Archives par étiquette : Jean-Baptiste Van Loo

Christie’s en Novembre

Charles Amédée Philippe Van Loo, L’Artiste et sa mère ?, 1763, huile sur toile, 80 x 64 cm.

Charles Amédée Philippe Van Loo, L’Artiste et sa mère ?, 1763, huile sur toile, 80 x 64 cm.

Parmi les œuvres proposées à la vente Christie’s du 2 novembre à Londres, on notera ce double portrait (lot n° 103, estimé entre 12 000 et 18 000 £) réalisé par Charles Amédée Philippe Van Loo (1719 – 1795). Fils de Jean-Baptiste Van Loo (1684 – 1745), lui-même frère aîné de Carle Van Loo (1705 – 1765), Charles Amédée obtient le prix de Rome en 1738 et est admis à l’Académie royale de peinture en 1747. Il devient le peintre attitré de Frédéric II de Prusse (1712 – 1786) auprès duquel il réside de 1748 à 1758 et de 1763 à 1769, ayant obtenu la permission de rentrer en France tant que la Guerre de Sept Ans durerait. Dans le portrait de L’Artiste et sa mère, Charles Amédée utilise un procédé similaire à celui qu’il retient pour peindre ses six enfants qui sont représentés trois par trois dans deux trompes-l’œil ovales, datés et signés de 1764, et tous les deux conservés dans les collections de la National Gallery of Art de Washington ; La lanterne magique et Les Bulles de savon. Ces tableaux ainsi que le portrait de L’Artiste et de sa mère témoignent de l’intérêt grandissant que Charles Amédée Van Loo porte à la peinture de genre hollandaise. Le peintre a, en effet, pu étudier les œuvres de Frans van Mieris l’aîné (1635 – 1681) et de Willem van Mieris le jeune (1662 – 1747) au cours de son long séjour à la cour de Frédéric le Grand. Christine Roland note aussi que l’on « détecte chez lui l’influence du vérisme de la peinture germanique : Dürer, Grünewald, Cranach, ainsi que des portraitistes allemands contemporains ….On trouve dans les portraits d’Amédée Van Loo, comme dans ceux de ses collègues allemands, une façon d’appliquer les couches de pigments qui utilise le jeu de lumière pour rendre le caractère de personnage, ce qui explique pourquoi les œuvres paraissent dures et maladroites en reproduction photographiques : l’intimité de la présence du personnage y est aplatie et perdue[1]. ». Du fait de son long séjour à la cour de Prusse, l’essentiel de l’œuvre de Charles Amédée Van Loo – qu’il s’agisse de plafonds allégoriques, de tableaux d’histoire ou mythologiques – se trouve principalement à Berlin et à Postdam. Lors de son retour définitif en France, le peintre est nommé adjoint à professeur en 1770, puis adjoint à recteur en 1790. Entre 1773 et 1775, il reçoit la commande les cartons de tapisserie pour la Tenture du costume turc qui reflètent l’engouement de l’époque pour l’Orient. Moins connu que son oncle Carle, l’artiste reste à redécouvrir.

Charles Amédée Philippe Van Loo, La Lanterne magique, 1764, huile sur toile, 88,6 x 88,5 cm.

Charles Amédée Philippe Van Loo, La Lanterne magique, 1764, huile sur toile, 88,6 x 88,5 cm.

Charles Amédée Philippe Van Loo, Les bulles de savons, 1764, huile sur toile, 88,6 x 88,5 cm

Charles Amédée Philippe Van Loo, Les bulles de savons, 1764, huile sur toile, 88,6 x 88,5 cm

Florence Fesneau

————————————————————————————————————————–

[1] Christine Rolland (dir.), Autour des Van Loo. Peinture, commerce des tissus et espionnage en Europe (1250 – 1830), Mont-Saint-Aignan, Publication des universités de Rouen et du Havre, 2012, p. 291.