Archives par étiquette : gravure

Appel à communication : Graphic Mimicry (Philadelphia, 21-22 Oct 17)

Etienne Fessard, Chapelle des Enfants trouvés, 1769, gravure, 81,4 x 62,9 cm, Paris, musée Carnavalet.

Type : Appel à communication

Date limite de l’appel : 1er juillet 2017

Date de l’événement : 21 – 22 octobre 2017

Lieu : Tyler School of Art, Temple University

Call for Papers: Graduate Student Sessions Graphic Mimicry: Intermediality in Print and the Art of Imitation (Print Think 2017) Tyler School of Art, Temple University Oct. 21-22, 2017

Conference description

Print Think 2017 is co-organized by Amze Emmons and Ashley West, bringing Tyler School of Art’s Art History Department in collaboration with our Printmaking program. This year’s conference, titled Graphic

Mimicry: Intermediality in Print and the Art of Imitation, will examine the intervisual dialogue between prints and other media from both a historical and contemporary perspective of the medium. At the heart of this year’s conference is the fundamental question of how printmaking from its earliest years defined itself in relationship to existing and historically more prominent technologies and media, such as drawing, painting, metalwork, sculpture, and tapestry design. Continuer la lecture

Appel à communication : Working on It… Preparation in Art

Jean-Antoine Watteau, Croquis militaire : trois soldats et un homme agenouillé, dessin, 12,2 x 19,5 cm, Paris, Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts

Type : Appel à communication

Date limite de l’appel à candidature : 31 mai 2017

Date de la manifestation : 26 – 27 octobre 2017

Lieu : Los Angeles, University of Southern California

Every work of art, architecture, and design undergoes a process of becoming. Yet the material traces of preparation and process—such as studies and sketches, architectural blueprints, or photographic proofs and negatives—are often underexamined or undervalued. This symposium will investigate the overlooked, ephemeral, or no longer extant objects and activities generated in the preparation of art. We invite topics that explore how drawings, sketches, plans, instructions, and/or models are used to work out, set down, and circulate ideas across a wide range of creative practices. We are interested in how examinations of the techniques and products of preparation can address questions related to the creative process, what constitutes a work of art, the collaborative nature of art making, translations between media, and the dissemination of ideas about art, architecture, and design. Graduate students in art history and related fields are welcome to submit proposals on any time period, style, culture, or geographic region. Continuer la lecture

Appel à communication : « Beyond Reproductive Printmaking: Prints and the Canon of European Painting, ca. 1500–1810 »

le-baiser-a-la-derobee

Nicolas François Regnault d’après Jean-Honoré Fragonard, Le Baiser à la dérobée, XVIIIe siècle, estampe, 42,2 x 48,5 cm, Paris, musée du Louvre, collection Rothschild

Type : Appel à communication.
Date limite appel à candidature: 15 février 2017.
Date de la manifestation : 18-19 septembre 2017.
Lieu : Dresde.

Conference for Ph.D. students, postgraduates and researchers at museums and universities in the Kupferstich-Kabinett (Museum of Prints, Drawings and Photographs) of the Staatliche Kunstsammlungen Dresden (Dresden State Art Collections) in collaboration with the TU Dresden Institute of Art and Music, Dresden, 18–19 September 2017.

Are paintings reproduced because they are famous, or have they become famous because they have been reproduced over and over again in the past centuries? The aim of this conference is to throw light on the status of reproductive prints in the process of the formation of (an) artistic canon(s). It aims at exploring artistic and technical aspects of the creative and innovative making process, including the printmakers’ ability to translate the original work into a new pictorial language and to the history of both reception and transmission of works of art.

The conference will cover the period running from the early 16th century to the introduction of the first lithographic press in the early 19th century. Geographically, the focus is on Europe. No restrictions are imposed concerning printing techniques—on the contrary, the characteristics of each technique as well as its ability and uses for reproducing original paintings constitute an important topic. We invite submissions of papers drawing from current research on specific prints or series of prints as well as on new theoretical approaches and methodologically promising developments in the study of interpretative prints, also exploring their potential as a source and as a subject matter of art history. Continuer la lecture

Publication : « The Prints of Paul Sandby (1731–1809) : A Catalogue Raisonné ».

GUNN Ann, The Prints of Paul Sandby (1731–1809) : A Catalogue Raisonné, Turnhout, Brepols, 2016, 339 p.

GUNN Ann, The Prints of Paul Sandby (1731–1809) : A Catalogue Raisonné, Turnhout, Brepols, 2016, 339 p.

Présentation de l’éditeur :

Born in Nottingham, Paul Sandby (1731–1809) is best known as a founder member of the Royal Academy and a prominent figure in the development of British watercolour painting. However, he was also one of the most prolific and inventive printmakers in eighteenth-century Britain. From his early years as a draughtsman for the military survey of Scotland, and later from his extensive tours throughout England and Wales, he depicted the people, towns, castles, and landscapes of the nation. He provided the public with images of their country which contributed to the emerging appreciation of native landscape, to antiquarian interests, and to the development of picturesque tours within the British Isles. Although he never travelled abroad, he reproduced the work of fellow artists who had, tapping into the Grand Tour market with prints of Ionian antiquities, Neapolitan landscapes, and the Roman carnival. But his work encompassed more than landscape; he could move from the pastoral humour of illustrations to Allan Ramsay’s poem The Gentle Shepherd, through the urban realism of his Cries of London to the merciless satire of his attacks on William Hogarth. From the 1740s to the 1780s, he made over 380 prints: engravings, etchings, soft ground etchings, and finally aquatints, a medium in which he was a pioneer. Aquatint enabled printmakers to reproduce the effects of watercolour paintings; Sandby gave the process its name and developed varied techniques which allowed the exact reproduction of the artist’s brush strokes, producing some of the most beautiful prints ever made in this medium.

Ann V. Gunn, a lecturer at the University of St Andrews, has worked as Keeper of Art at Nottingham City Museums, Assistant Registrar at Princeton Art Museum, and Registrar of the University of St Andrews Art Collection. She also ran her own gallery, which specialised in contemporary Scottish art. She is Honorary Curator of the University’s Fine Art Collection. She is also Chair of Fife Contemporary Art & Craft and a member of the Fife Committee of the Art Fund. She is the author of The Prints of Wilhelmina Barns-Graham: A Complete Catalogue (2007).

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Conférence du GRHAM : « ‘On connaît femme à sa cornette’ : couvre-chefs et identités dans la première moitié de l’époque moderne » par Tiphaine Gaumy (Paris, 20 octobre 2016 à 19h).

boissard

Jean-Jacques Boissard, Recueil de costumes étrangers, gravure, après 1581, Paris, BnF.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 20 octobre 2016 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com.

Pour débuter ce nouveau cycle annuel de conférences, le GRHAM recevra Tiphaine Gaumy pour une conférence intitulée « On connaît femme à sa cornette :  couvre-chefs et identités dans la première moitié de l’époque moderne ».

Dans la société européenne de la première moitié de l’époque moderne, le couvre-chef est loin d’être un accessoire au sens où on l’entend aujourd’hui. Hommes et femmes, jeunes et vieux, riches et pauvres, urbains et ruraux; tous ont la tête couverte avec un chapeau, un bonnet, une coiffe, un chaperon, ou encore un béguin.

Plus qu’un élément esthétique ou protecteur face aux éléments, le couvre-chef joue un rôle incontournable dans le discours relatif à l’honneur et à l’identité des individus. On observe en effet au travers des archives, des récits et de l’iconographie un subtil langage du couvre-chef : ses mentions et représentations renvoient à la notion d’ordre ou de désordre social, à la hiérarchie qui structure la société, à un processus civilisant et au progrès de l’affirmation de l’autorité monarchique. Continuer la lecture

Appel à communication : « More than meets the page : Printing Text and Images in Italy, 1570s-1700s ».

Abraham Bosse, L’atelier du graveur au burin et à l’eau-forte, 1643
. © The Trustees of the British Museum.

Abraham Bosse, L’atelier du graveur au burin et à l’eau-forte, 1643
. © The Trustees of the British Museum.

Type : Appel à communication.
Date de la manifestation : 4 mars 2017.
Lieu : Warwick, university of Warwick.
Date limite : 31 août 2016.

For Italy, the ‘long seventeenth century’ was a period of considerable financial challenges. This was especially evident on the book market. Nevertheless, thanks to new techniques and formats which mutually related text and images within the same publication, innovative genres were born that were marketed towards both ends of the audience spectrum, from the learned to the illiterate.

‘More than meets the page: Printing Text and Images in Italy, 1570s-1700s’ aims to investigate the ways in which the consolidation of the book and print trade influenced the development of such new book genres from the late sixteenth to the early eighteenth century. The products emerging in the wake of these processes reached consumers throughout distant countries, between Italy and the rest of Europe. Moreover, various professionals and skilled workers earned their living thanks to the print market, from the production to the distribution of printed items. For instance, workshops of woodcutters specialized exclusively in book illustrations, such as for scientific treatises, and publishers regularly sent participants to fairs throughout Europe. The new commercial items, moreover, contributed to the spread of cultural phenomena, for instance the Grand Tour through its souvenir prints that were sometimes incorporated in atlases. Continuer la lecture

Publication : « Amsterdam’s Atlantic : Print Culture and the Making of Dutch Brazil ».

VAN GROESEN Michiel, Amsterdam's Atlantic : Print Culture and the Making of Dutch Brazil, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2016, 288 p.

VAN GROESEN Michiel, Amsterdam’s Atlantic : Print Culture and the Making of Dutch Brazil, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2016, 288 p.

Présentation de l’éditeur :

In 1624 the Dutch West India Company established the colony of Brazil. Only thirty years later, the Dutch Republic handed over the colony to Portugal, never to return to the South Atlantic. Because Dutch Brazil was the first sustained Protestant colony in Iberian America, the events there became major news in early modern Europe and shaped a lively print culture.

Continuer la lecture

Publication : « Choreographie der Herrschaft. Stefano della Bellas Radierungen zu den Reiterfesten am Florentiner Hof 1637-1661 ».

PAPIRO Martina, Choreographie der Herrschaft. Stefano della Bellas Radierungen zu den Reiterfesten am Florentiner Hof 1637-1661, Munich, Wilhelm Fink, 2016, 491 p.

PAPIRO Martina, Choreographie der Herrschaft. Stefano della Bellas Radierungen zu den Reiterfesten am Florentiner Hof 1637-1661, Munich, Wilhelm Fink, 2016, 491 p.

Présentation de l’éditeur :

Der Graphiker Stefano della Bella (1610–1664) schuf die Radierungen zu den Reiterfesten des Florentiner Hofs, die der Illustration gedruckter Festbeschreibungen dienten. Solche Auftragswerke waren im 17. Jahrhundert längst etablierte Formen höfischer Repräsentation. Doch della Bellas Radierungen setzten in der Festpublizistik neue Maßstäbe: Erstmals wurden nicht nur die Kostüme und Dekorationen dokumentiert, sondern auch die Aufführungen selbst. Konzept und Choreographie der Reiterfeste fanden auf della Bellas Blättern eine eigenständige künstlerische Umsetzung. Martina Papiro analysiert die Darstellungsstrategien della Bellas und untersucht Kontext, Funktionsweisen und die europaweite Rezeption seiner innovativen Radierungen.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Colloque : « Invenit et delineati » : La stampa di traduzione tra Italia e Francia dal XVI al XIX secolo.

Abraham Bosse, L’atelier du graveur au burin et à l’eau-forte, 1643
. © The Trustees of the British Museum.

Abraham Bosse, L’atelier du graveur au burin et à l’eau-forte, 1643
. © The Trustees of the British Museum.

Type : colloque.
Date du colloque :
 07 juin 2016.
Lieu :
Rome, Instituto centrale per la gracia, Via Poli 34 (Fontana di Trevi).

Programme :

09.00 – Registrazione.

09.30 – Apertura :

Maria Antonella Fusco, Istituto centrale per la grafica.

Francesca Mariano, Università degli Studi di Roma “Tor Vergata”- Université de Poitiers

10.00 – Evelina Borea
Cieli barocchi in bianco e nero: stampe da volte e cupole italiane e francesi.

Presiede: Simonetta Prosperi Valenti Rodinò, Università degli Studi di Roma “Tor Vergata”/

10.30 – Estelle Leutrat, Université Rennes 2
De Rome à Paris : Jean IV Le Clerc, éditeur et marchand d’estampes sous les premiers Bourbons, et le modèle italien.

Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Les Ambitions d’Elisabeth-Sophie Chéron (1648-1711), femme artiste au Grand Siècle ».

Elisabeth-Sophie Chéron, Autoportrait de l'artiste, XVIIe-XVIIIe siècle, huile sur toile, 88 x 73 cm, Paris, musée du Louvre.

Elisabeth-Sophie Chéron, Autoportrait de l’artiste, XVIIe-XVIIIe siècle, huile sur toile, 88 x 73 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 22 mars 2016 de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Peintre et miniaturiste spécialisée dans la pratique du portrait, graveur, musicienne, poétesse et traductrice, Élisabeth-Sophie Chéron (1648-1711) suscite l’admiration de ses contemporains en raison de ses nombreux talents. Bénéficiant de la protection de Charles Le Brun, elle est la quatrième femme à être reçue au sein de l’Académie royale de peinture et de sculpture; elle a également l’honneur d’être admise dans l’Académie des Ricovrati à Padoue.

Faisant preuve d’une curiosité intellectuelle inhabituelle pour une femme de son époque, elle expérimente des techniques diverses et passe pour une personnalité atypique dans le monde académique. Ses ambitions transparaissent notamment à travers l’élaboration de deux ouvrages qu’elle vient présenter à l’Académie royale : un Livre à dessiner composé de testes tirées des plus beaux ouvrages de Raphaël destiné à la formation des jeunes artistes et les Pierres antiques gravées, recueil destiné à un public d’amateurs, contenant des estampes exécutées d’après les plus célèbres pierres dures alors conservées dans les collections françaises.

Cette conférence sera l’occasion de renouveler sa biographie à la lumière de documents inédits et de lui ré-attribuer un certain nombre d’œuvres.

Docteur en histoire de l’art et chargée de cours à la Manufacture des Gobelins, Frédérique Lanoë travaille actuellement au catalogue raisonné de l’œuvre de Philippe et Jean-Baptiste de Champaigne. A l’occasion de l’exposition Trois Maîtres du dessin qui s’est tenue au musée de Port-Royal en 2009, elle a rédigé le catalogue raisonné des dessins de Philippe de Champaigne, de Jean-Baptiste de Champaigne et de Nicolas de Plattemontagne. Spécialisée dans l’étude de de la peinture et du dessin du XVIIe siècle, elle a été commissaire de l’exposition 1704, le Salon les arts et le roi (Sceaux, musée de l’Île-de-France, mars-juin 2013), et participe à l’organisation de l’exposition Le Nain qui se tiendra aux musées de Fort Worth, de San Francisco et au Louvre-Lens de mai 2016 à juin 2017. Elle fait partie des membres fondateurs de l’association Bella Maniera qui vise à promouvoir l’étude du dessin ancien.

Conférence : Autour de l’Atlas Marianus. Vierges miraculeuses et théologie de l’image au XVIIe siècle.

Atlas

Type : Conférence.
Date : jeudi 10 décembre 2015 à partir de 17h30.
Lieu : Rennes,salle B223, université Rennes 2.
Conférence animée par : Bruno Boerner (Professeur d’histoire de l’art médiéval) et Estelle Leutrat (Maître de conférences en Histoire de l’art moderne).

Au lendemain de la guerre de Trente Ans (1618-1648) paraissait à Munich un ouvrage singulier, l’Atlas Marianus du jésuite Wilhelm Gumppenberg. Entre topographie sacrée et encyclopédie de la Vierge, ce livre encouragé par la compagnie de Jésus répertoriait tous les lieux de pèlerinage et les innombrables miracles accomplis par les images vénérées de la Mère de Dieu. Déployant minutieusement les preuves de la puissance de la Reine des Cieux dans cette Europe morcelée entre des confessions ennemies, mais aussi en Asie et dans l’Amérique latine fraîchement christianisée, Gumppenberg érigeait Marie en une figure à la fois universelle et mondialisée.

L’Atlas Marianus connut plusieurs éditions latines et allemandes ; il eut une influence décisive jusqu’au XIXe siècle avant de tomber dans l’oubli. Riposte aux protestants qui récusaient vigoureusement l’efficacité des saintes images, il entendait aussi répondre aux philosophes de la nature et aux savants peu convaincus de l’effectivité du miracle et de son évidence. Devant la menace de voir le ciel et la terre se vider de la présence divine, les jésuites présentèrent avec lui leur contreattaque, en convoquant attestations savantes, sources historiques et témoins irréprochables. Avec son abondante illustration, le livre permettait aussi à ses lecteurs un pèlerinage visuel vers des lieux lointains et offrait à tous, dévots et artistes, un véritable répertoire des visages de la Vierge.

Olivier Christin et Nicolas Balzamo offrent la première édition moderne annotée de cet ouvrage majeur pour l’histoire de l’art et l’histoire religieuse d’une période marquée par le défi de la Révolution scientifique et de la confessionnalisation.

Olivier Christin est Professeur d’histoire moderne à l’Université de Neuchâtel et directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études à Paris (Ve section). Il est spécialiste des relations entre arts et réformes religieuses de la première période moderne.

Docteur en histoire, Nicolas Balzamo est collaborateur scientifique à l’Université de Neuchâtel. Ses travaux portent sur l’histoire du catholicisme moderne.

 

Conférence : « Un recueil de gravures de mode du XVIIe siècle enluminé de la collection Roger de Gaignières ».

Robert Bonnart, Agrippine,  sanguine et lavis de sanguine, repassé au stylet,  sur papier, 24,5 x 13 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Réserve B 6 e, boîte format 3.

Robert Bonnart, Agrippine, sanguine et lavis de sanguine, repassé au stylet, sur papier, 24,5 x 13 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Réserve B 6 e, boîte format 3.

Type : Conférence du Quadrilatère.
Date et horaire : 5 janvier 2016 de 18h15 à 19h30.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, Auditorium de la Galerie Colbert.

Vanessa Selbach, chef du service de l’estampe ancienne et de la réserve, BnF. 

Pascale Cugy, ATER à l’université Rennes 2.

Le département des Estampes et de la photographie possède de nombreux recueils de gravures de mode de la fin du XVIIe siècle ayant appartenu à de grands collectionneurs du temps de Louis XIV, le marquis de Beringhen (1651-1723) ou l’érudit Roger de Gaignières (1642-1716). Ces albums reflètent l’engouement qui traversa toutes les couches de la société pour ces estampes diffusant la mode parisienne et de flatteuses images de la cour du Roi Soleil. L’appropriation de ces gravures passe souvent par la mise en couleur des planches, voire leur embellissement par l’ajout de pièces de tissus, les transformant en véritables « estampes habillées ».

Publication : Jean Marot : Un graveur d’architecture à l’époque de Louis XIV.

DEUTSCH Kristina, Jean Marot : Un graveur d'architecture à l'époque de Louis XIV, Berlin, De Gruyter, novembre 2015.

DEUTSCH Kristina, Jean Marot : Un graveur d’architecture à l’époque de Louis XIV, Berlin, De Gruyter, novembre 2015.

Présentation de l’éditeur :

The most important architects of his time entrusted Jean Marot with their designs, and he knew how to give their ethereal ideas lasting tangibility. Which is precisely why Jean Marot’s prints, documenting 17th century French architecture, are of immense value to architectural history. And until today, his work has mainly been reduced to the role of a service rendered.

Kristina Deutsch’s monograph is the first attempt to shift focus to the creative side of his work and sheds light on Marot’s sometimes extraordinarily free interpretations of drawings by other artists. Based on his most significant series of prints -and especially his etchings regarding the Louvre – Deutsch makes a detailed presentation of the parameters that characterize the aesthetic presentation of a structure.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Conférence : Rembrandt & Printmaking: New Views on a Golden Age

Rembrandt van Rijn, Clement de Jonghen, eau-forte, 1651, © MAH

Rembrandt van Rijn, Clement de Jonghen, eau-forte, 1651, © MAH

Type : Conférence internationale

Date : 5 novembre 2015, 15 h 00 – 18 h 00

Lieu : 612 Schermerhorn Hall, Columbia University  116th Street & Broadway,

Organisation : The Miriam and Ira D. Wallach Art Gallery in conjunction with the exhibition, Rembrandt’s Changing Impressions and IFPDA print fair.

This symposium will spark a new and closer look at Rembrandt’s astonishing print practice, its context, and its contributions.

Speakers:

Hercules Segers and Rembrandt – Direct Influence or Kindred Spirits? Nadine M. Orenstein, Drue Heinz Curator in Charge, Department of Drawings and Prints, The Metropolitan Museum of Art, New York.

St. Jerome in Darkness and Light: Clifford S. Ackley, Ruth and Carl J. Shapiro Curator of Prints and Drawings, Museum of Fine Arts, Boston

Rembrandt and the Faust Tradition: Robert Fucci, exhibition curator

(Short Break)

Edme-François Gersaint as Chroniqueur of Knowledge about Rembrandt’s Etchings: Erik Hinterding, Curator of Prints, Rijksmuseum, Amsterdam

Desire and Disgust: Collecting Rembrandt’s Etchings in Georgian England: Stephanie Dickey, Professor of Art History and Bader Chair in Northern Baroque Art, Queen’s University, Kingston, Ontario

Rembrandt as Experimental Etcher: Jan Piet Filedt Kok, former Curator of Prints and Director of Collections, Rijksmuseum, Amsterdam

Reception and viewing to follow at The Wallach Art Gallery at 6 PM.

Rembrandt’s Changing Impressions, on view through December 12, is curated by Art History PhD candidate Robert Fucci. This extraordinary project highlights Rembrandt’s most dramatically altered prints. It gathers 52 17th-century impressions from 14 major U.S. collections to best examine his manipulations and transformations, and is an unprecedented opportunity to examine the range, power, and nuance of Rembrandt’s fine prints. »

Appel à communication : Séminaire du GRHAM, 2015-2016

« Séminaire de recherche active en histoire de l’art moderne »

Au cours de ce séminaire mensuel, le GRHAM proposera à deux intervenants de venir exposer leurs recherches en cours, leurs questionnements ou leurs hypothèses de travail les plus récentes. Chaque intervenant pourra s’exprimer pendant une durée de vingt minutes. La séance sera ensuite consacrée à un débat sous la gouverne d’un discutant ainsi que d’un modérateur expérimenté.

Se voulant un organe d’aide à la réflexion, cet appel à communication s’adresse aux enseignants-chercheurs, aux conservateurs et professionnels du marché de l’art, ainsi qu’aux étudiants, à partir du M2.

Toutes les propositions de communication sont les bienvenues et seront attentivement examinées. Elles peuvent néanmoins être construites autour de l’un des axes suivants :

  • Du projet d’architecture au lieu de vie ou de représentation,
  • Textiles et vêtements : les enjeux de l’ornement,
  • Figures de l’oubli et de l’anonymat : trajectoires d’artistes,
  • Art et historicisme, le rapport de l’artiste au passé,
  • Ateliers, artisans et manufactures.

En 2015, le séminaire se déroulera de 18h à 20h à l’INHA aux dates suivantes :

  • Mardi 6 octobre,
  • Mardi 3 novembre,
  • Mardi 8 décembre.

Pour 2016, les dates du séminaire seront précisées ultérieurement.

Les intervenants choisis pour chaque séance s’engagent à envoyer le texte de leur communication, ainsi que les éventuelles images qu’ils souhaitent utiliser, dix jours avant le séminaire auquel ils participent, afin que le modérateur et le discutant puissent orienter au mieux le débat.

Les frais de transport en train (aller-retour à Paris) seront pris en charge par le GRHAM, sur une base forfaitaire, pour les intervenants résidant en France ou dans un pays limitrophe.

Les propositions de communication d’environ 300 mots, accompagnées d’une courte bio-bibliographie, doivent parvenir au GRHAM avant le 30 mai 2015 à l’adresse suivante : asso.grham@gmail.com.