Archives par étiquette : Guy-Louis Vernansal

Conférences de la Société de l’Histoire de l’art français : « Guy-Louis Vernansal (1648-1729) / Jean-Baptiste Boiston (1734-1814) ».

Guy-Louis Vernansal, Allégorie de la Révocation de l’Edit de Nantes, 1687, huile sur toile, 142 x 180 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : conférence.
Date et heure : 13 janvier 2018 à partir de 17h.
Lieu : Paris, INHA, salle Vasari, 1er étage.

Séance du samedi 13 janvier 2018, présentée par Daniel ALCOUFFE :

  • Maxime Georges MÉTRAUX (Sorbonne université) : Guy-Louis Vernansal (1648-1729) : métier et condition sociale d’un peintre cartonnier.
  • Brice LEIBUNDGUT : Jean-Baptiste Boiston (Morteau, 1734 – Paris, 1814), sculpteur ornemaniste de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Séminaire doctoral commun : « Analogies et similitudes, la comparaison comme outil de persuasion ».

 

Capture d’écran 2016-01-12 à 19.15.56

Type : séminaire doctoral commun.
Date : 14 janvier 2016 à partir de 18 h.
Lieu : Paris, INHA, 2 rue Vivienne, 1er étage, salle Jullian.


L’équipe du Séminaire Doctoral Commun Paris 1-Paris 4 a le plaisir de vous inviter à la deuxième séance du séminaire, qui aura lieu ce jeudi 14 janvier 2016 de 18h à 20h à l’INHA (2, rue Vivienne – Paris 2e – salle Jullian – 1er étage) : « Analogies et similitudes, la comparaison comme outil de persuasion ». Lors de cette séance, nous porterons nos réflexions sur la méthode comparative dans le cas du connoisseurship et de l’attribution des œuvres.

A cette occasion, nous aurons le plaisir de recevoir M. Eric Pagliano (Conservateur, C2RMF) qui modérera la discussion, et nous écouterons deux doctorants confrontés à ces questions dans le cadre d’une thèse :

Maxime Georges Métraux (Université Paris 4) : « Méthodes et enjeux de l’approche comparative dans la pratique du connoisseurship« :

Cette communication se propose d’analyser l’usage de la comparaison dans l’activité du connoisseurship. Une étude historiographique de l’approche comparative, entre réflexe cognitif et figure rhétorique, sera d’abord proposée, elle reviendra sur les dispositifs théoriques et techniques qui président à son usage depuis les écrits de Roger de Piles[1] jusqu’aux pratiques contemporaines de Martin Kemp[2]. Il sera ensuite question d’une réflexion sur la comparaison et sa dimension heuristique à travers le cas privilégié de Guy-Louis Vernansal[3] (1648-1729) mais également celui de Nicolas Maréchal[4] (1753-1802) et de la dynastie des Papillon.

Nikita de Vernejoul (EPHE) : « La place du connoisseurship. Entre carence de sources et exigences du marché ».

Comme d’accoutumée, nous clôturerons cette séance par un pot dans l’échange et la convivialité.

L’équipe organisatrice du séminaire doctoral commun (qui vous souhaite une excellente année 2016) :
Sung Moon Cho (Paris 4)
Marion Grébert (Paris 4)
Clémence Legoux (Paris 1)
Claire van Seters (Paris 1).

—————————————————————————————————————————————-

[1] Pour la période moderne, Pierre-Jean Mariette, Antoine Joseph Dezallier d’Argenville et Jonathan Richardson seront également étudiés.

[2] Outre Martin Kemp, les pratiques de Giovanni Battista Cavalcaselle, Giovanni Morelli, Bernard Berenson et de Max Friedländer seront évoquées.

[3] L’analyse portera principalement sur L’allégorie de la révocation de l’édit de Nantes (1687).

[4] Les exemples privilégiés seront La Philosophie et le patriotisme vainqueur des préjugés (ca. 1790) et Le lion du Museum d’histoire naturelle avec son chien dessiné d’après nature (ca. 1795).

Publication : Conundrum : Puzzles in the Grotesques Tapestry Series.

BREMER-DAVID Charissa, Conundrum : Puzzles in the Grotesques Tapestry Series, Los Angeles, Getty Publications, décembre 2015, 76 p.

BREMER-DAVID Charissa, Conundrum : Puzzles in the Grotesques Tapestry Series, Los Angeles, Getty Publications, décembre 2015, 76 p.

Présentation de l’éditeur : 

The whimsical imagery of four tapestries in the permanent collection of the J. Paul Getty Museum and currently on display at the Getty Center is perplexing. Created in France at the Beauvais manufactory between 1690 and 1730, these charming hangings, unlike most French tapestries of the period, appear to be purely decorative, with no narrative thread, no theological moral, and no allegorical symbolism. They belong to a series called the Grotesques, inspired by ancient frescos discovered during the excavation of the Roman emperor Nero’s Domus Aurea, or Golden House, but the origins of their mysterious subject matter have long eluded art historians. Based on seven years of research, Conundrum : Puzzles in the Grotesques Tapestry Series reveals for the first time that the artist responsible for these designs, Jean-Baptiste Monnoyer (1636– 1699), actually incorporated dozens of motifs and vignettes from a surprising range of sources: antique statuary, Renaissance prints, Mannerist tapestry, and Baroque art, as well as contemporary seventeenth-century urban festivals, court spectacle, and theater.

Conundrum illustrates the most interesting of these sources alongside full-color details and overall views of the four tapestries. The book’s informative and engaging essay identifies and decodes the tapestries’ intriguing visual puzzles, enlightening our understanding and appreciation of the series’ unexpectedly rich intellectual underpinnings.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.