G., Picturing Marie Leszczinska (1703–1768). Representing Queenship in Eighteenth-Century France, Farnham, Ashgate, 2015, 258 p.

Présentation de l’éditeur :

Portraits of Queen Marie Leszczinska (1703–1768) were highly visible in eighteenth-century France. Appearing in royal châteaux and, after 1737, in the Parisian Salons, the queen’s image was central to the visual construction of the monarchy. Her earliest portraits negotiated aspects of her ethnic difference, French gender norms, and royal rank to craft an image of an appropriate consort to the king. Later portraits by Maurice-Quentin de La Tour, Carle Van Loo, and Jean-Marc Nattier contributed to changing notions of queenship over the course of her 43 year tenure. Whether as royal wife, devout consort, or devoted mother, Marie Leszczinska’s image mattered. While she has often been seen as a weak consort, this study argues that queenly images were powerful and even necessary for Louis XV’s projection of authority. This is the first study dedicated to analyzing the queen’s portraits. It engages feminist theory while setting the queen’s image in the context of portraiture in France, courtly factional conflict, and the history of the French monarchy. While this investigation is historically specific, it raises the larger problem of the power of women’s images versus the empowerment of women, a challenge that continues to plague the representation of political women today.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.